Un sac

Couverture du livre « Un sac » de Solene Bakowski aux éditions Milady Thriller

4

12 notes

  • Nombre de page : 288
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Policier / Thriller format poche
Résumé:

En pleine nuit, une jeune femme attend face au Panthéon, un sac dans les bras qu'elle serre comme un étau. Cette femme, c'est Anna-Marie Caravelle, l'Affreuse Rouquine, la marginale.

Lorsque, vingt-quatre ans plus tôt, Monique Bonneuil a pris en charge son éducation à l'insu du reste du... Lire la suite

En pleine nuit, une jeune femme attend face au Panthéon, un sac dans les bras qu'elle serre comme un étau. Cette femme, c'est Anna-Marie Caravelle, l'Affreuse Rouquine, la marginale.

Lorsque, vingt-quatre ans plus tôt, Monique Bonneuil a pris en charge son éducation à l'insu du reste du monde, elle n'imaginait pas qu'elle abritait un monstre. Car la petite s'est mise à tuer. Un peu, d'abord, puis beaucoup.

Voici l'histoire d'Anna-Marie Caravelle. Que fait-elle là, agenouillée en plein Paris, au milieu de la nuit ? Et que contient ce sac qui semble avoir tant d'importance ?

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.05

    Ayant lu pas mal de critiques sur ce livre je me suis lancé. J'ai persisté me demandant quand ce livre aurait de l'interet. Je suis arrivé au dernier mot et je me suis dit quelle perte de temps !!!
    Pour moi ce livre sont des mots jetés sur du papier, sans émotion sans rien. C'est rare mais je l'ai detesté. Aucune empathie ou antipathie pour les personnages. Même l'histoire tres glauque n'est pas mise en valeur.

  • 0.25

    UN SAC DE L’AUTEUR SOLENE BAKOWSKI 278 PAGES EDITIONS MILADY JANVIER 2017

    COUP DE CŒUR <3

    Résumé :


    En pleine nuit, une femme attend face au Panthéon, seule, un petit sac dans ses bras frêles qu'elle serre comme un étau. Cette femme, c'est Anna-Marie Caravelle, l'abominable, l'Affreuse Rouquine, la marginale.
    Lorsque, vingt-quatre ans plus tôt, Monique Bonneuil décide de prendre en charge, en secret, à l'insu du reste du monde, l'éducation de la petite Anna-Marie, fille d'un suicidé et d'une folle à lier, elle n''imagine pas encore le monstre qu'elle abrite sous son toit et que, lentement, elle fabrique. La petite fille, poussée par ses démons, hantée par son histoire, incapable de distance, tue, un peu, beaucoup. Elle sacrifie, règle ses comptes, simplement.
    Mais que fait-elle là, cette jeune femme agenouillée en plein Paris, au beau milieu de la nuit ? Et que contient ce mystérieux sac qui semble avoir tant d'importance ?
    Voici l'histoire d'Anna-Marie Caravelle.

    Mon avis :

    Une première partie qui prend vraiment aux tripes. Un auteur qui a été repéré en autoédition et je le confirme cette histoire tient la route. Elle est vraiment dans la lignée des thrillers noirs et intenses. C’est original.

    Anne-Marie en martyre, en tueuse mais à qui la faute ? Et lorsqu’elle aime vraiment tout part en vrille…

    J’ai trop aimé ce livre. Un petit prix pour se faire plaisir pour les vacances.

    Un conseil : Courez, volez, filez en librairie !

    Et je confirme, il y a des auteurs et des récits qui nous touchent mais qui ne sont pas édités…

    Hop, hop, hop, trop de la balle ce roman !

  • 0.2

    Anna-Marie Caravelle a 24 ans, elle attend, seule, au pied du Panthéon, avec un sac à dos vert. Mais qu’attend-elle ?
    A sa naissance, elle est prise en charge par Monique Bonneuil, une voisine, sans que personne ne le sache. Cachée, cloitrée pendant 10 ans, elle découvre petit à petit le monde qui l’entoure et la cruauté qui l’habite, elle devient une machine à tuer.

    Tel est le début de ce polar! Malgré la violence qui l'habite, Anna-Marie est attachante, elle est en réalité une jeune femme complétement paumée, qui se cherche et n'a pas l'habitude des relations humaines après ses 10 premières années éloignée de ses congénères. Tout le mystère du roman réside dans ce sac à dos qu'elle possède et qui semble contenir toute sa vie. On ne se rend pas encore compte à quel point cette idée est la bonne!!!

    Pour résumer, un très bon polar! Une très bonne découverte! Merci aux explorateurs du polar!

  • 0.2

    Merci aux explorateurs du polar, je suis ravie d'avoir reçu ce roman.
    C'est un livre très bien écrit, le roman est écrit à la première personne, ce qui nous met direct dans la peau du personnage. On suit son histoire, à l'insu du monde, à la fois triste et attachante, et ce, du début à la fin, dès sa naissance.
    Le roman est très agréable à lire, je l'ai lu très rapidement. Il est composé de petits chapitres, ce qui est appréciable pour ma part, je trouve cela plus fluide.
    Je conseille vivement ce roman, il nous emmène dans une histoire plutôt hors du commun :)

    Encore merci !

  • 0.25

    Je remercie chaleureusement les explorateurs du polar pour se roman. Une véritable petite pépite on suit l'histoire d'une femme qui n'a pas pas eu la vie facile et suite à celà elle en ressort totalement désœuvré et perdue se qui la pousse agir différemment des autres personnes . Comme elle le dit elle même dans le roman . L'auteure nous emballe des les premières lignes du roman en mettant son personnage principale à la première personne . Se personnage noir qui n'a plus rien à perdre et qui vogue telle un Ange déchu. J'ai aimé se roman et je l'ai lu trop peut être trop vite . Mais en tous cas le recommande car quand entre dans le roman on en sort pas indemne à la fois . Il laisse une trace indélébile à notre petit cœur ❤️.

  • 0.2

    Tout d'abord merci aux Editions Milady et aux explorateurs du Polar pour cette jolie découverte littéraire!

    "Un sac" est un roman pas comme les autres, un peu à l'image de son héroïne qui elle aussi n'est pas une fille comme les autres. C'est une histoire qui vous prend et vous emmène vers le noir, le sombre de l'humain. "Un sac" est plus un roman noir qu'un thriller, ce qui ne gâche pas le plaisir de lecture bien au contraire. Ici tout est là mais caché. Le lecteur reste toujours dans une attente relative. Dès le départ on veut savoir ce qu'il y a dans le sac, notre curiosité est piquée. Pourtant il va falloir être patient et oublier ce sac pour gagner le droit de regarder à l'intérieur. Il va falloir suivre l'héroïne, Anna-Marie Caravelle, grandir avec elle dans cette vie particulière, pas comme les autres.
    Le style est original et plaisant. On ne peut lâcher le roman, dès le départ un lien se crée avec Anna-Marie, c'est là tout le génie de l'auteure. Solène Bakowski nous attache à son héroïne, son destin nous importe, nous vivons sa vie, nous pleurons avec elle, nous avons peur quand elle a peur, nous ne faisons plus qu'un... C'est un sentiment étrange qui s'empare du lecteur et qui sera encore présent une fois la dernière page lue.
    Un roman puissant et dérangeant, un roman qui est fait pour être aimé. N'hésitez-plus, regardez dans le sac...

  • 0.2

    Lecture numérique !

    Merci beaucoup aux Éditions Milady et à Netgalley de m’avoir permis de découvrir ce livre, dans lequel nous suivons la vie de Anna Marie, de sa naissance à ses 24 ans. Une vie qui commence dans la douleur, et qui sera ponctuée de crises de violence inouïes et soudaines, seule solution que trouvera cette petite fille, puis cette adolescente, puis cette femme, pour gérer frustration et coups durs. C’est elle qui nous raconte son enfance, la découverte d’une mère rendue folle dont les mots qu’elle croit dits pour elle la marqueront pour toujours. C’est elle qui nous décrit la rencontre avec Camille, puis Max, deux des hommes de sa vie, qui tous les deux lui feront du mal. C’est elle qui nous parle de l’après Camille, de l’après Max, de sa survie. C’est elle enfin qui nous expliquera pourquoi elle se retrouve Place des Grands Hommes, avec ce sac, titre du roman.

    L’écriture de Solène Bakowski est belle, précise ; elle nous permet d’entrer dans la tête de son héroïne et de la suivre sans peine, et sans vraiment réussir à la juger malgré les actes fous qu’elle commet lorsqu’elle « pète les plombs », submergée par des sentiments (peur, jalousie, désespoir) qu’elle ne sait plus contrôler.

    Vous l’avez compris : si vous cherchez une bluette, un roman léger, de la guimauve, passez votre chemin, car dans ce récit il n’est question que de trahison, d’abandon, de mort. Les moments agréables sont rares, et présentés de façon très succincte, comme si l’auteur voulait les évacuer rapidement pour se concentrer sur la noirceur d’un destin marqué dès avant sa naissance par le malheur, et finalement quelque part prédestiné au pire. C’est peut-être la seule limite de ce roman, cette insistance à vouloir nous démontrer que tout est déjà bouclé, que pour Anna Marie, seuls le noir et l’horreur sont possibles, malgré la volonté d’avancer, malgré la recherche d’une certaine forme de normalité, puis de rédemption.

    Ce roman n’est pas à mettre entre toutes les mains, et n’est surtout pas à lire un jour de déprime. Mais si vous aimez les romans noirs, les personnages dérangeants, les récits réalistes, je vous le recommande car vous y trouverez votre compte, avec en plus la découverte d’une auteure au style vraiment intéressant.

  • 0.2

    Voici un roman qui intrigue par une couverture sombre et une question énigmatique qui met quiconque au défi de regarder dans le sac… J’avoue, je n’ai pas pu m’empêcher de vouloir découvrir le contenu de ce sac… Que voulez-vous, curiosité –malsaine– oblige !


    Solène Bakowski nous livre non pas un thriller mais plutôt un roman noir… L’histoire ? Le portrait d’une femme écorchée par la vie. J’ai beaucoup apprécié la façon dont l’auteur nous narre son récit, cette dernière est si atypique.


    Dès les premières pages, l’auteur vous retiendra prisonnier de l’histoire qu’Anna-Marie nous raconte, nous délivrant ses plus sombres instants et instincts… Un récit à la fois révoltant et prenant…très sombre, très dur.


    Dans un style particulièrement fluide, sans fioriture, Solène Bakowski va nous entrainer au travers d’une ambiance malsaine, sinistre, très obscure mais surtout dérangeante. Je me suis retrouvée captiver malgré moi par cette histoire ou rien ne nous est épargné. Les pages se tournent réellement toutes seules… Bien qu’on décèle une histoire funeste, on veut tout de même découvrir ce qui se cache dans le sac que tient dans ses bras cette jeune femme qui attend face au panthéon.


    Cette dernière, c’est Anna-Marie Caravelle, dite l’Affreuse Rouquine, une marginale. C’est indéniablement elle qui marquera votre esprit, rendant cette histoire incroyable. C’est vraiment le point fort de ce roman. Le style qui rend le tout bien écrit, aide à apprécier ce roman…. Mais, cette jeune femme a quelque chose qui fascine. Sa complexité et son attitude font qu’on a du mal à appréhender ce personnage…et pourtant vous vous retrouverez sous « son charme » et cela pour votre plus grand plaisir.


    Je ne dévoilerai rien de l’intrigue car c’est vraiment un roman qui se laisse découvrir et conquérir. Je reviendrai seulement sur la complexité du personnage qui est une des choses essentielles à retenir concernant ce récit au point d’être remarquablement bluffant !


    Si tu veux découvrir une histoire originale, au point de te retrouver pris aux pièges de son enfer, de ses sombres pensées, alors va s’y, découvre le, sois curieux !

  • 0.2

    Merci beaucoup aux Editions Milady et à Netgalley de m’avoir permis de découvrir ce livre, dans lequel nous suivons la vie de Anna Marie, de sa naissance à ses 24 ans. Une vie qui commence dans la douleur, et qui sera ponctuée de crises de violence inouïes et soudaines, seule solution que trouvera cette petite fille, puis cette adolescente, puis cette femme, pour gérer frustration et coups durs. C’est elle qui nous raconte son enfance, la découverte d’une mère rendue folle dont les mots qu’elle croit dits pour elle la marqueront pour toujours. C’est elle qui nous décrit la rencontre avec Camille, puis Max, deux des hommes de sa vie, qui tous les deux lui feront du mal. C’est elle qui nous parle de l’après Camille, de l’après Max, de sa survie. C’est elle enfin qui nous expliquera pourquoi elle se retrouve Place des Grands Hommes, avec ce sac, titre du roman.
    L’écriture de Solène Bakowski est belle, précise ; elle nous permet d’entrer dans la tête de son héroïne et de la suivre sans peine, et sans vraiment réussir à la juger malgré les actes fous qu’elle commet lorsqu’elle « pète les plombs », submergée par des sentiments (peur, jalousie, désespoir) qu’elle ne sait plus contrôler.
    Vous l’avez compris : si vous cherchez une bluette, un roman léger, de la guimauve, passez votre chemin, car dans ce récit il n’est question que de trahison, d’abandon, de mort. Les moments agréables sont rares, et présentés de façon très succincte, comme si l’auteur voulait les évacuer rapidement pour se concentrer sur la noirceur d’un destin marqué dès avant sa naissance par le malheur, et finalement quelque part prédestiné au pire. C’est peut-être la seule limite de ce roman, cette insistance à vouloir nous démontrer que tout est déjà bouclé, que pour Anna Marie, seuls le noir et l’horreur sont possibles, malgré la volonté d’avancer, malgré la recherche d’une certaine forme de normalité, puis de rédemption.
    Ce roman n’est pas à mettre entre toutes les mains, et n’est surtout pas à lire un jour de déprime. Mais si vous aimez les romans noirs, les personnages dérangeants, les récits réalistes, je vous le recommande car vous y trouverez votre compte, avec en plus la découverte d’une auteure au style vraiment intéressant.
    http://desmotssurunepage.eklablog.com/le-conte-d-une-causette-dejantee-a128526286

  • 0.25

    Si vous cherchez un bon roman noir, n’hésitez pas à vous lancer dans cette lecture. Je l’ai dévoré et il m’a fait froid dans le dos…

    L’auteure joue habilement avec nos nerfs. Le rythme est conçu de telle façon que chaque rebondissement arrive lorsque vous avez baissé votre garde. D’ailleurs, le roman commence sans trop de suspense. La tension va monter progressivement. L’ambiance dans l’appartement va devenir petit à petit assez glauque. Et quand le malaise est bien installé et que l’on découvre d’où vient la folie, il sera trop tard. Si, par la suite, l’espoir pointe le bout de son nez, c’est pour mieux le balayer ensuite.

    En plus de ce rythme assez addictif, l’héroïne est attachante malgré les démons qui la hantent. Je n’ai pas pu m’empêcher de souhaiter qu’elle s’en sorte, que la vie lui soit plus clémente. Néanmoins, la folie est bien présente. Et elle est si pernicieuse qu’elle n’en est que plus effrayante je trouve ! Solène Bakowski décrit aussi bien la misère poisseuse que les bonheurs simples, les accès de folie et les élans d’amour. Cette plongée dans le monde des marginaux est réaliste et saisissante.

    Cette histoire m’a captivée, notamment grâce à son héroïne assez hypnotique et ses rebondissements qui vous tiennent en haleine. Si vous aimez les romans noirs et les thrillers, je vous le conseille vivement !

    https://lecturesdemistinguette.wordpress.com/2017/02/09/un-sac-solene-bakowski/

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

Parfois on tombe Solene Bakowski FAVRE

5

Voir tous les livres de Solene Bakowski

Autres éditions

Un sac Solene Bakowski MILADY THRILLER

4

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com