Etienne Chartier ; le colère et le chagrin d'un curé patriote

Couverture du livre « Etienne Chartier ; le colère et le chagrin d'un curé patriote » de Gilles Boileau aux éditions Pu Du Septentrion
Résumé:

Tout au long de sa vie, le curé Étienne Chartier a dérangé. Il a ferraillé avec les évêques, les notables et ses confrères du clergé, en particulier avec les Messieurs de Saint-Sulpice. Il a prêché, il a beaucoup écrit, il a erré. Jusqu'en Louisiane et en Acadie. Mais, avant tout, il a été un... Lire la suite

Tout au long de sa vie, le curé Étienne Chartier a dérangé. Il a ferraillé avec les évêques, les notables et ses confrères du clergé, en particulier avec les Messieurs de Saint-Sulpice. Il a prêché, il a beaucoup écrit, il a erré. Jusqu'en Louisiane et en Acadie. Mais, avant tout, il a été un prêtre généreux, un pasteur dévoué, un curé enraciné dans son milieu, sensible aux problèmes de ses paroissiens.
Avant de devenir prêtre, ce fils de la Côte-du-Sud fut d'abord journaliste, avocat et instituteur. Puis il fut recruté par le curé Painchaud pour être le premier directeur du collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. À l'inauguration de cet établissement, en septembre 1829, il prononça un discours qui eut des conséquences sur le reste de sa vie. Le message était clair: c'est par l'éducation donnée dans les collèges que les Canadiens pourront s'épanouir et se libérer de l'empire des «Bretons» (Anglais) de qui il n'y a rien à attendre.
Curé de Saint-Benoît dont l'idéal rejoint celui des patriotes au moment des troubles de 1837, Chartier quitta le Bas-Canada au lendemain de la bataille de Saint-Eustache pour se réfugier aux États-Unis où il joua un grand rôle dans le mouvement patriotique. Finalement, déçu par Papineau et désespérant de la cause pour laquelle il avait lutté, il accepta, contre son gré, les conditions imposées par Mgr Bourget pour rentrer au pays et reprendre ses fonctions de curé, avant de mourir dans une solitude malheureuse.
Ce prêtre engagé, sans cesse en lutte contre l'injustice, était avant tout un homme de coeur, lui qui, déjà en 1833, écrivait: «Si un jour le peuple devait être malheureux, le prêtre devra être à ses côtés pour essuyer ses larmes.» Né à Saint-Eustache, Gilles Boileau y habite toujours. Docteur en géographie de l'Université de Bordeaux, il a été professeur au Département de géographie de l'Université de Montréal. Il a été président du Conseil de la culture des Laurentides, de la Fédération québécoise de la faune et de la Fédération des sociétés d'histoire du Québec, en plus d'être le directeur de la revue Histoire Québec, et l'auteur d'Oka, terre indienne. Le silence des Messieurs (éditions du Méridien, 1991). Au Septentrion, il a publié Mirabel en histoires (2009).

Donner mon avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

Mirabel en histoires Gilles Boileau PU DU SEPTENTRION

Voir tous les livres de Gilles Boileau

Autres éditions

Etienne Chartier ; le colère et le chagrin d'un curé patriote Gilles Boileau PU DU SEPTENTRION

Voir toutes les éditions