Défaite des maîtres et possesseurs

Couverture du livre « Défaite des maîtres et possesseurs » de Vincent Message aux éditions Seuil

4.615384615

26 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Seuil
  • EAN : 9782021300147
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 298
  • Collection : Cadre rouge
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

Iris n'a pas de papiers. Hospitalisée après un accident de voiture, elle attend pour être opérée que son compagnon, Malo Claeys, trouve un moyen de régulariser sa situation. Mais comment s'y prendre alors que la relation qu'ils entretiennent est interdite ?

C'est notre monde, à... Lire la suite

Iris n'a pas de papiers. Hospitalisée après un accident de voiture, elle attend pour être opérée que son compagnon, Malo Claeys, trouve un moyen de régulariser sa situation. Mais comment s'y prendre alors que la relation qu'ils entretiennent est interdite ?

C'est notre monde, à quelques détails près. Et celui-ci, notamment : nous n'y sommes plus les maîtres et possesseurs de la nature. Il y a de nouveaux venus, qui nous ont privés de notre domination sur le vivant et nous font connaître un sort analogue à celui que nous réservions auparavant aux animaux.

Avec cette fable brillante, dans la lignée d'un Swift ou d'un Kafka, Vincent Message explore un des enfers invisibles de notre modernité.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.25

    Livre remarquable, qui a bien mérité son prix.

    L'on n'en sort pas indemne, car il questionne, avec justesse et violence notre sentiment de justice, notre conscience, notre humanité. Certaines descriptions sont à peine soutenables et cependant si salutaires.

    Intelligent, sensible, honnête: ce livre est ma révélation littéraire de l'année.

  • 0.2

    Visualisons, un court instant, notre monde, notre terre, et nous constatons que l’Homme (avec un grand H), se place au sommet d’une pyramide d’êtres vivants, pense dominer toute cette création et se demande pourquoi il est seul dans l’univers.
    Imaginons maintenant, que justement nous ne soyons pas seuls, qu’une autre forme de vie supérieure vienne s’installer sur notre planète et prenne notre place au sommet, nous évinçant de notre premier rang de dominant et faisant de nous des animaux dominés.

    Voilà le point de départ de ce terrible roman, qui sur ce simple postulat nous déroule toute la cruauté que l’on peut faire subir ou que l’on peut subir, selon le camp dans lequel on se trouve.

    Là ou Vincent Message fait mal, c’est que son personnage principal fait partie de cette race venue d’ailleurs, mais terriblement semblable aux hommes. Dès lors, on suit le parcours de Malo Clayes (le héros) et l’on constate avec horreur le traitement réservé aux humains. En fait, ce traitement est exactement celui que nous faisons subir aux animaux, sans être en contradiction avec notre conscience. Mais dès lors que le roman nous plonge à nous, humain, dans cet enfer, cela devient un cauchemar.

    Le point fort de ce livre est de ne pas traiter le sujet comme un roman de science-fiction, mais plutôt comme une anticipation, une alternative à ce qui pourrait advenir de la terre. Dès lors, le roman se lit comme un récit traditionnel, avec son histoire, sa construction, son intrigue.

    Passé les premiers chapitres qui vont permettre de mettre en place cet avenir probable, on oublie qu’il s’agit là d’anticipation et on se laisse porter par le récit d’un amour étrange entre cet être venu d’ailleurs et une femme humaine. Il est impossible de qualifier le personnage principal d’extra-terrestre tant les similitudes avec ce qui fait notre humanité sont nombreuses. Ce qui rend la lecture d’autant plus troublante.

    Ecrit avec une force, un détachement, une froideur angoissante, ce livre provoque le malaise et nous asphyxie. Lecture éprouvante mais écriture brillante, le Prix Orange du livre 2016 est plus que mérité

    Je remercie lecteurs.com et les éditions du Seuil !

  • 0.25

    Commençons par le style : je dois dire que j’ai été agréablement surprise par le rythme : des phrases très longues, puis des arrêts brusques ; un vocabulaire recherché. Il faut se laisser porter par la petite musique de l’auteur.

    Le propos ensuite : c’est dur, très dur. Placer l’homme au niveau à la fois des animaux de compagnie et des bêtes d’abattoirs démontre finalement la polyvalence de notre espèce.

    Le roman d’anticipation n’est généralement pas ma tasse de thé (mais alors, vraiment pas). Le récit m’a plusieurs fois mis mal à l’aise, mais il a le mérite de faire réfléchir sur le traitement des animaux d’abattoirs.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des batteries dans lesquelles sont élevés les hommes jusqu’à l’âge de 14-15 ans, avant de partir être découpé.

    http://alexmotamots.fr/?p=2223

  • 0.25

    Avez-vous déjà imaginé l’inimaginable ? La fin de l’humanité, oui, bien sûr, c’est probable. Mais la fin du règne humain ? Que se passerait-il si l’homme était relégué au rang d’animal, supplanté par une autre espèce qui nous traiterait comme nous avons traité les autres ?
    C’est ce que nous propose de découvrir Vincent Message dans son livre « Défaite des maîtres et possesseurs ».
    Plus qu’un simple roman, c’est une réflexion toute entière sur la place qu’occupent les humains dans l’univers et sur la terre, une vue extérieure des us et coutumes de l’homme par rapport à ce qui l’entoure.
    L’auteur, à travers une histoire limpide, et grâce à une écriture libre, naturelle, mais réfléchie, nous emmène dans des débats intérieurs percutants, vers une prise de conscience brutale.

  • 0.25

    Se plonger dans " Défaite des maîtres et possesseurs" n'est pas anodin et vous n'en sortirez pas indemne. Les entrées pour parler de ce second ouvrage de Vincent Message sont multiples. Sans vous déflorer trop l'histoire, et ainsi vous réserver quelques surprises, disons que c'est une fable d'anticipation. J'ai bien écrit "anticipation" et pas "science-fiction", le détail a son importance. Bien que le narrateur soit un personnage venu d'une autre galaxie, aucun rayon laser, aucune soucoupe ou autre engin étrange ne viendra colorer le récit. Nous sommes bien sur la planète terre et presque rien dans le premier chapitre ne permet au lecteur de situer l'action dans le temps. Tout au plus, un léger sentiment que la trame ne dit pas tout, que l'hôpital dans lequel est conduite Iris, jeune femme un peu sauvageonne, n'est guère accueillant et que cette histoire de bracelet manquant est bien étrange.
    Evidemment, la suite nous mettra assez vite au parfum, mais l'auteur ne dira jamais tout de cette nouvelle organisation de la planète terre dont les maîtres et possesseurs sont d'une origine galactique. Jamais ils ne seront décrits, tout au plus saurons-nous que l'intégration en milieu hostile est chez eux un art, qu'ils n'éprouvent pas vraiment les sentiments des hommes et, petit détail, que c'est l'eau qui les a attirés chez nous. Notre imaginaire fonctionnera à bloc,se glissant entre ces lignes évocatrices, nous laissant y placer nos propres images.
    La lecture de " Défaites des maîtres et possesseurs" ouvre de nombreuses voies de réflexion, tant les sujets abordés sont denses et font écho à notre époque. Le lecteur sera interpellé tout aussi bien sur l'état de notre planète et la disparition de certaines espèces animales que sur un monde régit où les classes sociales sont marquées jusqu'à l'outrance. Il y a quelques morceaux de bravoure et notamment un chapitre 6, qui défie l'imagination et risque de déranger les âmes sensibles. Ce qui apparaîtra pour certains comme outrancier, inconfortable voire gratuit, n'est que le point de bascule du roman qui permettra au lecteur de passer vers le côté plus romanesque du roman, où soudain la vie des héros prendra les allures d'un thriller haletant. Sans jamais se départir d'une écriture ambitieuse et ciselée, Vincent Message livre ici un roman dérangeant, bouleversant, aussi littéraire que passionnant. A coup sûr un grand roman qui ne peut laisser indifférent.

  • 0.25

    Quel lauréat ! J'ai passé quelques heures très fortes à le dévorer en me disant que ce jury avait fait preuve d'autant de courage que de clairvoyance en le désignant vainqueur de son grand marathon de lecture. Défaite des maîtres et possesseurs est un livre tout simplement brillant. De ceux qui vous interpellent et vous bousculent. Qui contribuent à changer votre vision du monde. Puisse ce prix contribuer à sa diffusion auprès du plus grand nombre.

    La société que nous dépeint Vincent Message n'est pas du domaine du rêve (ou du cauchemar) mais plutôt de celui du possible. Les hommes ne sont plus l'espèce dominante de notre planète. D'autres en ont pris possession, que l'on ne nomme pas, que l'on ne situe pas non plus dans le temps. Tout juste apprend-on qu'ils se sont d'abord cachés, ont observé les hommes et leurs modes de vie avant de prendre le pouvoir et de renvoyer les humains à leur condition d'animal. Désormais, les hommes se classent en trois catégories : ceux qui travaillent, ceux qui tiennent compagnie et ceux qui sont destinés à l'abattage.

    Attention, il n'est nullement question de science-fiction. Cette fable fonctionne justement parce qu'elle est ancrée dans l'observation de notre société, de ses excès et de ses faillites. Le narrateur, Malo est confronté à ses doutes, obligé de constater que la nouvelle société mise en place par ses congénères n'est pas exempte de ces maux qu'elle reprochait à l'ère des humains. Malo a déjà transgressé un certain nombre de règles, lui qui appartient pourtant à l'élite politique en charge de les établir. A travers son regard, ses interrogations, ce sont nos propres modes de vie que l'auteur questionne. Et c'est très très remuant.

    Parfois il faut renverser la table pour y voir plus clair. Vincent message le fait de façon aussi courageuse qu'intelligente. Aucun excès dans sa narration qui ancre progressivement le lecteur dans ce monde fantasmé et pourtant pas si éloigné du possible. C'est fluide, d'une logique implacable, jamais exagéré. Il n'use d'aucun effet spécial ou grand-guignolesque mais se contente de dérouler tranquillement le fil narratif, pour un résultat totalement renversant.

    Je suis sortie scotchée et éblouie de cette lecture. Impressionnée par l'exercice technique et profondément remuée par le propos qui m'a amenée à considérer certains sujets avec d'autres éléments que ceux auxquels j'attachais de l'importance jusqu'à présent. C'est peut-être ce que l'on demande aussi à la littérature : faire valser nos idées reçues, bousculer notre imaginaire... En ce sens, Défaite des maîtres et possesseurs est un remarquable échantillon de ce que la littérature peut produire de meilleur.

    Un livre essentiel, indispensable. Brillant.

  • 0.15

    Le jury du Prix Orange 2016, dont j'ai eu l'honneur de faire partie, a donc choisi de plébisciter le roman de Vincent Message, parmi une sélection exigeante où l'on trouvait le génial roman de Laurence Cossé, que d'aucuns auront considéré davantage comme un récit, ou la fabuleuse épopée de Catherine Poulain. Autant dire que la barre était haute !
    On reconnaîtra sans peine à cette "Défaite des maîtres et possesseurs" une vraie histoire, maîtrisée, et menée de manière assez osée car jusqu'à la centaine de pages, le début reste obscur (au risque de générer un certain ennui). La question de la maltraitance et de l'exploitation animales ici abordée va s'élargissant à des considérations éthiques, de plain-pied avec l'actualité et les réflexions que les problématiques alimentaires et environnementales (qui sont liées) font naître à l'heure actuelle. Nul doute donc que le propos de l'auteur, qui imagine une société d'hommes soumis au bon vouloir d'une espèce supérieure pour mieux pointer l'inhumanité de nos semblables, fera mouche auprès d'un large lectorat.
    En revanche, il m'a manqué à l'écriture de Vincent Message une personnalité littéraire, un "style", pour le dire simplement - ou du moins, un ton, une musique qui, au fil des pages, aurait généré tantôt du dégoût, tantôt un réel malaise, tantôt de la compassion ou de l'empathie. Je suis peut-être exigeant, mais à aucun moment je n'ai véritablement été emporté, et avec la meilleure volonté du monde, ce roman d'anticipation m'est apparu finalement assez consensuel (une fois compris le parti pris adopté) et sans grand relief. Un tel sujet, et traité d'une manière aussi habile, se serait sans doute superbement accommodé d'un cynisme éperdu, d'une écriture puissamment inventive ou au contraire, d'une froideur clinique qui aurait conféré beaucoup plus de force au propos.
    En résumé, je regrette qu'il manque à ce roman véritablement abouti et étonnant de maîtrise, qui donne à réfléchir, une vraie valeur ajoutée d'un point de vue littéraire, qui l'aurait rendu dérangeant à souhait. Mais l'auteur est jeune et brillant, laissons-lui le temps de mûrir sa plume. Et saluons comme il se doit ce prix : preuve est faite, pour le cas où certains en douteraient encore, que la rentrée littéraire de janvier ne nous a pas offert QUE Bojangles !

  • 0.2

    "Défaite des maîtres et possesseurs" de Vincent Message, voilà un livre étrange qui tient à la fois de George Orwell et de la planète des singes, où les hommes ont changé de place, et qui fait sérieusement poser questions à ses lecteurs.
    Nous sommes dans un futur incertain. Iris vient d’avoir un accident grave, et Iris vit chez Malo Claeys. Il doit régulariser sa situation le plus rapidement possible pour qu’elle puisse être opérée… Tiens..."émigration, sans papiers, voilà donc le thème ?" Pense-t-on à la lecture des premières pages. Mais non, pas du tout. Car si Malo Claeys travaille au ministère, Iris est une humaine de compagnie, ou d’élevage ? Ou de… ? Et là vous plongez, comme moi, dans cette version de notre terre colonisée par des êtres supérieurs, dans laquelle les hommes, ces maitres et possesseurs, ont changé de place, où ils sont traités comme ils le faisaient avec le reste de la planète. Voilà donc prétexte à nous placer en condition d’infériorité, celle que nous donnons sans remords ni scrupules à tout être vivant et aux animaux que nous considérons comme inférieurs, utiles, de compagnie, ou d’élevage. Et pour lesquels nous avons bien peu de pitié ou même simplement d’humanité.
    Et si un jour la terre et ses occupants se révoltaient contre le pillage éhonté des ressources de la planète bleue et l’égoïsme des Hommes ? Et si les Hommes devenaient animaux à leur tour ? Et si… on s’interroge vraiment à la lecture de « Défaite des maitres et possesseurs »
    Mais quelle est la valeur réelle d’une vie, quel droit avons-nous sur les autres ? Les situations décrites mettent parfois le lecteur dans une position assez désagréable. On en vient à se poser des questions sur son propre comportement, sur cette acceptation que l’on peut avoir de ce qui parait évident juste parce qu’on n’a pas envie de réfléchir, de comprendre. Transposez un élevage, un abattoir, une simple grillade, et vous ne verrez plus les choses de la même façon. Si au départ la lecture est parfois gênante, stressante, dérangeante, l’écriture et le sujet donnent envie de continuer. Vincent Message a osé, et l’on se demande si l’on ne deviendrait pas un peu végétarien en fermant ces pages.

  • 0.2

    Ce roman respire l'intelligence du premier au dernier mot. Est-il un roman d'anticipation? Oui. Est-il un roman engagé? Aussi. Mais l'adresse avec laquelle l'auteur évite tout cliché, toute tentative de didactisme -qui aurait pu faire ressembler son roman à un tract- est en tout point remarquable. Au fil des pages les personnages ont un effet miroir redoutable sur le lecteur-citoyen que nous sommes. Sur l'être humain confortablement installé au plus haut de la chaîne alimentaire. Il serait vivement conseillé de ne pas résumer cette histoire pour en parler. Seulement en recommander la lecture. "Faire passer" sans trop de commentaires. Son effet quoi qu'il en soit sera à la fois terrifiant et bienfaisant sur quiconque le lira.

  • 0

    Bouleversante histoire, qui mêle dans une autre époque dès enjeux pourtant si actuels.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Les articles associés

Du même auteur

Les veilleurs Vincent Message POINTS

3

Voir tous les livres de Vincent Message

Autres éditions

Défaite des maîtres et possesseurs Vincent Message SEUIL

4.615384615

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com