Adieu Gloria

Couverture du livre « Adieu Gloria » de Megan Abbott aux éditions Editions Du Masque

5

2 notes

  • Nombre de page : 225
  • Collection : Le masque grand format
  • Genre : Policier / Thriller grand format
Résumé:

A partir de faits divers des années 50, Abbott met en scène, dans ce roman comme dans les suivants, des relations perverses entre femmes. Ici, une jeune personne ordinaire raconte comment, lasse de son petit job et d'avoir à s'occuper de son père, elle est repérée par la reine du Milieu, célèbre... Lire la suite

A partir de faits divers des années 50, Abbott met en scène, dans ce roman comme dans les suivants, des relations perverses entre femmes. Ici, une jeune personne ordinaire raconte comment, lasse de son petit job et d'avoir à s'occuper de son père, elle est repérée par la reine du Milieu, célèbre pour ses jambes et le sang froid avec lequel elle règle différentes opérations criminelles (jeu, alcool, courses) pour le compte de la Mafia. Gloria Denton « pygmalionne » la petite, essaie d'en faire sa digne héritière. Jusqu'au jour où la protégée tombe sous le charme d'un bon à rien, joueur flambeur et cynique. Et se laisse convaincre de trahir son mentor. L'engrenage est fatal et la fureur de Gloria, phénoménale. La gamine assiste au meurtre de son amant mais ne veut pas perdre tout ce qu'elle a acquis. Comment faire pour s'en sortir sans encombre ? L'écriture de Megan Abbott est un tour de force : sèche et rythmée, elle se joue de l'argot de l'époque, dégage une ambiance, sexy et vénéneuse, de danger et de tension permanents. C'est noir comme du Willeford, opaque, étouffant et brillantissime.Traduit de l'américain par Nicolas Richard

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.25

    Ayant lu des éloges pour ADIEU GLORIA de Megan Abbott, j'ai été tentée de le lire.
    L’histoire commence avec cette phrase : Je veux ces jambes. Ce fut la première chose qui me vint à l’esprit (page 9).
    On comprend que la narratrice, une petite comptable dans une boîte de nuit, est une grande admiratrice de Gloria Denton (et de ses jambes qu’elle trouve superbes). Et lorsque la fameuse Gloria remarque notre héroïne, très douée pour le maquillage des cahiers de comptes, la jauge pour évaluer son potentiel (surtout physique), c’est parce qu’elle pense pouvoir en faire sa « pouliche ».
    Il faut préciser que Gloria évolue dans un milieu très particulier, celui de bookmakers et qu’elle est très redoutée pour sa violence et un sang-froid extraordinaire. Donc, tomber entre ses mains est bien dangereux. Mais notre narratrice, très ambitieuse, se laisse prendre au jeu de l’argent facile et va se tenir aux ordres de Gloria. Quels sont-ils ? C’est à découvrir ...
    Ici, les femmes sont très fortes aussi bien en jouant de leur séduction que par leur ascension, en arrivant à tenir tête à des malfrats. Mais elles font aussi preuve d’une grande force physique quand le moment est venu de passer à l’action. Où est passé le mythe de la faible femme ?
    D’ailleurs, Gloria Denton est surnommée « La Caïd en talons aiguilles », mais elle sait très bien se salir quand c’est nécessaire.
    Elle montre une grande patience dans sa formation de la narratrice. Elle est certaine de pouvoir en devenir le pygmalion et avoir, ainsi, une digne héritière.
    Mais pendant cette initiation, de nombreux événements vont se dérouler et le travail n’est pas toujours facile ni agréable. Loin de là.
    Heureusement pour la narratrice, elle connaît enfin le luxe (auquel elle rêvait tant) et elle sait très bien jouer de son charme pour faire taire les hommes mal-intentionnés.
    Ces deux femmes fatales vont donner beaucoup de fil à retordre à leurs adversaires et le futur lecteur sera bien étonné de voir jusqu’où elles vont. Face à celles-ci, les autres personnages paraissent presque insignifiants, ils n’ont qu’à obéir.
    Avec cette lutte de pouvoir, Megan Abbott nous offre un bon roman noir, facile à lire et pour lequel elle a reçu le Prix Edgar Allan Poë en 2008 : un prix bien mérité !

    J’ai relevé une critique qui résume parfaitement tout ce livre :
    Christine Rousseau, Le Monde des Livres : « A ceux qui penseraient encore que le roman « noir » est une affaire d’hommes, de flics paumés, de malfrats retors et de jolies « pépées » potiches, Megan Abbott offre un parfait démenti avec ce roman aux charmes vénéneux »

  • 0.25

    Un polar, qui n'est pas absolument un polar. Bien écrit, même si la fin m'a un peu déçue, sans que je sache vraiment pourquoi.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Ils ont lu ce livre

Du même auteur

Absente Megan Abbott SONATINE

1

Voir tous les livres de Megan Abbott

Autres éditions

Adieu Gloria Megan Abbott LGF

5

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com