La liste de mes envies

Couverture du livre « La liste de mes envies » de Gregoire Delacourt aux éditions Lgf

3.769736842

152 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253168539
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
  • Nombre de page : 192
  • Collection : Ldp litterature & documents
  • Genre : Littérature Romans Poche
Résumé:

Les femmes pressentent toujours ces choses-là. Lorsque Jocelyne Guerbette, mercière à Arras, découvre qu'elle peut désormais s'offrir tout ce qu'elle veut, elle se pose la question : n'y a-t-il pas beaucoup plus à perdre ?
Grégoire Delacourt déroule ici une histoire forte d'amour et de hasard.... Lire la suite

Les femmes pressentent toujours ces choses-là. Lorsque Jocelyne Guerbette, mercière à Arras, découvre qu'elle peut désormais s'offrir tout ce qu'elle veut, elle se pose la question : n'y a-t-il pas beaucoup plus à perdre ?
Grégoire Delacourt déroule ici une histoire forte d'amour et de hasard. Une histoire lumineuse aussi, qui nous invite à revisiter la liste de nos envies.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.2

    Le personnage de Jocelyne est attachant, on peut facilement s'identifier à elle. Le livre traite des thèmes essentiels de la vie: l'amitié, l'amour, l'argent et le bonheur. Écrit très plaisant, rapide à lire, nous faisant réfléchir sur le pouvoir de l'argent et les conséquences d'en avoir beaucoup : jalousie, convoitise. L'argent apporte-t-il le bonheur, on ne peut pas tout monnayer?

    Broché
    Ma chronique complète : http://vie-quotidienne-de-flaure.blogspot.fr/2012/11/la-liste-de-mes-envies-compte-rendu-de.html

  • 0.15

    Se lit facilement, mais sans attachement, mais une belle morale qui nous rappelle que les vraies valeurs ne s'achètent pas, peu importe que l'on soit riche ou non...

  • 0.25

    Pour son deuxième roman, Grégoire Delacourt, publicitaire qui a créé sa propre agence, a obtenu un beau succès puisque, avant sa sortie en livre de poche, son livre a dépassé les 470 000 exemplaires. De plus, La liste de mes envies est sorti dans 27 pays dont l’Angleterre et les USA avant d’être adapté au théâtre puis, bientôt, au cinéma.

    Ici, l’auteur se met dans la peau de Jocelyne Guerbette (47 ans) qui se trouve un peu ronde et tient une mercerie, à Arras (Pas-de-Calais). Elle parle, se confie avec humour et réalisme. Il y a Jocelyn, son mari, qui travaille dans la crème glacée, et les enfants, Romain et Nadine, déjà grands, partis faire leur vie. Jocelyne a deux amies, Danièle et Françoise, jumelles, coiffeuses et esthéticiennes.
    Son blog, Dixdoigtsdor, est un succès car elle y écrit « à propos du bonheur du tricot, de la broderie, de la couture… » mais voilà que, poussée par les jumelles, elle se laisse aller à jouer 2 € à l’Euro-million… Le plus fort, c’est qu’elle gagne et… fait un malaise ! Elle n’en parle à personne, même pas à Jo, son mari, encore moins à ses copines. Nous la suivons à la FDJ, à Boulogne-Billancourt où elle va recevoir un chèque de 18 547 301,28 € après avoir vu une psychologue qui la met en garde contre toutes les catastrophes qui l’attendent.
    Comme elle est à Paris, elle en profite pour faire les plus grandes boutiques. Chez Chanel, elle note la solitude sur le visage d’une actrice avant de s’en aller alors qu’elle aurait pu « dévaliser la boutique »… Les plus grands restaurants l’attendent mais, finalement, elle se contente du sandwich préparé par Jo : « aucun sandwich ne serait aussi bon que le sien ».
    Gardant son secret pour elle, elle veut que rien ne change mais fait la liste de ses envies, savoureuse, étonnante parfois, amusante et surtout émouvante : « Être enviée… Qu’on me dise que je suis belle… » Ainsi, notre héroïne bien ordinaire se rend compte que les besoins permettent de penser que demain on sera encore vivant… mais voilà que survient la catastrophe : « L’argent ne peut acheter le bonheur mais peut le détruire. »
    La vie de Jocelyne est bouleversée et elle constate : « Je suis aimée. Mais je n’aime plus. » Qu’importe.

    L’expérience aura été passionnante et révélatrice sans oublier de faire passer de délicieux moments au lecteur, ce qui est le principal.

  • 0.15

    Jocelyne est une petite mercière qui vit à Arras. Mère de deux grands enfants qui ne vivent plus à la maison, elle partage son quotidien entre son travail et le blog qu'elle tient. Un beau jour elle gagne une grosse somme d'argent au loto et elle se trouve être prise totalement au dépourvu. Que faire de tout cet argent ? Avec qui partager cette nouvelle ? Bon nombre de questions alors qu'elle se pose et auxquelles elle mettra du temps à répondre...

    Avec La liste de mes envies, Grégoire Delacourt offre un livre court mais fort et intense. Une histoire simple mais portée par un personnage attachant et un message clair qui parlera à tout le monde.

    Jocelyne est donc une petite mercière, qui travaille d'arrache-pieds pour faire tenir sa mercerie et qui prend plaisir à partager sa passion pour son métier sur son blog. Elle est simple, attachante et ressemble à vous et moi. Lorsqu'elle prend conscience que grâce à son gain elle pourrait s'offrir tout ce qu'elle n'a jamais pu, elle se met à douter et presque à craindre cela. Elle n'encaisse pas de suite son chèque, n'en parle à personne et pèse le pour et le contre de tout cela. C'est simple, elle a peur de se perdre avec cet argent, perdre son quotidien, ses ami(e)s et son mari comment va-t-il réagir ?

    "Être riche, c'est voir tout ce qui est laid puisqu'on a l'arrogance de penser qu'on peut changer les choses. Qu'il suffit de payer pour ça. Mais je ne suis pas riche. Je possède juste un chèque de dix-huit millions cinq cent quarante-sept mille trois cent un euros et vingt-huit centimes, plié en huit, caché au fond d'une chaussure. Je possède juste la tentation. Une autre vie possible. Une nouvelle maison. Une nouvelle télévision. Plein de choses nouvelles. Mais rien de différent."

    Rapidement, le lecteur est amené aussi à se poser cette question : que ferait-il ? Comment réagir à cela ? On a tous pensé un jour "ahh si j'avais tant d'argent, je ferais telle ou telle chose" mais face à cette réalité comment nous comporterions nous ? Grégoire Delacourt nous met face à ça ! Et avec délicatesse et philosophie il nous invite a repenser à notre propre liste de nos envies. Comme Jocelyne finalement peut-être aimerions nous tout simplement nous offrir un nouveau manteau ou encore une centrale vapeur, juste finalement de petites choses pour améliorer notre quotidien mais sans le changer complètement...

    "Parce que nos besoins sont nos petits rêves quotidiens. Ce sont des petites choses à faire qui nous projettent à demain, à après-demain, dans le futur; ces petits riens qu'on achètera la semaine prochaine et qui nous permettront de penser que la semaine prochaine , on sera encore vivants."

    Ayant beaucoup entendu parler de ce roman, je dois avouer que je m'attendais tout de même à autre chose. Mais finalement La liste de nos envies est un livre simple sans grande prétention mais qui laisse au lecteur une jolie morale, de jolis principes. Grégoire Delacourt réussit à faire d'une histoire simple avec un personnage des plus communs, une histoire qui laisse quand même une petite trace dans notre esprit.

    Si vous n'avez pas encore lu La liste de mes envies de Grégoire Delacourt, le roman est disponible aux Éditions JC Lattes et le Livre de Poche.

  • 0.2

    Une situation de départ qui peut arriver à nous tous : une liste d’envies qui ne peuvent se réaliser que si on gagne gros au loto. Mais ici, la gagnante préfère les souhaits aux accomplissement. Elle garde son secret. J’ai moins aimé la partie où son mari lui vole son ticket gagnant, s’enrichit, vit comme il veut puis meurt abandonné. Les parties les plus saisissantes sont celles où s’énumèrent les souhaits : pas toujours des objets convoités mais aussi de petits plaisirs à faire aux autres. C’est la simplicité des émotions qui m’a particulièrement touchée dans ce roman.

  • 0.15

    L'autre jour, je déambulais dans les rayons de ma librairie préférée, et je rêvais : "ah, si je gagnais au loto, je pourrais acheter ça, ça, ça, ça, ça, ça, ça, ça......."... Ne pas regarder à la dépense et prendre tout ce qui me fait envie ! Et puis il n'y aurait pas que des livres, il y aurait plein d'autres choses, car j'ai plein d'envies !

    Jocelyne aussi a fait la petite liste de ses envies. Enfin, Jocelyne est raisonnable et n'a pas la folie des grandeurs, elle commence par faire une liste de ses besoins. "Besoin", cela fait déjà plus "vital" que "envie", une envie, cela paraît futile... Dans la liste des besoins de Jocelyne, il y a une centrale vapeur, un tapis de baignoire anti-dérapant, une petite lampe pour l'entrée, un manteau Carol, des choses que plein de gens peuvent s'offrir... Dans la liste de ses envies, Jocelyne a noté des petites choses pour son mari : une Porsche, une montre Patek Philipp, et d'autres bricoles. Curieusement, à côté de ces choses, il y a plusieurs points d'interrogation. Pourquoi ? A-t-elle vraiment envie de les lui offrir ? Se doute-t-elle de quelque chose ? A-t-elle envie de garder tout cela pour elle ? Jocelyne a remporté le gros lot, mais le vrai gros lot hein, pas une petite somme genre 1 million, non, Jocelyne a gagné 18 millions d'euros, et que faire de 18 millions d'euros quand on a joué juste une fois comme ça par hasard, pour faire plaisir à ses copines ? Que faire de 18 millions d'euros quand on est déjà bien dans sa vie, que l'on tient une mercerie, que l'on aime la couture, le tricot, que l'on tient un blog, que ses enfants ont pas mal réussit dans la vie et que son mari grimpe les échelons de l'usine où il travaille ? "La liste de mes envies" de Grégoire Delacourt, aborde tous ces aspects et bien d'autres... L'écriture, l'histoire, sont à la fois douces et crues, à la fois tendres et douloureuses. Curieusement, on a l'impression que c'est écrit par une femme car oui, comment un homme peut en savoir autant sur la psychologie féminine, sur les envies et les besoins d'une femme, sur ses réactions, sur son quotidien, sur ses petits soucis de blog et de copines ? Là, je dis bravo à l'auteur car il nous touche, nous les femmes, vraiment là où il faut si je puis m'exprimer ainsi ! Bref, un petit bouquin fort sympathique, gai et triste mais jamais ennuyeux, à l'écriture vive et envolée, distrayante et réflexive...

  • 0.25

    J'ai enfin eu l'occasion de lire ce livre qui a eu tant de bonnes critiques ici dès sa sortie. Je l'ai lu en une soirée et j'ai apprécié cette lecture qui est à mille lieu de mes romans fantastiques habituels. L'histoire est assez simple mais très agréable à lire. L'écriture est souple et je la trouve très féminine. D'ailleurs une fois le roman refermé je me suis surprise a penser que "ha mais oui c'est UN auteur

  • 0.1

    J'ai passé un bon moment. C'est une lecture agréable, voilà tout !

  • 0.15

    « L’argent ne fait pas le bonheur » : une morale connue de tout le monde . Mais comment résister à 18 millions d’euros quand on nous les offre sur un plateau d’argent ? C’est justement le dilemne de Jocelyne.

    Certes l’histoire n’est pas très originale mais lors de ma lecture j’ai eu l’impression de lire un vrai témoignage romancé. Les personnages qu’a créés l’auteur m’ont semblé réels. Jocelyne n’est pas la grande rebelle qui se révolte dès que son mari fait quelque chose de mal. Elle n’a pas un physique de mannequin, elle est amoureuse de Jocelyn, quand ça ne va pas entre eux elle patiente et elle a espoir que le temps sera le remède. La vie de Jocelyne (en enlevant l’histoire des 18 millions gagnés) ressemble à la vie de nombreuses personnes

    J’ai éprouvé de la compassion à l’égard de Jocelyne, j’ai été touchée par son authenticité. Cette femme dont les rêves ne se sont pas toujours réalisés. La réciprocité n’était pas toujours là quand elle avait un coup de foudre pour des garçons. Elle a rencontré un homme pas forcément parfait mais tout de même assez gentil pour vouloir se marier avec lui.

    Grégoire Delacourt nous décrit une vie de couple avec beaucoup de hauts et de bas entre vie conjugale et éducation des enfants difficiles. Une vie imparfaite tout simplement, une vie différente de ce qu’on avait rêvé mais une vie qu’on a tout de même envie de garder car on ne se voit pas vivre sans ses proches qu’on aime malgré tout. En lisant ce livre je n’espérai qu’une chose : que Jocelyne finisse heureuse.

  • 0.15

    Un roman plutôt sympathique, qui se lit facilement, mais auquel j'ai eu du mal à accrocher, car il est un peu donneur de leçon. Il y a des passages magnifiques, mais aussi des passages nettement moins bon, où on a l'impression que ça s'éternise. Et le personnage principal, agréable au début, s'avère déplaisant à la fin, le contraire de ce qu'il était au début du roman. La fin m'a déplu, je ne m'attendais pas à ça et j'ai été déçue par le personnage principal.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Les articles associés

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

L'écrivain de la famille Gregoire Delacourt LGF

3.806451612

Voir tous les livres de Gregoire Delacourt

Autres éditions

La liste de mes envies Gregoire Delacourt LGF

3.769736842

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com