Et rester vivant

Couverture du livre « Et rester vivant » de Jean-Philippe Blondel aux éditions Buchet Chastel

3.5

6 notes

Résumé:

Le narrateur a vingt-deux ans. Il a perdu sa mère, son frère, dans un accident de voiture. L'histoire commence, il vient de perdre son père dans un accident de voiture... Seul désormais, il décide de vendre l'appartement familial et de partir avec ses deux plus proches amis : Laure et Samuel.... Lire la suite

Le narrateur a vingt-deux ans. Il a perdu sa mère, son frère, dans un accident de voiture. L'histoire commence, il vient de perdre son père dans un accident de voiture... Seul désormais, il décide de vendre l'appartement familial et de partir avec ses deux plus proches amis : Laure et Samuel. Direction : Morro Bay, Californie.
Morro Bay : une obsession nourrie depuis des années par la chanson de Lloyd Cole. La Californie : le pays mythique qui a marqué une génération.

"Et rester vivant" raconte ce voyage initiatique. Entre fous rires et douleur. Découvertes, rencontres et retours sur le passe. Pour la première fois, Jean-Philippe Blondel se raconte. On retrouve sa douceur; on découvre son incroyable capacité de résistance. Et ce texte, qui fait définitivement le deuil, rend surtout un véritable hommage à la vie.


Jean-Philippe Blondel a 43 ans et enseigne l'anglais au lycée de Sainte-Savine (Aube) depuis vingt ans. Son premier roman, Accès direct à la plage (2003), a obtenu le Prix des librairies Initiales. Après plusieurs publications chez Robert Laffont, il a rejoint, avec Le Baby-sitter, les éditions Buchet/Chastel. A publié en 2011 G229.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • Lechoixdeslibraires.com

    Vingt deux ans. Tout juste grand mais déjà orphelin, de mère et frère. Accidents de voiture. En deux temps, mortel aussi pour le père quelques années plus loin. Comment rester vivant, seul ? Comment faire un tel deuil ?
    Accompagné de deux amis très proches, chers anges gardiens, l'auteur/narrateur va s'échapper sur les routes californiennes vers Morro Bay, ville-chanson inscrite en boucle dans sa mémoire éclatée. Un parcours d'asphalte en quête d'oubli. Il s'agit de rouler, fuir la violence, les souvenirs mais «combien de temps pour l'amputation de trois membres, hein, combien ?» Un détail fait surgir le passé. Notes de piano dans un motel. Rencontres appelant les couleurs perdues. Et là, au bout du chaos, dans le champ des possibles, s'entrevoir au futur.
    Un roman saisissant, d'une écriture douce, fluide et concise «qui ressemble à un hommage... à ceux qui sont partis mais, plus encore, à ceux qui lui ont permis de rester».

  • Lechoixdeslibraires.com

    Jean-Philippe subit la compassion de tous à chaque rencontre, chacun connait son drame. Un accident de la route, son père macho fou au volant, son frère et sa mère succombent subitement. Quatre ans après, son père suit le même chemin. Que faire à vingt-deux ans quand il n'est plus possible de se rassurer en disant : «On a toute la vie devant nous» et qu'aucun projet laissé en suspens ne pourra être réalisé, et de n'être «plus soumis aux regards de ceux qui m'ont vu grandir». Il hérite et préfère tout vendre pour tout dilapider, se relever, renaître. Laure et Samuel, les deux fidèles qui ne posent pas de question, l'accompagnent aux États-Unis en direction de Morro Bay en hommage à une chanson de Lloyd Cole. Longue mue douloureuse vers une autre vie, vers la lumière au gré des rencontres. Sorte de road-movie, pause en mouvement avant de repartir, pour lever la brume, bancal, écorché pour tenter de reconstruire une vie. Il vit ce voyage tout en étant absent, détaché. En équilibre au dessus du vide. Évidemment l'appel du gouffre sera puissant, mais il saura résister, stopper le plongeon, détourner la tête, l'esprit car heureusement, «Putain, comme j'ai voulu vivre.». Un texte émouvant, mélancolique, rythmé par un humour désespéré qui dépeint avec justesse et franchise le retour à la vie, vers une sérénité salvatrice. Un vibrant hommage, le dernier l'espère l'auteur.

  • Lechoixdeslibraires.com

    Vingt deux ans. Tout juste grand mais déjà orphelin, de mère et frère. Accidents de voiture. En deux temps, mortel aussi pour le père quelques années plus loin. Comment rester vivant, seul ? Comment faire un tel deuil ?
    Accompagné de deux amis très proches, chers anges gardiens, l'auteur/narrateur va s'échapper sur les routes californiennes vers Morro Bay, ville-chanson inscrite en boucle dans sa mémoire éclatée. Un parcours d'asphalte en quête d'oubli. Il s'agit de rouler, fuir la violence, les souvenirs mais «combien de temps pour l'amputation de trois membres, hein, combien ?» Un détail fait surgir le passé. Notes de piano dans un motel. Rencontres appelant les couleurs perdues. Et là, au bout du chaos, dans le champ des possibles, s'entrevoir au futur.
    Un roman saisissant, d'une écriture douce, fluide et concise «qui ressemble à un hommage... à ceux qui sont partis mais, plus encore, à ceux qui lui ont permis de rester».

  • Lechoixdeslibraires.com

    Jean-Philippe subit la compassion de tous à chaque rencontre, chacun connait son drame. Un accident de la route, son père macho fou au volant, son frère et sa mère succombent subitement. Quatre ans après, son père suit le même chemin. Que faire à vingt-deux ans quand il n'est plus possible de se rassurer en disant : «On a toute la vie devant nous» et qu'aucun projet laissé en suspens ne pourra être réalisé, et de n'être «plus soumis aux regards de ceux qui m'ont vu grandir». Il hérite et préfère tout vendre pour tout dilapider, se relever, renaître. Laure et Samuel, les deux fidèles qui ne posent pas de question, l'accompagnent aux États-Unis en direction de Morro Bay en hommage à une chanson de Lloyd Cole. Longue mue douloureuse vers une autre vie, vers la lumière au gré des rencontres. Sorte de road-movie, pause en mouvement avant de repartir, pour lever la brume, bancal, écorché pour tenter de reconstruire une vie. Il vit ce voyage tout en étant absent, détaché. En équilibre au dessus du vide. Évidemment l'appel du gouffre sera puissant, mais il saura résister, stopper le plongeon, détourner la tête, l'esprit car heureusement, «Putain, comme j'ai voulu vivre.». Un texte émouvant, mélancolique, rythmé par un humour désespéré qui dépeint avec justesse et franchise le retour à la vie, vers une sérénité salvatrice. Un vibrant hommage, le dernier l'espère l'auteur.

  • Lechoixdeslibraires.com

    Vingt deux ans. Tout juste grand mais déjà orphelin, de mère et frère. Accidents de voiture. En deux temps, mortel aussi pour le père quelques années plus loin. Comment rester vivant, seul ? Comment faire un tel deuil ?
    Accompagné de deux amis très proches, chers anges gardiens, l'auteur/narrateur va s'échapper sur les routes californiennes vers Morro Bay, ville-chanson inscrite en boucle dans sa mémoire éclatée. Un parcours d'asphalte en quête d'oubli. Il s'agit de rouler, fuir la violence, les souvenirs mais «combien de temps pour l'amputation de trois membres, hein, combien ?» Un détail fait surgir le passé. Notes de piano dans un motel. Rencontres appelant les couleurs perdues. Et là, au bout du chaos, dans le champ des possibles, s'entrevoir au futur.
    Un roman saisissant, d'une écriture douce, fluide et concise «qui ressemble à un hommage... à ceux qui sont partis mais, plus encore, à ceux qui lui ont permis de rester».

  • Lechoixdeslibraires.com

    Jean-Philippe subit la compassion de tous à chaque rencontre, chacun connait son drame. Un accident de la route, son père macho fou au volant, son frère et sa mère succombent subitement. Quatre ans après, son père suit le même chemin. Que faire à vingt-deux ans quand il n'est plus possible de se rassurer en disant : «On a toute la vie devant nous» et qu'aucun projet laissé en suspens ne pourra être réalisé, et de n'être «plus soumis aux regards de ceux qui m'ont vu grandir». Il hérite et préfère tout vendre pour tout dilapider, se relever, renaître. Laure et Samuel, les deux fidèles qui ne posent pas de question, l'accompagnent aux États-Unis en direction de Morro Bay en hommage à une chanson de Lloyd Cole. Longue mue douloureuse vers une autre vie, vers la lumière au gré des rencontres. Sorte de road-movie, pause en mouvement avant de repartir, pour lever la brume, bancal, écorché pour tenter de reconstruire une vie. Il vit ce voyage tout en étant absent, détaché. En équilibre au dessus du vide. Évidemment l'appel du gouffre sera puissant, mais il saura résister, stopper le plongeon, détourner la tête, l'esprit car heureusement, «Putain, comme j'ai voulu vivre.». Un texte émouvant, mélancolique, rythmé par un humour désespéré qui dépeint avec justesse et franchise le retour à la vie, vers une sérénité salvatrice. Un vibrant hommage, le dernier l'espère l'auteur.

  • Lechoixdeslibraires.com

    Vingt deux ans. Tout juste grand mais déjà orphelin, de mère et frère. Accidents de voiture. En deux temps, mortel aussi pour le père quelques années plus loin. Comment rester vivant, seul ? Comment faire un tel deuil ?
    Accompagné de deux amis très proches, chers anges gardiens, l'auteur/narrateur va s'échapper sur les routes californiennes vers Morro Bay, ville-chanson inscrite en boucle dans sa mémoire éclatée. Un parcours d'asphalte en quête d'oubli. Il s'agit de rouler, fuir la violence, les souvenirs mais «combien de temps pour l'amputation de trois membres, hein, combien ?» Un détail fait surgir le passé. Notes de piano dans un motel. Rencontres appelant les couleurs perdues. Et là, au bout du chaos, dans le champ des possibles, s'entrevoir au futur.
    Un roman saisissant, d'une écriture douce, fluide et concise «qui ressemble à un hommage... à ceux qui sont partis mais, plus encore, à ceux qui lui ont permis de rester».

  • Lechoixdeslibraires.com

    Jean-Philippe subit la compassion de tous à chaque rencontre, chacun connait son drame. Un accident de la route, son père macho fou au volant, son frère et sa mère succombent subitement. Quatre ans après, son père suit le même chemin. Que faire à vingt-deux ans quand il n'est plus possible de se rassurer en disant : «On a toute la vie devant nous» et qu'aucun projet laissé en suspens ne pourra être réalisé, et de n'être «plus soumis aux regards de ceux qui m'ont vu grandir». Il hérite et préfère tout vendre pour tout dilapider, se relever, renaître. Laure et Samuel, les deux fidèles qui ne posent pas de question, l'accompagnent aux États-Unis en direction de Morro Bay en hommage à une chanson de Lloyd Cole. Longue mue douloureuse vers une autre vie, vers la lumière au gré des rencontres. Sorte de road-movie, pause en mouvement avant de repartir, pour lever la brume, bancal, écorché pour tenter de reconstruire une vie. Il vit ce voyage tout en étant absent, détaché. En équilibre au dessus du vide. Évidemment l'appel du gouffre sera puissant, mais il saura résister, stopper le plongeon, détourner la tête, l'esprit car heureusement, «Putain, comme j'ai voulu vivre.». Un texte émouvant, mélancolique, rythmé par un humour désespéré qui dépeint avec justesse et franchise le retour à la vie, vers une sérénité salvatrice. Un vibrant hommage, le dernier l'espère l'auteur.

  • 0.2

    Beaucoup de malheurs pour ce jeune homme,mais ce road movie en Californie lui fera prendre conscience qu'il peut et doit rester lui-même et a le droit d'être heureux

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Présent dans les listes

Du même auteur

This is not a love song Jean-Philippe Blondel ROBERT LAFFONT

4

Voir tous les livres de Jean-Philippe Blondel

Autres éditions

Et rester vivant Jean-Philippe Blondel POCKET

3.5

Voir toutes les éditions