Mistral perdu

Couverture du livre « Mistral perdu » de Isabelle Monnin aux éditions Lattes

3.4

5 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Lattes
  • EAN : 9782709660822
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

C'est une histoire intime, deux soeurs grandissent ensemble dans la France provinciale des années 1980 ; et puis l'une meurt.
C'est une histoire politique, on croit qu'on appartient à un tout ; et puis on ne comprend plus rien.
C'est l'histoire du je et du nous, ces deux-là s'intimident, ils... Lire la suite

C'est une histoire intime, deux soeurs grandissent ensemble dans la France provinciale des années 1980 ; et puis l'une meurt.
C'est une histoire politique, on croit qu'on appartient à un tout ; et puis on ne comprend plus rien.
C'est l'histoire du je et du nous, ces deux-là s'intimident, ils se cherchent, parfois ils se trouvent ; et puis ils se déchirent.
C'est l'histoire de valeurs, elles disent qui on est ; et puis elles se laissent bâillonner.
C'est l'histoire d'un chanteur préféré, tendre et rebelle ; et puis il finit par embrasser les flics.
C'est l'histoire d'un hier, où ne comptait que le futur ; et puis des aujourd'hui, malades du passé.
C'est l'histoire d'un monde qui se croyait fort et paisible ; et puis il réapprend la haine.
C'est l'histoire qui nous arrive ; et puis l'impression de ne plus y arriver.
C'est une nostalgie, sans doute, mais pas seulement : dans la mémoire de ce qui fut, demeurent peut-être les graines de ce qui renaîtra, après la catastrophe.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.1

    https://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2017/09/mistral-perdu-ou-les-evenements.html

    Isabelle Monnin nous livre ici un récit intime autobiographique sur sa relation avec sa sœur qui est décédée à l’âge de 26 ans.
    C’est l’histoire de deux sœurs issues d’un milieu moyen, de gauche et athée. La narratrice est timide, incapable de s'intégrer dans un groupe et vit sa précocité comme un étau. Elle admire l'audace de sa sœur avec qui elle vit dans une bulle dans une relation fusionnelle.

    Après leur enfance et leur adolescence en province, c’est la montée à Paris avec le désir de devenir journaliste, les premières manifs, la chute du mur de Berlin et une conscience politique personnelle qui se forme "Plus nous comprendrons le monde, moins nous saurons quoi en penser". Baignées dès leur enfance dans une conscience politique de gauche, elles appartiennent à une génération qui a reçu en héritage une liberté grâce aux combats de leurs parents. Le récit balaye des années de politique, de culture...

    Le souvenir de la première apparition de Renaud à la télé, du premier achat d'un de ses 33 tours Renaud la suivent à toutes les étapes de sa vie et accompagnent ses fantômes

    Le texte est centré sur elles deux, les deux soeurs, les parents, leur jeune frère et le reste de la famille restent complètement à la périphérie du récit. Mais les " Nous sommes deux" ou "Nous sommes les filles" vont devenir "Je suis deux" après la disparition brutale de la jeune sœur de la narratrice.

    Pour moi les passages les meilleurs de ce récit sont ceux qui relatent ses sentiments et ses réactions après la mort brutale de sa sœur à 26 ans et de son dernier né après 6 jours de vie. Les mots sont beaux et justes mais pour le reste du récit j’ai trouvé que l’écriture trop travaillée manquait de naturel. Une écriture très littéraire qui visiblement ne me correspond pas car, moi qui aime relever les belles formulations, je n’ai rien eu envie de noter dans ce récit qui visiblement n’était pas fait pour moi. C'est une déception car j’avais beaucoup aimé le si original "Les gens dans l'enveloppe".

  • 0.25

    La narratrice de ce roman, c'est un peu moi. Elle est née presque la même année que moi, nos références culturelles se ressemblent. Elle a grandi avec Drucker, Fantômette, Claude du Club des Cinq. Elle achète ses badges Touche pas à mon pote et finira par découvrir que SOS Racisme a été inventé par les socialistes pour exciter l'extrême-droite. Elle est issue d'un milieu qui, comme le mien, vote à gauche et où parfois aussi, on quitte la table familiale pour cause d'opinions politiques divergentes mais seulement dans une amplitude qui va de la gauche à l'extrême gauche mais dans un milieu moins popu que le mien, alors elle écoute Barbara quand il me faudra attendre le début de l'âge adulte pour vraiment la découvrir. En cela, elle n'est pas moi. Comme moi, elle a une sœur qu'elle appelle sœurette et leur différence d'âge semble la même que la nôtre mais ma chance est que la comparaison s'arrête là.

    Ce roman (mais est-ce vraiment un roman tant il a la beauté de ce qu'on a vécu avec les tripes?) est à la fois celui d'une génération entière, ceux qui ont cru à Mitterrand alors qu'ils n'avaient même pas l'âge de voter. La génération "Devaquet au piquet", celle qui pleure sur le destin de Slimane, issu de la seconde génération et grand frère de Malik Oussekine, et finit avec un chanteur qui embrasse les flics mais se moque des bobos. Evidemment, comme Isabelle Monnin parle très bien de cette période, il y a déjà de quoi me conquérir. Mais c'est aussi un roman sur le "nous", celui de deux sœurs, qui va, par la force des choses, devenir un "je". C'est une magnifique déclaration à une sœur qui disparaît mais qui continue de faire partie de la vie, qui ne connaîtra jamais ses neveux alors qu'elle fera partie intégrante de leur univers. C'est un magnifique roman sur la perte de l'autre partie du "nous", mais aussi sur le lien entre sœurs qui m'a beaucoup émue.
    J'ai envie de vous citer de nombreuses phrases, sur les chemins que l'on prend dans la vie, sur les mots qu'il devient indispensable de poser une feuille après les chagrins qui submergent, d'ailleurs je ne résiste pas à celle-ci: les poser sur la page c'est attraper de l'eau avec ses mains, une petite lutte vaine et nécessaire contre l"oubli puisque la mort dure trop longtemps, sur ces chansons qui nous font pleurer.
    Je ne sais pas si vous sentez mon émotion, ni à quel point j'ai adoré ce roman. Puisse-t'il vous toucher aussi.

  • 0.1

    Avis de la page 100 :

    L'ainée de 2 soeurs racontent leur jeunesse pendant les années 1980 d'abord en Province puis à Paris avec en toile de fond les évènements historiques de cette époque. Je suis dubitative sur le ressenti de cette lecture car je n'arrive pas à rentrer dans l'histoire.

    Avis Explorateur 2017
    Le roman retrace à travers la vie intime de 2 sœurs, la fin des années 70 jusqu’à nos jours, avec en toile de fond un pêle-mêle de récits personnels, de politique, de chansons et d’émissions TV de l’époque vu par les yeux de l’aînée.

    Malgré un épilogue très touchant qui donne envie de croire à l’humanité et un passage très éprouvant, je n’ai pas trop accroché à ce roman car l’écriture m’a plutôt rebutée.

    Ce style très particulier avec lequel il faut d’emblée se sentir à l’aise, donne, c’est vrai, un ton très original au roman mais cela ne m’a pas convaincue.

  • 0.2

    Avis de la page 100 :

    "Nous sommes deux, nous sommes des enfants et le monde est facile."

    Mistral perdu ou les évènements est l'histoire de deux soeur. A travers les souvenirs que l'aînée raconte, son enfance et adolescence, on découvre la vie de la cadette. Bien qu'elle soit en retrait, elle est omniprésente tel un point d'ancrage.
    Je trouve jusque là que l'écriture sonne juste et est emplie de réalisme. On s'identifie extrêmement facilement aux personnages et à leur vie que l'on peut presque juger de banale.

    A suivre...


    Chronique Explolecteur 2017
    « Si je peux écrire sur moi c’est que j’existe. »
    Mistral perdu ou les évènements est l’histoire d’une vie. Un témoignage touchant sur l’existence de deux soeurs unies par un lien à la fois conscient mais aussi inconscient. Malgré des paragraphes qui débutent souvent par « Nous sommes deux », la cadette n’est qu’une présence fantomatique, plus un point d’ancrage auquel on revient régulièrement.
    Ce roman est complet ; à la fois intelligent, contemporain, politique et au réalisme frappant.
    En effet, la présence de nombreux détails, anecdotes et souvenirs créent un univers plus que plausible, me donnant même l’impression d’ouvrir une fenêtre sur une (la ?) vie. L’écriture est également très juste. Chaque phrase fait choc et semble longuement pensée. De plus elle s’adapte à l’âge de la narratrice ; les descriptions se font à travers son regard : il en ressort une sincérité touchante. Cette authenticité est accentuée par les souvenirs clairement énoncés par un « Je me souviens » mais aussi par les oublis assumés : « Je ne me souviens pas ».
    En subdivisant ce roman par les différentes étapes qui rythment une existence (Enfance, Adolescence, Adulte), Isabelle Monnin semble nous conter son histoire, notre histoire. Ces étapes marquent à chaque fois un changement à la fois d’âge mais également d’époque, d’écriture, une modification radicale du mode de vie ou bien de psychologie. On voit alors une compartimentation de la vie de l’aînée, son évolution nous ramenant à ce que nous sommes : des êtres qui se courbent
    face aux évènements.
    Ces subdivisions aident Isabelle Monnin à jouer sur les oppositions (présentes tout au long du roman). Elle s’amuse ainsi à tirailler la narratrice entre des émotions diamétralement contradictoires et par là même nous aussi. Plus précisément, elle nous renvoie face à nous même.
    Mistral perdu fait partie de ces romans à l’histoire banale mais qui dégage quelque chose que l’on ne peut décrire. Je pense que l’on entendra parler de ce roman à la rentrée !

  • 0.2

    Page 100

    Deux sœurs dans une relecture de quelques chansons de Renaud et de bien d’autres. L’une raconte et l’autre vit sa vie de cadette en toile de fond. Tout les unit, Mitterrand président, le Hit-Parade, la Nationale 20, la chute du mur, Desproges … mais également les petits et grands copains, les amis, les amours. Je me sens proche d’elles et mon cœur bat à l’unisson. Isabelle Monnin me raconte une histoire qui pourrait être la mienne. Touchant !

    ... la suite :

    Mais, ce n’est pas mon histoire, c’est bien celle d’Isabelle Monnin qui va, au fil de ces pages magnifiques, évoquer ses joies et ses peines, sa relation très forte avec sa sœur de trois ans sa cadette.

    « Nous sommes deux » dit-elle et c’est ainsi qu’elle présente ces deux vies parallèles qui se ressemblent et s’unissent au gré des événements politiques, familiaux, musicaux, littéraires, etc ... Et, il y a les deuils qui jalonnent une vie et laissent à jamais le cœur blessé. Parler de la perte est un sujet récurrent chez l’auteur. Ici, elle revient sur sa relation avec sa sœur en chapitres découpés par périodes, enfance, adolescence, adulte, auxquels s’ajoutent deux autres, très courts : mort I et mort II.

    Que restent-ils de nos amours ? « Avons-nous gagné quelque chose de ce que nous avons perdu ? » Le 33 tours qui tourne sur la platine et les souvenirs égrénés comme un chapelet. Renaud est le symbole des belles années, celles de l’insouciance et de la rébellion. Il a vieilli lui aussi, il a souffert, il a perdu le Mistral mais il reste dans le cœur d’Isabelle Monnin comme le symbole parfait de cette émotion indéfectible quand elle évoque sa sœur et le petit enfant, tous deux disparus à jamais.

    Ce récit est émouvant et troublant. Bien-sûr il fait appel à nos propres souvenirs et à nos douleurs, à ces trous immenses dans les tablées du dimanche, à ces adieux inconcevables. J’ai perdu une sœur, peut-être suis-je alors plus sensible qu’un autre lecteur à ce texte fort et si juste sur le plan de l’émotion.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Les articles associés

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

Second tour ou les bons sentiments Isabelle Monnin LATTES

3

Voir tous les livres de Isabelle Monnin