Vernon Subutex t.1

  • 0.1

    Après tout le tapage médiatique à la sortie de cet ouvrage je me suis naturellement méfiée ; pour autant, les avis des uns et des autres étant positifs, je me suis lancée.
    Un monde de parisiens, de riches, de paumés, de drogués, de bobos qui gravite autour du personnage central, l'ancien disquaire Vernon Subutex. Une succession de personnages pas très attachants, quelques scènes un peu trash et crues, un fil conducteur ténu... bref je n'ai pas adhéré et je ne lirai pas les deux autres tomes.
    En un mot : très déçue.

  • 0.25

    Ce n’est que le tome 1 d’un roman annoncé en trois volumes. Avec impatience, nous attendons la suite de ce que va vivre Vernon Subutex, ex-disquaire, roi de la play-list, devenu, en quelques semaines, sans domicile fixe, réduit à rester dans la rue comme, hélas, beaucoup trop de monde dans nos pays dits civilisés.

    « Vernon garde une ligne de conduite : il fait le mec qui ne remarque rien de particulier. » Depuis qu’il a dû fermer son magasin, en 2006, il a vendu petit à petit tout ce qui lui restait, sur e-bay. Avant, il avait un véritable vivier de filles. Maintenant, plus rien ! Pourtant, ils sont encore là, ceux et celles qui tentent de l’aider mais il a du mal à supporter l’indépendance qu’il perd, passant son temps à fuir.
    Alexandre Bleach est mort et c’est lui qui le dépannait. Celui que l’auteure définit comme « toxico-crooner » a laissé des enregistrements à Vernon, des rushes qui intéressent beaucoup les médias désirant exploiter la célébrité d’une vedette adulée ou détestée de son vivant. Laurent Dopalet, producteur jaloux du succès des autres, sent qu’il a un bon filon à exploiter et laisse filer ce qu’il pense, bel exemple du style percutant de Virginie Despentes : « Alex Bleach était un connard, arrogant et fragile, le prototype du poète à la con – un merdeux qui ne pensait qu’au fric mais jouait les engagés sur les photos d’album. L’artiste dans toute sa splendeur : qui se croit tout permis et méprise ceux qui se tapent le travail, le vrai. Le problème du public, souvent, c’est qu’ils adoptent les leaders les plus pathétiques. Les gens aiment qu’on les trompe. C’est un principe qu’Alex avait bien compris. Il mentait, à longueur d’interviews, et le peuple l’adorait. »
    Sans cesse, sont présentes la drogue et la musique, avec des artistes et des groupes connus ou inconnus. Beaucoup de personnages débarquent sans crier gare mais tous ont leur importance dans la vie décousue de Vernon. On rencontre La Hyène, capable de pourrir la toile en 48 h, Pamela Kant, ex-star du X, mais aussi Xavier qui déverse ses réflexions racistes. Vernon réussit à se faire héberger chez lui, même si « Xavier a toujours été un connard de droite. » Il y a aussi Lydia, écrivain, qui a obtenu 6 000 € de son éditeur pour écrire un livre sur Alex Bleach.
    Hébergé chez Kiko, un trader, grâce à Gaëlle, il s’impose comme Dj de l’appart : « Il est le Nadia Comaneci de la play-list. » Le propriétaire des lieux, ajoute, compliment ultime : « you’re a bad ass motherfucker. » Hélas, tout se gâte encore à cause de Marcia qui s’appelait Léo au Brésil… Arrive la première nuit passée dehors, les rencontres réconfortantes et les agressions. Il pense toujours à Marcia qui lui parlait de cocaïne en prenant de la cocaïne et on pense à Roberto Saviano (Extra-pure) : « Chaque ligne qu’on se met dans le nez, il faut penser qu’on sniffe le narcotrafic, le capitalisme le plus gore qu’on puisse imaginer. »
    Olga est là, Xavier revient après une description dantesque du samedi dans un grand magasin de fringues mais Loïc, Julien, Noël, de Génération identitaire « L’honneur, la patrie » arrivent… Virginie Despentes nous laisse alors avec un Vernon Subutex qui fait défiler sa vie d’avant et constate : « je suis devenu un clodo sur un banc perché sur une butte, à Paris. »

  • 0.15

    Un roman qui commence fort, puisqu'il nous présente un homme qui sera notre fil conducteur, enfin lui et un mort !
    Vernon a tout perdu, son magasin de disque, sa vie facile, son appart. Afin de ne pas dormir dans la rue, il contacte certaines personnes plus ou moins proche. Prétextant qu'il est sur Paris pour quelques jours, il passe de maison en appart'. Malgré tout, il essaie de gagner un peu de fric, en revendant des vidéos "testament" de son pote rock star, Alex Bleach, qui vient juste de mourir.

    Un magnifique roman choral. Vous l'aurez compris, chaque chapitre concerne une personne qui accueille Vernon ou qui a été dans l'entourage de notre chanteur. Nous rencontrons une multitude de personnages qui contribue à cette histoire originale et pas si banale qu'elle en a l'air !

    En effet, elle est mordante Virgine Despentes ! Son écriture peut être acérée, vindicative et humaine ! Elle a même un petit côté à protéger la veuve et l'orphelin. Toujours est-il qu'elle a un regard franc sur notre société. Vous passez du facho à la gamine voilée, un trans, une ancienne actrice porno, un réalisateur, un traider ..

    On peut tout se permettre avec les gros. Leur faire la morale à la cantine, les insulter s'ils grignotent dans la rue, leur donner des surnoms atroces, se foutre d'eux s'ils font du vélo, les tenir à l'écart, leur donner des conseils de régime, leur dire de se taire s'ils prennent la parole, éclater de rire s'ils avouent qu'ils aimeraient plaire à quelqu'un, les regarder en faisant la grimace quand ils arrivent quelque part. On peut les bousculer, leur pincer le bide ou leur mettre des coups de pied : personne n'interviendra. C'est peut-être à cette époque qu'elle a appris à renoncer à son genre : mâles ou femelles, les gros sont soumis à une exclusion similaire. On a le droit de les mépriser. Et s'ils se plaignent des traitements qu'on leur inflige, au fond tout le monde pense la même chose : mange moins, gros sac, tu pourras t'intégrer. Deb était dans le sucre comme elle serait dans la coke quelques années plus tard : à fond.

    Bref, chaque chapitre à son histoire, son humanité. Elle ne nous épargne rien, elle le fait avec humour et un côté trash. Vous aurez du sexe, de la drogue et du rock n'roll en veux tu en voila ! Mais vous toucherez au plus près du coeur d'hommes et de femmes, de leurs émotions, leurs relations ..

    http://lesciblesdunelectriceavisee.blogspot.com/2016/11/vernon-subutex-virginie-despentes.html

  • 0.15

    Après le tumulte lors de sa parution j'ai patiemment attendu la version poche pour découvrir ce roman.
    C'est effectivement une vision moderne de la micro société des arts et lettres d'un cercle parisien assez fermé.
    De l'apogée à la descente à la rue pour gagner en liberté, j'ai lu rapidement cette écriture précise et qui détaille en quelques lignes les traits de caractère de ses personnages atypiques et vraiment borderline en bon français.
    Deuxième tome acheté pour lire la suite.

  • 0.15

    Beaucoup de bruit pour ce roman. Un dithyrambe critique. À première vue, Vernon Subutex semble le chef d’oeuvre de Virginie Despentes. C’est le genre de situation à modifier l’idée que l’on peut se faire du roman. Si j’ajoute mes propres aprioris à ce postulat de lecture, ça fait beaucoup.

    Apriori positif: Je considère Virginie Despentes comme une auteur trash/cash/boarderline/entière/non censurée… et c’est assez rare pour que cela me plaise.

    Apriori négatif: J’ai été plutôt déçu de Teen spirit, le premier roman que j’ai lu d’elle, un roman que j’ai trouvé « convenu ».

    Alors, forcement, le style direct de Virginie Despentes colle très bien à son sujet. L’adéquation permet une immersion immédiate dans l’univers de Vernon Subutex sans pour autant aller jusqu’à l’identification. Car l’univers de Vernon Subutex, c’est un microcosme qui se prend pour le centre du monde. La concomitance showbiz/média et le cynisme réaliste de cette galerie de personnages explique à mon sens cette avalanche de critiques positives. La majorité des gens aime qu’on parle d’eux. La différence ici, c’est que ces gens font la pluie et beau temps culturel!

    Mais quid du lecteur lambda, provincial, prolétaire, cadre?

    « Magistral et fulgurant »
    Lorsque Francois Busnel dit cela, je le comprends mais je ne suis pas d’accord. Certe, les mésaventures du personnage principal, Vernon Subutex, nous amène à croiser un panel assez large de personnages (non représentatifs de la société) mais haut en couleur et plutôt décalés ; cependant le cheminement n’est-il pas poussif, ne manque-t-il pas de cohérence, de réalisme ? N’y a-t-il pas un côté factice? Factice et répétitif?

    C’est une critique de la critique que je me permets car elle me culpabilise en tant que lecteurs. Et je n’aime pas que l’on me culpabilise! Suis-je plus sot plus qu’un autre?

    « Une formidable cartographie de la société française contemporaine »
    Nelly Kapriélian, les inrockuptibles. J’ai envie de lui dire que Paris n’est pas la France et que le monde des média n’est pas représentatif de la société. Ces avis sont sur la 4e de couverture et c’est pourquoi je les mets en avant.

    Cette mise au point effectuée, J’ai trouvé que Vernon Subutex était un tableau intéressant d’une certain frange de la société. Cynique et désabusé. Marginal. Tout ce que j’aime.

    Je cherche encore le « trash » chez Virginie Despentes. À mon sens, putes et transsexuel ne suffisent pas pour entrer dans cette catégorie. Son style ressemble plus à l’écriture de Bret Easton Ellis (j’aime) que celui de Chuck Palahniuk (j’adore). Il me manque la petite musique des phrases, leurs poésies.

    Il y a dans ce roman quelques passages sous forme de laïus très inspirés notamment celui de Kiko sur la finance que j’ai trouvé assez magistral.

  • 0.15

    Quand le magasine Lire note ce roman comme le meilleur de l'année 2015, il fallait que je le lise mais je ne m'attendais pas a cela. On y découvre Vernon Subutex ancien disquaire qui a fermé boutique depuis longtemps et qui est sur le point d'être mis a la porte de son appart. Ne pouvant compter sur son ami rockeur Alex Bleach qui est décède, Vernon va contacter ses 'amis et connaissances par facebook afin de faire héberger pour quelques nuits. La commence une drôle d'aventure où l'on va découvrir une pléiade de protagonistes qui va plus ou moins l'aider mais non sans intérêt car Vernon est recherché car il détient le testament vidéo de son ami Alex. Qui dans cette chasse a l homme va être le garant, l'ex stars du X, l'auteur en mal d'inspiration, la journaliste - fan qui veut se refaire, l'homme d affaire producteur ou bien cette femme qui défait et refait les réputations.

    J'ai beaucoup aimé la structure du roman, un chapitre par personnage dans lequel on découvre son lien avec Vernon plus ou moins directe, son histoire. J'ai apprécié le dynamisme de l'écriture, du roman avec un bémol sur le vocabulaire parfois assez vulgaire mais qui colle bien avec les protagonistes .

    J'ai hate de me procurer le second volume de notre héro qui j'espère sera plus en veine.

  • 0.25

    La multiplicité des personnages sert de paysage en perpétuel mouvement. Toutefois, face à ces différentes situations, la lente descente du personnage principal se poursuit inexorablement. L'ironie est implacable quant à la "branchitude" de certains milieux. Agréable surprise.

  • 0.25

    La vie de Vernon Subutex va changer au décès de son ami Alex Bleach, un chanteur célèbre.

    En effet, c'est Alex qui l'aidait à payer son loyer depuis quelques temps. Vernon était disquaire, il a dû fermer "Revolver" son magasin suite à l'évolution du monde du disque, le commerce péréclitait.

    C'est la descente aux enfers qui commence pour Vernon, il perd tout et se fait expulser. Il cherche des potes pour l'héberger avant de sombrer encore....

    Il est en possession de cassettes que Bleach avait filmé chez lui et lui avait remis en lui disant que c'était son testament.

    Beaucoup de personnages dans ce roman, petit à petit on comprend que le point commun est le lien de près ou de loin avec Alex Bleach et Vernon en est le fil rouge.

    Avec son écriture fluide, brute, souvent crue, Despentes nous parle de l'évolution du monde du disque, du cinéma, de l'internet, des réseaux sociaux. Sexe, drogue et rock'n'roll au programme.

    Beaucoup de personnages, j'avoue m'être parfois perdue dans le nombre, ne pas comprendre comment ils arrivaient là mais Valérie Despentes savait elle où nous emmener car un lien se tissait progressivement entre eux.

    Une société bien décrite, le Paris branché truffé de références musicales, de la bourgeoise huppée, riche et dépressive à l'ex-vedette du porn star transgenre, à la pseudo écrivaine biographe, au scénariste, trader.... bref avec brio elle brosse les différentes couches sociologiques. Un regard acide sur les relations humaines.

    Un ton vif, incisif, un franc-parler qui nous donne un récit tout simplement jubilatoire.

    J'ai hâte de lire le tome deux qui vient de rejoindre ma MAL.

    Ma note : 9.5/10

    Les jolies phrases



    La vie se joue souvent en deux manches : dans un premier temps, elle t'endort en te faisant croire que tu gères, et sur la deuxième partie, quand elle te voit détendu et désarmé, elle repasse les plats et te défonce.

    Mais l'amitié fait ça : on apprend à jouer sur le terrain de jeu des autres.

    Internet, pour un parent, c'est comme si on te volait ton gosse avant même qu'il sache lire.

    Vernon est resté bloqué au siècle dernier, quand on se donnait encore la peine de prétendre qu'être était plus important qu'avoir.

    Seuls les tout petits chefs jouissent de leur pouvoir -au-dessus, on ne connaît que la peur de se faire poignarder dans le dos, la rage des trahisons et le poison des fausses promesses.

    Internet est l'instrument de la délation anonyme, de la fumée sans feu et du bruit qui court sans qu'on comprenne d'où il vient.

    Les choses ont changé. A notre époque, si on aimait faire chier le monde, on faisait du X, mais aujourd'hui porter le voile suffit.

    Lancer un lynchage médiatique est plus facile que faire décoller un buzz positif - elle prétend qu'elle sait faire les deux, mais l'époque plébiscite la brutalité. Celui qui défonce est celui qu'on écoute - il faut toujours prendre un pseudonyme mâle pour malmener quelqu'un.

    Changer, c'est toujours perdre un bloc de soi. On le sent qui se détache, après un temps d'adaptation. C'est un deuil et un soulagement en même temps.

    Personne n'accepte la première gifle si elle ne vient pas accompagnée d'un flot merveilleux d'excuses, de promesses, une intensité de ne pas vouloir te perdre, de ne pas envisager de te perdre. Ceux qui peuvent te tuer sont toujours ceux qui tiennent le plus à toi. Quand elle a vraiment envie d'eux, c'est qu'elle sent qu'ils pourraient la tuer.

    La peur. Il ne la connaissait pas encore. Elle venait de s'accrocher aux viscères et ne bougerait plus. La peur qu'il arrive quelque chose à cette petite créature.. Et il avait suffi d'une seconde à ce "quelque chose" pour se déployer entièrement : maladie, blessure, agression, accident, contagion, violence, torture, faim, abus, attouchement, pénétration, kidnapping, enfermement, incendie, attentat, obus, guerre, épidémie, tsunami, typhon, étouffement... "La prunelle de mes yeux." L'expression peine à rendre ce qui lie le parent à son nouveau-né. La prunelle de ses yeux, on pouvait la lui arracher sans qu'il tombe - la moelle de mes os s'approcherait davantage, pour dire que ça parcourt tout ce qu'on est, et qu'il s'agit du lien qui s'établit, avant même qu'on soit capable de reconnaître son enfant parmi les autres. Il était à peine arrivé, et déjà la terreur avait rempli Patrice.

    Quand on se retrouve du côté des pestiférés, une fracture nette sépare votre monde de celui des épargnés. On ne veut ni charité, ni empathie. Au fond, on préférerait ne plus avoir aucun contact. De chaque côté des frontières, les mots n'ont plus le même sens.

    Si seulement il pouvait s'éteindre, comme ça dans l'heure - il imagine la flamme d'une bougie qui vacille puis faiblit et la mèche noire, un rien rouge et puis plus rien. Mais on ne meurt pas de désespoir, en tout cas pas si facilement.

    https://nathavh49.blogspot.be/2016/05/vernon-subutex-virginie-despentes.html

  • 0.1

    Ce livre dont on a tant parlé ne m'a pas vraiment accroché. Selon moi, il y a trop de personnages et on s'y perd. En effet, on passe souvent d'un personnage à un autre et on ne sait plus qui est qui et qui fait quoi. De plus, je n’ai pas trouvé l’histoire très passionnante et j’ai vraiment eu le sentiment de relire les mêmes scènes, les mêmes situations à chaque chapitre.
    Le style familier/trash/phrases courtes de l'auteure convient à l'histoire mais celui-ci s'avère vite répétitif et lourd ce qui rend la lecture pesante. C'est pourquoi je n'ai pas eu le courage de finir le premier tome. Je me suis arrêté à la 150e page.
    J'avoue ne pas être un adepte de ce genre de livre, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé. Je comprends tout de même qu'il peut plaire à certains lecteurs mais de là à ce que le magazine LIRE lui décerne le titre de "Meilleur roman français de l'année 2015" (cf. numéro de décembre2015-Janvier2016) , faut pas exagérer ! "Boussole" de Mathias Enard (faisant partie des finalistes) aurait mérité davantage ce titre.

    À noter : le 3e tome de "Vernon Subutex"est en cours d'écriture et une série TV est en préparation et sera diffusée sur Canal+.

  • 0.25

    Un livre brut de décoffrage. Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre avec un tel vocabulaire et une telle vulgarité. Des souvenirs de "Moi, Christiane F. 13 ans, droguée, prostituée" me sont revenus concernant le lexique de la drogue.
    J''ai commencé ce livre un samedi soir et l'ai terminé le lundi suivant.
    Je dois avouer que par moment, j'étais agacée. A chaque chapitre, de nouveaux personnages. A peine le temps de se familiariser avec eux et de s'imprègnera de leur histoire et paf on passe au suivant. Je me suis dit attend ça va pas être comme ça jusqu'à la fin. Mais j'ai persisté car je voulais connaître le devenir de Vernon. Et l'on s'aperçoit que tous on un lien direct ou indirect. Tout s'emboite. Les dernières pages m'ont tenu en haleine. Vernon cohabitant avec les SDF !!! Il fallait quand même s'en douter qu'après son expulsion il allait manger du pain dur. J'ai donc couru à 19h chercher le volume 2. La suite dans quelques jours ...

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Les articles associés

Du même auteur

Coffret Virginie Despentes 2 Volumes Virginie Despentes FLORENT MASSOT

Voir tous les livres de Virginie Despentes

Autres éditions

Vernon Subutex t.1 Virginie Despentes LGF

3.693333333

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com