Amerika ; rapports de classes ; klassenverhaltnisse

Couverture du livre « Amerika ; rapports de classes ; klassenverhaltnisse » de Daniele Huillet aux éditions Ombres
  • Date de parution :
  • Editeur : Ombres
  • EAN : 9782841421800
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 224
  • Collection : Ombres cinema
  • Genre : Cinéma, Télévision, Audiovisuel, Presse, Médias
Résumé:

C'est en 1912 que Kafka écrit l'essentiel de son premier roman, Le Disparu. Il en abandonnera définitivement la rédaction trois ans plus tard. Ce grand récit retraçant les pérégrinations d'un jeune immigrant allemand du nom de Karl Rossmann au début du siècle en Amérique, se conclut... Lire la suite

C'est en 1912 que Kafka écrit l'essentiel de son premier roman, Le Disparu. Il en abandonnera définitivement la rédaction trois ans plus tard. Ce grand récit retraçant les pérégrinations d'un jeune immigrant allemand du nom de Karl Rossmann au début du siècle en Amérique, se conclut abruptement par un chapitre des plus énigmatiques : le héros, après avoir dégringolé en un temps record tous les échelons de la hiérarchie sociale, découvre à un coin de rue une affiche pour la promotion du Grand Théâtre d'Oklahoma, et se fait engager dans la troupe sous le nom de Negro.
Le premier chapitre, Der Heizer [Le soutier ou Le chauffeur], sera publié en mai 1913 . Max Brod publiera l'ensemble de l'oeuvre en 1927, trois ans après la mort de son auteur, sous le titre de Amerika (traduit par Alexandre Vialatte, sous le titre L'Amérique, Gallimard, 1946). Le manuscrit ne porte aucun titre. « Quand Kafka en parlait, il l'appelait son ''roman américain'' ; plus tard lorsque le premier chapitre eut paru sous forme de nouvelle détachée, il disait Der Heizer pour le tout comme pour le premier chapitre », écrit Max Brod dans la postface à la première édition du texte. Pourtant le titre qui revient en permanence dans tous les écrits intimes de Kafka (journaux, correspondance) est Der Verschollene que l'on peut traduire par Le disparu. C'est d'ailleurs avec ce titre que deux nouvelles traductions ont été publiées : Amerika ou le Disparu (Flammarion, GF, 1988) ; Le Disparu (Amerika), dans Kafka, Récits, romans, journaux (La pochothèque, 2000). Il existe d'autres propositions de traduction de ce titre : Claude David, dans son édition critique de la traduction de Vialatte (Bibliothèque de la Pléiade) propose L'oublié et suggère même L'épave, les anglo-saxons hésitent entre Lost without trace et The man who disappeared, quand à Danièle Huillet et Jean-Marie Straub, le découpage de leur film, avant tournage, porte en regard du titre original : Celui qui a perdu ses droits.
Le titre Amerika inventé par Max Brod lors de la publication posthume du texte suggérait un roman social et une critique de la civilisation américaine ; le titre réel et ses diverses traductions traduisent mieux l'histoire de cet adolescent et de son destin tour à tour drôle, singulière et exemplaire qui, de rejet en rejet, de perte en perte, de déchéance en déchéance sera irrémédiablement exclu de la communauté sociale pour disparaître à jamais dans l'infini de l'ouest américain.

Donner mon avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine