Avec Le Temps

Couverture du livre « Avec Le Temps » de Suzanne Weber aux éditions Editions Libertaires

0 note

  • Nombre de page : (non disponible)
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Sciences humaines (Economie, Psychologie, Politique, Droit, Philosophie, Art,..)
Résumé:

Avec le temps...
Avec le temps, si tout ne s'en va pas, c'est peu dire qu'il nous en reste de moins en moins. De cheveux. De dents. D'amis. Et jusqu'aux souvenirs. C'est ainsi. Il en a toujours été ainsi. Et il en sera toujours ainsi. De là à ce que, quand d'aventure la vieillesse s'invite... Lire la suite

Avec le temps...
Avec le temps, si tout ne s'en va pas, c'est peu dire qu'il nous en reste de moins en moins. De cheveux. De dents. D'amis. Et jusqu'aux souvenirs. C'est ainsi. Il en a toujours été ainsi. Et il en sera toujours ainsi. De là à ce que, quand d'aventure la vieillesse s'invite au bal de la vie, l'orchestre officiel du moment nous joue l'air de la décrépitude, de la solitude, de la déchéance, de la dépendance et de la mort, il y a cependant un gouffre ! Car il y a manière et manière (sociale et sociétaire) de vieillir, de voir ses forces et son autonomie décroître, et de finir sa vie.
Pour l'heure, dans les sociétés occidentales, la manière dont est perçue et gérée la vieillesse fait frémir. Soit elle est haïe. Soit elle est ghettoïsée. Mais dans les deux cas de figure elle est niée. Haïe, la vieillesse l'est de plus en plus. Car si jadis les vieux mouraient jeunes ou faisaient rarement de vieux os, aujourd'hui ils prospèrent (et c'est une bonne chose) et coûtent de plus en plus. Ghettoisée, la vieillesse l'est également de plus en plus que ce soit dans des maisons de retraite trois étoiles ou dans les couloirs de la mort des hospices ordinaires.
Au bout du compte, par delà les problématiques (importantes) de classes et de sous qui sont susceptibles de mettre des rideaux plus ou moins tsoin-tsoin aux barreaux, la vieillesse reste une prison. Et pire encore, un bagne ! Ce livre nous conte cet enfer et, disons le tout net, vous ne vous en relèverez pas. Ce qu'il décrit, parce qu'il a choisi d'éviter le spectaculaire mais de ne rien oublier, est absolument intolérable.
Ce livre, cependant, n'est pas qu'un simple reportage sur le bagne. C'est aussi un livre qui essaye de comprendre le pourquoi et le comment du bagne. Et c'est surtout un livre qui ose l'espoir d'une société (non capitaliste, of course) au sein de laquelle la vieillesse, comme la jeunesse, et d'autres particularismes momentanés ou non auraient pleinement droit de cité et possibilité de vivre au sein de...
La cité. Ni Dieu Ni Maître, Ni Jeunes Ni vieux, juste des êtres humains s'ouvrant comme des roses au bonheur de vivre des étapes et des différences dans la liberté, l'égalité et l'autogestion. Et si on réunifiait la vie (la nôtre) que les maîtres du monde ne cessent de diviser en tranches antagonistes ? Autant de raisons qui font que ce livre, de Suzanne Weber, a obtenu le grand prix " Ni Dieu Ni Maître " 2003 !

Donner mon avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine