Le temps est assassin

Couverture du livre « Le temps est assassin » de Michel Bussi aux éditions Presses De La Cite

4.192307692

26 notes

  • Nombre de page : 532
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Policier / Thriller grand format
Résumé:

Eté 1989.
La Corse, presqu'île de la Revellata, entre mer et montagne.
Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite... et bascule dans le vide.
Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

Eté... Lire la suite

Eté 1989.
La Corse, presqu'île de la Revellata, entre mer et montagne.
Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite... et bascule dans le vide.
Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

Eté 2016.
Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l'accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé.
A l'endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre.
Une lettre signée de sa mère.
Vivante ?

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.2

    Clotilde était en vacances en Corse en 1989, dans sa famille paternelle. Adolescente, elle occupait son temps comme toutes les adolescentes de l’époque, elle écoute La Mano Negra dans son walkman, mate les ados de son âge et tient un journal intime. Et puis le 23 aout, la Fuego paternelle sort de la route, ses parents et son grand frère trouvent la mort, elle reste seule survivante. 2016, Clotilde revient en Corse pour la première fois depuis le drame avec son mari et son adolescente de fille. Sa présence, son obstination à comprendre, et quelques évènements bizarres vont réveiller des vieux démons à propos de l’accident, qui n’en était peut-être pas un… Le roman de Michel Bussi est parfait pour l’été et la plage. Les chapitres de 2016 montrant Clotilde entrain de remuer un passé qui ne demandait pas à l’être s’alternent avec les chapitres d’un journal intime de 1989. Ce journal intime, il est tellement bien écrit, tellement détaillé, tellement pointu qu’on a quand même un peu de mal à imaginer une adolescente de 16 ans en train de le gratter pendant tout l’été, mais passons… Ce n’est pas la seule petite chose moyennement crédible dans l’intrigue de Bussi. Le fin, comme souvent avec lui, est quand même un petite peu trop grosse pour être crédible ! Voilà un auteur qui n’a pas peur d’aller un peu loin dans l’incroyable. Mais si on met un mouchoir sur ces petites exagérations, on se trouve embarqué dans une intrigue assez facile à comprendre mais qui réserve une fin qu’on n’a pas vu venir, globalement cohérente, très prenante. Style agréable, chapitre ni trop long ni trop courts, c’est un roman quand même assez dense mais qui passe bien. Ce qui est plutôt bien vu, c’est le rapport conflictuel, presque teinté de rivalité, mère/fille adolescente qui se reproduit entre Clotilde et sa mère, puis Clotilde et sa fille, comme quoi on reproduit toujours les schémas de notre mère, quoi qu’on en dise. La Corse, personnage à part entière du roman, n’est pas forcément dépeinte sous un jour très flatteur. En fait, ce n’est pas la Corse qui est dépeinte sans fioriture, mais les Corses ! Insulaires jusqu’à l’hostilité, obstiné jusque dans l’entêtement, rancuniers jusqu’à l’absurde, ils correspondent assez bien à l’idée (fausse ?) que l’on se fait d’eux sur le continent. C’est le troisième roman de Michel Bussi que je lis après « N’oublie jamais » et « Gravé dans le sable » (il aime bien la chanson française !), celui-ci à peu ou prou les mêmes qualités et les mêmes petits défauts. Il faut juste se laisser porter par son intrigue sans arrières pensées.

  • 0.2

    Très bon polar qui donne envie de découvrir la Corse.

  • 0.2

    Un vrai régal ce roman, outre l'écriture de Michel Bussi, on reste fasciné par la beauté des paysages, des personnages, de l'intrigue qui nous tient en haleine jusqu'à la fin. Accident ou assassinat, Clotilde revient sur les traces de son passé 27 ans après le drame qui a coûté la vie à ses parents et à son frère, et ce retour vers le passé en dérange manifestement plusieurs. Multiples rebondissements, tous les personnages peuvent être soupçonnés, dans ce milieu familial corse pour qui l'honneur et la famille ne sont pas de vains mots. Une belle lecture.

  • 0.25

    J'ai aimé ce livre que je viens de terminer. L'auteur nous transporte dans la Balagne avec perfection. Il y décrit la Corse tellement bien. Quand on la connait, on sourit en lisant le débarquement du ferry, on se remémore les odeurs, le maquis, les paysages, les routes, les plages, Calvi.... Les balles dans les murs ou pannaux, les ruines, l'omerta... Les cimetières, les ravins... Tout y est !!
    Ou presque... Il manque les vaches ou cochons sur les bords de routes ou les plages.

    Michel Bussy sait nous tenir en haleine. Suspence jusqu'au bout ! Les parents de Clotilde et son frère sont-ils morts lors d'un accident ou celui-ci est-il criminel ?

  • 0.25

    J'ai reçu ce livre dans le cadre des Explorateurs du Polar et je lui met la note de 10/10.
    Michel Bussi nous emmène dans son nouveau roman en Corse durant les étés 1989 et 2016. Clotilde a 15 ans en 1989 et survit à un accident de voiture sur une route en corniche, qui coûte la vie à ses parents et son frère; elle en sort miraculeusement indemne. Lors de l'été 2016, 27 ans après le drame, elle revient pour la première fois sur le lieu de l'accident avec son mari et sa fille pour enfin faire le deuil de cet épisode traumatisant. Ils logent dans le même camping qu'elle et sa famille 27 ans avant, c'est alors qu'elle reçoit une lettre de sa mère...Serait-il possible qu'elle soit encore en vie alors qu'elle l'a vue mourir sous ses yeux?
    Michel Bussi nous emmène ici dans une histoire où les non-dits, les apparences, les rumeurs sont rois. Il nous fait découvrir la Corse et ses mystères. J'ai beaucoup aimé cette histoire qui m'a fait découvrir un bout de la Corse, coin de France que je ne connais pas du tout. A certains moments, j'avais l'impression d'être dans le maquis avec les personnages. Le personnage de Clotilde m'a touché, on cherche la vérité à ses côtés et on souhaite que sa mère soit vraiment encore en vie tout en se demandant comment cela serait possible puisqu'elle l'a vu mourir sous ses yeux.
    Le jeu des apparences et des silences (corses?) sont présents tout au long de ce récit. J'ai apprécié le fait qu'on navigue entre le récit de nos jours et la lecture du journal intime de Clotilde qui nous aide à mieux comprendre les relations des adultes d'un part et celles des adolescents que fréquentent Clotilde et son frère.
    Le style de l'auteur est toujours autant incisif et précis, on situe bien dès le départ les enjeux des personnages et de l'histoire...tout en nous "baladant" jusqu'à la fin. On ne découvre que dans les tous derniers chapitres le fin mot de l'histoire et c'est ce que j'aime dans l'écriture de Michel Bussi. J'aime ces histoires où on devine pas tout de suite la fin, où il y a sans cesse des rebondissements et où on prend le temps de développer tous les fils de l'histoire et des relations entre les personnages.
    Cette histoire, que j'ai lu après deux autres romans de Michel Bussi "les Nymphéas noirs" et "Un avion sans elle", deux romans que j'avais adoré, me conforte dans mon idée que Michel Bussi est devenu, au fil de ses histoires, un de mes auteurs préférés.

  • 0.25

    Michel Bussi nous emmène en vacances en Corse. C'est la découverte d'un paysage que je ne connais pas du tout mais qui me fait rêver lorsque je le découvre à travers ses mots.

    Le temps est assassin c'est l'histoire de Clothilde Idrissi qui comme tous les étés passe des vacances en Corse avec sa famille jusqu'au jour maudit. Celui où la voiture familliale finit dans un ravin. 3 tonneaux, 3 morts et une survivante : Clothilde.

    On découvre aussi la Clothilde qui revient 27 ans plus tard en Corse. Comme un pélerinage sur les lieux où sa vie à basculé. En parallèle on suit les vacances de la jeune Clothilde à travers la lecture de son journal.
    D'ailleurs, qui est cette personne qui nous lit le journal de Clothilde ? Qu'est-il vraiment arrivé cet été-là ? Des questions que l'on se pose très vite comme la Clothilde qui revient sur les traces de son passé.
    Je me suis sentie très proche de la Clothilde ado à qui je ressemblais sur certains points mais aussi de la Clothilde adulte même si je l'ai détestée parfois (mais pas autant que Franck son mari, et l'indifférence qu'il a pu montrer).
    En résumé : c'est une lecture qui m'a fait partir en vacances et découvrir un aperçu de la Corse. C'est aussi une enquête un peu spéciale qui m'a très vite happé dans le récit.

    Michel Bussi m'a surpris, je ne le connaissais qu'avec les Nymphéas Noirs. Il s'avère que c'est un auteur que je souhaite découvrir un peu plus.

  • 0

    J'aime bien ses bouquins à ce monsieur Bussi, toujours du plaisir à découvrir la chute qui est toujours surprenante. Cet auteur sait nous tenir en haleine, on ne lache pas un bouquin de Bussi. C'est un peu complique parfois mais je suis agréablement suprise! Comme toujours. Vivement le prochain!!!!!

  • 0.2

    Seule survivante de l’accident qui a coûté la vie à ses parents et à son frère après que leur voiture se fut écrasée au fond d’un précipice, Clotilde revient, vingt-sept ans plus tard, passer des vacances en Corse avec son époux et sa fille, retrouvant son grand-père, le patriarche intransigeant du clan des Idrissi.
    Un retour pour exorciser le passé qui semble déranger la mémoire collective.
    Que sait réellement sa famille Corse où règne la loi du silence ? Que s'est-il passé cet été-là ? Qu'en avait-elle perçu, peut-être sans le savoir, et consigné dans son journal qu'elle ne retrouva pas ? Qui a intérêt à faire remonter tout cela et pourquoi ?

    Autant de question que l’auteur pose à son lecteur l’entrainant dans une ronde infernale.
    J’ai tourné les pages avec avidité, je me suis perdue dans ces sentiers corses au milieu des mensonges et des fausses pistes. J’ai adoré me retrouver dans le décor sauvage et attirant de la Corse, à deux pas de Calvi, sur la pointe de la Revellata.

    Michel Bussi est un maître dans l’art de la manipulation.
    Le suspense est savamment dosé, les personnages sont passés au scanner, l'écriture est précise et fluide.
    Que demander de plus pour un bon moment de détente.

    Merci aux Editions Presse de la Cité et aux explorateurs du polar.

  • 0.1

    « Le temps est assassin » raconte l’histoire de Clothilde, dans un récit qui alterne entre deux époques : d’un côté,1989, l’année du drame, à quinze ans Clothilde perd ses parents et son frère dans un accident de voiture en Corse, de l’autre, en 2016 Clothilde revient sur les lieux une fois adulte et le mystère qui entoure la mort de sa famille fait surface.
    Ce roman a des points positifs : le principe d’alterner entre le présent et le passé est efficace, il y a un bon rythme, le suspens donne envie de tourner les pages et le roman se dévore très vite.
    Malheureusement ça n’a pas suffit à en faire une bonne lecture selon moi. Je n’ai pas trouvé les personnages spécialement intéressants ni très creusés, certains tiennent la route mais d’autres, comme Valentine la fille de Clothilde par exemple, sont assez peu crédibles et ont des comportements assez incohérents (par exemple, elle nous est décrite comme une fille intelligente et sage, mais quand sa mère l’amène à l’endroit ou sa famille a perdu la vie, un lieu lourd en symbole et en souvenirs douloureux pour Clothilde, Valentine n’en a rien à faire, se plaint, et reproche à sa mère d’accorder de l’importance à cette vieille histoire).
    L’intrigue générale n’est pas mauvaise mais pas exceptionnelle non plus, j’avais trouvé celle de « Nymphéas noirs » du même auteur beaucoup plus originale et complexe.
    Enfin la dernière chose qui m’a gênée est le style d’écriture. Il est assez particulier, l’auteur écrit les choses un peu comme elles pourraient être dites à l’oral, d’une manière pas très fine, j’ai trouvé ça assez maladroit et désagréable à la lecture.
    En résumé j’ai été déçue, ayant beaucoup aimé « Nymphéas noirs », je ne pense pas relire un livre de cet auteur.
    Merci à lecteurs.com pour l’envoi de ce livre.

  • 0.2

    Être la seule survivante d'un accident ...
    Alors quand Clothilde retourne 27 ans après sur les lieux du drame, on voyage entre passé et présent, savoir d'où et de qui vient cette lettre.
    Ce voyage dans le temps nous fait voyager à travers la Corse et des descriptions magnifiques qui transportent automatiquement sur les lieux au plus près de Clo (peut-être pour l'épauler à notre manière).

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

Sang famille ; traque dans les Anglo-Normandes Michel Bussi DES FALAISES

Voir tous les livres de Michel Bussi

Autres éditions

Le temps est assassin Michel Bussi PRESSES DE LA CITE

4.192307692

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com