Eva

Couverture du livre « Eva » de Simon Liberati aux éditions Stock

3

5 notes

Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.15

    Simon et Eva se retrouvent en 2013 pour ne plus se quitter après s'être croisé une trentaine d'années auparavant. J'ai beaucoup aimé l'écriture de Simon Libérati. Ce livre m'a donné de lire autre chose de lui.
    Il retrace des moments d'Eva Ionesco à partir de photos, souvenirs, témoignages d'Eva ou Christian Louboutin.
    Il lui dédie ce livre mais ne l'épargne pas pour autant. Simon Libérati montre aussi ses faiblesses et ses failles.

  • 0.1

    Simon Liberati raconte le destin hors-norme de sa femme Eva Ionesco mais aussi leur relation, de leur rencontre au début des années 80 à leurs retrouvailles amoureuses vers 2013.

    C'est un roman qui n'épargne pas. Il n'épargne pas le lecteur qui est plongé dans la relation destructrice entre Eva et sa mère Irina qui lui fait faire des photos et films pédopornographiques. Il n'épargne pas Eva dont on découvre le côté sombre – une attitude d'éternelle adolescente, les colères, la chirurgie esthétique. Enfin, Liberati ne s'épargne pas lui-même, révélant sa noirceur – drogue, alcool, prostituées, nuits parisiennes. Il avoue même des choses plutôt dérangeantes... je vous laisse lire la page 54...

    Cependant, personnellement, la mayonnaise ne prend pas. C'est un portrait dressé par un homme amoureux, peut-être « trop » amoureux d'ailleurs dans le sens où j'estime qu'il laisse le lecteur de côté.

    On aurait pu avoir un intérêt si l'histoire d'Eva était totalement méconnue mais Eva a déjà narré son enfance et son adolescence chaotiques dans son film My Little Princess – évoqué d'ailleurs dans le roman.

    Je suis donc ressortie extrêmement déçue de ce roman et j'ai du mal à comprendre l'engouement qu'il suscite chez certaines personnes.

  • 0.15

    J'ai aimé d'Eva la plume élaborée, l'ambition de Liberati, et il m'a été difficile de passer ensuite à autre chose, tant le style m'avait ravie.
    Cependant, j'ai ressenti un décalage entre la tentative de Liberati d'élever Eva à une figure littéraire, au mythe, et la matière visiblement pauvre : chaque fois qu'il donne la parole à Eva, elle déçoit, le charme s'évapore.
    Étrange expérience!

    Ma critique complète est ici : http://viederomanthe.blogspot.fr/2015/10/eva-simon-liberati.html

  • 0.2

    https://animallecteur.wordpress.com/2015/09/14/eva-simon-liberati/

    Simon Liberati ne ment pas, ce livre est un véritable éloge à Eva Ionesco. Ce n’est pas une biographie qui nous détaillera l’enfance hors norme de cette femme mais c’est un roman dans lequel l’auteur raconte tout son amour et sa fascination pour celle-ci. L’histoire ne commence pas ces quelques dernières années mais il y a trente ans lorsque Simon et Eva se retrouvent après une soirée dans la même voiture, elle l’insulte, leur chemin se séparent, il écrit son premier roman dont un des personnage est fortement inspiré d’Eva. A cette époque il n’a que 19 ans et ne la connait pas.

    Depuis 2013 ils se sont retrouvé et en cette rentrée littéraire 2015, Simon Liberati lui fait une très belle preuve d’amour, il lui prouve qu’elle est sa muse en lui déclarant tout son amour dans ce roman.

  • 0.15

    Dans les années 70, Eva Ionesco était "l'objet" de sa mère Eva Ionesco photographe, son modèle dont elle a tiré le portrait et le reste huit années durant. De l'âge de quatre à douze ans, cette Lolita des seventies a dû poser pour sa mère dans des mises en scène morbides, dans des positions dénudées et pornographiques. Cette fée enfant abîmée par sa mère fascine littéralement Simon Liberati.
    Il l'avait rencontré furtivement lorsqu'elle était âgée de 12 ans. Elle fut vingt-cinq ans plus tard, la "Marina" de son premier roman, "une petite fille perdue".

    Hasard ou coïncidence , trente-cinq ans après leur première rencontre, ils se croisent lors d'une soirée parisienne et se "trouvent". Ils sont faits l'un pour l'autre, Simon en est rapidement convaincu.

    Eva devient sa muse, pour elle il est prêt à quitter son premier amour, la littérature qui compte pourtant plus que tout. Comment ? En écrivant Eva, la double Eva : la femme-enfant blessée avec un destin hors du commun mais aussi Eva pleine de grâce et de pureté, son inspiration.

    Il écrira son passé en se basant sur des photos, des courriers, c'est ainsi qu'il fera parler Eva. Il écrira une "élégie" l'éloge oisif de sa jeunesse en perdition, la drogue, l'alcool, la prostitution, les pensées suicidaires, un destin hors du commun.

    Pour la forme et le plaisir de la lecture je suis partagée, on parle d'un incontournable de la rentrée, une chose est certaine il divise. Beaucoup d'avis sont soit dithyrambiques, remplis de louanges et d'autres sont assassins et détestent.

    Pour ma part, j'avoue avoir eu du mal à lire ce court récit, je me suis accrochée, j'ai lu par moment à voix haute et mon sentiment est partagé.

    Je n'ai pas aimé cet étalage de culture superfétatoire à mon goût. L'auteur aime à regarder son nombril, il est égocentrique, il ramène tout à lui avec un parisianisme un peu pédant, prétentieux. Je me suis souvent perdue dans les méandres de sa pensée, ne voyant pas toujours l'intérêt d'où il voulait m'emmener. C'était un peu trop décousu à mon goût.

    Par contre certains passages m'ont happée grâce à l'écriture riche, raffinée, remplie de finesse et de subtilité.

    Merci à l'éditeur pour cette découverte.

    Ma note à l'image de ma critique mi figue-mi raison 5.5/10:

    Les jolies phrases

    L'ancien paraissait suivre le nouveau, la ruine précéder la construction.

    Eva ramène par sa seule présence tout ce qui l'entoure à la candeur audacieuse et cruelle de l'enfance, elle qui s'est vue tant de fois abusée tente aujourd'hui d'abuser à sa manière des autres.

    ... les fracassantes surprises que donne la vie sont précédées d'un mauvais avant-goût, d'une tension préalable. L'amour naît dans la souffrance.

    Au début d'un amour on fait des choses qu'on ne refera plus.

    C'était un plongeon de l'être dans l'être que seul l'art permet quand il se mêle d'épouser la vie.

    Tout se passait comme si nous avions décidé de commencer par le pire afin d'éprouver la solidité de notre amour.

    Tu ne m'aimes pas, tu n'as jamais aimé personne, tu m'as épousée pour écrire un livre d'amour.

    La seule issue que j'ai trouvé à ce dilemme était de prendre l'objet de mon amour, Eva, et d'en faire un livre.


    Le passé d'Eva l'embellit chaque fois à mes yeux. Il lui rend cette densité surhumaine qu'ont les êtres sans âge.

    Tu sais, tu peux me quitter, je n'ai pas peur d'être perdue, ça m'est arrivé si souvent.

    Le plaisir de l'innocence a des armes ignorées du vice.

    Il y a une part de foi dans l'amour qui se prononce de manière délibérée en soi comme un voeu. Il reste secret mais aussitôt énoncé il prend une valeur d'absolu. Il ne s'agit pas de dire "je t'aime" mais d'accepter au fond de soi d'aimer l'autre, c'est à dire de ne plus différencier le sort de l'autre du sien propre.

    C'est son secret, son fond mystérieux, cette part très intime d'elle-même, plus intime que l'âme selon certaines sagesses.

    Souffrir, s'intéresser, s'ouvrir au monde, c'est le rôle de l'enfant qu'elle torture en la rendant sublime. Ses plus belles photos sont les pires.

    Elle criait trop fort pour ma timidité à l'époque, mais ce cri resté en moi a trouvé son écho, puis, encore bien des heures plus tard, l'écho de son écho, et l'amour a pu naître, comme toujours, du souvenir.

    Ce tympan qui est au fond de chaque être, et qui marque la limite à ne pas franchir dans tout voyage, celle de la douleur et de la mort volontaire.

    Une vie plus qu'une carrière, comment nourrir les ambitions quand on porte l'encombrement d'avoir déjà tant vécu ?

    http://nathavh49.blogspot.be/2015/09/eva-simon-liberati.html

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

L'hyper-Justine Simon Liberati FLAMMARION

2.5

Voir tous les livres de Simon Liberati