Avec cette tête-là

Couverture du livre « Avec cette tête-là » de Francois Foll aux éditions Anne Carriere

5

1 note

  • Date de parution :
  • Editeur : Anne Carriere
  • EAN : 9782843377556
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 387
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

Février 1899. Joseph Guillemin naît à Nantes avec un bec-de-lièvre.
Fils unique d'un boulanger, repoussé par sa mère et sa soeur, souffre-douleur à l'école, il connaîtra, semble-t-il, un destin tout tracé : il sera boulanger. Mais Joseph est curieux et intelligent, il a soif de... Lire la suite

Février 1899. Joseph Guillemin naît à Nantes avec un bec-de-lièvre.
Fils unique d'un boulanger, repoussé par sa mère et sa soeur, souffre-douleur à l'école, il connaîtra, semble-t-il, un destin tout tracé : il sera boulanger. Mais Joseph est curieux et intelligent, il a soif de connaissances. Il se découvre un talent de pianiste et finit par refuser l'avenir qu'on lui impose. Entré au Conservatoire de musique, il va briller et réussir à séduire celle qu'il aime.
Mais la guerre fait rage. Joseph rejoint les tranchées en 1917 et manque de s'y faire tuer.
Lorsqu'il est amputé d'un bras, ses rêves de pianiste s'écroulent. Pourtant, il a surmonté trop d'obstacles pour ne pas se relever et rebondir de belle manière.
Au-delà de l'émotion qu'il suscite, ce roman apporte une vraie leçon de vie.

Donner mon avis

Le courrier des auteurs

François Foll répond à nos questions ! (11/02/2015)

1) Qui êtes-vous ? ! Je suis un ingénieur retraité, passionné d'histoire et acteur bénévole pour assister les enfants des écoles primaires (membre de l'association "Lire et faire lire". Je suis l'auteur de 2 romans publiés en 2009 et 2010 : "l'enfant des livres" (Nouveau Monde, Piemme en Italie et Points en poche) "Sacrifices" (Nouveau Monde) 2) Quel est le thème central de ce livre ? Le parcours d'un disgracié de la nature dont le destin semble être fixé. Mais entre Nantes (1910) et le Soudan (1926), tout sera remis en question. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? "Avec cette tête-là !" Quatre mots pour tuer, quatre mots marqués au fer rouge dans la mémoire de Joseph, quatre mots pour une lutte inégale, quatre mots pour une moustache bienvenue, quatre mots presque oubliés mais dont les cendres étaient encore chaudes". 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? La ballade n° 1 de Chopin. 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? Ma foi dans les vertus de la curiosité intellectuelle. 6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ? L'après-midi, au calme, dans une pièce aménagée en bureau. 7) Comment vous vient l'inspiration ? Pour "l'enfant des livres" : la lecture que je faisais aux enfants des écoles. Pour "Sacrifices" : les polars en général et "les rivières pourpres" en particulier. Pour "Avec cette tête-là" : mon grand-père, rescapé du Chemin des Dames, et mon copain bec-de-lièvre (CM2, sixième et cinquième) 8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ? J'ai écrit un premier roman inachevé à 27 ans. Absorbé par mon métier d'ingénieur, je n'ai pu assouvir ma passion pour l'écriture qu'après mon départ à la retraite. 9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ? Les Pardaillan ! (j'avais 8 ans), et puis par la suite, beaucoup de "coups de coeur" (la liste serait trop longue). 10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? ! Créateurs de voyages immobiles (dans l'espace et le temps) et transmetteurs de valeurs humaines (c'est prétentieux mais j'y crois).

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

  • 0.25

    Nous sommes à la toute fin du XIXème siècle, c'est en 1899 que naît Joseph GUILLEMIN à Nantes. Son père est boulanger, sa mère vend le pain, et cet enfant naît avec un bec-de-lièvre. Son destin est tout tracé : il sera boulanger, comme son père et son grand-père "Avec cette tête-là" !

    Mais c'est sans compter sur une scolarité agitée. Bouc émissaire de l'ensemble des élèves, il se fait maltraiter à l'insu de tous les adultes et dans des conditions odieuses. Entre boucs émissaires, des liens se créent ! David ARAN vient d'arriver. Son physique est singulier : "Petit et plutôt chétif, le nouveau venu avait le cheveu très noir, la peau mate et de grands yeux de myope qui, à travers des lunettes à monture métallique, lui donnaient un air de batracien étonné." P. 51

    Au physique s'ajoute un nom de famille difficile à porter : Aran. Les métaphores ne tardent pas à tomber : "Tu pues le poisson, Aran. Dégage ! C'est ma place !" P. 55

    Il n'en fallait pas plus pour que ces deux-là unissent leurs forces, à l'école et en dehors. Alors même que l'activité familiale occupe une grande partie des loisirs de Joseph, ses parents l'autorisent à inviter David à la maison, conscients de la solitude vécue par leur fils unique. Commencent alors des allées et venues entre les 2 familles : Joseph découvre un niveau de vie plus aisé, un univers culturel axé autour de la musique, l'expression de sentiments comme jamais il ne s'y était autorisé, excepté avec sa grand-mère aujourd'hui disparue.

    Excellents élèves, leur scolarité va être menée en duo jusqu'au lycée. C'est à ce moment-là que la Guerre éclate et que leurs chemins vont se séparer.

    Ce roman relate le magnifique parcours initiatique d'un garçon sur lequel s'abattent les déterminismes. Le 1er repose sur la catégorie sociale et l'activité professionnelle à laquelle sa famille ne peut imaginer qu'il échappe. Le 2d correspond au physique, objet de discrimination, y compris au sein de son propre environnement familial.
    Avant même cette rencontre avec son ami David, la personne qui va être la plus importante dans l'ambition et l'espérance d'être autre chose qu'un boulanger pour Joseph, c'est sa grand-mère, une femme instruite et cultivée.
    "[...] s'intéressant à tout et soucieuse de transmettre à son petit-fils non seulement ce qu'elle savait, mais aussi l'appétit de ce qu'elle ne savait pas." P. 12

    Ce passage très beau et très juste montre la richesse des apports des grands-parents dans la construction d'un enfant.

    Le rapport aux livres qu'entretenait cette femme résonne totalement avec vos réalités quotidiennes, j'en mettrais ma main à couper ! Je pense aussi que je me serai bien entendue avec cette femme !

    "Les romans étaient le pain quotidien d'Yvonne Guillemin. Elle lisait lentement, prenait des notes, s'instruisait et complétait ainsi, pièce par pièce, un patchwork de connaissances lui permettant non pas de briller dans la conversation, mais parfois de surprendre." P. 49

    Outre les apports de la littérature, François FOLL emmène également son.sa lecteur.rice sur le champ de la musique, des difficultés de son apprentissage mais aussi de la qualité des résultats à force d'entraînement. Le piano est parfaitement en harmonie avec le milieu juif dans lequel évolue David. Et pourquoi pas chez un boulanger ?

    Ce roman présente aussi la qualité d'être historique. La 1ère partie reflète les conditions de vie d'une famille d'artisans du début du XXème siècle, la 2de relate tout un pan de notre Histoire, la condition de soldat des tranchées pendant la 1ère guerre mondiale. Ce roman est d'ailleurs dédié au grand-père de l'auteur, vraiment dénommé Joseph et lui aussi rescapé du Chemin des Dames.

    Tous ces ingrédients portés par une écriture fluide, romancée, émouvante, donnent une puissance à ce roman exceptionnel. Cerise sur le gâteau, il fait 388 pages, de quoi le savourer à l'envi ! C'est un coup de coeur, assurément !

    Je ne résiste pas à partager cette très belle citation... qui donne un sens à la vie !
    "Les nouveaux ne savaient pas encore ce qu'était pour les rescapés des tranchées le simple fait d'être en vie, de sentir un rayon de soleil sur sa peau, de faire longuement tourner en bouche le liquide sombre d'un mauvais pinard, de déguster un plat chaud de haricots et de patates à la sauce bricolée. Bref, faute d'avoir côtoyé la mort, ils ignoraient le plaisir qu'il y avait à se sentir simplement vivant." P. 253

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Ils ont lu ce livre

Présent dans les listes

Du même auteur

L'enfant des livres Francois Foll NOUVEAU MONDE

Voir tous les livres de Francois Foll

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine