Le gang des rêves

Couverture du livre « Le gang des rêves » de Luca Di Fulvio aux éditions Slatkine Et Cie

4.631578947

19 notes

  • Nombre de page : 720
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Littérature Italienne
Résumé:

Une Italienne de quinze ans débarque avec son fils dans le New York des années vingt...

L'histoire commence, vertigineuse, tumultueuse. Elle s'achève quelques heures plus tard sans qu'on ait pu fermer le livre, la magie Di Fulvio.

Roman de l'enfance volée, Le Gang des rêves brûle d'une... Lire la suite

Une Italienne de quinze ans débarque avec son fils dans le New York des années vingt...

L'histoire commence, vertigineuse, tumultueuse. Elle s'achève quelques heures plus tard sans qu'on ait pu fermer le livre, la magie Di Fulvio.

Roman de l'enfance volée, Le Gang des rêves brûle d'une ardeur rédemptrice : chacun s'y bat pour conserver son intégrité et, dans la boue, le sang, la terreur et la pitié, toujours garder l'illusion de la pureté.

Dramaturge, le Romain Luca Di Fulvio est l'auteur de dix romans.
Deux d'entre eux ont déjà été adaptés au cinéma ; ce sera le destin du Gang des rêves, qui se lit comme un film et dont chaque page est une nouvelle séquence.

Donner mon avis

Le courrier des auteurs

Luca Di Fulvio répond à nos questions ! (15/06/2016)

1) Qui êtes-vous ? ! C'est la question à un million de dollars. Pour le savoir, demandez à mon analyste. J'ai cherché ma voie pendant de nombreuses années. À supposer que je l'aie trouvée, c'est plus par intuition que par intelligence, plus par hasard que par introspection. Et si je pense avoir trouvé un chemin, rien ne m'empêchera d'en trouver d'autres, à l'avenir. Ma vie s'est faite comme ça. Je suis d'abord entré à l'Académie des arts dramatiques ou j'ai rencontré mon mentor, un professeur de mise en scène, Andrea Camilleri, qui à l'époque n'avait pas encore écrit de romans. Je suis devenu acteur, j'ai créé ma propre compagnie de théâtre ainsi qu'un groupe de musique. Nous avons fait un court-métrage, Exit, qui a remporté le Grand prix du festival de San Sebastian, et a été nominé pour les Oscars. Je continuais à faire l'acteur et, un jour, un réalisateur m'a crié : «Arrêtez de changer constamment les textes que vous devez jouer ! Écrivez-en un mais ne ruinez pas le mien !». C'est ce que j'ai fait. J'ai écrit une adaptation théâtrale de Tonio Kröger, de Thomas Mann et je me suis aperçu que l'écriture me plaisait. Pendant dix ans, tous les éditeurs italiens ont refusé les romans que je leur proposais. «Vous n'êtes pas assez italien», m'écrivaient-ils. Je ne comprenais pas ce que cela signifiait. Ensuite, j'ai écrit un thriller qui a eu un certain succès. Fabio Conversi l'a lu et en est tombé amoureux. Il l'a fait lire à sa femme, Fanny Ardant, qui l'a gentiment signalé à Gallimard. Le livre est paru sous le titre L'Empailleur dans la Série Noire. Puis, j'ai écrit Le Gang des Rêves qui a eu un succès incroyable en Allemagne, où il a dépassé le million d'exemplaires. 2) Quel est le thème central de ce livre ? J'envie beaucoup les écrivains qui connaissent le sujet de leur livre avec certitude, certains même avant de commencer à l'écrire. Je ne suis pas comme ça. Je suis un peu comme une sage-femme, j'assiste la naissance des personnages et me laisse guider par eux. Lorsque le thème est défini, les personnages vivent leur vie. Rétrospectivement, je peux dire que Le Gang des rêves est un roman d'apprentissage : le protagoniste est un petit garçon qui devient un homme ; sa mère est une jeune fille devenue trop vite femme ; et le troisième personnage, une fillette forcée par la vie à grandir trop vite. En même temps, j'ai voulu peindre une fresque de l'Amérique et essayer d'être le plus précis possible, notamment dans la description de New York. J'avais besoin d'un décor où tout soit possible. J'ai décrit des lieux qui font partie de notre imaginaire. Chacun d'entre nous a en tête des images de Paris ou de New York, même ceux qui n'y sont jamais allé. Et puis, bien sûr, ce livre est un roman d'amour. L'amour qui surmonte toutes les barrières, sociales et personnelles. Avec des rêves sans lesquels on ne peut pas vivre. Et la passion sans laquelle on ne peut pas réaliser ses rêves. C'est l'amour qui anoblit. L'amour qui devient possible quand plus personne n'y croit. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? Oh là ! Me citer moi-même ? Très bien. J'aime quand Cetta, la mère du protagoniste, raconte qu'elle a lu Croc Blanc de Jack London, car cette phrase résume sa sagesse et les conseils de vie qu'elle donne à son fils : «Tu es un loup, mon amour. Et le loup qui est en toi te rendra fort et invincible quand tu seras grand. Mais comme Croc Blanc, il faut que tu écoutes la voix de l'amour. Si tu ignores cette voix, tu deviendras comme tous les jeunes de notre quartier, ces délinquants qui ne sont pas des loups sauvages, mais juste des chiens enragés.» 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? La première musique que je serais tenté de citer, c'est Diamond Dogs, de David Bowie, à qui j'ai emprunté le nom dont mon héros baptise son gang. Mais je crois que, si on devait faire une bande originale, Ennio Morricone serait parfait. 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? Les émotions. Je suis incapable d'intellectualiser, c'est ma plus grande limite et peut-être ma seule qualité. Les plaisirs de l'esprit ne me satisfont pas. J'aime rire, parler marcher. La simplicité, c'est quelque chose qu'on a dans l'estomac plus encore que dans le coeur. On l'a en soi, enfant, et en grandissant, on la perd peu à peu. La société, la culture vous imposent des choix. Mais si vous observez les enfants, vous verrez qu'ils utilisent naturellement des métaphores que les adultes finissent par éliminer de leur discours. Le premier signe de la vieillesse est sans doute d'appeler les choses uniquement pas leur nom. Donc oui, ce sont mes émotions que j'aimerais partager. Ce sont elles qui m'aident à me sentir vivant. 6) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? ! Les livres qu'on lit nous servent à donner une géométrie à nos vies, à apporter une réponse, à nous faire croire que l'existence à un début, un milieu et une fin. Les écrivains qui les écrivent servent la beauté, comme les poètes ou comme les peintres. Un jour, en Sicile, j'ai vu une gamine maigrichonne avec un énorme panier de fruits sur le dos. Elle grimpait péniblement un escalier, elle a trébuché et fait tomber toute sa cargaison. Une femme l'a aidée à se relever et lui a glissé une fleur dans les cheveux. La gamine est repartie, son sac était plus léger. Quand elle a disparu, j'ai demandé à la femme pourquoi elle lui avait donné cette fleur. Elle m'a répondu : «pour la beauté».

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

  • 0.25

    Quelle belle decouverte!
    Ce roman est un petit bijou, un petit pavé qu'on ne peut pas lâcher.
    Outre l'histoire ce qui m'a le plus marquée ce sont les personnages, très travaillés et attachants. C'est avec grand regret qu'on referme ce livre.
    Merci à lecteurs.com pour la découverte de cet auteur.

  • 0.25

    Le gang des rêves est pour moi l'une de mes plus belles lectures de cette année 2017. J'ai découvert une plume extraordinaire qui m'a prise véritablement aux tripes. Luca Di Fulvio nous fait vibrer, parfois pleurer, tout en nous faisant sourire. Le gang des rêves est une histoire qui retrace la réalité de l'époque, les années 20, où les immigrés d’Europe arrivaient en masse sur cette terre d'accueil : l'Amérique, et va nous plonger dans les bas-fonds New-Yorkais, dans la pauvreté, le racisme, les crimes, les gangs, la prostitution et la mafia. C'est également là, à cette même époque, que l'on nomme les années folles, que les postes de radio vont prendre place dans les maisons, et le jazz, le cinéma, toussa toussa, en plein essor. Parmi eux, on découvre Cetta, une jeune italienne qui vient de fuir son pays natal suite à un viol, avec son nouveau-né aux bras. En Amérique, elle espère offrir le meilleur à son enfant, même si, quoi qu'elle fasse, son fils lui rappellera toujours son ancienne vie rien que par sa blondeur de ses cheveux... Seulement, voilà, rien ne sera simple pour elle comme pour lui. Cetta n'aura pas d'autre choix, par sa naïveté et son jeune âge, que de vivre dans la prostitution, et son fils à suivre le mouvement du ghetto, à se faire un nom pour être respecté, quitte à bluffer les autres pour survivre, là où les crimes, les gangs ne loupent pas.

    Dans ce roman de plus de 800 pages, j'ai tout d'abord adoré l'intensité de la relation mère-fils et l'importance des autres personnages. Du coup, l'auteur, Luca Di Fulvio, nous fait jongler entre le passé, quand Cetta débarque en Amérique avec son bébé dans les bras, et le présent, pour mieux comprendre certaines décisions, le parcours, et les rêves de Christmas, quand il décide de monter son propre gang : Les Diamond Dog. Toutefois, on s'aperçoit au fil des pages que Cetta a la tête sur les épaules malgré sa jeunesse, quand il s'agit de son fils et de l'éducation qu'elle veut lui donner. Une éducation ferme surtout quand il faut respecter les femmes. Alors, quand il découvre la jeune Ruth, une juive de la haute, complètement défigurée par les coups, violée et j'en passe, Christmas a se besoin viscéral de prendre soin d'elle, de la protéger. Hélas, tous les deux ne viennent pas du même monde... Mais l'alchimie est bien là, bien réelle...
    Je ne vous cache pas que l'histoire a été très, très dure à lire par moments et j'avoue même avoir eu la nausée, parfois. C'est clair que l'auteur n'a pas lésiné sur les détails. Mais en même temps, l'histoire est tellement addictive, tellement belle, riche et réaliste, que l'on oublie "presque" la dureté de certains passages. D'ailleurs, j'avais l'impression d'être parmi eux, de vivre, de ressentir, de toucher, de tomber, de gravir et de les voir comme des potes du quartier. Incroyable ! Christmas a une personnalité très forte et touchante à la fois. On ne peut que l'aimer. C'est réellement un sacré personnage qui fait du bien, qui fait sourire et que l'on prend plaisir à suivre jusqu'à la dernière page. Il est réellement le point fort de cette histoire. J'ai mis des jours pour passer à une autre lecture et je ne peux que vous le recommander ! Ce livre est tout simplement magistral, éblouissant, intense, dur et émouvant à la fois ! Un chef d'oeuvre !

  • 0.25

    Ce livre a été une découverte géniale!!! Merci à lecteur.com!
    J'ai adoré ce livre et j'ai eu beaucoup de mal à m'en détacher tous les jours au moment du coucher^^
    L'histoire de cette mère et son fils dans les années 20 m'a bouleversé et je me suis beaucoup attachée à ces personnages qui vivent des aventures uniques. Je ne sais malheureusement pas assez écrire pour exprimer tous ce qu'il m'a fait ressentir mais en tout cas merci à l'auteur! Gros coup de cœur!

  • 0.25

    Waouh !!! et un grand Waouhhhh !!!
    Tout d'abord, merci à Lecteurs.com de m'avoir permis de gagner ce merveilleux livre qui, vraiment a été un super coup de coeur !!!
    Cela va être difficile d'écrire une critique sur ce roman après toutes celles qui ont déjà été publiées, car je ne peux qu'être d'accord avec toutes les louanges qui lui ont été faites.
    Je crois que tout a déjà été dit, mais effectivement c'est un livre incroyable ! un " pavé " de plus de 900 pages, mais qui filent à une vitesse vertigineuse. C'est un roman à la fois tendre et violent, un roman d'amour et d'amitié, un roman où nous retrouvons la misère et la richesse, tout cela, dans l'Amérique des années 1920.
    C'est aussi un livre dans lequel nous découvrons les problèmes des immigrés confrontés au racisme, les gangs, les gangsters, les mafias, mais par ailleurs, nous assistons à la naissance d'Hollywood et du cinéma parlant, les débuts de la radio et de la photographie,
    Nous côtoyons des personnages très attachants et d'autres beaucoup plus cruels, mais tous nous marquent énormément.
    Je voudrais juste reprendre deux phrases qui ont été écrites par Marie-Laure et Lydie, à savoir :
    " Le Gang des rêves se lit comme on regarderait un grand film " et " C'est un pur bonheur, si je devais relire un livre cette année, ce serait le Gang des rêves ".
    Je pense qu'elles se reconnaîtront et je voulais leur dire que leurs phrases résume très bien ce que l'on ressent en lisant ce magnifique roman.
    Je vais de ce pas, courir à ma librairie acheter l'autre roman de ce talentueux auteur, " les Enfants de Venise ".
    Un livre que je conseille à tous !!!

  • 0.25

    Une jeune italienne de 15 ans devenue mère à la suite d’un viol, décide de s’enfuir en Amérique, terre de rêves et de promesses, avec son fils Natale, pour y trouver une vie meilleure.

    Les rues de New York vont vite la faire déchanter. Elle y apprendra ce qu’est le rêve américain pour les émigrants, en faisant le plus vieux métier du monde et son fils grandira en se créant un gang pour avoir l’impression d’exister. Sa rencontre avec Ruth, une jeune juive fortunée agressée sauvagement par un employé de son grand-père, va bouleverser sa vie et quand celle-ci partira pour la Californie, son unique but sera de la retrouver et de la venger. Natale, rebaptisé Christmas est pugnace, il n’est pas de son monde, qu’à cela ne tienne, il changera de vie pour devenir quelqu’un d’autre, cet autre qui pourra enfin être digne de son amour.

    Un roman édifiant sur l’Amérique des années 20 et la réalité que rencontraient les migrants venus d’Europe, pour y trouver la terre promise. New-York et ses dérives, les ghettos où s’entasser les pauvres gens, suivant leur nationalité, formant des quartiers cosmopolites où le seul point commun résidait dans la misère qu’ils partageaient. Luca Di Fulvio relate cette époque avec force, sans fioritures, d’un style brutal et tranchant, n’enlevant rien de la précarité de ces pauvres hères venus chercher fortune et qui ne connaîtront rien d’autre que les vicissitudes sordides que la vie leur apporte. Un très beau roman qui se lit avec parcimonie, tant les personnages sont attachants et ne donnent plus envie de refermer les pages sur eux. Un auteur de talent, que j’ai découvert avec « les enfants de Venise », et dont je guetterai le prochain roman à sortir avec un plaisir renouvelé.

  • 0.25

    Je voudrais d'abord remercier lecteurs.com et Pocket pour m'avoir envoyé ce livre.
    Première impression : "waouh, il est super gros (944 pages en poche), comment je vais faire pour le lire en un mois alors que je pars en vacances en plein milieu ?"
    Eh bien, si ça peut vous rassurer, j'avais tort : je l'ai dévoré dans la voiture ou entre la piscine et la plage, en à peine 15 jours. Une libraire précise, sur la quatrième de couverture, qu'il se lit comme on regarderait un grand film, et c'est tout à fait vrai.
    Je ne vais pas m'étaler sur le résumé, d'autres l'ont fait avant moi : Luca di Fulvio y a mélangé les tréfonds de New-York à une cuillerée d'années folles et ses nouveautés, ainsi qu'à une dose généreuse de richesse et de pauvreté (truands, pickpockets ou juifs), le tout agrémenté d'une pincée d'Hollywood... Enfin, il n'a pas hésité à saupoudrer le plus possible son roman d'amour et d'amitié entre des personnages très attachants, ce qui fait de ce roman, malgré le thème et le début tout à fait déprimant, un feel-good de la meilleure espèce qui, j'en suis sûre, vous ravira !

  • 0.25

    Je remercie Orange lecteurs.com pour ce livre.
    Je vous présente ici mon coup de cœur du mois. C'est une épopée extravagante et bouleversante, faite de violence et de preuve d'amour que nous livre Luca Di Fulvio. Nous allons suivre le parcours de Cetta Luminata de son Italie natal aux berges d'Elis Island aux Etats Unis. Elle y débarque à 16 ans avec son bébé rebaptisé Christmas puisqu'il est né le jour de Noël. Le rêve américain semble à portée de main et pourtant que peut espérer une gamine de 16 ans avec un bébé, ne parlant que l'italien sans amis... Le début du livre nous parle de l'enfance débrouillarde que vit de Christmas auprès de sa mère dans un quartier pauvre de New-York. Très rapidement entre en scène le personnage de Sal, le souteneur au grand cœur qui s'avèrera être un soutien indéfectible et une figure paternelle pour le jeune Christmas. On découvre aussi une autre famille, riche celle-là et juive qui laisse m'a laissé le sentiment d'être en fin de lignée représentée par le dernier maillon qu'est la jeune Ruth. Ruth va vivre un drame affreux qui provoquera sa rencontre avec Christmas. Cette première fois marquera leurs âmes et apparaît à la lectrice que je suis comme le signe du destin, une sorte de fatalité que nul ne peut changer. L'amitié et la confiance se construisant petit à petit glissant vers les prémisses d'un grand amour reste très émouvant à lire. Cependant leurs différences sociales et religieuses viendront se mettre en travers de tout rapprochement possible.
    L'auteur nous parle aussi d'un autre personnage, bien moins reluisant celui-là. C'est un véritable sadique, pervers, meurtrier, violeur j'arrête là mais vous l'aurez compris ce personnage est là pour nous montrer la face noire de ce rêve américain. On y verra aussi le racisme, le communautarisme et l'antisémitisme porté par des mondes différents des gangsters, aux lumières d'Hollywood, il n'y a qu'un pas. La psychologie des personnages est remarquable, ainsi que tout le côté description de la ville de New-York et de Los Angeles au début du siècle et je me suis laissée emportée dans cette ambiance. C'est tellement bien raconté que cela pourrait facilement être adapté au cinéma et ce n'est pas sans raison, puisque l'auteur écrit aussi des pièces de théâtre.  Le gang des rêves fait partie d'une trilogie et j'ai hâte que les tomes suivants soient disponibles en français. Bonne lecture.

  • 0.1

    Une saga qui nous fait suivre Ceta jeune italienne de15 ans débarquant en Amérique flanquée de son enfant né d'un viol. Elle sera prostituée comme d'autres blanchisseuses ou serveuses - sans vraiment cherc her à sortir de sa condition...Elle se fera emmener par son mac un homme hideux aux mains noires directement devant la porte de l'hôtel de passe et reprendre le soir par le même pour habiter dans une cave...Elle ne se plaint pas va au travail sans sourciller et élève son enfant dans les quartiers pauvres...On la suit et on voit le garçon prénommé "Christmas grandir dans un monde qu'il se crée, un gang .et sauve une jeune juive riche en la portant à l'hôpital après un viol et un aggression...Toute l'histoire va se tenir là entre ses personnages là..Cela se passe dans les années 20 au temps de la prohibition...L'histoire se tient mais parfois cela semble un peu enjolivé, parfois le contenu est longuet un peu enjolivé mais au final on s'accroche parce que on veut savoir vers quel destin va ce jeune italien qui ne veut que devenir américain et sortir de sa condition...L'écriture est simple et entrainante on se laisse prendre par le récit...Un roman de l'été à lire à l'ombre et qui fait voyager...

  • 0.25

    Il y a tout dans ce roman: misère immigration violence prostitution gangsters meutres racisme souffrance amitié émotion et pour finir l'Amour avec un grand A. Les ingrédients sont bien dosés pour en faire un excellent bouquin que l'on ne lâche plus.

  • 0.25

    Dès le début de cette lecture, j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver ce qui m’avait plu dans Les enfants de Venise :

    un amas de personnages (bien souvent des adolescents) munis d’ambitions et de rêves
    des histoires de famille, de lignée, de clans
    un mystère (parfois même une peur) trônant autour d’un ou plusieurs personnages
    de la violence et de l’amour qui rythment l’intrigue principale
    un suspens omniprésent
    la curiosité que l’on ressent en tant que lecteur face à tous ces personnages et informations


    Il est (presque) impossible en tant que lecteur de ne pas être emporté (dès les premières pages) par le tourbillon qui émane de ce roman. Tourbillon de sentiments, de suspens, de personnages, de rêves… Tourbillon qui immerge le lecteur au sein d’une grande aventure livresque !

    Cet auteur a un réel talent ! Chaque mot, chaque expression fait voyager le lecteur auprès de ces personnages et de leurs rêves. La description de la moindre scène parait d’autant plus réelle que l’on s’y retrouve plongé comme par magie…

    Parallèlement à cela, il ressort de cette lecture quelque chose de doux et fort à la fois : un côté humain empli de volonté et dompté par l’amour et l’amitié.



    Plus qu’une simple histoire, c’est un voyage que nous propose cet auteur, une immersion dans un univers : le sien, celui de ses romans !

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Les articles associés

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

L'échelle de Dionysos Luca Di Fulvio ALBIN MICHEL

2

Voir tous les livres de Luca Di Fulvio

Autres éditions

Le gang des rêves Luca Di Fulvio SLATKINE ET CIE

4.631578947

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com