à la rencontre des femmes Afars ; voyage ethno-photographique en terre d'infibulation

Couverture du livre « à la rencontre des femmes Afars ; voyage ethno-photographique en terre d'infibulation » de Marion Lavabre aux éditions Alter Ethno

5

1 note

  • Date de parution :
  • Editeur : Alter Ethno
  • EAN : 9782954162003
  • Série : (non disponible)
  • Support : Revue
  • Nombre de page : 124
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Ethnologie et Anthropologie
Résumé:

« Dans notre tradition, c'est inconcevable qu'une fille ne soit pas infibulée, c'est impensable, je ne sais pas pourquoi mais on ne peut pas le concevoir. On n'a jamais entendu parler d'une femme qui n'est pas fermée, c'est impensable. » La femme qui parle s'appelle Awa, elle a 30 ans, elle... Lire la suite

« Dans notre tradition, c'est inconcevable qu'une fille ne soit pas infibulée, c'est impensable, je ne sais pas pourquoi mais on ne peut pas le concevoir. On n'a jamais entendu parler d'une femme qui n'est pas fermée, c'est impensable. » La femme qui parle s'appelle Awa, elle a 30 ans, elle vit en Ethiopie, elle est nomade, elle est Afar, et son sexe est infibulé : coupé (ablation du clitoris), et fermé (suture des grandes lèvres de manière à ne laisser qu'un minuscule orifice pour l'écoulement de l'urine et du sang menstruel).
Comment comprendre cette coutume ? Marion Lavabre s'est rendue à la rencontre de ces femmes « fermées », pour leur donner la parole. Sa démarche a été acceptée par les Afars au point qu'elle a gagné le surnom de « celle qui fait parler les vagins. » Elle nous entraîne dans un passionnant et délicat voyage ethno-photographique en terre d'infibulation.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.25

    Sitôt ouvert, j'ai plongé dans ce livre beau et terrible. Beau ce livre l'est d'abord par les photos, des portraits de femmes Afars magnifiques dont les regards si fiers semblent plantés dans les nôtres ; beaux aussi ces témoignages sur une vie si différente de la nôtre faite d'élevage et de recherche d'une eau précieuse liée à la survie. Terrible aussi parce que les femmes Afars avec qui on dialogue sont infibulées, ce qui signifie qu'elles sont excisées et que leur sexe est fermé. Marion Lavabre, surnommée sur place « celle qui fait parler les vagins », nous emmène dans son sillage vers une rencontre terriblement authentique avec ces femmes si différentes et si semblables à nous. Cet inattendu voyage empreint de délicatesse en intimité féminine est un cadeau à mettre entre les mains de toutes les femmes.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Ils ont lu ce livre

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine