À l'abri de rien

Couverture du livre « À l'abri de rien » de Olivier Adam aux éditions Editions De L'olivier

4.125

24 notes

  • Nombre de page : 218
  • Collection : Litterature francaise
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

Une héroïne bouleversante : d'origine très modeste, Marie « pète les plombs » lorsqu'elle est soudain confrontée à la misère du monde. Marie a perdu le fil de sa vie. Plus rien n'arrête son regard, sauf ce jour-là, un groupe d'hommes en haillons massés près du Monoprix. Sans savoir pourquoi,... Lire la suite

Une héroïne bouleversante : d'origine très modeste, Marie « pète les plombs » lorsqu'elle est soudain confrontée à la misère du monde. Marie a perdu le fil de sa vie. Plus rien n'arrête son regard, sauf ce jour-là, un groupe d'hommes en haillons massés près du Monoprix. Sans savoir pourquoi, elle pénètre dans la tente dressée près de la mairie, se joint aux bénévoles pour servir des repas à ceux que dans la ville on appelle les « kosovars ». Négligeant sa famille, indifférente aux attentions de son mari, à la tendresse de ses enfants, elle se consacre entièrement à la survie de ces hommes en perdition. Elle leur donne tout : de la nourriture, des vêtements, son temps, son argent. Entraînée malgré elle dans un drame, elle s'expose à tous les dangers, y compris celui d'y laisser sa peau.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.25

    « On s’aimait mais c’était planqué sous la graisse du quotidien et des emmerdes, une couche épaisse comme on en a tous. » Marie décrit ainsi son couple, elle qui est au chômage après avoir travaillé comme caissière dans un supermarché. Stéphane, son mari, est chauffeur de bus scolaire après avoir espéré être footballeur professionnel au RC Lens.

    Le ton est donné dans ce roman en prise directe avec la misère sociale, dans cette ville où ceux qu’on appelle « Les Kosovars » attendent de passer en Angleterre. L’embellie arrive soudain lorsque Marie se jette à fond dans l’aide aux réfugiés, trouvant enfin un but à sa vie. Elle s’attache aussi à Isabelle qui devient son amie et son seul repère. Son mari est furieux car il y a quand même deux enfants à la maison…
    Après la distribution des repas, de vêtements chauds, de gants, de bonnets, le récit s’emballe à cause des interventions brutales des policiers, des expulsions, des arrestations, du rejet de Marie par sa famille alors qu’elle ne cherchait qu’à faire le bien autour d’elle. La chute est vertigineuse, les dégâts considérables.
    Seule, au bord de la mer, elle se voit ainsi : « … j’étais un corps qui marche et rien d’autre, un corps qui vole un corps gazeux un corps en suspension, invisible, incolore indolore absent fondu élémentaire. » Le souvenir de sa sœur, Clara, tuée dans un accident de la route, la hante et la fin d’un tel récit pourrait être tragique mais Olivier Adam laisse la porte ouverte à un certain optimisme :. « Dehors la lumière sera la même. Et moi aussi je serai la même. Ni neuve ni recommencée. Rafistolée à peine »

  • 0.2

    Nous faisons connaissance avec Marie, dans son quotidien bien morose. Une vie de beaucoup de femmes, elle vient d’être licenciée, se retrouve à la maison avec ses deux enfants et son mari avec des fins de mois difficiles. Mais rien ne la motive, le ménage, le repassage, les courses, elle néglige tout. Elle vit dans le nord de la France, là où des immigrés essayent désespérément de partir pour l’Angleterre. Quelle détresse dans cette jeune femme, sa sortie de secours est d’aider les « Kosovars » comme on les appelle, mais est-ce vraiment une bonne idée. Elle va trop s’investir, aller jusqu’à l’extrême, jusqu’à la folie… Un court roman, des phrases courtes, percutantes. La misère de ces hommes et la sienne. Une histoire malheureusement bien ordinaire et d’actualité.

  • 0.25

    mon émotion a été vive lors de cette lecture (Lille n'est pas loin de Calais!) J'ai aimé le rôle du père discret et efficace, désemparé quand même; j'ai adoré cette Marie attachante mais bipolaire comme on dirait maintenant...elle est dans la phase maniaque de sa maladie: elle se sent invincible et a un tonus d'enfer! elle se jette dans l'humanitaire à fond, prenant tous les risques.. oubliant enfants et mari; elle arrête les médicaments et se retrouve dans une clinique pour un bon moment. A la télé, cela a donné: "Maman est folle"

  • 0.15

    Plus rien ne la rattache à sa famille, à sa vie, elle a déjà basculé, c'est incompréhensible pour qui ne l'a pas vécu, l'auteur lui a dû le vivre, il le décrit si bien. Elle bascule vers ceux qui sont encore plus en détresse qu'elle, sauf qu'ils luttent pour la vie, alors qu'elle n'a plus envie de vivre. Ce roman est très fort, on a envie de le lire vite, d'aller nous aussi jusqu'au bout. Malgré tout, j'ai moins adhéré à l'histoire que d'habitude avec Olivier Adam, peut-être parce qu'il n'y a aucun espoir.

  • 0.2

    On suit la bouleversante dégringolade de Marie, jeune femme abîmée par la vie, fragile et qui peine à trouver du sens à son quotidien, à sa présence parmi les siens. Jusqu'à ce que ses pas la mènent près des réfugiés, ces clandestins à la recherche de passeurs vers l'Angleterre, vivant de la charité des bénévoles. Marie se jette à corps perdu dans cette cause, donne tout, oublie tout. Olivier Adam n'a pas son pareil pour peindre les émotions de ces êtres en dérive à coups de rasoir. A lire.

  • 0.2

    Une fuite en avant pou trouver sens à sa vie qui sera plus que destructrice ... sous fond d'aide aux sans papiers ! L'héroïne se lance dans l'aide aux réfugiés mais elle n'est pas assez solide pour affronter les difficultés et les obstacles qui viennent s'interposer ... et elle sombre !

  • 0.1

    En lisant ce roman, j`ai l`impression de faire la planche sur une mer limpide qui ne demande qu`a etre exploree. L`ecrivain nous fait survoler la misere humaine sans trop s`atarder comme s`il avait peur qu`on lache son oeuvre par simple geste de degout.
    Plus j`avance dans cette histoire plus j`ai envie de savoir plus sur ces misereux que la vie a ballote puis jete dans les rues ou en pature a des hommes impitoyables.
    J`ai envie de me rapprocher des personnages, connaitre leurs vies et les causes de cette chute vertigineuse dans l`abime. Mais je lis et les mots me retiennent eloignee du sens meme de ce roman, de la souffrance de ces gens qui n`ont plus rien.
    Et puis cette femme qui reste mysterieuse, qui avait tout et qui plonge dans une depression sans essayer de se battre, avec nonchalence elle glisse dans une bulle de vide et pourtant elle avait tout ce que les autres n`ont plus.
    je continue ma lecture en esperant qu`elle comprendra le vrai sens des choses face a la misere humaine.

  • 0.25

    Un livre boulversant. L'histoire d'une mère de famille depressive, dépassée par ses émotions et ses sentiments, qui trouve une raison de vivre auprès des réfugiés sans papier... Adapté à la TV sous le titre "Maman est folle", ce livre d'Olivier Adam est un vrai coup de coeur pour moi !

  • 0.2

    Des sentiments puissances 1000 et une histoire passionnante. A lire!

  • 0.2

    Roman très fort, plein de sentiments, à fleur de peau.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

Des vents contraires Olivier Adam POINTS

4.025641025

Voir tous les livres de Olivier Adam

Autres éditions

À l'abri de rien Olivier Adam POINTS

4.125

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com