Le temps est assassin

Couverture du livre « Le temps est assassin » de Michel Bussi aux éditions Presses De La Cite

4.1

20 notes

  • Nombre de page : 532
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Policier / Thriller grand format
Résumé:

Eté 1989.
La Corse, presqu'île de la Revellata, entre mer et montagne.
Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite... et bascule dans le vide.
Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

Eté... Lire la suite

Eté 1989.
La Corse, presqu'île de la Revellata, entre mer et montagne.
Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite... et bascule dans le vide.
Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

Eté 2016.
Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l'accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé.
A l'endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre.
Une lettre signée de sa mère.
Vivante ?

 

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.2

    Seule survivante de l’accident qui a coûté la vie à ses parents et à son frère après que leur voiture se fut écrasée au fond d’un précipice, Clotilde revient, vingt-sept ans plus tard, passer des vacances en Corse avec son époux et sa fille, retrouvant son grand-père, le patriarche intransigeant du clan des Idrissi.
    Un retour pour exorciser le passé qui semble déranger la mémoire collective.
    Que sait réellement sa famille Corse où règne la loi du silence ? Que s'est-il passé cet été-là ? Qu'en avait-elle perçu, peut-être sans le savoir, et consigné dans son journal qu'elle ne retrouva pas ? Qui a intérêt à faire remonter tout cela et pourquoi ?

    Autant de question que l’auteur pose à son lecteur l’entrainant dans une ronde infernale.
    J’ai tourné les pages avec avidité, je me suis perdue dans ces sentiers corses au milieu des mensonges et des fausses pistes. J’ai adoré me retrouver dans le décor sauvage et attirant de la Corse, à deux pas de Calvi, sur la pointe de la Revellata.

    Michel Bussi est un maître dans l’art de la manipulation.
    Le suspense est savamment dosé, les personnages sont passés au scanner, l'écriture est précise et fluide.
    Que demander de plus pour un bon moment de détente.

    Merci aux Editions Presse de la Cité et aux explorateurs du polar.

  • 0.1

    « Le temps est assassin » raconte l’histoire de Clothilde, dans un récit qui alterne entre deux époques : d’un côté,1989, l’année du drame, à quinze ans Clothilde perd ses parents et son frère dans un accident de voiture en Corse, de l’autre, en 2016 Clothilde revient sur les lieux une fois adulte et le mystère qui entoure la mort de sa famille fait surface.
    Ce roman a des points positifs : le principe d’alterner entre le présent et le passé est efficace, il y a un bon rythme, le suspens donne envie de tourner les pages et le roman se dévore très vite.
    Malheureusement ça n’a pas suffit à en faire une bonne lecture selon moi. Je n’ai pas trouvé les personnages spécialement intéressants ni très creusés, certains tiennent la route mais d’autres, comme Valentine la fille de Clothilde par exemple, sont assez peu crédibles et ont des comportements assez incohérents (par exemple, elle nous est décrite comme une fille intelligente et sage, mais quand sa mère l’amène à l’endroit ou sa famille a perdu la vie, un lieu lourd en symbole et en souvenirs douloureux pour Clothilde, Valentine n’en a rien à faire, se plaint, et reproche à sa mère d’accorder de l’importance à cette vieille histoire).
    L’intrigue générale n’est pas mauvaise mais pas exceptionnelle non plus, j’avais trouvé celle de « Nymphéas noirs » du même auteur beaucoup plus originale et complexe.
    Enfin la dernière chose qui m’a gênée est le style d’écriture. Il est assez particulier, l’auteur écrit les choses un peu comme elles pourraient être dites à l’oral, d’une manière pas très fine, j’ai trouvé ça assez maladroit et désagréable à la lecture.
    En résumé j’ai été déçue, ayant beaucoup aimé « Nymphéas noirs », je ne pense pas relire un livre de cet auteur.
    Merci à lecteurs.com pour l’envoi de ce livre.

  • 0.2

    Être la seule survivante d'un accident ...
    Alors quand Clothilde retourne 27 ans après sur les lieux du drame, on voyage entre passé et présent, savoir d'où et de qui vient cette lettre.
    Ce voyage dans le temps nous fait voyager à travers la Corse et des descriptions magnifiques qui transportent automatiquement sur les lieux au plus près de Clo (peut-être pour l'épauler à notre manière).

  • 0.25

    Après m’être régalé en lisant "Un avion sans elle", j’étais curieux de découvrir le dernier roman de Michel Bussi, roman que l’auteur est venu présenter à La Grande Librairie, lors de sa sortie.

    L’histoire se passe en Corse et il faut même dire que la presqu’île de la Revellata, près de Calvi, en est le personnage principal. Michel Bussi ne se prive pas d’évoquer toutes les batailles secrètes, toutes les terribles luttes d’influence visant à transformer l’île en rente touristique, en bétonnant une nature à la beauté incomparable.
    Comme à son habitude, l’auteur s’attache à une description très détaillée des lieux, les faisant vivre et vibrer au fil de la lecture. Le lecteur aurait envie d’y être mais les mots sont là pour nous transporter dans cette bergerie d’Arcanu, en août 1989 et durant le même mois en… 2016, en alternance.
    Clotilde, ado gothique et quelque peu rebelle, son casque sur les oreilles, écoute Manu Chao sans oublier de rédiger son journal, procédé déjà utilisé par Michel Bussi dans le roman précité avec le détective privé. Il faut dire que c’est un lien extraordinaire avec le passé d’autant plus que nous ignorons l’identité de la personne en train de lire les confidences de Clotilde…
    Ce 23 août 1989, ses parents quittent Papé Cassanu et Mamy Lisabetta pour se rendre à un concert polyphonique corse « dans une chapelle perdue dans le maquis ». Dans leur Fuego rouge, ils emmènent Clotilde et son frère Nicolas. Survient alors l’accident, terrible, car seule Clotilde échappe à la mort.
    Vingt-sept ans plus tard, nous retrouvons cette même Clotilde, avec sa fille Valentine (15 ans) et son mari, Franck, sur les lieux de la tragédie où elle demande quinze minutes « pour mon enfance ratatinée. »
    L’histoire est lancée. L’auteur nous emmène et nous tient avec son style vivant, enlevé, choisi et les pages tournent vite, pas assez… Au passage, l’auteur rend un petit hommage à Fred Vargas puisque son héroïne lit Temps glaciaires.
    Arrive ce 13 août 2016 et cette lettre remise la veille, au bungalow C 29, loué par la famille de Clotilde au camping des Euproctes. Sur cette lettre, elle reconnaît l’écriture de… sa mère ! Celle-ci est-elle vivante ? Impossible ! Clotilde a vu son corps déchiqueté sur les rochers après l’accident. Pourtant, les événements se succèdent, la tension monte et nous découvrons tout ce qui s’est passé au cours de ce mois d’août 1989, faisant connaissance avec beaucoup d’autres personnages dont chacun a son importance.

    En dire plus serait éventer tout suspense. Tout le plaisir de cette tension que l’auteur sait mener à merveille, s’évanouirait. Alors, il ne vous reste plus qu’à dévorer "Le temps est assassin" pour tout savoir.

  • 0.2

    Je ne dirai rien sur l'intrigue, que mes prédécesseurs ont déjà largement évoquée.
    Par contre, la Corse est tellement bien décrite, les fabuleux paysages sont si bien mis en valeur, que je pense que c'est elle la véritable héroïne - avec les Corses, évidemment - de ce nouveau roman de Michel Bussi

  • 0.2

    La Corse où se déroule l'histoire, est présentée assez précisément : les lieux, les traditions, l'état d'esprit sont bien retranscrits.

    Les personnages sont aussi riches et complexes tant dans leur personnalité que dans leur relation, et l'on sent rapidement que chacun a été marqué à vie par ce tragique évènement. Le retour de Clothilde, 27 ans plus tard, réactive les souvenirs, les secrets pour faire éclore la vérité. Au milieu de tout cela, Valentine, la fille de Clothilde et son mari semblent un peu paumé et victime de toute cette histoire ravivé.

    L'histoire est passionnante, on a vraiment envie de savoir si la mère est vraiment vivante ou si cette lettre est une imitation de son écriture et si c'est le cas comment est ce possible ? Michel Bussi sait une fois de plus nous tenir en haleine. Même si certains passages m'ont paru too much, l'histoire tient la route et nous surprend, et au final c'est bien ça qui compte !

  • 0.25

    Comme à chaque fois, Michel Bussi frappe très fort et c’est encore un gros coup de coeur. Les chapitres sont alternés entre le passé et le présent. Le journal intime de Clothilde oublié sur un banc le jour de l’accident nous permet de vivre les événements de l’été 1989 à travers l’adolescente de 15 ans. Dès le début du roman, on sait que le journal est lu par un personnage en 2016. Bien sûr, on ignore jusqu’à la toute fin qui est ce mystérieux personnage.

    En entremêlant le passé et le présent, on est emmené à explorer différentes pistes. Le suspense est au rendez-vous et il est difficile de lâcher le livre au cours de la lecture (impossible pour moi de m’arrêter durant les 150 dernières pages). Michel Bussi multiplie les fausses pistes et nous fait (re)découvrir la Corse, certaines de ses traditions notamment le caractère sacré de la famille. Cela a évidemment une place importante dans l’intrigue. Le grand-père de Clothilde, Cassanu Idrissi, est un homme très influant dans la région de Calvi et on pourra voir l’étendue de son pouvoir et de sa personnalité à travers les pages du journal intime et à travers le récit en 2016. Je me suis attachée à ce personnage au fil des chapitres et j’ai même versé des petites larmes en lisant certains passages.

    Michel Bussi nous offre un roman avec des personnages attachants, une intrigue époustouflante, riche en rebondissements et en émotions.

  • 0.25

    Un super roman avec un jeu dans le temps. Une fin à couper le souffle et être intense en rebondissements. A lire de toute urgence !

  • 0.25

    Avec Le temps est assassin, nous découvrons de nouveau une toile que Michel Bussi a tissé et dont il a relié chaque fil ; nous nous aventurons sur un de ceux qu’il nous propose, nous le faisons vibrer et vibrons avec lui, le cœur pulsant tel celui d’un funambule, nous atteignons un premier nœud, un indice dont on ne sait s’il s’avérera certain ou s’il sèmera un doute dans notre esprit, puis, un autre indicateur nous bouleversant soudainement, nous tentons une autre voie dans le but ultime de parvenir au cœur de la toile, celle qui emprisonne les secrets de son créateur.

    L’auteur est le maître incontesté de l’intrigue et de la mise en scène. Dès les premières lignes nous sommes catapultés en Corse, inspirant les odeurs sèches mais aussi iodées de son paysage, admirant ses couleurs intenses entre terre et mer, mais aussi s’imprégnant rapidement du caractère fort de ses habitants.

    « Son regard embrassa le panorama. Elle reconnut le crocodile endormi. La côte, de l’Ile-Rousse à Calvi, de la Revellata à Galéria, ressemblait à un ourlet de fil blanc, une fine dentelle, un trait pur dessiné d’une main sûre. Elle savait pourtant que ce n’était qu’une illusion, une question d’échelle. La côte était en réalité déchiquetée, et les rochers blancs se jetaient dans la mer, pointus et acérés comme mille couteaux aiguisés. »

    Clotilde revient sur les traces de son passé vingt-sept ans après avoir perdu sa famille, ici-même, dans les falaises de la Petra Coda, à bord d’une Fuego rouge étincelante ; une braise incandescente qui percutera les rochers par trois fois et qui y laissera trois vies décharnées, celles de sa mère, son père et son frère.
    C’est à travers la lecture mystérieuse de son carnet disparu le jour du drame que nous découvrons son adolescence et les personnages qui ont jalonné son été 1989.
    Puis des lettres à l’écriture reconnaissable et aux mots nostalgiques ainsi que des évènements qui la rappelleront à ses souvenirs feront irruption et tortureront son été 2016.
    Dans une alternance de passé, de présent, puis à la toute fin, de futur, que nous prenons possession de son histoire.

    L’auteur prend le temps de nous présenter les personnages et les faits, comme pour mieux nous imprégner du rythme des vacances du récit, comme pour nous languir, disséminant de-ci de-là des sentiments d’attachement, de peine, d’amour et de rivalité. Le déroulement est captivant et la surprise totale. Toutes les questions que nous nous posons au fil de l’histoire trouvent leurs réponses lors du dénouement. Tous les nœuds se relient pour former le cœur travaillé et sublime de la toile.

    L’écriture est belle, semée d’une poésie lancinante malgré un sujet au départ dramatique et douloureux. Michel Bussi a complètement réussi son pari d’imprégner son lecteur d’une ambiance corsée, estivale, musicale et assassine, un temps qui a emporté avec lui les rires des enfants ♫ et la naïve candeur de Clotilde à ses quinze ans.

    Je vous le recommande chaudement ! Je ne tergiverse pas, Michel Bussi est incontournable dans la lecture qui vous laisse pantoise et pétrie d’émotion. Un roman à déguster sous le soleil brûlant de l’été.

    Ma chronique complète sur mon blog : https://ducalmelucette.wordpress.com/2016/08/14/lecture-le-temps-est-assassin-de-michel-bussi/

  • 0.2

    Comme le précédent Ne lache pas ma main, écriture efficace, c'est bien écrit et la Corse cette fois-ci donne un très beau théatre à ce livre.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

Sang famille ; traque dans les Anglo-Normandes Michel Bussi DES FALAISES

Voir tous les livres de Michel Bussi

Autres éditions

Le temps est assassin Michel Bussi PRESSES DE LA CITE

4.1

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com