A La Place Du Coeur T.1

Couverture du livre « A La Place Du Coeur T.1 » de Arnaud Cathrine aux éditions R-jeunes Adultes

4.4

5 notes

  • Nombre de page : 246
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Littérature jeunesse Romans / Contes / Fables
Résumé:

Six jours dans la vie de Caumes qui vit son premier amour.
Six jours de janvier 2015 où la France bascule dans l'effroi.
Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu'une chose : à la fin de l'année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la... Lire la suite

Six jours dans la vie de Caumes qui vit son premier amour.
Six jours de janvier 2015 où la France bascule dans l'effroi.
Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu'une chose : à la fin de l'année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther - sujet de tous ses fantasmes - se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un " plus si affinités "...
Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s'annonce et la perspective obsédante de la " première fois ". Sauf que le lendemain, c'est la France qui bascule à son tour : deux terroristes forcent l'entrée du journal Charlie Hebdo et font onze victimes...
À la place du coeur, c'est ça : une semaine, jour après jour, et quasiment heure par heure, à vivre une passion sauvageonne et exaltante ; mais une semaine également rivée sur les écrans à tenter de mesurer l'horreur à l'oeuvre, à tenter de ne pas confondre l'information en flux continu avec un thriller télé de plus. Comment l'amour (qui, par définition, postule que " le monde peut bien s'écrouler ") cohabite-t-il avec la mort en marche ? Comment faire tenir ça dans un seul corps, dans une seule conscience ? Comment respirer à fond le parfum de la fille qu'on aime et comprendre, dans le même temps, que le monde qui nous attend est à terre ?

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.2

    waou. C'est le mot qui résume pour moi parfaitement ce livre.

    On retrouve Caumes un garçon de 17 ans qui vit pour la première fois une "vraie histoire d'amour" mais qui doit aussi vivre avec les horreurs de Charlie Hebdo.

    Je dois avouer que j'ai eu énormément de mal à entrer dans le vif du sujet. La plume de l'auteur me dérangeait énormément notamment à cause de son extrême familiarité. J'ai pu plus tard me rendre compte que c'était dû au fait que Caumes vit près d'une cité: c'est donc sa manière de parler et de s'exprimer. Mais c'était dérangeant et j'ai mis plus de 100 pages à m'y habituer.
    En dehors de son extrême familiarité, ça m'a énormément plu de suivre Caumes: Arnaud Cathrine n'a vraiment pas censuré les pensées de son personnages principal: il nous parle de ses érections comme on parle du bon temps. Cela fait du bien de voir tous les petits riens, et parfois les grands soucis, qui peuvent animer un garçon de 17 ans.

    Un autre point qui m'a beaucoup dérangé: on ne sent aucune alchimie entre Caumes et Esther.
    . C'est le néant, rien d'autre qu'une passade, une envie de franchir le cap, de faire sa première fois avec une jolie fille. Enorme déception de ce point de vue là: je n'avais vraiment aucune envie de continuer à lire leur pseudo-histoire d'amour, elle manquait de sentiments! Et était vraiment trop trop trop (trop) rapide à mon goût.

    Autre point qui m'a fait tilter mais beaucoup plu: on parle en jour, et non en chapitre. Dès le premier chapitre/jour, on entre dans le vif du sujet avec la date écrit en noir sur blanc.
    J'ai adoré la façon dont l'auteur parlait du sujet de la fusillade à Charlie Hebdo. Caumes dit tout ce qu'il pense, ce qu'il ressent: et c'est exactement ce que je ressentais, jeune adulte de 20 ans, au moment des faits. Je me suis sentie proche de Caumes, j'ai ressenti sa peine, sa douleur et j'ai été peiné avec lui.
    Maintenant, j'ai un peu peur que la Saison 2 soit sur le drame au Bataclan. Je ne sais pas si je pourrai réussir à lire un livre qui retrace des douleurs aussi récentes (même si je m'y forcerai).

    Le côté historique du roman m'a charmée: dans vingt ans, ce livre sera toujours lu de part son langage familier -et donc simple à comprendre- et par son importance dans notre histoire.
    Arnaud Cathrine a vraiment bien choisi sa maison d'édition qui est très présente auprès des jeunes et qui donc permet de toucher un autre type de public pour ce sujet si grave. J'aime qu'on prenne le temps de nous parler à nous, adolescents/jeunes adultes, en se mettant dans notre peau et en racontant cette tragédie à travers nos yeux. Ca m'a énormément touché, j'ai eu les larmes aux yeux à plusieurs reprises.

    La deuxième partie du livre a été pour moi un véritable coup de coeur: j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire mais par la suite, quel bonheur!
    Les clichés sur le racisme, les problèmes que cela peut poser et les "problèmes" avec les partisans du Front National: quelle merveilleuse façon d'en parler! ca m'a touché, m'a émue et a encore plus confirmé dans mes choix politiques.

    Merci donc pour cette superbe histoire, qui m'a fait pleuré, de joie et de peine pour notre pays.

    A lire absolument!

  • 0.25

    http://contemplerlesvivants.blogspot.fr/2016/11/jai-lu-la-place-du-coeur-darnaud.html


    "Elle est hésitante. Je ne comptais pourtant pas la coincer. Peut-être qu'à cette seconde, elle me voit tout flou. En tout cas, moi je vois clair dans son regard et son regard, il dit : Je suis désolée, voilà le monde qui vous attend."


    A la place du cœur suit l'histoire de Caumes, un adolescent de 17 ans à l'époque actuelle. Comme la plupart des jeunes de son âge, il a les hormones en ébullition et le désir de vite s'échapper de cette ville de province dans laquelle il habite. Écrit à la première personne, le roman propose une immersion totale dans la tête du personnage, avec un style parfois familier, reprenant les expressions typiquement adolescentes. Dès le début, il est question du bouillonnement émotionnel que représente l'adolescence, ses désirs, ses rêves.
    Le roman s'ouvre sur le jour anniversaire de Caumes : il fête ses 17 ans avec ses meilleurs copains, Théo le privilégié, Hakim le mystérieux, et Kévin le provocateur.
    Et Esther est là... Esther, la fille dont Caumes est secrètement amoureux et qui a tenu à les accompagner, pour connaître un peu mieux le petit groupe. Et, ce soir là, le rêve de Caumes va devenir réalité, lorsqu’Esther s'intéresse enfin à lui...
    A la place du cœur commence donc comme une banale histoire d'amour adolescente. Mais, dès les premières pages, le style d'Arnaud Cahrine se démarque dans l'univers « young adult », par sa justesse dans la description du premier amour, de la découverte du désir, de l'éveil à la sexualité. L'écriture à la première personne replonge le lecteur dans ses propres souvenirs, et fait remonter à la surface l'intensité des premiers sentiments.

    Cependant, dès les pages suivantes, l'histoire bascule : Caumes et Esther s'embrassent pour la première fois le 6 janvier 2015, c'est à dire la veille des attentats contre Charlie Hebdo. Dès le lendemain, le monde bascule dans la folie. Le roman est découpé en plusieurs parties correspondant chacune à une journée durant cette tragique semaine.
    Avec ce découpage par journée, tel un plan par plan au cinéma, le lecteur est replongé dans cette semaine inoubliable : Arnaud Cathrine décrit parfaitement cette descente dans l'horreur, les questionnements suscités, l'attente immobile, suspendus aux informations télévisées.
    Au lycée où Caumes étudie, comme ailleurs, tous les élèves sont d'ailleurs connectés en direct à BFM Tv, malgré les injonctions de leur professeure de philosophie, qui les supplie de ne pas passer leur temps sur les médias, que la saturation d'informations déréalise les situations.

    "Le réel finit par se transformer en un film à suspense. Et je ne crois pas que ce soit la meilleure façon pour comprendre le monde et la gravité des choses."



    La force du roman est ainsi de mettre en parallèle l'histoire personnelle de Caumes et l'histoire collective. L'adolescent apprend de façon brutale que le meilleur et le pire peuvent cohabiter, créant une confusion de sentiments et une urgence à agir, même à son échelle. Avec ses personnages quelque peu stéréotypés (le fils du maire socialiste, le fils du candidat front national, le jeune immigré...), mais qui révèlent peu à peu leurs ambiguïtés, le lycée devient d'ailleurs une sorte de microcosme, parabole de notre société. Les parents de Caumes, par exemple, bien que prônant la tolérance, continuent de dîner avec leurs amis d'extrême-droite. Interrogé par Esther sur cette situation qu'elle juge inadmissible, Caumes lui explique que les choses ne sont pas si simples. L'originalité du roman, dans un univers "jeunesse", est aussi de mélanger les stéréotypes de genre : dans l'histoire, c'est Esther qui apprend la sexualité à Caumes, et qui tient tête aux garçons.



    En outre, bien plus qu'une représentation de la société dans son ensemble, le fait de situer l'action dans un lycée s'attache également à démontrer combien tout débute ici : en effet, dès les premiers évènements, chacun commence à choisir son camp et sa manière de s'impliquer. La jeune professeure de philosophie choisit de consacrer une partie de son cours à expliquer à ses élèves les enjeux des attentats, tandis que la professeur d'histoire-géographie refuse de prendre ce temps qu'elle juge inutile. Ces scènes révèlent clairement l'importance qu'a l'éducation dans la compréhension des événements et les réactions de chacun. Le rôle de la culture est également évoquée : Caumes fait du théâtre, et la pièce que la professeure a choisi de monter est sujette à la censure des parents. Elle leur offre ainsi la possibilité de développer leur esprit critique et de s'affirmer face aux adultes.
    Mais, pour conserver leur intégrité, Caumes et ses amis devront perdre l'un des leurs : Kévin, exclu de part ses opinions fachisantes, choisit de quitter le groupe définitivement.
    Et, même si le roman fait la part belle à l'amitié et la solidarité, il montre que la violence naît souvent de la jeunesse : Hakim, s'il donne l'impression d'une intégration réussie (qui ravit les parents de Caumes), est en fait victime de violences, en silence. Et si ses amis se regroupent autour de lui pour riposter, ils ne parviendront pas à empêcher le drame final.


    " - Tu penses vraiment que tout est à refaire, Caumes ? [...]
    - Des fois, je me dis ça. Des fois, je me dis qu'il y a des choses qui devraient pas se répéter mais qui se répètent quand même..."

    Ainsi, A la place du cœur est un excellent roman sur l'adolescence et surtout sur la place des jeunes dans la situation actuelle, marquée par les attentats qui se multiplient et par la division de la société.
    Même s'il se révèle moins sombre que le film de Bertrand Bonello Nocturama (qui évoquait des thèmes similaires) en montrant notamment que la jeunesse n'a pas dit son dernier mot, et que les adolescents peuvent aussi s'impliquer, réfléchir et se battre pour un monde plus juste, ce livre propose tout de même une vision plutôt pessimiste. A de nombreuses reprises, notamment, les jeunes s'interrogent sur la suite des événements, et la réalité ne peut que donner raison à leurs craintes.



    "Reste la crainte pour le moins justifiée que la suite ne soit pire que ce qui est déjà advenu, que la mort continue à frapper, les terroristes sont prêts à tout, ils veulent faire le plus de morts possibles avant de se sacrifier. [...] Aujourd'hui, des fanatiques tuent à l'envi, jusqu'au moment où des forces spéciales les tiendront en joug, alors ils se feront sauter, phase ultime de l'héroïsme tel qu'ils se le représentent."

    J'ai vraiment apprécié cette plongée dans la littérature dite « jeunesse », même si je pense que ce livre s'adresse autant aux adolescents qu'aux adultes, et qu'il est à part dans cette catégorie. La lecture m'a laissée un sentiment de malaise, et m'a fait vivre de nouveau avec effroi cette semaine interminable (tout comme chacun se souvient de ce qu'il faisait le 11 septembre 2001, chacun se souvient de la semaine post-attentat). Cependant, les scènes d'amour sont attendrissantes, et offrent un répit bienvenu dans toute cette horreur.

  • 0.15

    Une lecture sympa mais pas plus. Je l'ai lu rapidement, mais je me demande l'intérêt d'avoir placer le sujet des attentats, cela n'apporte pas beaucoup de contenu au livre. Je vais tout de même lire le n°2, par curiosité.

  • 0.25

    Poignant, je crois que c'est le mot juste pour décrire "A la place du coeur".

    Au départ, l'on découvre une jeunesse tout à fait banale : des adolescents aux activités de leur âge, un vocabulaire qui leur est propre, qui vont découvrir l'amour, l'amitié, l'introspection, le sexe. Des petits bonheurs qu'ils pensent simples, jusqu'au jour où les attentats de Charlie Hebdo vont venir chambouler leur "insouciance". Ils découvrent dès lors ce qu'est la haine, l'injustice, le combat, apprennent à penser par eux-mêmes. Ils réalisent que la mort les entours, que l'espoir et le respect sont la vie. Mais ils comprennent également que pour vivre heureux ils vont à l'avenir devoir se battre, s'imposer face à des idéologies dangereuses, à l'ignorance, au je m'en foutisme. Et ce tout en grandissant avec l'âge des premières fois qui leur est propre.

    J'ai été sensible à la véracité des propos de l'auteur, au personnage de Caumes et à ses amis. D'une apparente simplicité, l'écriture du livre est réfléchis, posée, adaptée à n'importe quel public. On est émus par le sort de Hakim devenu le bouc émissaire de ceux dont les amalgames sont devenus légion, par cette professeure de français qui s'impose, qui écoute, qui fait fi des avis contraires et songe à l'intérêt de ses élèves. Enfin, on est et on reste émus par le souvenir de ses terribles attentats qui résonnent tristement dans nos têtes.

    Merci à l'auteur qui dépeint cette société telle qu'elle est et qui nous rappelle que l'amour, l'amitié, l'entraide sont les piliers du bonheur et des remparts au négativisme et à la peur.

  • 0.25

    https://animallecteur.wordpress.com/2016/12/18/a-la-place-du-coeur-arnaud-cathrine/

    - J’ai acheté ce roman parce que je voulais déjà lire Arnaud Cathrine il y a un moment mais que je n’en avais jamais eu l’occasion.
    - Je suis (lâchement) sensible aux couvertures de livres et celle-ci est particulièrement réussie d’autant plus que j’adore le travail de Cléa Lala
    - Ça parle des ados alors forcément…
    - Je fais partie de la génération qui a aussi vu en direct les attentats du 11 septembre 2001 à la télévision et qui en ai marquée à vie.

    Ça ne vous a peut-être pas convaincu, attendez la suite…

    Ce roman est un sublime roman sur l’adolescence, ses questionnements à une époque où le doute et la terreur sont omniprésents mais qui n’exploite absolument pas ces tragiques événements qui nous a tous frappés en janvier 2015 et se poursuivent. Arnaud Cathrine retrace la stricte réalité des faits sans jugement.

    En plus de montrer l’incompréhension, la chagrin et la colère, A la place du cœur aborde les thèmes du racisme, du harcèlement scolaire, de la violence, de l’homosexualité, des relations sexuelles, de la politique, de l’affront avec les parents… Ce roman pose des questions que nous nous sommes tous posées au sujet de notre adolescence mais aussi au sujet des attentats.

    Je dois dire qu’au début je n’ai pas trop aimé le style d’écriture de l’auteur et puis je me suis accrochée à l’histoire et au personnages que j’ai très vite apprivoisé et que j’ai finalement beaucoup aimés pour ce qu’ils représentaient : le désir, la sagesse, la passion, le courage, la fidélité…

    Ce roman c’est le roman d’une jeunesse touchée en plein cœur, frappée dans son insouciance, ses excès et sa rage de vivre, une jeunesse qui va avoir du mal à vivre avec ce drame qui a ému le monde entier mais qui fera tout pour ne pas que ça se reproduise même si quand on lui demande « Que nous apprend l’histoire? » elle répond « Parfois l’histoire nous apprend rien et tout est à refaire »

    A la place du cœur est un roman plein d’espoir entre l’amour passionnel et la mort tragique.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com