Alias Ali

Couverture du livre « Alias Ali » de Frederic Roux aux éditions Fayard

0 note

  • Nombre de page : (non disponible)
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

Muhammad Ali est considéré comme le plus grand athlète du siècle dernier, on peut lire à travers son parcours l´histoire des Etats-Unis depuis la lutte pour l´abolition de la ségrégation raciale jusqu´à l´élection de Barack Obama. Pour ce qui est de l´aspect « biographique » du livre, j´ai... Lire la suite

Muhammad Ali est considéré comme le plus grand athlète du siècle dernier, on peut lire à travers son parcours l´histoire des Etats-Unis depuis la lutte pour l´abolition de la ségrégation raciale jusqu´à l´élection de Barack Obama. Pour ce qui est de l´aspect « biographique » du livre, j´ai exploré des aspects ignorés par l´hagiographie saint-sulpicienne qui le concerne pour l´essentiel, mais Muhammad Ali est aussi un formidable personnage de roman. Au travers du montage de centaines de témoignages se dessine le portrait en creux de celui qui a été l´image des années 60 et l´idole des années 70, la seule icône de cette époque ayant survécu (Malcom X, Elvis, Marilyn sont morts). Son destin - depuis le jeune garçon naïf des J.O. de Rome jusqu´au vieillard pathétique allumant la torche de ceux d´Atlanta - est une extraordinaire saga qui va de la contestation la plus radicale (Richard Nixon a dansé dans le bureau ovale lorsqu´Ali a été battu pour la première fois) à la « béatification » finale (George W. Bush lui a remis la plus haute distinction civile en 2005) en passant par la poignée de main de Gerald Ford et les missions diplomatiques confiées par Jimmy Carter.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • Lechoixdeslibraires.com

    De tous les sports la boxe est sans doute celui qui fascine le plus les écrivains, sans les inspirer pour autant. Les chefs-d\'œuvre sont rares dans ce domaine, ils se comptent sur les doigts d\'une main...


    Quand on demande à Frédéric Roux, écrivain qui se frotte au sujet depuis longtemps, après avoir arpenté les rings, il cite peu de titres mais se souvient de Fat City de Gardner, un roman américain édité chez 10/18 et totalement introuvable. On murmure du bien des écrits de la frêle Joyce Carol Oates (éditée chez Tristram), on connaît Norman Mailer qui hanta longtemps les coulisses, Budd Schulberg est plus difficile à dégoter, Craig Davidson a bien fait parler de lui : bref, littérature et noble art se fréquentent mais de loin. Heureusement le dénommé Roux cité plus haut ne désarme pas. Cet auteur, bordelais d\'origine, entretient depuis près de trente ans une plume qui a résisté à l\'acide dans laquelle il la trempe. Il a raconté les affrontements avec son père dans le superbe Mal de père (Flammarion), ceux avec sa mère (Et mon fils avec moi n\'apprendra qu\'à pleurer, Grasset), il s\'est frotté au monde de l\'art, aux baleines du pacifique, mais c\'est dans sa thématique pugilistique qu\'il est le plus reconnu. On se souvient de son Mike Tyson. Il faudra désormais compter sur Alias Ali qui vient d\'être publié par Fayard et se place d\'emblée parmi les grandes réussites du genre.

    Il est rare de dire d\'un livre qu\'il ne ressemble à aucun autre, c\'est bien le cas de celui-ci : pas de narrateur, pas de chapitre, un héros qui se tait alors qu\'on l\'aurait imaginé prolixe puisqu\'il s\'agit du plus célèbre sportif du XX° siècle, un mythe (donc un inconnu) : Cassius Clay alias Mohamed Ali. Les six cents pages qui composent ce qui ne devrait pas avoir le nom de roman (mais pour lequel aucun terme générique ne conviendrait vraiment) forment un patching work de vingt ans de la vie des États-Unis fait d\'extraits, de citations de personnalités ayant connu l\'athlète (amis, parents, journalistes, témoins, rivaux, ennemis, alliés, etc...) et dont sont saisis des bribes de réflexion, des remarques, des jugements, des calomnies, des faits qui ainsi emboîtés forment un carrousel stupéfiant qui donnerait vite le tournis si Frédéric Roux ne maîtrisait parfaitement sa narration et les différents fils biographiques. Son propos n\'est rien moins que saisir la personnalité ambiguë de ce champion, idiot pour les uns, génial pour les autres, la nature de son charisme fou, la singularité de son parcours de vedette et de symbole (qu\'on se souvienne comment il fut acclamé en Afrique dès son titre), la particularité de sa boxe, légère et aérienne qui lui permit de se jouer des poings monstrueux d\'un Sonny Liston, de la puissance d\'un Frazier. Mais plus riche encore, cet épais livre restitue la puissance du déchirement de la société américaine qui à partir de la fin des années 50 amorce sa mue raciale et voit s\'effriter son modèle d\'apartheid. Cassius Clay en est le symbole lui qui fut l\'ami de Malcom X, lui dont un islam fort peu orthodoxe fit son héraut, lui qui vécut la gloire d\'être un champion au risque forcené de la perdre. Vous aimez la boxe ? Lisez Alias Ali, ce livre est pour vous. Vous ne supportez pas la boxe ? Raison de plus, lisez Alias Ali, c\'est un des grands livres de l\'année.

  • Lechoixdeslibraires.com

    De tous les sports la boxe est sans doute celui qui fascine le plus les écrivains, sans les inspirer pour autant. Les chefs-d\'œuvre sont rares dans ce domaine, ils se comptent sur les doigts d\'une main...


    Quand on demande à Frédéric Roux, écrivain qui se frotte au sujet depuis longtemps, après avoir arpenté les rings, il cite peu de titres mais se souvient de Fat City de Gardner, un roman américain édité chez 10/18 et totalement introuvable. On murmure du bien des écrits de la frêle Joyce Carol Oates (éditée chez Tristram), on connaît Norman Mailer qui hanta longtemps les coulisses, Budd Schulberg est plus difficile à dégoter, Craig Davidson a bien fait parler de lui : bref, littérature et noble art se fréquentent mais de loin. Heureusement le dénommé Roux cité plus haut ne désarme pas. Cet auteur, bordelais d\'origine, entretient depuis près de trente ans une plume qui a résisté à l\'acide dans laquelle il la trempe. Il a raconté les affrontements avec son père dans le superbe Mal de père (Flammarion), ceux avec sa mère (Et mon fils avec moi n\'apprendra qu\'à pleurer, Grasset), il s\'est frotté au monde de l\'art, aux baleines du pacifique, mais c\'est dans sa thématique pugilistique qu\'il est le plus reconnu. On se souvient de son Mike Tyson. Il faudra désormais compter sur Alias Ali qui vient d\'être publié par Fayard et se place d\'emblée parmi les grandes réussites du genre.

    Il est rare de dire d\'un livre qu\'il ne ressemble à aucun autre, c\'est bien le cas de celui-ci : pas de narrateur, pas de chapitre, un héros qui se tait alors qu\'on l\'aurait imaginé prolixe puisqu\'il s\'agit du plus célèbre sportif du XX° siècle, un mythe (donc un inconnu) : Cassius Clay alias Mohamed Ali. Les six cents pages qui composent ce qui ne devrait pas avoir le nom de roman (mais pour lequel aucun terme générique ne conviendrait vraiment) forment un patching work de vingt ans de la vie des États-Unis fait d\'extraits, de citations de personnalités ayant connu l\'athlète (amis, parents, journalistes, témoins, rivaux, ennemis, alliés, etc...) et dont sont saisis des bribes de réflexion, des remarques, des jugements, des calomnies, des faits qui ainsi emboîtés forment un carrousel stupéfiant qui donnerait vite le tournis si Frédéric Roux ne maîtrisait parfaitement sa narration et les différents fils biographiques. Son propos n\'est rien moins que saisir la personnalité ambiguë de ce champion, idiot pour les uns, génial pour les autres, la nature de son charisme fou, la singularité de son parcours de vedette et de symbole (qu\'on se souvienne comment il fut acclamé en Afrique dès son titre), la particularité de sa boxe, légère et aérienne qui lui permit de se jouer des poings monstrueux d\'un Sonny Liston, de la puissance d\'un Frazier. Mais plus riche encore, cet épais livre restitue la puissance du déchirement de la société américaine qui à partir de la fin des années 50 amorce sa mue raciale et voit s\'effriter son modèle d\'apartheid. Cassius Clay en est le symbole lui qui fut l\'ami de Malcom X, lui dont un islam fort peu orthodoxe fit son héraut, lui qui vécut la gloire d\'être un champion au risque forcené de la perdre. Vous aimez la boxe ? Lisez Alias Ali, ce livre est pour vous. Vous ne supportez pas la boxe ? Raison de plus, lisez Alias Ali, c\'est un des grands livres de l\'année.

  • Lechoixdeslibraires.com

    De tous les sports la boxe est sans doute celui qui fascine le plus les écrivains, sans les inspirer pour autant. Les chefs-d'oeuvre sont rares dans ce domaine, ils se comptent sur les doigts d'une main...

    Quand on demande à Frédéric Roux, écrivain qui se frotte au sujet depuis longtemps, après avoir arpenté les rings, il cite peu de titres mais se souvient de Fat City de Gardner, un roman américain édité chez 10/18 et totalement introuvable. On murmure du bien des écrits de la frêle Joyce Carol Oates (éditée chez Tristram), on connaît Norman Mailer qui hanta longtemps les coulisses, Budd Schulberg est plus difficile à dégoter, Craig Davidson a bien fait parler de lui : bref, littérature et noble art se fréquentent mais de loin. Heureusement le dénommé Roux cité plus haut ne désarme pas. Cet auteur, bordelais d'origine, entretient depuis près de trente ans une plume qui a résisté à l'acide dans laquelle il la trempe. Il a raconté les affrontements avec son père dans le superbe Mal de père (Flammarion), ceux avec sa mère (Et mon fils avec moi n'apprendra qu'à pleurer, Grasset), il s'est frotté au monde de l'art, aux baleines du pacifique, mais c'est dans sa thématique pugilistique qu'il est le plus reconnu. On se souvient de son Mike Tyson. Il faudra désormais compter sur Alias Ali qui vient d'être publié par Fayard et se place d'emblée parmi les grandes réussites du genre.

    Il est rare de dire d'un livre qu'il ne ressemble à aucun autre, c'est bien le cas de celui-ci : pas de narrateur, pas de chapitre, un héros qui se tait alors qu'on l'aurait imaginé prolixe puisqu'il s'agit du plus célèbre sportif du XXe siècle, un mythe (donc un inconnu) : Cassius Clay alias Mohamed Ali. Les six cents pages qui composent ce qui ne devrait pas avoir le nom de roman (mais pour lequel aucun terme générique ne conviendrait vraiment) forment un patching work de vingt ans de la vie des États-Unis fait d'extraits, de citations de personnalités ayant connu l'athlète (amis, parents, journalistes, témoins, rivaux, ennemis, alliés, etc...) et dont sont saisis des bribes de réflexion, des remarques, des jugements, des calomnies, des faits qui ainsi emboîtés forment un carrousel stupéfiant qui donnerait vite le tournis si Frédéric Roux ne maîtrisait parfaitement sa narration et les différents fils biographiques. Son propos n'est rien moins que saisir la personnalité ambiguë de ce champion, idiot pour les uns, génial pour les autres, la nature de son charisme fou, la singularité de son parcours de vedette et de symbole (qu'on se souvienne comment il fut acclamé en Afrique dès son titre), la particularité de sa boxe, légère et aérienne qui lui permit de se jouer des poings monstrueux d'un Sonny Liston, de la puissance d'un Frazier. Mais plus riche encore, cet épais livre restitue la puissance du déchirement de la société américaine qui à partir de la fin des années 50 amorce sa mue raciale et voit s'effriter son modèle d'apartheid. Cassius Clay en est le symbole lui qui fut l'ami de Malcom X, lui dont un islam fort peu orthodoxe fit son héraut, lui qui vécut la gloire d'être un champion au risque forcené de la perdre. Vous aimez la boxe ? Lisez Alias Ali, ce livre est pour vous. Vous ne supportez pas la boxe ? Raison de plus, lisez Alias Ali, c'est un des grands livres de l'année.

  • Lechoixdeslibraires.com

    De tous les sports la boxe est sans doute celui qui fascine le plus les écrivains, sans les inspirer pour autant. Les chefs-d'oeuvre sont rares dans ce domaine, ils se comptent sur les doigts d'une main...

    Quand on demande à Frédéric Roux, écrivain qui se frotte au sujet depuis longtemps, après avoir arpenté les rings, il cite peu de titres mais se souvient de Fat City de Gardner, un roman américain édité chez 10/18 et totalement introuvable. On murmure du bien des écrits de la frêle Joyce Carol Oates (éditée chez Tristram), on connaît Norman Mailer qui hanta longtemps les coulisses, Budd Schulberg est plus difficile à dégoter, Craig Davidson a bien fait parler de lui : bref, littérature et noble art se fréquentent mais de loin. Heureusement le dénommé Roux cité plus haut ne désarme pas. Cet auteur, bordelais d'origine, entretient depuis près de trente ans une plume qui a résisté à l'acide dans laquelle il la trempe. Il a raconté les affrontements avec son père dans le superbe Mal de père (Flammarion), ceux avec sa mère (Et mon fils avec moi n'apprendra qu'à pleurer, Grasset), il s'est frotté au monde de l'art, aux baleines du pacifique, mais c'est dans sa thématique pugilistique qu'il est le plus reconnu. On se souvient de son Mike Tyson. Il faudra désormais compter sur Alias Ali qui vient d'être publié par Fayard et se place d'emblée parmi les grandes réussites du genre.

    Il est rare de dire d'un livre qu'il ne ressemble à aucun autre, c'est bien le cas de celui-ci : pas de narrateur, pas de chapitre, un héros qui se tait alors qu'on l'aurait imaginé prolixe puisqu'il s'agit du plus célèbre sportif du XXe siècle, un mythe (donc un inconnu) : Cassius Clay alias Mohamed Ali. Les six cents pages qui composent ce qui ne devrait pas avoir le nom de roman (mais pour lequel aucun terme générique ne conviendrait vraiment) forment un patching work de vingt ans de la vie des États-Unis fait d'extraits, de citations de personnalités ayant connu l'athlète (amis, parents, journalistes, témoins, rivaux, ennemis, alliés, etc...) et dont sont saisis des bribes de réflexion, des remarques, des jugements, des calomnies, des faits qui ainsi emboîtés forment un carrousel stupéfiant qui donnerait vite le tournis si Frédéric Roux ne maîtrisait parfaitement sa narration et les différents fils biographiques. Son propos n'est rien moins que saisir la personnalité ambiguë de ce champion, idiot pour les uns, génial pour les autres, la nature de son charisme fou, la singularité de son parcours de vedette et de symbole (qu'on se souvienne comment il fut acclamé en Afrique dès son titre), la particularité de sa boxe, légère et aérienne qui lui permit de se jouer des poings monstrueux d'un Sonny Liston, de la puissance d'un Frazier. Mais plus riche encore, cet épais livre restitue la puissance du déchirement de la société américaine qui à partir de la fin des années 50 amorce sa mue raciale et voit s'effriter son modèle d'apartheid. Cassius Clay en est le symbole lui qui fut l'ami de Malcom X, lui dont un islam fort peu orthodoxe fit son héraut, lui qui vécut la gloire d'être un champion au risque forcené de la perdre. Vous aimez la boxe ? Lisez Alias Ali, ce livre est pour vous. Vous ne supportez pas la boxe ? Raison de plus, lisez Alias Ali, c'est un des grands livres de l'année.

  • Lechoixdeslibraires.com

    De tous les sports la boxe est sans doute celui qui fascine le plus les écrivains, sans les inspirer pour autant. Les chefs-d'oeuvre sont rares dans ce domaine, ils se comptent sur les doigts d'une main...

    Quand on demande à Frédéric Roux, écrivain qui se frotte au sujet depuis longtemps, après avoir arpenté les rings, il cite peu de titres mais se souvient de Fat City de Gardner, un roman américain édité chez 10/18 et totalement introuvable. On murmure du bien des écrits de la frêle Joyce Carol Oates (éditée chez Tristram), on connaît Norman Mailer qui hanta longtemps les coulisses, Budd Schulberg est plus difficile à dégoter, Craig Davidson a bien fait parler de lui : bref, littérature et noble art se fréquentent mais de loin. Heureusement le dénommé Roux cité plus haut ne désarme pas. Cet auteur, bordelais d'origine, entretient depuis près de trente ans une plume qui a résisté à l'acide dans laquelle il la trempe. Il a raconté les affrontements avec son père dans le superbe Mal de père (Flammarion), ceux avec sa mère (Et mon fils avec moi n'apprendra qu'à pleurer, Grasset), il s'est frotté au monde de l'art, aux baleines du pacifique, mais c'est dans sa thématique pugilistique qu'il est le plus reconnu. On se souvient de son Mike Tyson. Il faudra désormais compter sur Alias Ali qui vient d'être publié par Fayard et se place d'emblée parmi les grandes réussites du genre.

    Il est rare de dire d'un livre qu'il ne ressemble à aucun autre, c'est bien le cas de celui-ci : pas de narrateur, pas de chapitre, un héros qui se tait alors qu'on l'aurait imaginé prolixe puisqu'il s'agit du plus célèbre sportif du XXe siècle, un mythe (donc un inconnu) : Cassius Clay alias Mohamed Ali. Les six cents pages qui composent ce qui ne devrait pas avoir le nom de roman (mais pour lequel aucun terme générique ne conviendrait vraiment) forment un patching work de vingt ans de la vie des États-Unis fait d'extraits, de citations de personnalités ayant connu l'athlète (amis, parents, journalistes, témoins, rivaux, ennemis, alliés, etc...) et dont sont saisis des bribes de réflexion, des remarques, des jugements, des calomnies, des faits qui ainsi emboîtés forment un carrousel stupéfiant qui donnerait vite le tournis si Frédéric Roux ne maîtrisait parfaitement sa narration et les différents fils biographiques. Son propos n'est rien moins que saisir la personnalité ambiguë de ce champion, idiot pour les uns, génial pour les autres, la nature de son charisme fou, la singularité de son parcours de vedette et de symbole (qu'on se souvienne comment il fut acclamé en Afrique dès son titre), la particularité de sa boxe, légère et aérienne qui lui permit de se jouer des poings monstrueux d'un Sonny Liston, de la puissance d'un Frazier. Mais plus riche encore, cet épais livre restitue la puissance du déchirement de la société américaine qui à partir de la fin des années 50 amorce sa mue raciale et voit s'effriter son modèle d'apartheid. Cassius Clay en est le symbole lui qui fut l'ami de Malcom X, lui dont un islam fort peu orthodoxe fit son héraut, lui qui vécut la gloire d'être un champion au risque forcené de la perdre. Vous aimez la boxe ? Lisez Alias Ali, ce livre est pour vous. Vous ne supportez pas la boxe ? Raison de plus, lisez Alias Ali, c'est un des grands livres de l'année.

  • Lechoixdeslibraires.com

    De tous les sports la boxe est sans doute celui qui fascine le plus les écrivains, sans les inspirer pour autant. Les chefs-d'oeuvre sont rares dans ce domaine, ils se comptent sur les doigts d'une main...

    Quand on demande à Frédéric Roux, écrivain qui se frotte au sujet depuis longtemps, après avoir arpenté les rings, il cite peu de titres mais se souvient de Fat City de Gardner, un roman américain édité chez 10/18 et totalement introuvable. On murmure du bien des écrits de la frêle Joyce Carol Oates (éditée chez Tristram), on connaît Norman Mailer qui hanta longtemps les coulisses, Budd Schulberg est plus difficile à dégoter, Craig Davidson a bien fait parler de lui : bref, littérature et noble art se fréquentent mais de loin. Heureusement le dénommé Roux cité plus haut ne désarme pas. Cet auteur, bordelais d'origine, entretient depuis près de trente ans une plume qui a résisté à l'acide dans laquelle il la trempe. Il a raconté les affrontements avec son père dans le superbe Mal de père (Flammarion), ceux avec sa mère (Et mon fils avec moi n'apprendra qu'à pleurer, Grasset), il s'est frotté au monde de l'art, aux baleines du pacifique, mais c'est dans sa thématique pugilistique qu'il est le plus reconnu. On se souvient de son Mike Tyson. Il faudra désormais compter sur Alias Ali qui vient d'être publié par Fayard et se place d'emblée parmi les grandes réussites du genre.

    Il est rare de dire d'un livre qu'il ne ressemble à aucun autre, c'est bien le cas de celui-ci : pas de narrateur, pas de chapitre, un héros qui se tait alors qu'on l'aurait imaginé prolixe puisqu'il s'agit du plus célèbre sportif du XXe siècle, un mythe (donc un inconnu) : Cassius Clay alias Mohamed Ali. Les six cents pages qui composent ce qui ne devrait pas avoir le nom de roman (mais pour lequel aucun terme générique ne conviendrait vraiment) forment un patching work de vingt ans de la vie des États-Unis fait d'extraits, de citations de personnalités ayant connu l'athlète (amis, parents, journalistes, témoins, rivaux, ennemis, alliés, etc...) et dont sont saisis des bribes de réflexion, des remarques, des jugements, des calomnies, des faits qui ainsi emboîtés forment un carrousel stupéfiant qui donnerait vite le tournis si Frédéric Roux ne maîtrisait parfaitement sa narration et les différents fils biographiques. Son propos n'est rien moins que saisir la personnalité ambiguë de ce champion, idiot pour les uns, génial pour les autres, la nature de son charisme fou, la singularité de son parcours de vedette et de symbole (qu'on se souvienne comment il fut acclamé en Afrique dès son titre), la particularité de sa boxe, légère et aérienne qui lui permit de se jouer des poings monstrueux d'un Sonny Liston, de la puissance d'un Frazier. Mais plus riche encore, cet épais livre restitue la puissance du déchirement de la société américaine qui à partir de la fin des années 50 amorce sa mue raciale et voit s'effriter son modèle d'apartheid. Cassius Clay en est le symbole lui qui fut l'ami de Malcom X, lui dont un islam fort peu orthodoxe fit son héraut, lui qui vécut la gloire d'être un champion au risque forcené de la perdre. Vous aimez la boxe ? Lisez Alias Ali, ce livre est pour vous. Vous ne supportez pas la boxe ? Raison de plus, lisez Alias Ali, c'est un des grands livres de l'année.

  • Lechoixdeslibraires.com

    De tous les sports la boxe est sans doute celui qui fascine le plus les écrivains, sans les inspirer pour autant. Les chefs-d'oeuvre sont rares dans ce domaine, ils se comptent sur les doigts d'une main...

    Quand on demande à Frédéric Roux, écrivain qui se frotte au sujet depuis longtemps, après avoir arpenté les rings, il cite peu de titres mais se souvient de Fat City de Gardner, un roman américain édité chez 10/18 et totalement introuvable. On murmure du bien des écrits de la frêle Joyce Carol Oates (éditée chez Tristram), on connaît Norman Mailer qui hanta longtemps les coulisses, Budd Schulberg est plus difficile à dégoter, Craig Davidson a bien fait parler de lui : bref, littérature et noble art se fréquentent mais de loin. Heureusement le dénommé Roux cité plus haut ne désarme pas. Cet auteur, bordelais d'origine, entretient depuis près de trente ans une plume qui a résisté à l'acide dans laquelle il la trempe. Il a raconté les affrontements avec son père dans le superbe Mal de père (Flammarion), ceux avec sa mère (Et mon fils avec moi n'apprendra qu'à pleurer, Grasset), il s'est frotté au monde de l'art, aux baleines du pacifique, mais c'est dans sa thématique pugilistique qu'il est le plus reconnu. On se souvient de son Mike Tyson. Il faudra désormais compter sur Alias Ali qui vient d'être publié par Fayard et se place d'emblée parmi les grandes réussites du genre.

    Il est rare de dire d'un livre qu'il ne ressemble à aucun autre, c'est bien le cas de celui-ci : pas de narrateur, pas de chapitre, un héros qui se tait alors qu'on l'aurait imaginé prolixe puisqu'il s'agit du plus célèbre sportif du XXe siècle, un mythe (donc un inconnu) : Cassius Clay alias Mohamed Ali. Les six cents pages qui composent ce qui ne devrait pas avoir le nom de roman (mais pour lequel aucun terme générique ne conviendrait vraiment) forment un patching work de vingt ans de la vie des États-Unis fait d'extraits, de citations de personnalités ayant connu l'athlète (amis, parents, journalistes, témoins, rivaux, ennemis, alliés, etc...) et dont sont saisis des bribes de réflexion, des remarques, des jugements, des calomnies, des faits qui ainsi emboîtés forment un carrousel stupéfiant qui donnerait vite le tournis si Frédéric Roux ne maîtrisait parfaitement sa narration et les différents fils biographiques. Son propos n'est rien moins que saisir la personnalité ambiguë de ce champion, idiot pour les uns, génial pour les autres, la nature de son charisme fou, la singularité de son parcours de vedette et de symbole (qu'on se souvienne comment il fut acclamé en Afrique dès son titre), la particularité de sa boxe, légère et aérienne qui lui permit de se jouer des poings monstrueux d'un Sonny Liston, de la puissance d'un Frazier. Mais plus riche encore, cet épais livre restitue la puissance du déchirement de la société américaine qui à partir de la fin des années 50 amorce sa mue raciale et voit s'effriter son modèle d'apartheid. Cassius Clay en est le symbole lui qui fut l'ami de Malcom X, lui dont un islam fort peu orthodoxe fit son héraut, lui qui vécut la gloire d'être un champion au risque forcené de la perdre. Vous aimez la boxe ? Lisez Alias Ali, ce livre est pour vous. Vous ne supportez pas la boxe ? Raison de plus, lisez Alias Ali, c'est un des grands livres de l'année.

  • Lechoixdeslibraires.com

    De tous les sports la boxe est sans doute celui qui fascine le plus les écrivains, sans les inspirer pour autant. Les chefs-d'oeuvre sont rares dans ce domaine, ils se comptent sur les doigts d'une main...

    Quand on demande à Frédéric Roux, écrivain qui se frotte au sujet depuis longtemps, après avoir arpenté les rings, il cite peu de titres mais se souvient de Fat City de Gardner, un roman américain édité chez 10/18 et totalement introuvable. On murmure du bien des écrits de la frêle Joyce Carol Oates (éditée chez Tristram), on connaît Norman Mailer qui hanta longtemps les coulisses, Budd Schulberg est plus difficile à dégoter, Craig Davidson a bien fait parler de lui : bref, littérature et noble art se fréquentent mais de loin. Heureusement le dénommé Roux cité plus haut ne désarme pas. Cet auteur, bordelais d'origine, entretient depuis près de trente ans une plume qui a résisté à l'acide dans laquelle il la trempe. Il a raconté les affrontements avec son père dans le superbe Mal de père (Flammarion), ceux avec sa mère (Et mon fils avec moi n'apprendra qu'à pleurer, Grasset), il s'est frotté au monde de l'art, aux baleines du pacifique, mais c'est dans sa thématique pugilistique qu'il est le plus reconnu. On se souvient de son Mike Tyson. Il faudra désormais compter sur Alias Ali qui vient d'être publié par Fayard et se place d'emblée parmi les grandes réussites du genre.

    Il est rare de dire d'un livre qu'il ne ressemble à aucun autre, c'est bien le cas de celui-ci : pas de narrateur, pas de chapitre, un héros qui se tait alors qu'on l'aurait imaginé prolixe puisqu'il s'agit du plus célèbre sportif du XXe siècle, un mythe (donc un inconnu) : Cassius Clay alias Mohamed Ali. Les six cents pages qui composent ce qui ne devrait pas avoir le nom de roman (mais pour lequel aucun terme générique ne conviendrait vraiment) forment un patching work de vingt ans de la vie des États-Unis fait d'extraits, de citations de personnalités ayant connu l'athlète (amis, parents, journalistes, témoins, rivaux, ennemis, alliés, etc...) et dont sont saisis des bribes de réflexion, des remarques, des jugements, des calomnies, des faits qui ainsi emboîtés forment un carrousel stupéfiant qui donnerait vite le tournis si Frédéric Roux ne maîtrisait parfaitement sa narration et les différents fils biographiques. Son propos n'est rien moins que saisir la personnalité ambiguë de ce champion, idiot pour les uns, génial pour les autres, la nature de son charisme fou, la singularité de son parcours de vedette et de symbole (qu'on se souvienne comment il fut acclamé en Afrique dès son titre), la particularité de sa boxe, légère et aérienne qui lui permit de se jouer des poings monstrueux d'un Sonny Liston, de la puissance d'un Frazier. Mais plus riche encore, cet épais livre restitue la puissance du déchirement de la société américaine qui à partir de la fin des années 50 amorce sa mue raciale et voit s'effriter son modèle d'apartheid. Cassius Clay en est le symbole lui qui fut l'ami de Malcom X, lui dont un islam fort peu orthodoxe fit son héraut, lui qui vécut la gloire d'être un champion au risque forcené de la perdre. Vous aimez la boxe ? Lisez Alias Ali, ce livre est pour vous. Vous ne supportez pas la boxe ? Raison de plus, lisez Alias Ali, c'est un des grands livres de l'année.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

L'hiver indien Frederic Roux GRASSET ET FASQUELLE

Voir tous les livres de Frederic Roux

Autres éditions

Alias Ali Frederic Roux GALLIMARD

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com