Histoire de la violence

Couverture du livre « Histoire de la violence » de Edouard Louis aux éditions Seuil

3.333333333

15 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Seuil
  • EAN : 9782021177787
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 236
  • Collection : Cadre rouge
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

J'ai rencontré Reda un soir de Noël. Je rentrais chez moi après un repas avec des amis, vers quatre heures du matin. Il m'a abordé dans la rue et j'ai fini par lui proposer de monter dans mon studio. Ensuite, il m'a raconté l'histoire de son enfance et celle de l'arrivée en France de son... Lire la suite

J'ai rencontré Reda un soir de Noël. Je rentrais chez moi après un repas avec des amis, vers quatre heures du matin. Il m'a abordé dans la rue et j'ai fini par lui proposer de monter dans mon studio. Ensuite, il m'a raconté l'histoire de son enfance et celle de l'arrivée en France de son père, qui avait fui l'Algérie. Nous avons passé le reste de la nuit ensemble, on discutait, on riait. Vers six heures du matin, il a sorti un revolver et il a dit qu'il allait me tuer. Il m'a insulté, étranglé, violé. Le lendemain les démarches médicales et judiciaires ont commencé.
Plus tard, je me suis confié à ma soeur. Je l'ai entendue raconter à sa manière ces événements.
En revenant sur mon enfance, mais aussi sur la vie de Reda et celle de son père, en réfléchissant à l'émigration, au racisme, à la misère, au désir ou aux effets du traumatisme, je voudrais à mon tour comprendre ce qui s'est passé cette nuit-là. Et par là, esquisser une histoire de la violence.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.15

    Un soir de Noël, Edouard rencontre Reda, dans la rue, en rentrant chez lui. Immédiatement attiré par le jeune homme, il le laisser monter dans son appartement et ils passent la nuit ensemble, avant que tout ne dérape pour une banale histoire de vol.

    Ce livre est un récit croisé de la soirée. Le lecteur suit les propos de la soeur d’Edouard qui expose les faits à son mari et, comme un monologue intérieur, les commentaires d’Edouard, qui assiste à la conversation, caché derrière une porte.

    L’histoire de la violence dont il est question va bien au-delà des faits de la nuit, prétexte au propos. Edouard Louis parle racisme, homophobie, violence sociale. Il évoque les violences qu’il a subies mais aussi celles que la société fait subir à son violeur.

    Les points de vue s’entremêlent comme les niveaux de langage, passant d’une prose soutenue quand Edouard s’exprime à un discours beaucoup plus simple quand l’auteur nous rapporte les propos de sa soeur.

    Cette plume qui m’avait tant plue, subjuguée même, quand j’ai lu « En finir avec Eddy Bellegueule » n’a pas su me charmer cette fois-ci. Je n’ai pas retrouvé la parfaite justesse des émotions du précédent roman et j’ai été malmenée par la construction même du récit, laissant beaucoup de place aux propos de la soeur de l’auteur et, donc, au parler plus « prolétaire » que j’ai cette fois trouvé presque artificiel.

    Une petite déception donc, mais certainement liée à l’emballement ressenti à la lecture du premier roman de l’auteur.

    J’attends le troisième avec impatience.

    https://lucioleetfeufollet.com/2017/03/20/quand-jecris-je-dis-tout-quand-je-parle-je-suis-lache/

  • 0.05

    Edouard Louis, la nuit de Noël, se fait draguer par un jeune kabyle, Reda, et lui propose de prendre un verre chez lui. S’en suit une nuit d’amour et de conversation intense. Suite au vol de son portable, le sexe s’est transformé en agression, puis en agression sexuelle. Edouard ira à l’hôpital, au commissariat porter plainte. La sœur d’Edouard participe à ce récit en racontant à son mari les évènements tels qu’elle les a compris.

    Je n’ai pas lu le premier livre de cet auteur. La curiosité est un (vilain ?) défaut et me voici avec Histoire de la violence entre les mains.
    Je n’ai éprouvé aucune empathie pour ce jeune homme et son histoire, tant le style m’a déplu. Les interventions de la sœur alourdissent la lecture. Je n’aime pas sa façon de vouloir faire populaire lorsque Clara raconte. J’ai senti son ambivalence entre ses sentiments restés vifs à l’égard du Reda du début et sa déposition à la police. L’impression qu’il a, à la fois, envie d’arrêter la plainte et le besoin de la maintenir « Je ne me doutais pas encore de l’intensité avec laquelle j’allais me détester d’être venu jusqu’au commissariat. » ou encore «Je ne voulais pas porter plainte, à cause de ma détestation de la répression, parce que je pensais que Réda ne méritait pas d’aller en prison. ». A trop vouloir se donner le beau rôle, Edouard Louis n’est pas crédible pour moi. Pourquoi se cacher pour écouter le récit de sa sœur ? Une discussion entre lui et lui-même qui ne m’a pas plu. Un titre qui appelait autre chose

  • 0.1

    J'ai trouvé que l'auteur tournait beaucoup autour de son nombril même si je comprends que ce qu'il a vécu soit obnubilant.

    Je n'ai pas vraiment compris l'intérêt de l'effet de style : faire raconter à sa soeur les faits.

    Je reste donc perplexe !

  • 0.25

    https://animallecteur.wordpress.com/2016/02/16/histoire-de-la-violence-edouard-louis/

    Bon je ne vais pas faire ma fière-prout-prout en posant des questions du style « mais qui sommes nous pour juger le récit d’une agression? » même si c’est vraiment le genre de question qui me passe par la tête! J’ai lu pas mal d’articles sur ce livre et je ne trouve pas ça juste que certains magazines se permettent de juger ce livre (presque) comme un torchon alors que ce jeune homme a juste eu le besoin d’extérioriser cette tragique aventure qu’il a vécu la veille de Noël 2012. Mon côté manichéen qui ressort!

    Vous l’aurez sans doute compris, Histoire de la violence est un récit autobiographique qui retrace la nuit du 24 décembre 2012 dans l’appartement d’Edouard Louis. L’histoire est à la fois racontée par Clara, sa sœur qui raconte elle-même cette histoire à son mari, et par Edouard Louis qui ajuste les propos de sa sœur. De même que différents récits se croisent, le discours que tient Edouard à ses amis Didier et Geoffroy, celui qu’il tient aux policiers, à l’infirmière, …

    Comme dans En finir avec Eddy Bellegueule, ce livre parle de la honte, de la douleur, du désir, de l’homosexualité, du racisme, de la souffrance, de l’intolérance, de l’exclusion, … c’est un véritable livre coup de poing, Edouard Louis ne triche pas, on ressent sa force et sa fragilité.

    En plus de ça, j’ai eu la chance d’aller voir une lecture de ce livre au Théâtre National de Strasbourg. La lecture était faite par un metteur en scène, Stanislas Nordey, il a lu le premier chapitre, le huitième (mon préféré! et le préféré d’Edouard Louis, il me l’a dit himself!) et le neuvième. Puis il y a eu une petite discussion autour de l’oeuvre et du travail de l’auteur (d’ailleurs Edouard Louis, si tu me lis et si tu te mets à écrire du théâtre, je courrai pour prendre mes places!). Et puis après tout ça il y a eu une petite séance de dédicace (ma collection de livres dédicacés s’agrandie!)

  • 0.25

    J’ai lu les deux d’un coup (En finir avec Eddy Bellegueule et Histoire de la violence) et suis restée sans voix.
    La violence pure, la haine sans mélange m’ont stupéfiée.
    Dans cette famille pauvre du Nord de la France, dans ce village où les fins de mois sont difficiles et où l’on boit pour oublier, la violence est omniprésente. Ce que l’on voit est laid, ce que l’on respire donne la nausée, ce que l’on avale engendre des haut-le-cœur, ce que l’on entend n’est qu’injures et cris.
    Eddy Bellegueule, le narrateur, va tout d’abord essayer de se fondre dans cet univers qui l’agresse : il essaie de jouer les gros durs, de boire de la bière, de prendre une copine… mais rien n’y fait. C’est un tendre qui n’aime ni la bière ni les filles. Alors, il faut fuir. « La fuite est souvent associée à la lâcheté, alors qu’elle est éminemment courageuse. Rompre c’est se réinventer. » dira Edouard Louis, l’auteur, qui a changé de nom, de dents, de corps et de langue.
    Seule l’école lui permettra de s’extirper de ce monde qui le rejette et dont il ne veut plus.
    Mais peut-on en finir avec Eddy Bellegueule ? Ce n’est pas si simple…
    Dans Histoire de la violence, ce sont les mots de la sœur aînée qui diront l’indicible : le vol, le viol, la tentative d’homicide, comme si seule la langue de l’enfance pouvait exprimer la violence subie. Il corrige les propos de sa sœur mais c’est elle qui parle, qui raconte à son mari ce que son frère a vécu cette nuit de Noël 2012, alors qu’il rentrait chez lui, la rencontre avec un jeune kabyle qui l’approche, le séduit. « Aimer une respiration, il faut le faire quand même. » s’indignera sa sœur. Et puis, les événements s’enchaînent très vite jusqu’au point limite, jusqu’au paroxysme de la violence. Mais le narrateur ne peut supporter d’entendre les policiers, ses amis, sa soeur prendre possession de son histoire : il sait que « le langage ment » et ne comprend pas comment son récit peut « ne plus lui appartenir », il se retrouve soudain « exclu de sa propre histoire. » Et ce qu’il dit se transforme en des propos racistes et violents vis-à-vis de son agresseur. N’avait-t-il pas subi de violences ce garçon dont le père avait quitté le pays pour vivre en foyer, lui qui n’avait pas su saisir la perche que lui tendait l’école pour s’en sortir ? Qui Edouard Louis avait-il eu en face de lui cette nuit-là sinon un double de lui-même, de ce qu’il aurait pu être lui aussi à peu de chose près. Alors, il ne supporte pas les mots des autres sur celui qui a failli le tuer, victime, lui aussi, finalement : « je ne pouvais pas entendre quelqu’un insulter Réda, j’ai eu envie de protéger Réda… »
    Le narrateur se méfie des mots, lui qui oscille entre « deux langues ennemies, deux cultures ». Quelle est celle qui dit le vrai, ce qu’il est ? La langue des déshérités, de ceux qui sont dépossédés du langage ou bien celle de l’institution, de la classe dominante ? Comment peut-on vivre au sein de cette dualité ? Etre à la fois Eddy Bellegueule et Edouard Louis ?
    Et pourtant, il faut dire, parler pour « s’arracher à son histoire » au risque de rouvrir la plaie à peine refermée, chaque mot prononcé étant une torture mais aussi une voie vers la vérité, « une nouvelle percée » vers la vie de celui qui, épuisé de douleurs, plié en deux sous le fardeau de la souffrance, est forcé de dire, lui qui aurait aimé se taire.
    Les paroles de Imre Kertész viennent conclure : « … en écrivant, je cherchais la souffrance la plus aiguë possible, à la limite de l’insupportable, vraisemblablement parce que la souffrance est la vérité, quant à savoir ce qu’est la vérité, écrivis-je, la réponse est simple : la vérité est ce qui me consume, écrivis-je. »
    Dire, écrire, souffrir pour s’exhumer et renaître, si c’est possible…

    http://lireaulit.blogspot.fr/

  • 0.15

    On retrouve dans cet opus Eddy Bellegueule avec lequel l'auteur, Edouard Louis, n'en a visiblement pas fini. Le narrateur raconte le traumatisme d’une agression violente qu’il a subie le soir de Noël, alors qu’il revient d'une soirée passée chez ses amis. Sa rencontre avec Reda, parfait inconnu, s'achève par un viol et par la sensation d'être passé très près de la mort.
    C'est en fait un récit dans le récit que l'auteur propose fort habilement, une superposition de points de vue narratifs : le sien, factuel ; celui de sa sœur qui narre l'agression à son mari, utilisant ses propres mots, en langage picard et populaire, presque sans respiration ; et le sien à nouveau, en correcteur des erreurs qu'elle énonce. C'est aussi la juxtaposition de deux mondes : son milieu populaire d'origine qu'il fuit pour un univers plus érudit, parisien.
    Ces ruptures narratives sont parfois pénibles à la lecture, ralentissant le rythme, changeant la perspective (on se surprend à trouver plus empathique le personnage de Clara, naïf et toutefois plus intelligent ; ses nombreuses digressions montrant sa compassion alors que le narrateur reste souvent clinique dans son récit).
    Histoire de la violence est surtout l'histoire d'une rédemption par la parole pour se libérer de l'horreur, du traumatisme : parler pour se défaire, pour en finir avec les réminiscences douloureuses, avec la culpabilité et la honte ressenties par un narrateur qui se surprend à céder à une stigmatisation facile. Un roman ambigu où la violence se cache aussi dans une lutte intime et que j'ai refermé, mitigée.

  • 0.1

    J'étais impatiente de découvrir Histoire de la violence, qui n'a pas été la découverte que j'espérais.
    La construction rend la lecture difficile : il y a, d'une part, l'histoire d'Edouard racontée par sa soeur Clara, dans sa langue familière, et d'autre part, la vision du narrateur, Edouard en personne. Les deux récits s'entrecroisent, mais l'utilisation du personnage de Clara n'ajoute, à mon sens, rien à l'intrigue.
    J'avais par ailleurs des attentes sur le traitement du sujet, que j'imaginais plus sociologique et ambitieux. Le roman m'a semblé se borner à raconter la vision d'Edouard, son ressenti, le poids du traumatisme.
    L'auteur fait cela à merveille, mais j'espérais davantage de ce deuxième roman.

    Ma chronique complète est ici : http://viederomanthe.blogspot.fr/2016/02/histoire-de-la-violence-edouard-louis.html

  • 0.2

    De quoi s’agit-il ? Edouard Louis rentre chez lui la nuit de Noël et se fait emboîter le pas place de la République par Reda, beau jeune homme kabyle qu’il finit par inviter dans son appartement pour une nuit qui va tourner court : Reda lui raconte sa vie et celle de son père, migrant d’Algérie, Reda rit, Reda fait l’amour, puis surgit la violence de Reda, le vol d’un Ipad, le revolver sorti d’une poche, le viol, l’étranglement d’Edouard. Le roman est une tentative d’explication de ce soudain basculement dans la violence absolue.

    La première originalité de ce récit repose sur son dispositif littéraire : celui d’un récit autobiographique dit par quelqu’un d’autre. Une bonne partie de cette nuit de Noël est racontée par la soeur du narrateur, Clara, personnage entièrement construit pour l’occasion, à son mari camionneur, et épiée par Edouard Louis, qui l’écoute caché derrière la porte et commente silencieusement son récit. L’occasion de faire surgir dans le paysage littéraire le lumpen proletariat picard et sa langue, déjà croisés chez Eddy Bellegueule et rarement ailleurs dans le paysage littéraire français -des constructions vernaculaires, dont Edouard Louis reproduit les redondances et les incorrections :

    “C’est pour ça qu’à mon avis il aurait mieux fait de raconter tout ça à Reda pour le rassurer. Comme ça Reda il aurait su où il était et à qui il avait affaire. Et peut-être que ça se serait passé autrement. Il aurait compris qu’Edouard il était pas si différent de lui parce que bien sûr je parie qu’il a choisi d’aborder Edouard en grande partie à cause de l’allure qu’il avait, Edouard, qui est une allure qu’il s’donne mais qu’il a pas toujours eue. L’ironie du sort quand tu réfléchis. Ça me fait tellement rire. Edouard il met un masque et il joue tellement bien son rôle qu’au final ceux qui lui ressemblent ils l’attaquent en pensant qu’il est du camp adverse.”

    Ces récits enchâssés à trois voix - Clara, Edouard Louis l’écoutant et commentant, le narrateur - renforcent le sentiment de mise à distance de cette histoire dite et redite avec les mots des autres. C’est la 2ème dimension de la violence du roman : nos vies sont toujours racontées par les autres, sans jamais se calquer complètement à notre réalité vécue, toujours déformée, distendue, expropriée. Le comble de cette violence du langage social s’exprime dans les mots de la police auprès de qui Edouard Louis porte plainte. Après avoir dressé un portrait rapide de Reda, il se voit corrigé par son interlocuteur qui assène un “Ah type maghrébin vous voulez dire” et jubile d’avoir posé les caractéristiques du portrait robot de l’agresseur dans un cadre définitif de précision et de racisme. Histoire de la violence est aussi l’histoire d’une thérapie par la vengeance, où l’auteur enfin se réapproprie son expérience, y pose ses propres mots.

    Après En finir avec Eddy Bellegueule, je suis toujours aussi fascinée par la maturité littéraire de ce (très) jeune auteur -23 ans aujourd’hui… Son livre dérange et bouscule ; parce qu’il n’est jamais là où l’on pourrait l’attendre, introduisant une classe sociale et son verbe dans un paysage littéraire qui les en a souvent exclus, sans pour autant les glorifier ; cherchant à comprendre les causes du basculement dans la violence de cette nuit de Noël sans simplisme ni raccourci sociologique ; réaffirmant sa révolte face à la pauvreté du langage social, au racisme ordinaire, à la misère de la relation à l’autre - et cette recherche de la vérité, de la plus grande loyauté possible aux faits vécus, me touche profondément.

    Découvrez d'autres notes de lecture sur mon blog : http://ernestvolange.tumblr.com/

  • 0.2

    La première remarque que je me suis fait à la sortie de cette lecture est : quel intérêt à bien pu trouver l'auteur pour le choix de cette narration ? En effet l'histoire d'Edouard est ici racontée par la sœur de ce dernier. Le niveau de langage du récit de cette sœur, qui expose les faits à son mari, est volontairement très familier, signe d'un niveau social populaire. Pour accentuer cette singularité, l'auteur entrecoupe le discours de sa sœur par des précisions de sa part, bien évidement dans un langage beaucoup plus soutenu. Et au final cette narration à deux vitesses m'a semblée assez confuse. En plus de cette impression de fouillis, j'ai trouvé que ce procédé desservait la transmission d'émotions et le réalisme que j'avais tant apprécié dans "En finir avec Eddy Bellegueule".

    Quant à l'intrigue à proprement parlé, elle a su me convaincre et l'auteur m'a vraiment intéressé à son histoire. Je n'ai pas un seul instant évoqué la question de véracité de cet écrit qui fait tant polémique dans ses romans. Au final qu'importe cette question, l'essentiel pour moi est la profondeur de l'intrigue et la façon dont je la vis. Réellement vécue ou non, l'important à mes yeux est la façon dont l'histoire est transmise au lecteur.

    Et bien dans "Histoire de la violence" l'auteur a réussi à me faire vibrer et encore mieux, à me faire vivre son histoire. ​J'ai réussi à travers ce témoignage appréhender concrètement l'état d'esprit dans lequel le personnage est et à été cette nuit de Noël, puis les jours et mois qui ont suivi. Ma seule déception a été un manque d'approfondissement dans l'explication du fameux Syndrome de Stockholm dont le personnage est victime. J'aurais souhaité une plongée psychologique plus intime dans ces sentiments.

    Mise à part ça, et malgré une narration décevante, l'intrigue m'a captivée, angoissée, fait vibrer. L'auteur a une plume qui est relativement efficace sur moi et qui me procure un plaisir de lecture qui est assez rare. J'aime cet aspect réel de description. L'auteur dépeint ce qu'il a pu voir ou vivre avec la juste dose de détails pour faire de son récit une expérience pour le lecteur. C'est appréciable.

    C'est finalement un aspect positif que je retiens de cette lecture. Différent de son premier titre, "Histoire de la violence" fera lieu, je l'espère, de transition dans la carrière de l'auteur. J'aimerais beaucoup le découvrir dans romans où il n'est pas son personnage principal. ​​

  • 0.25

    Ce livre était pour moi un incontournable de cette rentrée de janvier car j'avais beaucoup aimé le premier roman d’Édouard Louis "En finir avec Eddy Bellegueule", un roman coup de poing qui avait fait sensation début 2014.

    Dans ce roman encore largement autobiographique, Édouard Louis revient sur un drame qu'il a vécu chez lui un soir de Noël 2012, avant le succès de son premier roman.

    Abordé dans la rue par un inconnu, un jeune Kabyle nommé Reda, Édouard accepte de monter avec lui dans son studio. S’ensuit une nuit de plaisir mais lorsqu'il s'aperçoit que Reda lui a volé son téléphone portable et son Ipad, la nuit vire au cauchemar. Reda l'insulte, tente de l'étrangler, le menace avec une arme et le viole.

    La technique de narration employée dans ce roman est originale et intéressante. Édouard Louis croise plusieurs voix pour raconter cette nuit dramatique. S'entremêlent son propre récit de cette nuit de plaisir et d'horreur, les propos qu'il a tenus devant les policiers au commissariat quand il va déposer plainte, les propos qu'il a tenus avec ses deux meilleurs amis Didier et Geoffroy et surtout la narration de cette histoire que fait sa sœur Clara à son mari. C'est cette voix de Clara qui structure le roman.

    Celle-ci s'exprime dans une langue très populaire qui renvoie l'auteur à ses origines, Édouard Louis écoute ce récit de sa sœur, une sorte de long monologue, caché derrière une porte et commente ses dires.
    Le contraste est saisissant entre la langue populaire de Clara et la langue cultivée d’Édouard.

    Ce livre n'est donc pas seulement le récit de cette nuit d'horreur mais c'est aussi l'occasion par la voix de sa sœur de revenir sur son passé, sa famille, son enfance, son rejet de sa famille et de la laisser exprimer ses sentiments par rapport à son frère et "ses manières de gens de la ville."

    Sans jamais s'épargner, Édouard Louis dissèque ses réactions, ses pensées, ses ressentis et ses émotions lors de l’agression et dans les jours qui ont suivi. Il analyse sa peur, sa douleur et son incapacité à fuir lorsque cela a été possible.

    On retrouve beaucoup de "En finir avec Eddy Bellegueule" dans ce deuxième roman : les thèmes de la honte, du désir, de l'intolérance, du racisme, de l'homophobie et de la douleur de son exclusion au sein de sa propre famille...

    Malgré le sujet il n'y aucun voyeurisme malsain dans ce récit dérangeant, oppressant et éprouvant.
    C'est très bien construit et très bien écrit. C'est dur, profond et puissant.
    Un livre qui confirme le talent d'écrivain d’Édouard Louis et qui ne laissera personne indifférent.

    http://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2016/01/histoire-de-la-violence-dedouard-louis_19.html

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Les articles associés

Du même auteur

Pierre Bourdieu ; l'insoumission en héritage Edouard Louis PUF

Voir tous les livres de Edouard Louis

Autres éditions

Histoire de la violence Edouard Louis POINTS

3.333333333

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com