Élastique nègre

Couverture du livre « Élastique nègre » de Stephane Pair aux éditions Fleuve Noir

2.4

5 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Fleuve Noir
  • EAN : 9782265116948
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 278
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Policier / Thriller grand format
Résumé:

Vieux-Bourg, Guadeloupe.
Sous la lune, le chasseur de crabes a vu progresser un groupe d'hommes dans la mangrove. C'est là, dans les entrailles mêlées de la terre et des eaux, qu'on retrouve le corps d'une femme blanche.
Qui était-elle ?
Les rêves du lieutenant-colonel Gardé sont pleins... Lire la suite

Vieux-Bourg, Guadeloupe.
Sous la lune, le chasseur de crabes a vu progresser un groupe d'hommes dans la mangrove. C'est là, dans les entrailles mêlées de la terre et des eaux, qu'on retrouve le corps d'une femme blanche.
Qui était-elle ?
Les rêves du lieutenant-colonel Gardé sont pleins d'amantes à la peau lisse et noire comme celle des boas. Il mène l'enquête sur le cadavre du canal des Rotours, mais se heurte au mutisme et à la méfiance. En tête des suspects, le jeune dealer Vegeta, cerveau du réseau local, roi parmi les chiens, consumé par une douleur secrète.
Des squats de Pointe-à-Pitre au volcan endormi de Montserrat, de Key West à Sainte-Lucie, une immersion envoûtante dans un monde où la beauté animale n'a d'égale que l'obscure la bestialité qui sommeille au fond des hommes.

Donner mon avis

Le courrier des auteurs

Stéphane Pair répond à nos questions ! (08/03/2017)

1) Qui êtes-vous ? ! Je suis auteur et journaliste radio pour la chaîne publique Franceinfo. Je traite depuis près de dix ans les faits divers, les questions de justice et de société. Élastique nègre est mon premier roman et il se déroule principalement en Guadeloupe. Dans Othello, le pervers Iago dit "Je ne suis pas ce que je suis" et cette phrase m'intéresse depuis longtemps. Ce n'est pas que l'aveu nocturne de l'un des plus beaux traîtres de la littérature. C'est aussi une autre façon de dire "Je suis multiple. Je ne suis pas celui que vous attendez". 2) Quel est le thème central de ce livre ? Mon livre est précisément "décentralisé" entre plusieurs thèmes et personnages. Mais s'il fallait résumer, je dirais : le désir inachevé qui fait place à la colère. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? «Elle n'a pas senti mon amour se gâter à l'ombre grandissante de ma colère. Rien n'est venu et j'ai décidé ce soir de relâcher l'orage.» 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? Une quadrille créole, cette danse traditionnelle de certaines îles d'outre-mer. A écouter sur un vieux phonographe. 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? Un verre et mon plaisir à écrire et incarner des personnages dont ils ne soupçonnent pas encore l'existence. 6) Savez-vous à quoi «servent» les écrivains ? A téléporter les lecteurs dans des lieux connus et inconnus.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

  • 0.05

    C'est à travers plusieurs personnages que sont Vegeta, un dealer, Tavares, un trafiquant de drogue, Gardé, un gendarme, Lize, une étudiante américaine ou encore Aymé, un pêcheur, que Stéphane Pair nous présente la Guadeloupe où a eu lieu le meurtre d'une jeune femme blanche.
    Les points de vue des différents personnages s'alternent au fur et à mesure des chapitres, chacun nous présentant sa version des événements avant et après que le meurtre ai eu lieu.

    C'est un roman qu'on aime ou qu'on n'aime pas. Il m'a fallu 10 jours pour en venir à bout avec l'envie furieuse de ne jamais le terminer car malheureusement ce roman ne m'a pas emballé du tout...
    Est-ce l'écriture de l'auteur qui m'a déplu ? Le parler des banlieues de Pointe-à-Pitre ?
    C'est un thriller complexe qui ne m'a pas séduit...
    Le manque d'émotions y est surement pour beaucoup aussi. Car finalement aucun personnage en particulier ne m'a touché, on se perd d'ailleurs au milieu d'eux, heureusement que l'auteur nous les présente avant le premier chapitre....

  • 0.15

    Un livre qui nous plonge en Guadeloupe. Des personnes atypique qui nous plonge dans une ambiance particulière.

    Un roman qui se lit très rapidement.

    On s'attache au personne dans un fond d'enquête policière

  • 0.05

    Premier roman pour ce journaliste radio. Et qu’en dire? Premier roman très déroutant. Tout d’abord parce que nous sommes plongés au coeur de la Guadeloupe, l’exotisme est au rendez-vous! Il faut donc déjà s’habituer à notre nouveau décor. Et ce décor est à l’opposé de celui d’une carte postale. On nous dépeint une Guadeloupe de meurtres, de trafics en tout genre et de violences.

    Il faut aussi accrocher au style littéraire et j’avoue avoir eu énormément de mal à m’y retrouver… Chaque chapitre est basé sur un personnage que nous croisons au fil des chapitres. Parfois nous retrouvons les personnages rapidement, d’autres fois non. Et tout cela m’a perdue. Pourtant j’aime les histoires organisées ainsi avec un chapitre/un personnage mais là… J’ai trouvé très difficile de trouver le but d’écriture, la finalité de l’histoire. L’enquête n’ai pas présente ou très peu. Au final j’ai lu sans trop savoir pour quoi ni ce que je lisais. C’est dommage car la quatrième de couverture était attirante.

    En conclusion, un livre très particulier. Un livre à découvrir tout de même car il est en marge de ce qu’on a l’habitude de lire quand on tient un polar entre les mains.

  • 0.2

    "Les touristes suivent les ombrelles à la queue leu leu Dans les allées du marché aux fruits et aux fleurs. Ils prennent des photos et achètent des souvenirs avant de remonter très vite dans leur bateau fumant. C'est tout ce qu'il verront de notre île et c'est sans doute suffisant pour eux. Avec Steve ça nous laisse une heure pour les voler sur le marché."

    La Guadeloupe n'est pas qu'une île paradisiaque, sous ses décors de carte postale, elle nous fait oublier son côté sombre. Et lorsque le corps d'une jeune femme blonde est découvert dans les entrailles de la mangrove, ça soulève de nombreuses interrogations, pour commencer, découvrir son identité. Pour le lieutenant colonel Gardé , l'affaire se révèle compliquée, entre les trafiquants de drogues, les insulaires peu coopératifs, et les touristes détroussés, ça va pas être simple pour lui, de mener à bien son enquête. Que se cache-t-il derrière cette morte?

    " Au bout du secret, qu'y a-t-il ? N'y trouve-t-on que le besoin égoïste de soulager sa conscience ? Confronter son petit dégoût de soi au regard des autres et y chercher l'absolution de la communauté des humains pour repartir au combat. Cracher sa merde, c'est le temps qui nous reste, acheter le droit de se considérer encore un peu digne de se lever le matin et, pourquoi pas, recevoir encore un peu d'amour de ceux à qui l'on a menti. Mais au cœur du secret soudain révélé, n'y a-t-il pas plutôt la volonté de tromper encore son monde. Dire sa vérité, drapé de honte jusqu'au cou, pour en réalité taire quelque chose d'encore plus grand, de plus grave et consistant. Selon moi, la majorité des secrets sont fait de cela"
    À travers ce roman chorale qui donne la parole à de nombreux protagonistes, tels que Végéta Un dealer, Gina une conteuse, Jimmy petit frère de Gina, Aymé pêcheur à la retraite, Tavares un narco trafiquant, Lize une étudiante américaine, on est embarqué pour un voyage non pas idyllique comme le promettent les slogans publicitaires mais pour une plongée dans les eaux des Caraïbes où la drogue est reine et la violence aussi brutale que les ouragans qui ravagent l'île au moindre passage.

    "C'était comme un film sans image tous ces sons ...

    Ce vacarme, c'était le vent mais aussi les gens qui hurlaient en même temps. Je me souviens d'avoir regardé un moment par la fenêtre. Ce n'était déjà plus le même monde. La rue était noyée et l'eau était montée sur la chaussée jusqu'à la taille. Face à moi, sur le seuil d'une épicerie, je voyais un enfant seul pleurer, l'eau jusqu'au genou, oublié là sûrement, incapable de bouger comme le font les ti moun quand ils se sentent abandonnés et que tout leur univers s'écroule soudain...

    L'eau montait, montait, montait... toute chargée de merde, de terre, de ferrailles et de branches. Et à chaque vague soulevée, la mer mangeait la terre un peu plus, par coudées entières, sans jamais s'arrêter, sans jamais revenir en arrière. Puis, au bout de quelques heures, le cyclone a semblé n'avoir plus de haine."

    À travers cette galerie de portraits, on découvre une îles aussi malmenée que ses habitants où la drogue fait des ravages, un business florissant pour certains et une terrible malédiction pour d'autres. Qui dit drogue, dit addiction, argent sale, corruption, agression, vengeance, trahison, misère.

    Un premier roman où je me suis parfois perdue, le fil de l'histoire est difficile à suivre , le passé et le présent s'entremêlent et forment parfois de sacrés sacs de nœuds. Du début à la fin un véritable jeu de piste avec au détour d'un chemin des informations capitales sur l'histoire. Faut tenter de ne pas s'y perdre et retrouver sa route, pas toujours simple cette balade guadeloupéenne. Par contre un sacré style dans l'écriture, elle s'adapte à chaque personnage et certains sont tout simplement magnifiques. Une histoire sombre, une carte postale de la Guadeloupe sans concession.Un décor de rêve pour une idylle qui démarre au paradis et prends vite la route de l'enfer.

    Un premier roman de Stéphane Pair, journaliste radio pour la chaîne publique France Info, Il traite depuis près de dix ans les faits divers, les questions de justice et de société.

    Une lecture en demi-teinte, ni complètement conquise , ni complètement déçue. Un auteur que je continuerai à suivre. Car même si le coup de foudre n'est pas là sur le moment j'y pense encore à cette histoire, à ce style et c'est bon signe.

  • 0.15

    Un polar qui n'a de polar que de nom avec seulement l'alibi d'un cadavre dont l'identité n'est pas vraiment une priorité.
    Ce texte est plus un roman de société qui décrit la Guadeloupe avec ses trafiquants, ses complicités, ses méthodes bien particulières qu'un roman policier.
    Un style étrange où tous les personnages (et ils sont nombreux) parlent à la première personne, c'est déstabilisant et celà demande une grande concentration dans la lecture.
    Alors oui on y découvre les mangroves, les ententes tacites, les magouilles, le fonctionnement des cartels de la drogue, mais rien qui maintienne en haleine. Les personnages sont assez lisses pas vraiment attachants.
    Une belle promesse sur la quatrième loin d'être tenue.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Autres éditions

Élastique nègre Stephane Pair FLEUVE NOIR

2.4

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com