Albert le magnifique

Couverture du livre « Albert le magnifique » de Brigitte Benkemoun aux éditions Stock

3

2 notes

  • Nombre de page : (non disponible)
  • Collection : Bleue stock
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

« Mon premier souvenir d'Albert remonte au récit qu'en faisait ma grand-mère. Elle racontait le jeune juif sans un sou qui décide un jour de tout quitter, l'Algérie, la famille, pour tenter sa chance dans la Riviera des années folles. Elle racontait l'oncle magnifique devenu très riche... Lire la suite

« Mon premier souvenir d'Albert remonte au récit qu'en faisait ma grand-mère. Elle racontait le jeune juif sans un sou qui décide un jour de tout quitter, l'Algérie, la famille, pour tenter sa chance dans la Riviera des années folles. Elle racontait l'oncle magnifique devenu très riche en rachetant les bijoux des joueurs ruinés aux Casinos, et menant une vie somptueuse, entre Nice et Paris. Puis, elle racontait son arrestation. Elle prétendait qu'un associé, un « monsieur Roux », l'avait dénoncé à la Gestapo pour l'envoyer mourir à Auschwitz... Bien des années plus tard, il a fallu que je cherche son nom sur les stèles du Mémorial de la Shoah, pour pressentir une toute autre histoire : Albert ne s'appelle plus Achache... mais Achache-Roux ! « Monsieur Roux » l'avait donc adopté ! « Monsieur Roux » était donc bien plus qu'un associé ! Et sûrement pas le traître que nous avions imaginé... C'est au pied de ce mur que j'ai décidé de partir à la recherche d'Albert et tenté de savoir qui l'a dénoncé. Je n'imaginais pas l'enquête et la quête obsessionnelle dans laquelle je me lançais. Je l'ai pisté de Tlemcen à Auschwitz, en passant par Sidi Bel Abbès, Oran, Chartres, Vitré, Nice, Paris, Anvers... J'ai recomposé pièce par pièce la vie de cet enfant du siècle, ébloui par la France, la République et le Progrès. J'ai retrouvé les hommes qu'il a aimés et deviné peu à peu la vie étonnamment libre et heureuse qu'il a réussi à mener, avant d'être rattrapé par l'Histoire. Obsédée par l'idée de savoir, je n'ai rien voulu inventer. Et jamais je n'aurais pu imaginer tout ce que j'ai découvert. » B. B.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.2

    Dans ce récit, Brigitte Benkemoun retrouve la trace de son arrière-grand-oncle Albert sur les stèles du mémorial de la Shoah. Elle est intriguée par le changement de patronyme : Albert est mentionné sous le nom d’Achache-Roux. Pourquoi ?
    L’explication sera distillée au lecteur, chapitre après chapitre, chacun d’eux éclairant les différents épisodes de la vie d’Albert le Magnifique. Tout commence dans la famille Achache , née à Tlemcen, dans l’Ouest algérien .Cette ville est alors « la perle du Maghreb , la Grenade africaine » ,vieille cité hispano-mauresque capitale du Maghreb oriental et se posant en rivale de Fès, la Marocaine .Le père Younah, est commerçant ; Saada, l’épouse, veille à l’éducation de ses quatre enfants, trois garçons Ghali, Léon, Daniel , Albert… et une fille Sarah .L’Algérie de cette époque est ambivalente ; elle est marquée par des campagnes antisémites régulières, orchestrées par certains colons, elle vient aussi, par le décret Crémieux, d’accorder la citoyenneté française aux juifs d’Algérie, considérés encore comme des « Indigènes «.
    Ce qui va expliquer , pour une part non négligeable, la vie d’Albert .Il est en effet difficile pour un jeune homme qui ressent très jeune, des doutes forts sur son identité sexuelle, d’assumer ses préférences au grand jour, l’état des mœurs d’alors et le degré de tolérance ne le permettant pas .En poursuivant son investigation, Brigitte Benkemoun découvre un PV d’arrestation d’Albert, arrêté pour exhibition sexuelle dans les vespasiennes : « mais perpétuer l’omerta, n’est-ce pas entretenir la honte ? Albert a probablement quitté l’Algérie pour essayer de vivre sa différence dans les limites que lui autorisait l’époque. »
    Et c’est bien là le nœud de sa vie : elle évolue, favorablement grâce à des rencontres, des amitiés et amours liés avec Etienne Fleury, un diamantaire de Monte-Carlo, qui l'initie aux mécanismes du commerce des diamants, l'envoie négocier à Anvers, pour son compte .Albert est lié, très intimement, à Justin Roux, un homme beaucoup plus âgé que lui qui l'adopte officiellement comme fils, Albert ayant perdu son père très jeune.
    L’époque devient dramatique dès les années trente, cruelle et apocalyptique dans les années quarante .Albert est arrêté par la Gestapo le 8novembre1943 .Il meurt dès son arrivée à Auschwitz quelques semaines plus tard. Le sort d’une vie, nous suggère Brigitte Benkemoun, dépend de l’époque durant laquelle se déroule cette vie : « Il aurait fallu m’attendre, Albert .Attendre d’être juif plutôt que de « de race juive », gay au lieu de « pédéraste ».Tu aurais pu te pacser avec Etienne, te marier avec « Monsieur Roux », « J’ai eu sincèrement peur que la morale de ton histoire n’aboutisse à la condamnation de l’assimilation (…) Tu aurais eu tort d’aimer les hommes …Tort évidemment de croire en la France plus qu’en Dieu. »
    Belle conclusion d’un récit qui nous tient en haleine et nous fait découvrir aussi certains aspects de la vie des années folles sur la Riviera .Brigitte Benkemoun éprouve de l’empathie et de la tendresse pour cet oncle. Elle réussit brillamment à communiquer ce ressenti au lecteur.

  • 0.1

    Je tiens à remercier les éditions Stock et Netgalley pour cette lecture.

    Brigitte Benkemoun est journaliste. Elle a l’âge qu’Albert avait quand il est mort à Auschwitz. Dans ce livre, elle nous livre l'histoire d'Albert, son arrière grand-oncle, à travers ses recherches auprès de sa famille et de pas mal de contacts. Elle va découvrir des photos, des documents écrits d'Albert, des documents retraçant son parcours à l'armée, son parcours de vie, …

    J'ai lu pas mal de livres sur le sujet de l'anti-sémitisme et plus particulièrement sur la seconde guerre mondiale. Je connaissais moins l'anti-sémitisme en Algérie à la fin du 19ème siècle. Albert aura vécu cette période sans se douter qu'il vivra encore pire une fois adulte.

    L'histoire aurait pu être intéressante si elle m'avait apporté quelque chose. Seulement, j'ai eu souvent l'impression de rentrer dans l'intimité d'une personne contre son gré. Je n'ai même pas réussi à m'attacher à ce personnage qui me reste éloigné malgré les 300 pages de biographie. Ce qui me gêne aussi, c'est que finalement, hormis les documents que la journaliste a retrouvé, on ne connaît pas grand-chose d'Albert. On ne connaît pas sa personnalité : l'auteure ne fait qu'imaginer la vie et le ressenti d'Albert tout au long de sa vie.

    Je suis passée à côté de ce livre. J'ai eu souvent la sensation que l'auteure a voulu raconter la vie d'un personnage, certes atypique, mais qui a vécu une histoire assez commune pour pas mal de personnes au final. Beaucoup d'Algériens ont combattu pour la France et ont été traité comme Albert. le but de l'auteure était peut-être d'expliquer au grand public le besoin vital pour les juifs d'Oran de vouloir s'intégrer dans cette Algérie française ; ils ont effectivement combattu pour la France et je reconnais que cet aspect-là est moins souligné par la plupart des médias. J'ai beaucoup aimé ce passage parce que j'apprenais une partie de notre histoire commune. Seulement, j'ai vite été perdue par les détails de l'arrivée à Nice et à Paris d'Albert.

    Dommage.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

La petite fille sur la photo Brigitte Benkemoun FAYARD

Voir tous les livres de Brigitte Benkemoun

Autres éditions

Albert le magnifique Brigitte Benkemoun STOCK

3

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com