Il reste la poussière

Couverture du livre « Il reste la poussière » de Sandrine Collette aux éditions Denoel

4.3

30 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Denoel
  • EAN : 9782207132562
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 304
  • Collection : Sueurs froides
  • Genre : Policier / Thriller grand format
Résumé:

Un huis-clos oppressant : une mère, ses quatre fils, au fin fond de la Patagonie Argentine, plateaux de la Patagonie. Une steppe infinie, balayée par des vents glacés. C'est là que Rafael, dix ans, grandit dans une famille haineuse. Sa mère s'est endurcie autour d'un secret qu'elle a su garder... Lire la suite

Un huis-clos oppressant : une mère, ses quatre fils, au fin fond de la Patagonie Argentine, plateaux de la Patagonie. Une steppe infinie, balayée par des vents glacés. C'est là que Rafael, dix ans, grandit dans une famille haineuse. Sa mère s'est endurcie autour d'un secret qu'elle a su garder mais qui l'a dévorée de l'intérieur : une nuit, elle a tué leur ivrogne de père et a coulé son cadavre dans les marais. Depuis, elle fait croire que son mari les a abandonnés, et mène son maigre élevage de moutons et de boeufs d'une main inflexible, écrasant ses quatre garçons de sa dureté et de son indifférence. Mais depuis, aussi, les aînés détestent leur plus jeune frère, né après la disparition du père, et en ont fait la cible de leurs jeux brutaux. Alors Rafael, seul au monde, ne vit que pour son cheval et son chien. Voilà longtemps qu'il a compris combien il était inutile de quémander ailleurs un geste d'affection.
Dans ce monde qui meurt, car les petits élevages sont peu à peu remplacés par d'immenses domaines, la révolte est impossible. Et pourtant, un jour, le jour le plus sauvage et le plus douloureux de la vie de Rafael, quelque chose va changer. Le jeune garçon parviendra-t-il à faire sauter l'étau de terreur et de violence qui le condamne à cette famille ?
Avec ce roman sombre, planté dans une nature hostile et sublime, Sandrine Collette explore les relations familiales impossibles, et la rédemption, ou non, d'un petit garçon qui a gardé son humanité.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.2

    Comme d'habitude, du très bon Sandrine COLLETTE qui excelle dans les ambiances oppressantes, les violences intimes dans une nature hostile qui peine à nourrir les hommes suscitant la haine, les violences familiales, les cruautés. Dès la première page j'ai été saisie et je n'ai plus lâchée le roman jusqu'à la rédemption finale.

  • 0.2

    Rafael est le dernier né d'une famille de 4 enfants et le moins qu'on puisse dire est que ses frères aînés n'acceptent pas cette charge supplémentaire dans cette vie déjà rude. Surtout les jumeaux Mauro et Joaquin, qui le maltraitent et cela sous les yeux de la mère qui ne dit rien car il faut bien qu'il apprenne et s'endurcisse.

    Lorsqu'un jour, Rafael apporte de quoi changer la destinée de toute la famille, il pense que tout va changer, qu'enfin on va le considérer, lui donner une place, de l'importance. Mais rien ne change. Pire, tout empire. Et la jalousie, et la fureur et la colère. Tout enfle et tout peut arriver, même le pire. Surtout le pire.

    J'ai beaucoup aimé ce livre qu'on a beaucoup de mal à poser une fois commencé même si il est dur et sombre. Totalement addictif !
    Et la fin, inimaginable, surprenante ! Mais à l'image même de ce personnage qu'est rafael !

  • 0.25

    J'ai adoré, un superbe livre haletant. Un roman noir plein de brutalité. l'histoire se passe en Patagonie dans ces immensités, loin de tout, dans un élevage de bétail où une famille tente de résister. Rafael est l'avant dernier de la famille, violenté par ses frères avec une mère qui voit mais se tait et laisse faire. Pourra-t'il échapper à cette vie ? N'hésitez pas c 'est un bijou.

  • 0.2

    Sandrine Colette nous amène dans l'Estancia de "la mère" comme l'appelle les 4 enfants: Joaquin et Mauro, les jumeaux, Steban et Rafaël dit le petit et qui subit toutes les méchancetés de ses aînés. Il reste la poussière nous présente 5 personnages tous différents les uns des autres, dans cette famille on ne connaît pas l'amour, la gentillesse mais plutôt la violence, l'alcool, le mensonge. Seul le travail permet de les unir, puisqu'il faut s'occuper des bêtes et des terres. Les conditions de vie sont loin d'être idylliques, tout part en s'amenuisant surtout l'argent. Jusqu'au jour où le plus jeune semble ramener la solution à tous leurs problèmes, mais se sac sera-t'il le départ pour une vie nouvelle et meilleure?
    J'ai découvert cet auteure avec il reste poussière et sa lecture a été fluide et légère. L'auteure nous transporte le temps de la lecture dans un ailleurs et nous fait imaginer plusieurs scénarios avant le dénouement final. Un livre que je recommande et un auteur que je vais continuer à lire. Merci lecteurs.com pour l'envoi

  • 0.2

    Un livre déroutant. Entre Des souris et des hommes pour la peinture des etres et du Zola pour la vision noire et pessimiste de la société. Toutefois une lueur d'espoir et de liberté à la fin.
    Une écriture qui va à l'essentiel, une focalisation qui passe d'un personnage à un autre et qui nous entraîne dans leurs pensées et leurs sentiments.
    Un bon livre qui nous entraîne vers de lointaines contrées et un mode de vie qui nous est étranger
    À découvrir

  • 0.25

    "Il reste la poussière" est le 4ème roman de la romancière française S.Collette.Elle a reçu le prix Landerneau polar 2016 pour cet ouvrage.Elle a déjà été récompensé en 2013 pour son 1er roman(grand prix de la littérature policière et prix littéraire des lycéens.)
    Elle nous emmène cette fois en Patagonie, au coeur de la steppe, dans une ferme agricole "estancia",sur une terre brûlée par le vent et la sécheresse.Elle nous offre la vision d'un paysage désolé.
    Nous suivons une famille, la mère et ses quatre fils: Mauro et Joaquin (les jumeaux), Steban et Raphaël dit le petit.Ils passent leur temps à travailler dur dans une exploitation qui périclite.Il en émane donc une ambiance pesante, lourde tout au long de la lecture.L'air est irrespirable, chargé de haine, d'alcool et de violence.Il n'y a aucune marque d'amour entre eux.
    Le livre est divisé en chapitres qui se concentrent à chaque fois sur un des personnages.Donc on a le point de vue de chacun en fonction des situations.Mais on suit plus particulièrement Raphaël et sa longue descente aux enfers, qui est le souffre douleur de sa famille.Il y a un suspens jusqu'à la dernière page.On a vraiment envie de savoir comment ils vont tous s'en sortir.
    J'aime beaucoup le style d'écriture de l'auteure qui me fait un peu penser à Cormac McCarthy dans" De si jolis chevaux".Les descriptions longues et détaillées défilent devant nos yeux et nous permettent de mieux rentrer dans l'histoire.L'émotion est présente à chaque page.Pour ma part c'est une auteure que j'ai eu plaisir à découvrir.

  • 0.25

    Je ne connaissais pas cette auteure (seulement de nom !) avant de lire ce roman. J'ai été transportée par son style bien particulier, envoûtée par son écriture fluide et parlante (parfois cela me faisait penser à du Giono concernant la description des paysages) ; l'histoire est dure, noire et aride, telle le décor du livre qui se déroule en Patagonie. Franchement, je pense très bientôt relire Sandrine Collette, c'est pour moi une excellente découverte !!

  • 0.25

    Brûlant, comme de la poussière dans les yeux. Un véritable coup de cœur, pour cette auteure découverte à l'occasion de l'événement Les Quais du Polar à Lyon, à la fin du mois.

    Les chapitres s'articulent autour des différents personnages qui composent la famille de Rafael, le petit dernier de la fratrie déchirée, celui autour duquel l'intrigue tourne. La violence est partout, dans les mots, dans les coups, dans le travail, même dans ce qui devrait être de l'amour. Les sourires sont absents. Très vite, Sandrine Collette me renvoie la même émotion que Luis Sepulveda : son écriture décrit à la perfection l'univers noir et cruel qui sert de scène à sa narration.

    Les paysages sauvages pourraient être sublimes, parfois on cherche à le contempler, mais très vite, la brutalité revient, nous rappelle à l'ordre. L'argent manque, l'alcool foisonne. Déjà plus froissée qu'une boule de papier, la famille continue de se déchirer. Et puis, il y a une énième attaque, puis un oubli, qui implique un voyage pour Rafael : ce qu'il va découvrir va bien au-delà de ce qu'il était parti chercher, et semble bien sonner le glas de sa funeste destinée. Et pourtant, parfois, le destin si noir se colore d'une discrète touche de lumière, blanche comme de la laine.

    Au fur et à mesure que les failles s'agrandissent, que la poussière enveloppe Rafael et sa famille d'une pellicule incolore, le roman progresse, sombre et glacial. Dévoré en quelques heures, ce roman s'illustre par sa subtilité et la force de sa narration.

  • 0.2

    Impressionnant ! c'est le mot qui me vient à l'esprit pour évoquer le roman de Sandrine Collette. Quatre frères, une mère et les espaces immenses de la Patagonie. Une mère ? Un personnage minéral, comme sculpté dans la roche aride qui entoure le domaine, qui a pour ses fils la même considération qu'un maquignon pour des chevaux. Ses fils ? Mauro et Joaquin, les jumeaux , violents, impitoyables, aussi durs à la tâche que vides d'émotions ; Steban, rendu presque mutique par le secret sanglant qu'il partage avec la mère. Et Rafael, le cadet, petit poucet perdu entre les mains des ogres de sa famille et qui rêve d'autre chose. Tous les éléments de la tragédie sont en place et la narration nous porte dans cet univers d'extrêmes, où les passions couvent longuement avant d'exploser. L'écriture laisse toute la place aux sensations les plus primitives, les plus vitales, estompant sentiments et émotions, si bien que personnages et paysages semblent partager la même âpreté sauvage. Et pourtant les personnages ne sont pas monolithiques et laissent entrevoir les blessures autour desquelles il a bien fallu qu'ils se construisent, tant bien que mal. C'est aussi toute la subtilité du récit que de parvenir à susciter la compassion vis-à-vis de ces êtres qui finalement semblent intemporels. Un roman qui m'a stupéfiée par l'univers qu'il construit et par l'écriture qui le porte !

  • 0.2

    Cette année encore, j'ai fait de belles découvertes littéraires.
    J'ai même rencontré et échangé pour la première fois avec certains auteurs. Parmi eux, Sandrine Collette qui m'a gentiment dédicacé son dernier opus, Il reste la poussière.
    Je me suis donc embarqué pour la Patagonie, région sud-américaine située entre le sud de l'Argentine et le sud du Chili. Au milieu de nulle part, la mère élève seule ses 4 fils, les jumeaux Mauro et Joaquin, Esteban et le petit, Rafael.
    Un coin perdu qu'a déserté le père, disparu un soir, abandonnant sa famille.
    Ici, tout est sec, la terre comme le cœur des gens.
    Pas de place pour les sentiments, les enfants triment, du matin au soir, pour essayer de survivre, quand la mère ne va pas tout dilapider dans les jeux ou l'alcool. Une vie de misère et de violences quotidiennes.
    Sandrine Collette nous la fait cracher la poussière, avec ses personnages. On souffre avec eux, on s’enivre, on courbe le dos, on espère des jours meilleurs.
    C'est lent, c'est rude. C'est là qu'elle est forte Sandrine. Le lecteur est tour à tour dans la peau des protagonistes. Elle ne le tient pas à distance, il est dans le récit, et comme le petit Rafael, il s'accroche...
    Jusqu'à la fin, on se prend à espérer. Et du lourd secret que porte, comme un fardeau, l'un des enfants, jusqu'au dernier rebondissement, on est tenu en haleine.
    Assurément, Sandrine, nous sommes appelés à nous revoir. Dans quel coin du monde cette fois ?

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

L'atout sénior ; relations intergénérationnelles, performance, formation Sandrine Collette DUNOD

Voir tous les livres de Sandrine Collette

Autres éditions

Il reste la poussière Sandrine Collette LGF

4.3

Voir toutes les éditions