"vive le socialisme !" ; la véritable histoire d'une jeune chinois qui rêvait de liberté

Couverture du livre «

0 note

  • Nombre de page : 405
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Sociologie Faits de société, Témoignages contemporains, Actualité, Biographies
Résumé:

Chine, années 1980. La jeune Lijia est forcée par sa mère d'arrêter ses études pour lui succéder comme ouvrière à l'usine d'armement. La rage au coeur, elle n'a d'autre choix que d'accepter. Mais ce mauvais départ dans sa vie d'adulte se révélera être « sa » chance.

Magnifique... Lire la suite

Chine, années 1980. La jeune Lijia est forcée par sa mère d'arrêter ses études pour lui succéder comme ouvrière à l'usine d'armement. La rage au coeur, elle n'a d'autre choix que d'accepter. Mais ce mauvais départ dans sa vie d'adulte se révélera être « sa » chance.

Magnifique récit autobiographique, Vive le socialisme ! est également un témoignage exceptionnel. En compagnie de l'attachante Lijia et de ses amis, nous traversons la plus belle - et décisive - décennie de la Chine post-maoïste, celle de tous les espoirs, de tous les possibles, de toutes les expériences personnelles. pour aboutir en 1989 sur la place Tienanmen, dans la violence, la rage et la déception.

Ces jeunes femmes et jeunes hommes, intelligents, drôles, courageux, que nous apprenons à connaître et à apprécier au fil des pages, sont ceux-là même qui font la Chine d'aujourd'hui.

Donner mon avis

Le courrier des auteurs

Lijia Zhang répond à nos questions ! (25/01/2010)

1) Qui êtes-vous ? Mon nom est Jean-François Chaix. Je suis actuellement traducteur de plus de 20 ouvrages - romans, essais, documents - pour Calmann-Lévy, Fayard, Mille et Une Nuits, Paulsen, Le Chêne, La Martinière, pour Géo et le National Geographic, etc. Je suis également journaliste (anciennement au Monde des Livres, au Nouvel Observateur, aux Nouvelles Littéraires et depuis une quinzaine d'années "grand reporter" à Géo pour lequel j'ai effectué de nombreux voyages. Enfin, je suis l'auteur de plusieurs livres dont les deux derniers sont "Le Nord perdu" (Pauvert), récit d'un séjour au Groenland, et "Loin du Midwest" (Audibert), portraits d'Américains de France. 2) Quelles sont, selon vous, les qualités demandées à un traducteur ou une traductrice ? La première est certainement de bien écrire le français pour que le lecteur ne "sente" pas la traduction ! La seconde est de s'adapter à la "musique" de l'auteur : plus grande est sa qualité d'écriture, plus grande la fidélité à la partition dont le traducteur est l'instrumentiste. A contrario, une écriture plate ou médiocre ou besogneuse - il en est... - exige de s'aventurer dans une forme d'interprétation plus souple, plus soucieuse peut-être du fond que de la forme, conduisant parfois à une véritable recréation. La troisième qualité est l'esprit de synthèse dont le français est porteur, et la chasse aux répétitions qui malheureusement polluent aujourd'hui l'écriture en anglais sans que cela nuise vraiment à la lecture, mais qui sont inacceptables en français. La traduction est un art à géométrie variable. 3) Quel est le thème central du livre que vous venez de traduire ? "Vive la socialisme" est l'histoire d'une jeune femme pendant une décennie cruciale dans sa vie personnelle et dans le destin de la Chine moderne, c'est-à-dire la décennie postérieure à la disparition de Mao, celle qui voit naître l'économie de marché. Lijia Zhang raconte un destin hors pair, le sien : celui d'une individualité brillante et obstinée qui, grâce à un obstacle imposé par sa propre mère - l'entrée en usine où elle prend son poste -, réussit à contrarier le destin qui lui était assigné et à devenir ce qu'elle est aujourd'hui, une journaliste indépendante et l'écrivain qu'elle a toujours rêvé d'être. C'est l'histoire de la Chine des grandes masses anonymes à travers un prisme individuel, une plongée dans la vie du petit peuple, mais aussi dans les comportements de ses futures élites, une découverte de la vie sentimentale et sexuelle dans une société relativement puritaine et soumise à un contrôle hallucinant en ce qu'il prétend régir chaque acte de la vie personnelle. C'est un "roman" d'initiation à l'individualité dans un pays qui compte alors un milliard d'habitants. C'est un hymne à la volonté personnelle. 4) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? Le premier paragraphe du premier chapitre me semble résumer à la fois l'humour, l'intelligence et le caractère caustique de l'auteur toujours sensible à la description de l'environnement et aux relations entre les individus : "Aimerais-tu être ouvrière, si c'était possible ?" "Bien sûr que non, Ma. Pourquoi ?" J'avais répondu à ma mère sans manifester le moindre intérêt, sans même lever les yeux de mes devoirs. Ouvrière, moi ? Quelle question bizarre ! J'avais seize ans, je passais mon premier trimestre au lycée et tout allait bien." 5) Si ce livre était une musique, laquelle serait-elle selon vous ? Je suis incapable de donner une réponse pertinente à cette question, mais ce serait certainement davantage un concerto qu'une symphonie. En tout état de cause, ce livre a une facture "classique" qui n'est pas au détriment du ton résolument moderne du propos.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com