À l'encre russe

Couverture du livre « À l'encre russe » de Tatiana De Rosnay aux éditions Heloise D'ormesson

3

10 notes

  • Nombre de page : (non disponible)
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Littérature Anglo-Saxonne
Résumé:

2006. Nicolas Duhamel souhaite renouveler son passeport. La démarche va se révéler aussi éprouvante que périlleuse. Ses parents étant nés à l´étranger, il doit prouver qu´il est bel et bien français. En prime, une stupéfiante découverte l´attend : son père n´est pas né Duhamel, mais Koltchine.... Lire la suite

2006. Nicolas Duhamel souhaite renouveler son passeport. La démarche va se révéler aussi éprouvante que périlleuse. Ses parents étant nés à l´étranger, il doit prouver qu´il est bel et bien français. En prime, une stupéfiante découverte l´attend : son père n´est pas né Duhamel, mais Koltchine. Pourquoi sa famille a-t-elle savamment entretenu le secret ? Son père, surfeur hors pair, disparu au large de Guéthary quand il était encore enfant, n´est plus là pour lui répondre. Que savait-il d´ailleurs, ce père intrépide, des circonstances de sa naissance ? Quoi qu´il en soit, celles de sa mort en mer restent auréolées de mystère. Profondément secoué par ces révélations, qui ravivent la douleur de la perte, Nicolas se lance sur la piste de ses origines jusqu´à Saint-Pétersbourg. Contre toute attente, de cette enquête personnelle découlera un roman, publié sous le pseudo de Kolt, qui rencontrera un succès phénoménal et propulsera son auteur en tête des meilleures ventes.

2011. Un brin plus arrogant, un poil plus égoïste après trois ans sous les projecteurs, de Hollywood à Singapour, Nicolas Kolt a choisi de fêter l´anniversaire de sa fiancée au Gallo Nero, villégiature de rêve sur la côte toscane. Il espère y trouver l´inspiration pour son second roman, tant attendu (par ses parents, amis, lecteurs, éditeurs). Pendant trois jours où il croyait trouver luxe, calme et volupté, dans ce paradis pour happy few, Nicolas verra s´accumuler orages et périls, défiler sa vie et se jouer son avenir.



Clients inénarrables (du couple ostentatoire à la famille glamour), coulisses de l´édition (enchères et transferts), foire aux vanités (duel sur Facebook et Instagram du succès), jeux de séduction, Tatiana de Rosnay jongle avec les registres et les intrigues pour nous offrir le plus affriolants des romans à tiroirs. Réflexion sur l´identité mais aussi sur l´écriture, À l´encre russe démontre la puissance et la virtuosité de la romancière. Son spectaculaire roman gigogne marque le sacre de la reine du secret.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.25

    De nouveau un très bon moment sous la plume de Tatiana de Rosnay, un personnage principal agaçant au possible et plus qu'arrogant mais qui, au final, réussit à être doué de sensibilité ... un être déchiré, à fleur de peau qui, malgré le succès, n'a toujours pas trouvé sa place dans la société ... Ma déception ira vers l'intrigue principale qui aurait mérité une vraie résolution ...

  • 0.15

    Nicolas Kolt, jeune écrivain prometteur, connaît une passe difficile. Après le succès international et inattendu de son premier roman "L'enveloppe", il a du mal à trouver l'inspiration pour le suivant qu'il a promis à son éditrice. Il décide de se mettre au vert dans un hôtel de luxe, au bord de la mer en Italie. Sa petite amie l'accompagne. Entre baignades, dîners fins, cocktails en tous genres, il tente d'écrire. Mais la page reste désespérément blanche. Comment retrouver la flamme qui l'avait habité lors de l'écriture de son premier roman?


    L'écriture de son premier livre était pour Nicolas une évidence. Le roman s'était imposée à lui suite à un souci administratif. Devant renouveler son passeport Nicolas eut la surprise de découvrir qu'il devait faire la preuve de sa nationalité française car né de mère belge et de père né en Russie. C'est alors qu'il découvre un secret de famille, cette origine russe de son père. Son père, ce héros tant admiré, Théodore Duhamel, disparu en mer quelques années plus tôt, avait été adopté par son beau-père français. Chamboulé par cette nouvelle, il s'est servi de cette situation, de cette révélation pour écrire son roman. De Nicolas Duhamel, il s'est transformé en Nicolas Kolt, pseudonyme tiré du vrai nom de son père, Koltchine.

    "C'en était fini de l'existence placide et tranquille de Nicolas. Il n'était pas un Duhamel. À cette seule idée, un abîme s'ouvrait sous ses pieds. En ce jour gris, pendant ces deux heures au Pôle de la nationalité française, un changement subtil s'opérait. C'est ce jour-là que naquit Nicolas Kolt, mais il ne le savait pas encore."

    Nicolas Kolt, cet écrivain, auteur d'un unique roman, si courtisé, si adulé, se retrouve seul face à la page blanche. Son éditrice lui a fait une avance pour s'assurer de sa fidélité, mais il n'a pas l'ombre d'une idée pour son prochain livre. Il n'arrive plus à se concentrer, n'a plus la flamme. Il est constamment dérangé par des admirateurs. Il faut dire que Nicolas s'est laissé séduire par les sirènes de la célébrité, qu'il a embouché et fait résonner les trompettes de la renommée. D'interviews en pose pour des magazines ou des publicités et en conversations avec des fans sur Facebook et Twitter, Nicolas se serait-il perdu? C'est d'ailleurs ce que lui reproche son entourage, et ce qui a causé la rupture avec Delphine son ancienne compagne dont il est toujours amoureux. Nicolas est devenu superficiel, vide. Parviendra-t-il à retrouver sa voix?

    A l'encre russe nous fait plonger dans le mystère de la création littéraire, dans ce qui conditionne l'écriture. Nous sommes témoins de l'incapacité de Nicolas à écrire car il s'est perdu lui-même. Pour être capable d'écrire à nouveau, il lui faudra vivre un drame, et plonger en lui-même, plonger sa plume dans ce sang russe qui est son identité. Ce roman nous décrit le monde de requins de l'édition, où on essaie de se souffler les auteurs prometteurs, et les embûches qui guettent tout écrivain ayant du succès : les constantes sollicitations, l'argent facile qui embourgeoise et endort. Un roman passionnant sur l'identité et le métier d'écrivain.


    "Nicolas Duhamel devrait prendre ses distances vis à vis des réseaux sociaux et tempérer l'hystérie avec laquelle il s'y est jeté. Peut-être devrait-il cesser de tweeter une bonne fois pour toutes. La question est de savoir si "Nicolas Kolt" écrira un autre roman. Surfera-t-il éternellement sur la vague du succès de L'Enveloppe, alimenté par des éditeurs rapaces qui engrangent les profits, jusqu'à ce que sa beauté se fane et qu'un autre écrivain-produit prenne la relève? Il n'y aura pas de nouveau livre de "Nicolas Kolt". Il est trop occupé à s'admirer dans les centaines de miroirs qu'on lui tend."

  • 0.1

    Je suis restée un peu sur ma faim avec ce roman... le sujet est intéressant mais survolé et je reste avec beaucoup d'interrogations ... sans doute les mêmes que Nicolas.

    Comme son entourage, j'ai ressenti que Nicolas avait changé depuis l'énorme succès de son livre, il énerve et en même temps il fait un peu pitié à tourner en rond autour de sa personne.

    Je n'ai pas compris l’intérêt d'insérer les faits d'actualité anachroniques, en particulier les allusions à l'affaire DSK qui n'apporte vraiment rien à l'histoire. J'ai été agacé de lire que dans ce milieu hyper aisé, tout le monde est beau, grand, ...vraiment trop de clichés.

    Même la structure du roman m'a semblé confuse à certains moments, je ne savais plus si Nicolas se trouvait à Paris, en Toscane ou en Russie.

    Dommage !

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Autres éditions

À l'encre russe Tatiana De Rosnay LGF

3

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com