Argent brûlé

Couverture du livre « Argent brûlé » de Ricardo Piglia aux éditions Zulma

4

2 notes

  • Nombre de page : (non disponible)
  • Collection : Litterature
  • Genre : Littérature Hispano-Portugaise
Résumé:

« Un soir de mars ou d'avril 1966, dans un train qui allait vers la Bolivie, je fis la connaissance de Blanca Galeano que les journaux appelaient la concubine du voyou nommé Mereles. Elle avait seize ans mais avait l'air d'une femme de trente ans et elle fuyait. Elle me raconta une histoire... Lire la suite

« Un soir de mars ou d'avril 1966, dans un train qui allait vers la Bolivie, je fis la connaissance de Blanca Galeano que les journaux appelaient la concubine du voyou nommé Mereles. Elle avait seize ans mais avait l'air d'une femme de trente ans et elle fuyait. Elle me raconta une histoire très étrange (...) Moi je l'écoutai comme si je m'étais trouvé en présence de la version argentine d'une tragédie grecque. » C'est ainsi que Ricardo Piglia s'empare du braquage qui a défrayé la chronique entre septembre et novembre 1965 à Buenos Aires. Il décide d'en faire un roman tant la violence des faits, la puissance des sentiments et la brutalité de la police dépassent de loin la fiction. Bébé Brignone et le Gaucho Dorda, Bazán le Bancal, Malito ou Mereles le Corbeau prennent vie sous sa plume avec un réalisme et une vigueur extraordinaires, sur fond d'agitation péroniste et de magouilles politiques.
À la manière d'un Truman Capote ou d'un William Faulkner, Piglia réinvente de manière magistrale le roman noir argentin.
Ricardo Piglia est né en 1940 dans la province de Buenos Aires. D'abord auteur de nouvelles avec l'Invasion (1967), il est dès son premier roman, Respiration artificielle, reconnu comme une figure majeure de la littérature argentine contemporaine. Couronnée par de nombreux prix, son oeuvre est déjà largement traduite. Son roman La Ville absente est paru pour la première fois en français aux éditions Zulma en septembre 2009.
Paru à Buenos Aires en 1997, Argent brûlé a été récompensé par le Prix Planeta. Il a été porté à l'écran en 2001, sous le titre Vies brûlées, par le réalisateur Marcelo Piñeyro.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.2

    En septembre 1965 Mereles et sa bande étaient sûrs de défrayer la chronique en décidant de braquer la fourgonnette du trésorier général de la banque de la province à Buenos Aires, ils n’avaient pas idées de la tournure que prendraient finalement les événements. Bébé, Dorda, Bazán et Mereles vont faire les unes des journaux Argentin et Uruguayen tant la violence de ce fait divers est étonnante.






    Sur fond de magouilles politiques et policières, Ricardo Piglia nous raconte la cavale sanglante de ces jeunes truands. Et puis il y a Silva, Le commissaire de la division Vols et effractions, lui, il maltraite, il torture … en toute légalité. Tous les moyens seront bons pour pourchasser et mettre fin à leur cavale. Jusqu'au baroude d’honneur de ces malfrats barricadés pendant 16 heures dans un appartement de Montevideo. Ce ne sont que « des camés, des machines à tuer »







    Argent brûlé un roman policier étonnant ! L'auteur a réussi à recontituer l’affaire grâce à ses recherches dans les archives, par son style, par la qualité de ces descriptions. J’ai eu un sentiment étrange en le lisant, celui d’être présent, observateur de cette bande de malfrat, spectateur impuissant d’un massacre annoncé.



    À partir de ce fait divers, Ricardo Piglia réussi là un bon roman noir, mon premier roman noir argentin. Sans états d’âmes, sans parti pris.

    « La vie, c’est comme un train de marchandises…c’est lent, ça en finis pas, on dirait qu’il va jamais s’arrêter de passer, mais à la fin tu reste là toujours, à regarder la petite lumière rouge du wagon qui s’éloigne. »

    Récompensé par le prix Planeta en 1997, il a été porté à l’écran en 2001.

  • Lechoixdeslibraires.com

    Son pressentiment était le bon, il y avait trop de monde sur ce coup.

    Comme un avion perdant des pièces en vol, l'équipe de gangsters voit ses portes de sortie se fermer sur le piège de cet appartement de Montevideo. La fusillade finale où ces trois hommes défendent leur vie dans les hallucinations et la frénésie de la coke contre une armée policière retentit comme le crash inévitable de cette équipée sauvage.

    S'inspirant d'un casse ayant fait les gros titres de la presse dans l'Argentine trouble des années 60 post-péroniste, la plongée dans l'univers du gangstérisme aux franges du politique et de petites frappes sociopathes tenant tête à des forces de police corrompues et d'une brutalité décomplexée qui préfigure le régime des colonels est menée tambour battant par R. PIGLIA.

    S'appuyant sur une enquête minutieuse, R. PIGLIA reconstitue cette cavale dans un style sec, nerveux, étroitement collé à l'action, les plongées introspectives dans l'esprit de ces hommes pris au piège apparaissent alors comme des respirations dans le rythme suffocant du récit.
    Dans un acte final qui apparaît comme le symbole nihiliste du panache de ces hommes, R. PIGLIA, figure du polar argentin, construit la légende de braqueurs qui n'ont rien à envier à celle de grands noms du grand banditisme américain des années 30 et signe avec Argent brûlé un roman noir de haut niveau.

    Initialement paru en France en 2001, Argent brûlé est republié aux éditions Zulma et bénéficie d'une nouvelle traduction.

  • Lechoixdeslibraires.com

    Son pressentiment était le bon, il y avait trop de monde sur ce coup.

    Comme un avion perdant des pièces en vol, l'équipe de gangsters voit ses portes de sortie se fermer sur le piège de cet appartement de Montevideo. La fusillade finale où ces trois hommes défendent leur vie dans les hallucinations et la frénésie de la coke contre une armée policière retentit comme le crash inévitable de cette équipée sauvage.

    S'inspirant d'un casse ayant fait les gros titres de la presse dans l'Argentine trouble des années 60 post-péroniste, la plongée dans l'univers du gangstérisme aux franges du politique et de petites frappes sociopathes tenant tête à des forces de police corrompues et d'une brutalité décomplexée qui préfigure le régime des colonels est menée tambour battant par R. PIGLIA.

    S'appuyant sur une enquête minutieuse, R. PIGLIA reconstitue cette cavale dans un style sec, nerveux, étroitement collé à l'action, les plongées introspectives dans l'esprit de ces hommes pris au piège apparaissent alors comme des respirations dans le rythme suffocant du récit.
    Dans un acte final qui apparaît comme le symbole nihiliste du panache de ces hommes, R. PIGLIA, figure du polar argentin, construit la légende de braqueurs qui n'ont rien à envier à celle de grands noms du grand banditisme américain des années 30 et signe avec Argent brûlé un roman noir de haut niveau.

    Initialement paru en France en 2001, Argent brûlé est republié aux éditions Zulma et bénéficie d'une nouvelle traduction.

  • Lechoixdeslibraires.com

    Son pressentiment était le bon, il y avait trop de monde sur ce coup.

    Comme un avion perdant des pièces en vol, l'équipe de gangsters voit ses portes de sortie se fermer sur le piège de cet appartement de Montevideo. La fusillade finale où ces trois hommes défendent leur vie dans les hallucinations et la frénésie de la coke contre une armée policière retentit comme le crash inévitable de cette équipée sauvage.

    S'inspirant d'un casse ayant fait les gros titres de la presse dans l'Argentine trouble des années 60 post-péroniste, la plongée dans l'univers du gangstérisme aux franges du politique et de petites frappes sociopathes tenant tête à des forces de police corrompues et d'une brutalité décomplexée qui préfigure le régime des colonels est menée tambour battant par R. PIGLIA.

    S'appuyant sur une enquête minutieuse, R. PIGLIA reconstitue cette cavale dans un style sec, nerveux, étroitement collé à l'action, les plongées introspectives dans l'esprit de ces hommes pris au piège apparaissent alors comme des respirations dans le rythme suffocant du récit.
    Dans un acte final qui apparaît comme le symbole nihiliste du panache de ces hommes, R. PIGLIA, figure du polar argentin, construit la légende de braqueurs qui n'ont rien à envier à celle de grands noms du grand banditisme américain des années 30 et signe avec Argent brûlé un roman noir de haut niveau.

    Initialement paru en France en 2001, Argent brûlé est republié aux éditions Zulma et bénéficie d'une nouvelle traduction.

  • Lechoixdeslibraires.com

    Son pressentiment était le bon, il y avait trop de monde sur ce coup.

    Comme un avion perdant des pièces en vol, l'équipe de gangsters voit ses portes de sortie se fermer sur le piège de cet appartement de Montevideo. La fusillade finale où ces trois hommes défendent leur vie dans les hallucinations et la frénésie de la coke contre une armée policière retentit comme le crash inévitable de cette équipée sauvage.

    S'inspirant d'un casse ayant fait les gros titres de la presse dans l'Argentine trouble des années 60 post-péroniste, la plongée dans l'univers du gangstérisme aux franges du politique et de petites frappes sociopathes tenant tête à des forces de police corrompues et d'une brutalité décomplexée qui préfigure le régime des colonels est menée tambour battant par R. PIGLIA.

    S'appuyant sur une enquête minutieuse, R. PIGLIA reconstitue cette cavale dans un style sec, nerveux, étroitement collé à l'action, les plongées introspectives dans l'esprit de ces hommes pris au piège apparaissent alors comme des respirations dans le rythme suffocant du récit.
    Dans un acte final qui apparaît comme le symbole nihiliste du panache de ces hommes, R. PIGLIA, figure du polar argentin, construit la légende de braqueurs qui n'ont rien à envier à celle de grands noms du grand banditisme américain des années 30 et signe avec Argent brûlé un roman noir de haut niveau.

    Initialement paru en France en 2001, Argent brûlé est republié aux éditions Zulma et bénéficie d'une nouvelle traduction.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

La ville absente Ricardo Piglia ZULMA

Voir tous les livres de Ricardo Piglia

Autres éditions

Argent brûlé Ricardo Piglia J'AI LU

4

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine