à l'heure où les hommes vivent

Couverture du livre « à l'heure où les hommes vivent » de Delphine De Malherbe aux éditions Plon

3.666666666

3 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Plon
  • EAN : 9782259220910
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 208
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

À l'heure où les hommes vivent, à la minute où ils veulent réussir, aimer, respirer, Franck Steiner voit sa maison prendre feu. Ses certitudes et ses valeurs les plus profondes volent en éclats. Les jours qui suivent l'embarquent dans un tourbillon de rencontres et d'expériences qui... Lire la suite

À l'heure où les hommes vivent, à la minute où ils veulent réussir, aimer, respirer, Franck Steiner voit sa maison prendre feu. Ses certitudes et ses valeurs les plus profondes volent en éclats. Les jours qui suivent l'embarquent dans un tourbillon de rencontres et d'expériences qui mettent en cause son passé et son identité. Un thriller psychologique passionnant qui ravive nos propres questionnements et nos désirs.
Les hommes sont-ils des êtres mus par leurs besoins, par leurs idéaux ou par leur quête du plaisir ? Qu'est-ce qu'une vie réussie à l'heure où le monde change ?

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.1

    Autant le dire d'emblée, je suis circonspect. Ai-je lu un bon roman ou un ramassis de questionnements divers et tellement nombreux qu'on pourrait croire à un inventaire ? Suis-je dans un livre qui pose des questions existentielles ou dans un bouquin qui amoncelle des clichés, des stéréotypes ? Les personnages sont-ils attachants, meurtris ou désagréables, lymphatiques et incapables de se bouger ? Tout à tour mon opinion à varié entre ces deux positions. Le début est formidable, cet homme qui regarde brûler sa maison sans pouvoir bouger : "Ma maison brûle et, dehors, je reste. Je reste et je regarde, effrayé, sans tâcher une seule seconde d'aider à éteindre l'incendie. Je suis en un instant devenu cet homme statufié, immobilisé, comme envoûté. Le feu mange mes murs tandis que des images de John juste avant sa mort m'assaillent." (p. 15) J'avale les premières pages avec avidité, sûr de me trouver dans un roman qui va me plaire jusqu'au bout. Mais je déchante, Delphine de Malherbe ayant le chic de passer des belles pages à une logorrhée parfois à peine supportable dans laquelle elle mélange tout, les amours et les doutes de Franck, le burn-out, la mort de John, les effets de la crise, la montée des extrémismes et des pratiques sexuelles SM en Angleterre, les épidémies, ... Tout est mélangé, balancé comme cela au détour d'un ou plusieurs phrases ; rien n'est approfondi, c'est absolument gratuit et ... sans intérêt !
    Et puis elle revient sur des idées plus travaillées comme la difficulté de se comprendre entre parents cinquantenaires et enfants adolescents. Ces parents qui ont eu des rêves, des combats et qui les ont abandonnés au profit d'une vie confortable passée à travailler, le nez dans le guidon, sans voir que le monde à côté d'eux évoluait ; ces ados qui ont encore des détestations, des indignations et qui veulent que le monde bouge enfin dans un sens plus solidaire. L'éternelle différence entre les jeunes et les adultes et le hiatus entre les jeunes que les adultes ont été et ce qu'ils sont devenus. Franck s'éveille au monde grâce à sa fille de 15 ans, à qui il inflige tout de même deux gifles et une troisième retenue de justesse en 120 pages ! Il est bien sûr question de la réussite d'une vie, mais à quoi la mesure-t-on ? A sa vie sociale ? A sa vie familiale ? A sa vie professionnelle ?
    Delphine de Malherbe pose beaucoup de questions, ne donne pas de réponses, et tant mieux. A chacun de les chercher en lui. En quatrième de couverture, il est écrit : "Après avoir traité des tabous féminins avec succès, Delphine de Malherbe s'attaque à l'univers masculin." Avec succès, la page n'en dit rien ? Comme je le disais en début de billet, je reste réservé, je ne me suis absolument pas reconnu en Franck, je le trouve égocentrique, agaçant (pour ne pas dire plus), antipathique (je vois ici des dames qui sourient en se disant que c'est la définition même d'un homme). J'ai été tour à tour emballé et énervé par l'écriture de l'auteure et par la teneur de ses propos, je reste donc mitigé, mais parfois, c'est bien de ne pas savoir réellement si l'on a aimé ou pas un roman, ça fait parler, ça dérange et c'est le propre de la littérature.

  • 0.2

    Un livre pour lequel j'ai eu du mal au démarrage. Un peu hâché et pas simple de se mettre dans la tête de Franck. En tout cas une analyse intéressante de l'homme dans toute sa splendeur, ses vices, ses questionnements, sa complexité.

  • 0.25

    "Quelle tyrannie d'être vivant quand on se sait que ça se passe à une seconde près, qu'ils n'y a pas de repos, qu'il suffit de regarder à gauche pendant que ça se passe à droite et que les espoirs meurent au moment où l'on se trompe."
    Franck Steiner, chercheur au CNRS, voit sa maison prendre feu, se consumer lentement, et toute sa vie bascule. Ses certitudes, ses valeurs, ses aspirations s'en trouvent bouleversés. Lui-même est perdu, embarqué dans un tourbillon de rencontres, d'événements, d'expériences et de pensées qui remettent tout en cause, à la fois son passé et son identité profonde. Il est essentiellement un homme de son temps, en proie à mille questionnements, doutes et désirs. Il est hésitant, entouré de femmes bien plus forte que lui. Son égoïsme, ses tromperies, ses mensonges sont les marques de sa fragilité et de son hyper-sensibilité. Toute sa vie lui échappe, il n'a plus aucune prise sur les événements de son existence, il les subit, non par désinvolture ou indifférence mais plutôt par une obstination à vouloir tout comprendre, les choses comme les êtres...
    Une question traverse tout le récit : "Les hommes sont-ils des êtres mus par leurs besoins, par leurs idéaux ou par leur quête du plaisir ? Qu'est-ce qu'une vie réussie à l'heure où le monde change ?" Pris entre sa fille, qui porte un regard à la fois lucide et sans concession sur le monde, et sa femme, trop perfectionniste pour être pleinement heureuse, Franck est le seul à croire encore à ses propres mensonges. Sa seule réponse à tous ses questionnements reste l'ambition, mais c'est une illusion de réponse, transmise de père en fils. Les propos de son père le hantent, un père "mélange de tsunami et de printemps noir", à la fois absent et omniprésent. Il est encombré par l'héritage imposé de cet homme dont il ne sait que faire, ne parvenant ni à s'en affranchir tout à fait ni à s'y reconnaître vraiment. Comment de toute façon mener à son terme cette quête de réponse dans un monde qui n'en offre aucune ?
    Après avoir dans ses précédent livres exploré avec tant de finesse et de sagacité l'univers et la psychologie féminines, Delphine de Malherbe a choisi cette fois-ci de poser son regard et ses mots sur la virilité, ses forces, ses doutes, ses désirs, ses besoins, ses incertitudes. D'une plume toujours aussi ciselée et juste, elle dépeint subtilement les difficultés d'un homme perdu dans un monde fêlé, égaré dans une société en déclin, aux codes flous, sans véritables repères et dans laquelle il est si compliqué de rester fidèle à ses valeurs, à ses aspirations, à des convictions qui semblent souvent dépassées. "Vouloir accomplir une chose, et constater que je demeure incapable de faire ce geste, écartelé entre mes désirs immédiats et mes aspirations profondes." Déchiré entre ses paradoxes les plus intimes, Franck est condamné à l'inaction, à l'impuissance ou aux pulsions. Et à travers lui, ce sont tous les hommes de notre temps qui sont portraiturés, avec autant d'élégance que de finesse.
    À l'heure où les hommes vivent est un roman puissant, vertigineux, qui cogne au cœur en ce qu'il décrit des situations, des moments clés de l'existence auxquels chacun peut être confronté, ces instants d'équilibre instable qui nous place aux carrefours de nos vies, qui sont infiniment complexes, douloureux parfois, angoissants toujours mais qui permettent souvent de redéfinir ses priorités, de changer de perspectives, voire de vie.
    L'écriture – magnifique, puissante – est en parfaite correspondance avec les nombreux thèmes du roman, contemporaine, vivante, sensible et nous entraîne dans un thriller psychologique impeccablement orchestré et mis en scène.
    Le roman ne donne pas de réponses aux multiples questions posées – ce n'est pas son rôle... Bien au contraire, il vient bouleverser nos certitudes, interroger nos incertitudes et formuler cet unique vœu pour le lecteur et pour tout homme, à l'heure où il vit : "Que sa vie ne soit pas un mensonge et que son vécu ne fasse pas [de lui] une personne divisée."

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Présent dans les listes

Du même auteur

Mythomanes ; Comedie Dramatique En 7 Tableaux Delphine De Malherbe ART ET COMEDIE

Voir tous les livres de Delphine De Malherbe

Autres éditions

à l'heure où les hommes vivent Delphine De Malherbe PLON

3.666666666

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine