Surtensions

Couverture du livre « Surtensions » de Olivier Norek aux éditions Michel Lafon

4.782608695

23 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Michel Lafon
  • EAN : 9782749928166
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 505
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Policier / Thriller grand format
Résumé:

Cette soeur acceptera-t-elle le marché risqué qu'on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment... Lire la suite

Cette soeur acceptera-t-elle le marché risqué qu'on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels ? un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur ? se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ?
Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance.
Olivier Norek pousse ses personnages jusqu'à leur point de rupture. Et lorsqu'on menace un membre de son équipe, Coste embrasse ses démons.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.2

    Alors qu’à la prison de Marveil, la plus dangereuse de France, la situation s’envenime, l’équipe du capitaine Coste travaille dans l’urgence sur l’enlèvement d’un adolescent juif à la sortie d’une boîte de nuit parisienne. Un cambriolage dans la salle des scellés du Tribunal achève de plonger la brigade du SDPJ93 dans la confusion. Les affaires se croisent, se mêlent et s’emmêlent pour Coste et son équipe qui ne sont pas au bout de leurs surprises. Mais jusqu’où peuvent s’exacerber les tensions ?

    Ce polar trépidant et énergique, mené tambour battant, offre des intrigues savamment entremêlées et une tension toujours croissante.

    En effet, dès le prologue, le lecteur comprend que quelque chose de très grave s’est passé. Tout au long du récit, le prologue toujours en tête, il se pose mille questions, rendant le suspens présent à chaque page. Enfin des retournements de situations totalement inattendues le feront douter de tout et ce jusqu’à la dernière page de ce thriller impossible à lâcher.

    A cette trame haletante, vient se greffer une analyse fine et profondément humaine des personnages. Il dresse un portrait criant de vérité des policiers en proie aux pires doutes mais aussi d’un braqueur proche de la folie. Il nous fait voyager aux tréfonds de l’âme humaine et de ses failles tout en bousculant les règles. Il ose l’humour là où on ne l’attendait pas et évite avec brio tout manichéisme.

    Mais ce qui fait de ce roman policier un récit vraiment original c’est son incroyable réalisme. En effet, l’auteur, ancien lieutenant de police, sait de quoi il parle et fait souvent mouche. Tout sonne vrai, de la violence déshumanisée des prisons aux querelles sans fin des services de police.

    Une écriture simple et enlevée, une enquête haletante et des personnages criant de vérité : voici les ingrédients de ce passionnant roman policier.

    Pour retrouver ma critique complète : http://teabooksandmovies.fr/index.php/2017/01/26/surtensions-dolivier-norek/

  • 0.25

    Je viens de finir « Surtensions » et je suis un peu désorientée. J' ai passé trois jours avec Victor Coste et son équipe et voila c'est fini… Je suis triste ! Ça a été trois jours intenses… j'ai suivi l'enquête sur un enlèvement particulièrement atroce, me suis plongée dans le quotidien sordide d'une prison, j'ai assisté à la prise en otage d'une famille, j'ai vibré avec toute l'équipe et maintenant je fais quoi ? Je retourne à mon quotidien ? En attendant le prochain Norek ? Vraiment je suis triste…

  • 0.25

    3ème et pour l'instant dernier roman d'Olivier Norek.
    On y retrouve le groupe crime 1 avec à sa tête le capitaine Victor COSTES. Entre mafia Corse, vengeance et questions existentielles, une histoire mené tambour battant qui ne nous laisse aucun répit.
    Vite un 4ème.

  • 0.25

    Dans ce 3ème opus, nous retrouvons, pour mon plus grand plaisir (et le votre j'en suis sure!), toute l'équipe du capitaine Coste du SDPJ du 93. Ronan, Sam, Johanna et Victor vont une nouvelle fois être malmenés, entre un enlèvement qui tourne mal et un braquage qui n'a apriori aucun sens.
    Confrontés à la mafia Corse, "les hommes" du capitaine vont se bruler les ailes... Si Coste pensait avoir basculé en enfer avec Territoires, dans Surtensions, il a directement rendez vous avec Satan.

    Le titre est bien choisi, y a pas de doute! J'ai été en "surtension" tout le long de ma lecture. En ce 3ème opus Olivier Norek frappe encore plus fort! Dès le début, il nous balance une information capitale et douloureuse qui a rythmé ma lecture. Oui, douloureuse, car je suis une lectrice qui s'attache énormément aux personnages, je vis l'histoire, littéralement, et j'adore Coste et toute son équipe. Alors, je me suis persuadée pendant 480 pages, que j'avais du mal comprendre, que ce n'était pas possible que l'auteur est fait ce choix. Pourquoi???? Evidemment je ne peux rien vous dire de plus pour ne rien dévoiler, mais Olivier, si vous pouviez me répondre, j'aimerai vraiment comprendre...

    Bref, revenons à l'essentiel. Ce roman est une grosse grosse réussite! Tout y est, du suspense du début à la fin, de l'action, du dégueulasse, du pire encore, avec un soupçon d'amour, beaucoup d'amitié et de cohésion. Le lecteur est balancé, tantôt du côté des gentils, tantôt du côté des méchants, avec un passage en prison qui vaut son pesant d'horreur/réalité (?)... L'écriture de l'auteur est toujours aussi efficace et dynamique, simple mais précise. L'histoire parait toujours aussi réelle, et c'est que j'aime. Evidemment, les personnages, particulièrement attachants, sont également au centre de cette réussite. Ce roman est tout bonnement impossible à lâcher et même terminé, il reste dans un coin de l'esprit.

    J'ai dit pour "Code 93" et "Territoires" qu'ils étaient pour moi plus du côté des polars que des thrillers, mais "Surtensions" rentre par la grande de porte de cette catégorie!

    Alors si j'ai aimé Code 93, adoré Territoires, j'ai eu un gros coup de coeur pour Surtensions!!!

  • 0.25

    Je découvre le capitaine Victor Coste alors qu’il a déjà sévi dans plusieurs bouquins, mais cela n’a aucune importance pour la compréhension de l’histoire.
    Nous voici de suite dans le bain carcéral, la prison de Marveil ; pas moussant le bain, plutôt rugueux, âpre. Le réalisme saute aux yeux. Humiliations, abus sexuels, chantage, pression, drogue, cachetons, poker, sous le regard des matons résignés. Nano s’est fait prendre pour une montre volée, numérotée et répertoriée. Il ne fait pas bon d’être voleur, quand on n’en a pas la carrure et aimer porter une partie du butin. Sa sœur Alex fera tout, vraiment tout pour le sortir de cette prison où il tourne au zombie après être passé entre les mains de la Machine.
    Cela semble partir dans tous les sens, mais tout est millimétré, calculé. La toile à cinq fils n’est pas finie de tisser que Coste nous entoure du cocon de son équipe du SDPJ du 93. Plusieurs départs, plusieurs affaires, et, à la fin, un KO debout.
    Olivier Norek me met en surtension, impossible de laisser tomber le livre avant la fin. Les dialogues sont nets, réalistes, humains, de l’émotion, juste le nécessaire pas de surenchère stylistique. Norek propose un kaléidoscope de meurtres, braquages, enlèvements…une équipe policière humaine, efficace, soudée, un avocat « honorablement » véreux. Ce livre percutant m’a emballée, le récit est vraisemblable, le capitaine Coste n’est pas loin d’Olivier Norek. Le plus, cette histoire est plausible et, cerise sur le gâteau, fort bien écrite.
    Un polar comme je les aime.

  • 0.25

    Des intrigues savamment mêlées
    Alors qu'à la prison de Marveil, les tensions s'exacerbent, l'équipe du capitaine Victor Coste travaille dans l'urgence sur l'enlèvement d'un adolescent juif à la sortie d'une boîte de nuit parisienne. Un cambriolage dans la salle des scellés du Tribunal achève de plonger la brigade du SDPJ93 dans la confusion.
    Comment un meurtrier qui clame son innocence, un pédophile supposé passif, un ex-mercenaire yougoslave mutique et inquiétant, le kidnappeur et un petit braqueur pas bien futé vont-ils se retrouver au sein d'une même histoire entre mafia corse, avocat véreux et flics au bord de la crise de nerfs ? Jusqu'où peuvent s'exacerber les tensions ?

    Une narration tendue
    Olivier Norek conclut sa trilogie (les deux polars précédents étant Code 93 et Territoires) par un opus trépidant et énergique où non seulement l'intrigue policière maintient une tension croissante mais développe une analyse fine et profondément humaine des personnages : du flic qui doute au braqueur proche de la folie, l'auteur s'immisce dans les failles, bouscule les règles, ose l'humour malgré la violence, place la banlieue en retrait (elle n'est plus le personnage principal et l'histoire aurait pu être déplacée dans n'importe quel commissariat de France), évite intelligemment tout manichéisme.
    Une enquête haletante et des personnages habilement brossés, voila les ingrédients d'un excellent roman policier !

  • 0.25

    L'impatience de découvrir ce nouveau roman était au rendez-vous bien sur ! Retrouver Coste et son équipe c'est un peu comme retrouver ses copains et reprendre l'histoire là ou elle s'était arrêtée.



    Je n'ai pas lu les avis que j'ai pu trouver sur la toile car je voulais me laisser surprendre par l'histoire et donc garder un œil objectif.



    Je pense avoir bien fait car j'ai retrouvé l'esprit de Coste et donc de son auteur dès les premières pages. Il a conservé la logique de ses deux premiers livres et l'exercice est même encore plus réussi je trouve, l'écriture plus dense et plus addictive. On sent que la plume s'affine et que les héros prennent de l'ampleur. On retrouve les complicités, les habitudes et les surprises relationnelles. Mais ce que j'aime le plus chez Olivier Norek c'est qu'il ne noie pas les événement dans une réalité qui n'existe que dans les livres !!!

    Oui car Olivier Norek ne finit pas ses histoires à l'eau de rose mais plutôt à la poussière de la balle qui vient de sortir du canon... C'est dur, on n'en a pas envie mais c'est tellement plus cohérent !

    J'aime beaucoup son style parce qu'il est franc, parfois brutal, parfois un peu plus doux mais je ne pense pas qu'il exagère ou minimise les sentiments des gens. Je pense qu'il se fait narrateur de scènes connues, vécues. Un peu comme s'il était assis dans le bureau de Coste où en tout cas à ses côtés, toujours, et qu'il nous décrit ce qu'il voit, ce qu'il ressent. Dans les livres de Norek on n'est pas seulement lecteurs, on vit avec les personnages le temps de quelques heures, jours et les lâcher devient compliqué.

    J'espère qu'il ne s'arrêtera pas là pour Coste car je trouve qu'il s'agit d'une série et d'un enquêteur plutôt attachants et percutants !

    Et en plus, cette fois-ci pas de méchanceté avec les chats donc tous mes remerciements M. Norek !!!!

  • 0.2

    A la suite d'un braquage dans une bijouterie, Nunzio est incarcéré à la prison de Marveil. Découvrant le milieu carcéral, le jeune homme subit plus d'un viol et tient notamment le coup grâce aux visites de sa soeur Alex. La jeune femme est prête à tout pour ne pas laisser son frère derrière les barreaux et va rapidement le démontrer. Pendant ce temps Coste travaille sur une affaire d'enlèvement qui a mal tourné, rapidement l'affaire tourne et s'envenime. Les affaires se croisent, se mêlent et s'emmêlent pour Coste et son équipe qui ne sont pas au bout de leurs surprises.

    Nous avions rencontré Coste et son équipe avec Code 93 puis avec Territoires, deux romans que nous avions particulièrement aimés. Aujourd'hui Olivier Norek nous propose un troisième roman Surtensions qui nous permet de retrouver, pour la dernière fois, cette équipe de flics dans un polar une fois de plus palpitant du début à la fin.

    Dès le prologue, le lecteur est prévenu : quelque chose de grave s'est passé dans l'équipe de Coste et ça fait mal. Tout au long du roman vous avez le prologue en tête, vous posant mille et une questions et il faudra être patients pour avoir ses réponses. le suspens est installé dès la première page !

    On débarque donc dans la prison de Marveil pour faire la connaissance de Nunzio, le jeune homme est paumé et doit y passer cinq ans. Rapidement on fait la rencontre d'Alex sa soeur, mais aussi d'autres détenus qui nous font parfois trembler d'effroi. La multitude de personnages peut désarçonner au premier abord, mais on comprend que chacun aura son importance dans les pages à venir. Et avec tout ça où est Coste ? On le retrouve quelques chapitres plus loin en compagnie de Johanna, Sam et Ronan, son équipe qu'on a déjà eu l'occasion de connaître dans les précédents livres. Une affaire d'enlèvement les lance dans une enquête qui les surprendra et nous surprendra aussi plus d'une fois.

    J'espère que vous êtes bien accrochés ? Si vous pensez que l'histoire est toute tracée vous allez vite vous rendre compte qu'avec Olivier Norek il faut s'attendre à tout. Dans Surtensions on plonge littéralement dans une affaire qui prendra de l'ampleur encore et encore au fil des pages, dans des retournements de situations qui nous feront douter de tout et jusqu'aux toutes dernières pages vous serez surpris.

    Retrouver en plus Coste et son équipe, des personnages auxquels on s'est attaché est un réel plaisir ! Cette fois-ci on s'attache encore un peu plus à eux et on découvre encore Coste qui n'a pas finit de nous dévoiler quelques secrets. Et cette fameuse équipe ne sera pas épargnée et nous ajoutera encore un peu plus de "tensions" dans notre lecture.

    Une fois de plus Olivier Norek réussit à nous livrer un polar qui, une fois commencé, est impossible à refermer. Son écriture vive, juste et les détails saisissants aussi bien dans les scènes de crimes qu'utilisés pour le milieu carcéral et judiciaire nous tiennent en haleine et ne nous laissent aucun répit. L'auteur réussit à surpasser Territoires qui était déjà excellent.

    Vous l'avez compris, Surtensions est un livre à lire rapidement ! Ne passez pas à côté d'Olivier Norek qui se révèle être un nouveau nom du polar français qui n'a pas fini de faire parler de lui. Alors oui Surtensions est la fin de cette "trilogie Coste" (mais on pense bien retrouver Coste un jour quand même...) mais nul doute que l'auteur va vite nous révéler de nouveaux romans aux intrigues à nous tenir en haleine toute la nuit, avec de nouveaux personnages à qui on s'attachera (peut-être même parfois trop) et des affaires qui n'auront pas fini de nous surprendre. Une dernière petite chose, lors de votre lecture vous croiserez certainement un ou deux auteurs au détour parfois d'une rue, ouvrez l'oeil...

    Plongez sans plus tarder dans Surtensions d'Olivier Norek disponible chez Michel Lafon.

  • 0.25

    Un vrai coup de cœur pour « Surtensions », le dernier polar d’Olivier Norek paru chez Michel Lafon.
    Victor Coste est chez le psy, donc Victor Coste va mal. Un de ses hommes est mort, il a tiré sur un malfrat (enfin on l’imagine) …Dès les premières lignes, l’auteur nous prévient, ça ne va pas se passer si facilement que ça. Excellente mise en bouche, monsieur Norek, il n’y a plus qu’à tourner les pages avec impatience pour savoir, pour comprendre !
    Si nous avons déjà suivi Victor Coste avec intérêt dans les méandres d’un département 93 que l’auteur nous fait redécouvrir autrement - et sans doute plus surement découvrir pour la plupart d’entre nous - là il va affronter cinq enquêtes en parallèle, sans liens entre elles, ou si peu apparemment.
    Car la vie d’un flic n’est ni linéaire ni facile : je bosse sur une enquête et je rentre peinard chez moi m’occuper des bambins ou m’affaler devant la télé avec un carton de pizzas sur les genoux, ça ne marche pas comme ça. Au contraire, il n’est pas évident de laisser enquêtes, meurtres, et criminels en liberté à la porte de son domicile, même si comme l’écrit l’auteur « c’est pas tes proches, c’est pas ta peine ». Même les flics les plus aguerris ont des états d’âme ! Et manifestement Victor à des états d’âmes, des craintes, des questionnements, des envies d’ailleurs qui pourrissent un peu sa vie et sa relation avec Léa, la séduisante légiste. Mais Victor est aussi un excellent flic qui ne laisse tomber ni une enquête, ni son équipe.
    Dans ces moments de Surtensions le lecteur plonge littéralement, décolle, jusqu’à la dernière page. Et l’on fait la connaissance de familles Corses un peu mafieuses sur les bords, d’Alex, une jeune femme prête à tout pour sauver sa famille, d’un étrange mercenaire Serbe. Et l’on découvre Mareil, une prison malfamée particulièrement sordide, creuset dans lequel se cristallisent les pires craintes des détenus, où les matons ferment les yeux et où personne ne voudrait aller. Viols, tabassage en règle, menaces, indifférence des gardiens, tout y passe. Fort heureusement Mareil est une invention, on espère qu’elle va le rester ! Là, sont également détenus les différents protagonistes qui se retrouvent mêlés sans autre raison qu’un casse étrange au Tribunal de Grande Instance. L’un d’eux, Nano, fragile et perdu, n’en sortira pas intact. Je ne vous en dis pas plus, sinon il faudrait trop en dévoiler…
    Il y a aussi des flics épuisés qui gardent le cap et poursuivent leurs investigations. Et surtout, surtout, des hommes et des femmes qui arrivent à leur point de rupture, qui arrivés au bout de leurs propres limites vont réagir en humains, avec leurs défauts, leurs qualités, leurs priorités vitales, indispensables certainement pour survivre ! Et c’est sans doute cela qui fait aussi la réussite de ce roman, ce côté terriblement humain des différents personnages auxquels on pourrait sans doute s’identifier et qui en deviennent terriblement attachant
    C’est un roman passionnant, bien écrit, qui a un vrai rythme. On s’y croit et on vibre pour ces flics et ces malfrats auxquels on s’attache. Fin d’une trilogie ? Dommage ! En tout cas, il y a une véritable évolution dans l’écriture, dans la psychologie des personnages, dans la place de l’enquête, on y sent l’expertise et le professionnalisme de l’auteur, mais sans que cela prenne trop de place, laissant la part belle au jeu de subtil de l’écrivain, pour le plus grand plaisir des lecteurs. Voilà un polar que je n’ai pas réussi à lâcher, avec un vrai coup de cœur pour ce nouvel opus, un sérieux cran au-dessus de « Code 93 » que j’avais lu et apprécié il y a quelques mois. Allez, il me reste à lire « Territoire », je sens que je vais craquer bientôt. Et vous ? vivement le prochain !

  • 0.2

    Dès les premières pages, et le probable drame qui s'esquisse, le ton est donné... Vient ensuite une description majuscule et féroce de l'univers carcéral, exempte de tout pathos et dénuée de toute tentative d'embellissement...
    La force de Norek, c'est le pragmatisme à l'état brut, la transposition sur le papier du métier de flic, qu'il connaît intimement, puisque lieutenant au sein du SDPJ 93, la manière qu'il a de nous l'envoyer en pleine gueule, sans ambages, ni enfumage...
    Au fil des pages, il dessine une intrigue échevelée, dense, qui ne se joue pas de nous, et des apparences; ici, pas de manichéisme, seulement des hommes et des femmes, du bon ou du mauvais côté de la loi, parfois entre-deux, pris dans un tourbillon de violence, happés, hachés, essorés...Ni jugement, ni condamnation chez Norek; à l'aune de la rue, le tribunal des bien-pensants n'a plus cours...
    L'épilogue, cruel et poignant, ouvre néanmoins le champ des possibles à une hypothétique rédemption du personnage principal...

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Les articles associés

Du même auteur

Code 93 Olivier Norek POCKET

4.176470588

Voir tous les livres de Olivier Norek