La tresse

Couverture du livre « La tresse » de Laetitia Colombani aux éditions Grasset Et Fasquelle

4.219512195

41 notes

Résumé:

Smita, Julia, Sarah. Trois femmes, trois vies, trois continents. Trois chemins que rien ne destine à se croiser. Trois histoires pourtant liées.

Inde. Smita est une intouchable. Mariée à un chasseur de rats, elle nettoie à mains nues les latrines de son village, comme le faisait sa mère. Son... Lire la suite

Smita, Julia, Sarah. Trois femmes, trois vies, trois continents. Trois chemins que rien ne destine à se croiser. Trois histoires pourtant liées.

Inde. Smita est une intouchable. Mariée à un chasseur de rats, elle nettoie à mains nues les latrines de son village, comme le faisait sa mère. Son rêve : voir sa fille échapper à la tradition et apprendre à lire. Lorsque cet espoir est anéanti, elle décide de fuir avec l'enfant, malgré les mises en garde de son mari.

Sicile. Julia est ouvrière dans l'atelier de traitement de cheveux de son père, le dernier du genre à Palerme. Elle trie, lave, décolore et teint des mèches fournies par les coiffeurs de la ville. Lorsque son père est victime d'un grave accident, elle découvre que l'atelier familial est ruiné.

Canada. Sarah est une avocate réputée. Mère de trois enfants, deux fois divorcée, elle enchaîne les dossiers à un rythme effréné. En passe d'être promue associée, elle apprend qu'elle est atteinte d'un cancer du sein. Sa vie en apparence parfaite commence à se fissurer.
  On dit parfois que la vie ne tient qu'à un fil... Et si la leur tenait à leur chevelure ?

Trois destins de femmes que tout éloigne sauf l'essentiel: leur exigence de liberté.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.25

    Un coup de cœur pour ce roman qui m'a fait voyager dans 3 pays Inde, Italie et Canada à travers l'histoire de 3 femmes.
    Trois vies différentes et pourtant chacune va affronter et devoir choisir son destin, subir ou choisir! Et au final un lien subtil entre les trois.
    L'écriture est juste, je n'ai pas eu envie de poser ce roman à partir du moment où je l'ai commencer.
    A découvrir!!!!

  • 0.25

    Ce roman décrit l'histoire de trois femmes dans trois pays différents : l'Inde, l'Italie et le Canada. Chacune à sa façon est confrontée à des défis, des batailles face à leur vie qui semblait écrite à l'avance. Ces femmes courageuses et sincères sont très touchantes. Ce livre est bien écrit et très fluide. L'histoire de chacune de ces femmes est présentée à tour de rôle mais on rentre dans chacun de leur monde avec une grande facilité. Au début, on a l'impression de partir en voyage dans ces contrées si différentes et lointaines les unes des autres, au fil de l'écriture, on a envie d'accompagner ces femmes, les aider à se battre face à leur destin et à la fin le lien se tisse entre ces femmes à la manière d'une tresse.
    C'était une très belle découverte, je le recommande vivement.

  • 0.25

    Je voulais le lire depuis longtemps ne voyant passer que des billets positifs à son égard. Il a rejoint ma PAL depuis peu et c'est notre choix de LC avec ma binôme adorée.

    Autant vous dire de suite que c'est un joli coup de coeur. Un premier roman pour Laetitia Colombani, une plume très prometteuse.

    Je reprends ici le début du quatrième qui nous dit : "Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté"

    Les voici :

    - Smita nous emmène en Inde. C'est une "intouchable" et elle veut libérer sa fille Lalita de sa caste. Elle est déterminée à lui apprendre à lire, à aller à l'école pour changer sa vie. Une chose quasi impossible pour quelqu'un de sa condition car on ne mélange pas les castes entre elles en Inde, surtout pas les intouchables qui font les tâches les plus ingrates. Elle va se battre pour son rêve au prix de gros sacrifices. On apprend beaucoup de choses sur l'Inde, sa culture, ses traditions.

    - Giulia a 20 ans, elle travaille avec son père à l'atelier. Nous sommes en Sicile, à Palerme et sa famille perpétue une tradition ancestrale "la cascatura" , l'art de travailler les cheveux en postiche. Son père qui le dirige est hospitalisé suite à un accident, Giulia va devoir prendre les choses en main. Un événement bouleversera sa vie, elle va devoir se battre elle aussi pour défendre ses choix.

    - Sarah a 40 ans, elle vit au Canada à Montréal. Elle se consacre depuis toujours corps et âme à son travail. Elle est avocate réputée, associée, et se bat pour être à la tête de ce gros cabinet. La maladie viendra perturber ses rêves mais elle ne baissera pas les bras et continuera son combat.

    Trois femmes différentes, d'horizons éloignés qui mis à part leur combat ont autre chose en commun.

    Au fil des pages et des chapitres, leurs vies s'entrelacent peu à peu comme une tresse.

    La construction est originale. J'ai eu l'impression de lire trois grandes nouvelles qui petit à petit s'entrecroisent.

    Ce sont de courts chapitres où tour à tour Smita, Giulia et Sarah prennent la parole et nous content leur vie. Une écriture qui m'a semblé très visuelle, très cinématographique, j'avais le sentiment de voir et de vivre avec chaque héroïne.

    On se demande ce qui les lie et soudain tout s'éclaire.

    Le récit est addictif, les personnages hantent ma mémoire quelque temps après la lecture. Cela se lit trop vite, on n'a pas envie que cele s'arrête.

    L'écriture est fluide, belle , sensible. L'émotion est palpable au fil du récit. C'est vraiment un très beau premier roman, une plume à suivre.

    N'hésitez plus, lisez cette petite "pépite". Un livre qui fait du bien, porteur d'espoir et de solidarité.

    Merci Julie de me l'avoir suggéré.

    Ma note : ♥♥♥

    Voici l'avis de ma binôme : ici

    Les jolies phrases

    Elle était une sportive, une alpiniste, qui après chaque pic s'attaquait au suivant. Elle voyait sa vie ainsi, comme une longue ascension, se demandant parfois ce qui se passerait lorsqu'elle serait au sommet.

    La culpabilité était sa vieille compagne, qui s'imposait partout sans y être invitée.

    Telle l'héroïne d'un roman d'espionnage, Sarah va mener une guerre souterraine. Un peu comme on cache une liaison extraconjugale, elle va organiser l'anonymat de sa maladie. Elle sait faire ça, compartimenter sa vie, elle a des années de pratique. elle va continuer la construction de son mur, encore plus haut, toujours plus haut. Après tout, elle a réussi à dissimuler s es grossesses, elle parviendra bien à cacher son cancer.

    Elle envie la tranquillité du sommeil de son mari ; la nuit, il est un lac dont nul remous ne vient troubler la surface, alors qu'elle-même s'agite des heures durant.

    Elle n'oublie qu'une chose, pourtant apprise durant ses années de métier : lorsqu'on nage parmi les requins, mieux vaut ne pas saigner.

    Elle qui a tout sacrifié au travail est aujourd'hui elle-même sacrifiée, sur l'autel de l'efficacité, de la rentabilité, de la performance. Ici, c'est marche ou crève. Qu'elle s'en aille donc crever.

    Un homme rasé peut être sexy, une femme chauve sera toujours malade, pense Sarah.

    https://nathavh49.blogspot.be/2017/09/la-tresse-laetitia-colombani.html

  • 0.2

    La tresse retrace le portrait de trois femmes qui vivent dans des continents différents. Elles ne se connaissent pas mais leurs vies vont se retrouver liées d’une manière peu commune.

    Smita, Giulia et Sarah m’ont touchée car ce sont des femmes déterminées, courageuses, qui ne veulent plus subir leur condition et se battent pour retrouver leur dignité.

    Laetitia Colombani rend ici un bel hommage aux femmes et j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette histoire poignante. J’ai apprécié la construction du roman qui entrelace les trois récits ainsi que la jolie de plume de l’auteure.

    Un superbe premier roman que j’ai quitté à regret. Si ce livre est passé à côté du coup de coeur, c’est parce-que selon moi, il aurait mérité plus d’approfondissement et je suis un peu restée sur ma faim en achevant ma lecture.

    Trois destins de femmes au cœur de ce magnifique roman. Une histoire porteuse d’un beau message d’espoir à travers le portrait de ces trois héroïnes qui luttent pour leur liberté.

  • 0.2

    C'est une belle histoire de destins croisés qui ne tiennent qu'à un fil conducteur voir plusieurs qui donnent le titre.
    La lecture en est fluide et douce et le ton se veut authentique et sensible .
    On se laisse prendre au jeu de ces différents parcours et on y passe un beau moment en compagnie de ces 3 femmes admirables et poignantes qui décident de prendre leur destin en main .

  • 0.25

    Autant vous donner l'eau à la bouche tout de suite :

    Ce roman, a la couverture repérable parmi des dizaines de livres dans un rayon, est surement un des meilleurs de 2017 !

    L'histoire nous emmène dans 3 pays totalement différents, à la rencontre de 3 femmes. Nous allons suivre pas à pas leurs vies, leurs cultures, leurs environnements, leurs doutes etc...

    S'identifier à une seule de ces femmes est quasi impossible, elles ont chacune un caractère et des valeurs particulières.

    J'ai aimé parcourir différents endroits du monde avec leurs yeux, impossible de les confondre donc !

    Il serait facile de dire que ce livre comporte des clichés, il y en a surement mais ce livre n'est pas un plaidoyer féministe, il relate les forces et faiblesses du monde contemporain. Moi ce qui j'y ai vu, ce sont surtout des avancées différentes selon les pays. La femme d'affaire n'a pas encore sa place dans un pays du Sud tout simplement parce que là-bas la vie dans ce qu'elle a de plus pur a peut-être encore un sens aussi. Et à l'inverse, la dureté physique y est certainement encore trop accentuée mais dans les pays du Nord, la dureté psychologique n'est-elle pas tout aussi destructrice ?

    Mettre tout le monde à égalité est impossible... mais ce livre montre que ce n'est qu'une question de temps car la volonté de ces femmes est là ! Il donne à réfléchir c'est certain. Qu'on ait aimé ou pas cette lecture, il marque ! L'histoire relatée est le reflet de nos société actuelles, on ne peut pas y être insensible il me semble !

    Chaque femme vont à leur manière contribuer à apporter à l'Autre ce petit quelque chose qui manque à leur quotidien ou qui fera un déclic et permettra d'avancer.


    J'ai aimé la motivation, l'envie, l'énergie de Giulia, Smita et Sarah. Leurs combats pour vivre est singulier et tout à la fois d'une solidarité folle.


    En lisant ce roman, j'ai ressenti pour chacune des sentiments distincts :

    - Sarah est certes libre, en apparence, d'agir et de penser comme bon lui semble mais qu'en est-il vraiment ? Les pays du Nord accordent une place à la Femme dans la société mais à quel prix ? J'ai ressenti de la colère lors de certains passages du livre contre ce politiquement correct qui une fois la porte fermée explose. Peut-être que je me suis sentie plus proche d'elle car certaines idées mises en avant sont visibles dans mon pays également.

    - Giulia me paraît courageuse et intelligente. Elle a su mettre à profit ses idées et surtout écouter son instinct. Certains diront que sans l'aide d'un Homme elle n'aurait rien pu faire et donc que l'Homme impose encore ses choix. Mais à ceux-là j'ai envie de dire que l'égalité Hommes-Femmes ne doit pas devenir une domination Femmes-Hommes et inversement. Le monde se construit avec tout le Monde, personne ne doit être plus faible qu'un autre. C'est cette force de Giulia pour construire sa vie, qui m'a impressionnée.


    - Smita est une femme qui déjà toute petite avait cette envie de découvrir l'Ailleurs pour y trouver une autre vie. Elle espère tellement offrir mieux à sa fille qu'elle prendra des risques énormes. Son combat est le plus "physique" je pense mais elle fait preuve d'ingéniosité.


    Le fil rouge de ce livre tient à un fil et nous mènera vers une fin juste magnifique, touchante, vibrante. Laetitia Colombani arrive dans cet ouvrage à transmettre un message d'espoir. Je n'avais pas envie qu'il se termine déjà...

    C'est un premier roman mené de main de maître à mon sens et il fait partie de mes coups de cœur 2017

  • 0.2

    Trois continents, trois femmes, trois destins! Et au bout du chemin pour chacune, la liberté! Un lien entre elles, alors qu'elles ne se connaissent pas et ne se rencontreront jamais: les cheveux.
    Très beau roman qui se lit rapidement et qui traite à la fois de la recherche de la liberté, de l'indépendance et d'un sujet grave, le cancer, mais qui ne tombe pas dans le pathos.
    "Je dédie mon travail à ces femmes,
    Liées par leurs cheveux,
    Comme un grand filet d'âmes.
    A celles qui aiment, enfantent, espèrent,
    Tombent et se relèvent, mille fois,
    Qui ploient mais ne succombent pas.
    Je connais leurs larmes et leurs joies,
    Chacune d'elles est un peu moi."

  • 0.05

    Sans aucun à priori par rapport à l'auteur dont je connaissais un peu le cinéma, qui, disons-le ne m'avait jamais réellement emballé mais ne me suscitait aucun dégoût, j'ai plongé dans cette histoire que l'on disait si émouvante de ces trois femmes qui, bien que vivant dans trois parties du monde différentes, se verront réunies sans le savoir... Et j'ai donc suivi ces trois destins ...enfin suivi.... non, leur prévisibilité, leurs clichés par tonnes, ont eu raison de ma patience. La québécoise cancéreuse, la sicilienne chef d'entreprise en perruques et la pauvre petite intouchable ( sans doute le personnage le plus touchant dans cette caricature de roman à l'eau de rose) auraient pu m'amener jusqu'au bout de ces 224 pages. Mais un préchi-précha d'une niaiserie confondante, une féminisme de pacotille qui au final fait passer les trois héroïnes pour de pauvres gourdasses débitant des platitudes à hurler de consternation, une façon très désinvolte de ne jamais remettre en cause ce système libéral qui englue les personnages et surtout, surtout, un style de collégienne de quatrième ( bravo Laëtitia, tu commences à manier la phrase complexe, tu as passé le cap supérieur, tu quittes un peu la forme sujet/verbe/ complément), ont eu raison de ma patience ( et aurait pu me faire pétitionner pour que Marc Lévy soit sur la liste du Nobel de littérature). Mais non, je n'avais pas de temps à perdre ni pour de la littérature de gare marketée à outrance ni pour honorer le roi du marketing. Alors, j'ai vite refermé cette chose creuse et très très éloignée de la littérature qui ne pouvait que m'apporter colère et ennui.
    Ce sont dans ces moments là que je me rappelle que l'édition est une industrie et ce roman un des ses produits...

  • 0.25

    « Tresse n.f. Assemblage de trois mèches, de trois brins entrelacés »

    Village de Badlapur, Inde.

    Ce matin, c’est une belle journée qui commence pour Smita. Sa fille va entrer à l’école. Elle, n’a jamais connu cette chance. Elle n’en avait simplement pas le droit. « Ici à Badlapur, les gens comme elle n’y vont pas. Smita est une Dalit. Intouchable. De ceux que Gandhi appelait les enfants de Dieu. Hors caste, hors système, hors tout. Une espèce à part, jugée trop impure pour se mêler aux autres, un rebut indigne qu’on prend soin d’écarter, comme on sépare le bon grain de l’ivraie. Comme Smita, ils sont des millions à vivre en dehors des villages, de la société, à la périphérie de l’humanité. »

    Sa condition d’Intouchable ne lui permet pas de vivre décemment, ni d’avoir le moindre contact avec les autres villageois. Smita mène une vie misérable, rongée par la solitude. C’est pourquoi elle espère autre chose pour son enfant. Une vie meilleure, libre et remplie de bonheur. Mais le chemin pour y parvenir sera long, très long… car dans son pays, on accorde peu d’importance aux jeunes filles et encore moins à leurs futurs.

    À Badlapur comme ailleurs, tout Intouchable doit se signaler auprès des autres villageois. Smita porte une plume de corbeau dans ses cheveux et marche pieds-nus. En étant une paria, les possibilités d’obtenir un travail digne sont rares. Il faut pourtant bien vivre, ou plutôt survivre. Alors, Smita n’a pas le choix… De case en case, cette femme maudite ramasse les excréments des villageois qu’elle transporte sur sa tête, à l’aide d’un petit panier. Une sale besogne pour une sale intouchable…
    Palerme, en Sicile

    Giulia, jeune sicilienne, travaille dans l’atelier de son père depuis son plus jeune âge. Elle est ouvrière pour la Maison Lanfredi, qui fabrique des postiches et des perruques avec de vrais cheveux. La jeune femme est chargée d’une tâche délicate. Trier les cheveux un par un, pour ne garder que les plus beaux et les plus solides.

    Fondé en 1926 par son grand-père, l’atelier est le dernier de ce type à Palerme. Mais avec les années, l’entreprise familiale n’est plus aussi florissante… Les dettes s’accumulent. Le patriarche risque de mettre la clef sous la porte…

    Montréal, Canada

    Sarah est une femme très organisée. Une vraie wonder woman. Véritable working girl, sa vie est rythmée par un agenda millimétré qui ne lui laisse pas de place pour le reste. Sa vie de famille et sa vie de femme.

    Elle fait partie de ses femmes qui vivent pour leur carrière. Jusqu’au jour où la vie la rappelle à l’ordre de manière brutale. Sarah a développé un cancer…

  • 0.2

    Impossible de faire deux pas ces temps-ci sans voir ce petit livre jaune partout : dans les gares, les aéroports, les aires d'autoroutes, les supermarchés… Impossible d'y échapper ! C'est le grand succès du moment, déjà traduit en vingt langues, et après avoir résisté … moi aussi, j'ai craqué ! J'en ai commencé le lecture de ce petit air supérieur signifiant que moi, je saurai voir tous les défauts de ce best-seller et ne tomberai pas dans le piège de cette lecture facile...
    Eh bien c'est encore moi qui ai littéralement dévoré ce court roman et me suis retrouvée en larmes en parcourant les dernières pages ! Oui, ce livre m'a beaucoup touchée, oui, je m'en souviendrai longtemps, oui, je le recommande parce qu'il est porteur d'un message d'espoir et qu'il parle d'un sujet qui me tient à coeur : la situation des femmes dans le monde.
    Trois destins : celui de Smita en Inde, de Giulia en Sicile et de Sarah au Canada. Trois existences difficiles pour des raisons différentes. Trois portraits de femmes qui ne vont pas lâcher le morceau, qui vont se battre, refuser de renoncer, dire NON à ce que la société leur propose, trois femmes qui iront jusqu'au bout de leur destin, coûte que coûte.
    Parce que, comme vous le savez, la situation des femmes dans le monde n'est pas bien reluisante : Smita est une Intouchable, une Dalit (une opprimée), une « hors caste». Son « darma, son devoir, sa place dans le monde » consiste à aller ramasser la merde des Jatts « à mains nues, toute la journée », « métier » qui se transmet de mère en fille. Elle part tôt le matin avec son seau et sa balayette. Insupportable. Si elle n'y va pas, on lui incendiera sa cahute, on lui coupera les jambes, on la violera ainsi que sa fille. « On naît videur de toilettes, et on le reste jusqu'à sa mort. C'est un héritage, un cercle dont personne ne peut sortir. Un karma . » Mais Smita a décidé que sa fille irait à l'école, qu'elle n'aurait pas le même destin et moyennant une somme d'argent qu'elle a donnée à l'instituteur du village, Lalita apprendra à lire et à écrire. Sa fille s'en sortira, elle en est certaine !
    Giulia vit à Palerme en Sicile : elle travaille dans une petite entreprise où l'on trie les cheveux que l'on récupère un peu partout, chez les coiffeurs notamment (la coutume s'appelle la cascatura), on les lave, on les démêle, on les teint de façon à en faire des postiches ou des perruques. C'est l'arrière-grand-père de Giulia qui a créé l'entreprise en 1926 : dix ouvrières en vivent et Giulia ne quitterait pour rien au monde ce métier qu'elle adore. Mais lorsque son père est victime d'un accident, ce qu'elle va découvrir la plonge dans une angoisse terrible et des décisions très difficiles à prendre s'imposent à elle.
    Enfin, Sarah, à Montréal, est une « executive woman » : de vie personnelle, elle n'en n'a pas . Tout pour le travail : en tant qu'avocate, elle ne vit que pour ses dossiers, y passant ses nuits et ses jours, ne retrouvant ses enfants que le soir pour les embrasser rapidement. Le lendemain, debout à cinq heures, Sarah recommence la même routine, s'oubliant, oubliant son coeur et son corps mais ce dernier va très vite la rappeler à l'ordre.
    Dédié « aux femmes courageuses », ce livre plein d'humanité et d'espoir parle d'elles, de ces femmes qui grâce à leur courage, leur force, leur persévérance font avancer le monde, se battent tous les jours pour être libres et rester dignes.
    Si ce roman pouvait donner à toutes les femmes le courage de refuser ce que leur imposent au quotidien la société, la famille, la religion, les coutumes, ce serait déjà un pas en avant. Et c'est comme cela que petit à petit, on avance.
    A lire, évidemment !

    Lire au lit : http://lireaulit.blogspot.fr/

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Les articles associés

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !