Apaise le temps

Couverture du livre « Apaise le temps » de Michel Quint aux éditions Phebus

4.5

2 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Phebus
  • EAN : 9782752910431
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 108
  • Collection : Litterature francaise
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

Une libraire, ça crée des dettes. D'argent parfois, bien sûr, mais surtout de coeur. Lorsqu'Yvonne meurt, les souvenirs affluent pour Abdel, un jeune professeur de Roubaix, hussard de la République. Il se revoit enfant entre les murailles de bouquins, avec une soif de lecture à avaler tout... Lire la suite

Une libraire, ça crée des dettes. D'argent parfois, bien sûr, mais surtout de coeur. Lorsqu'Yvonne meurt, les souvenirs affluent pour Abdel, un jeune professeur de Roubaix, hussard de la République. Il se revoit enfant entre les murailles de bouquins, avec une soif de lecture à avaler tout Balzac sans rien y comprendre. Il ne peut se résigner à ce que le lieu de vie disparaisse. De là à accepter la succession, il y a un sacré pas. que l'inconscient fait à l'aveuglette.
Le voici bientôt en buttes aux problématiques éco- nomiques du métier. Mais aussi aux dangereuses archives photographiques de son aînée. En fouillant les cartons, c'est tout un pan de la guerre d'Algérie qui renaît, entre partisans du FLN, harkis et OAS.
Quel rôle y a joué Saïd, habitué de la librairie aux allures de benêt ? Que cache Rosa, qui travaille au même lycée qu'Abdel ? Qu'en pense Zerouane, direc- teur de l'association « Relier » ?
Les questions se multiplient. Elles sont politiques, mais aussi amoureuses... Comment notre héros va-t-il choisir entre Zita, fausse ingénue aux baisers chamallows, et sa collègue Rosa exubérante et pas- sionnée ?

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.25

    Au départ, l’enfance d’un jeune homme qui passa son enfance dans la librairie de son quartier. Puis le rachat de celle-ci après le décès de ses propriétaires.

    Ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est à l’irruption de la Guerre d’Algérie dans le récit. Une guerre qui se joue sur le sol français.

    Un récit fort sur fond de dilemme amoureux.

    Du grand Michel Quint.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la librairie du côté de la rue qui reste toujours à l’ombre.

    http://alexmotamots.fr/?p=2033

  • 0.2

    Il n’est nul besoin qu’un roman soit long pour aborder plusieurs facettes de la vie.

    Le passé d’une nation implique forcément des conséquences pour les générations futures. On vit encore aujourd’hui avec les effets des événements passés. Mais le silence et les non-dits font croire que la situation actuelle est création spontanée. Les injustices sociales et autres actes racistes ont des racines plus profondes.

    J’ai lu ce roman il y a déjà plusieurs jours et j’ai eu besoin de prendre du recul. Et c’est l’image d’un appareil photo qui m’est apparu après avoir chercher un angle de vue. Michel Quint joue avec le zoom et avec la mise au point. Ce petit moment de flottement où l’image semble encore trouble et qu’on voit apparaître un paysage une vue d’ensemble. Puis petit à petit les détails sautent aux yeux.

    Dans un premier temps c’est tout ce qui tournait autour de la librairie et de la littérature qui avait pris le dessus. La librairie, les livres, les carnets et les mots et tous les êtres qui se retrouvaient liés dans l’acte d’écrire, de lire et de transmettre, tout ce qui laisse des traces. C'est un roman sur les responsabilités de chacun dans ce qui se produit et se qui se transmet.

    Michel Quint nous plonge dans les petites rues de Roubaix d’aujourd’hui jusqu’aux humbles habitations, mais bientôt c’est le passé qui s’invite, ce sont les événements de 1961 avec leurs drames, leur non-dit. Tout l’aspect politique qui a bouleversé la société comme si on rejouait des scènes de la seconde guerre mondiale…

    La librairie est le lieu de mémoire avec ses archives qui semblent cachées alors qu’elles sont devant les yeux de tous les personnages et passants. Comme si on ne savait décrypter ce qui est exposé, par manque d’éclairage.

    Michel Quint fait de la librairie un théâtre où chacun va jouer un rôle différent selon la pièce qui est jouée. Les personnages vont trouver un second souffle une seconde vie. Mme Yvonne avait été photo reporter elle est devenue libraire, de l’image à l’écrit elle fait passer ses idées. Abdel aussi joue un rôle de passeur d’enseignant à libraire, mais il va prendre des passerelles…

    Les cartons des archives photographiques sont comme des négatifs qui ont besoin d’un révélateur pour que les images puissent apparaître et que la vérité voit le jour.

    Je pourrais vous parler des personnages attendrissants qui se débattent avec leurs failles intimes mais Michel Quint le fait si bien !

    J’ai adoré tout ce qui concerne les livres et la lecture, on y retrouve la passion de Michal Quint pour la littérature et le théâtre… Ainsi que la passion qui conduit parfois à la destruction.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine