Aristote et la juste mesure

Couverture du livre « Aristote et la juste mesure » de Marie-Helene Gauthier-Muzellec aux éditions Puf
  • Date de parution :
  • Editeur : Puf
  • EAN : 9782130496045
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
  • Nombre de page : (non disponible)
  • Collection : Philosophies
  • Genre : Poche Philosophie
Résumé:

"L'éthique aristotélicienne vise l'élaboration d'une philosophie des réalités humaines. Il s'agit pour Aristote de combler ce qu'il considère comme une double déficience de la réflexion de Socrate sur la vertu : la thèse de la vertu science, qui réduit la pratique de la vertu à la... Lire la suite

"L'éthique aristotélicienne vise l'élaboration d'une philosophie des réalités humaines. Il s'agit pour Aristote de combler ce qu'il considère comme une double déficience de la réflexion de Socrate sur la vertu : la thèse de la vertu science, qui réduit la pratique de la vertu à la seule rationalité, et la négligence des conditions de sa production. La prise en compte de la spécificité de l'action pratique demande à ce que soit déterminé un critère éthique et la possibilité d'un devenir moral.

L'articulation aristotélicienne de ces deux logiques, de l'acquisition et de l'essence de la vertu, s'efforce de créer un espace de pensée propre où l'éthique doit être distinguée des modèles disponibles voisins, mais néanmoins distincts. C'est ainsi qu'Aristote, dans sa tentative de déterminer la spécificité d'un critère éthique, rencontre, pour s'y soumettre ou s'en éloigner, les domaines de la ratinalité héorique, de la production technique, du devenir naturel, ou de la constitution politique de la cité. On assiste dès lors à un moment d'innovation de la morale ou de subordination de celle-ci à des modèles préalables.

L'intention de ce travail est de soutenir l'hypothèse selon laquelle Aristote subirait moins la pression du modèle poiético-rationel qu'il n'inspirerait de schèmes naturalistes pour y trouver la source de l'idée de juste mesure, critère de l'intention et de l'action moralement droites. L'élan dynamique compris dans cette passion fondamentale qu'est le plaisir, servirait alors de médiation problématique entre la dimension sensible de l'homme et son être moral. " Texte de couverture Table des matières Introduction Le bonheur et la vertu (livre I) Un problème méthodologique (I, 1) La nature du Souverain Bien et la référence à la vertu (I, 2-9) La vertu, condition nécessaire du bonheur (I, 10-13) La structure de la vertu : la piste naturaliste (livre II) L'accès à la vertu (II, 1-3) L'essence de la vertu (II, 4-6) Les règles pratiques (II, 9) La structure de l'action générale : la piste " poiético-rationnelle " (livre III) Le volontaire et l'involontaire (III, 1-3) La subdivision en opérations et étapes constitutives de l'action (III, 4-6) La question de la responsabilité (III, 7-8) Les vertus particulières (livres IV-V) Quelques exemples La justice L'éducation L'équité La nature humaine, le plaisir et le jeu

Donner mon avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine