à contretemps

Couverture du livre « à contretemps » de Jean-Philippe Blondel aux éditions Robert Laffont
  • Nombre de page : 239
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

L'écriture, sa place, son emprise sur nos vies : le nouveau Blondel rend un hommage très personnel à la littérature, cette étrange et irremplaçable life-supporting machine.
La langue française n'a pas d'équivalent pour cette belle expression anglaise, et pourtant pour beaucoup la... Lire la suite

L'écriture, sa place, son emprise sur nos vies : le nouveau Blondel rend un hommage très personnel à la littérature, cette étrange et irremplaçable life-supporting machine.
La langue française n'a pas d'équivalent pour cette belle expression anglaise, et pourtant pour beaucoup la littérature est bel et bien un refuge, qui permet de rester en vie. À travers l'histoire de Hugo et de Jean, ce sont ces gens là que raconte le septième roman de Jean-Philippe Blondel. Pour la première fois, ce romancier qui est avant tout un grand lecteur nous entraîne à sa suite sur un thème qui lui est crucial : que se passe-t-il si l'écriture nous quitte ?

Entre Paris et Londres, des années 1970 à nos jours, la rencontre aussi inattendue qu'attachante d'un lecteur adolescent et d'un écrivain oublié.
Hugo, jeune provincial affamé de fiction, débarque à Paris pour y suivre des études de lettres. Jean, son logeur, peu aimable, peu loquace, a toutes les apparences du personnage tristement passe-muraille. Et puis, peu à peu, à cause d'un roman tombé sur sa route presque par hasard et qui a eu beaucoup de succès dans les années 1970, Hugo va percer la véritable identité de Jean : c'est lui l'auteur de ce roman. Et s'il le cache avec tant de soin, c'est parce qu'il n'y en a eu qu'un : il est, depuis, un écrivain raté. Par-delà les plis du temps, le jeune étudiant va rendre son histoire à l'homme qui a perdu l'écriture.

Un roman sur la transmission qui écorne au passage, avec une douce ironie, le petit monde de l'édition et ses cruautés.
En toile de fond de l'histoire de Hugo et de Jean, on croise des personnages hauts en couleur - une libraire, une éditrice, des romanciers. À contretemps brosse avec une énergie communicative un portrait gentiment satirique du milieu éditorial des années 1970 (a-t-il tant changé ?.) dans lequel on rit de bon coeur.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0

    Que lit Jean-Philippe Blondel ? « Environ 80 livres par an, presque uniquement des romans, les autres genres ne m’intéressent pas. »

    La suite ici : http://actualitte.com/blog/sophielit/2010/09/25/5-questions-a-jean-philippe-blondel/

  • 0

    la sensibilité qui me touche à travers ce livre , c'est la confrontation littéraire de ces deux personnages : ce jeune homme qui découvre et cet écrivain qui se sent raté .
    mais les mots sont si juste , si profonds que nul ne peut passer à côté de ce livre . Que de plaisir !

  • 0

    Le narrateur, jeune homme avide de lectures, s'installe à Paris pour poursuivre des études de lettres et accessoirement pour échapper à l'emprise de sa mère. Il sous-loue une chambre chez un homme souvent absent et taciturne le reste du temps. Une suite de hasards (?) font découvrir au jeune homme, chez une amie libraire, un livre écrit 30 ans plus tôt et oublié : A contretemps. L'auteur n'est autre que son logeur qui veut oublier cette période de sa vie.
    Après une entrée en matière un peu longue, le livre enfin décolle. Certes, la ficelle -les hasards successifs- est un peu grosse, mais elle permet une présentation sans concession du milieu littéraire des années 70/80 -est-il réellement différent de nos jours ?- et une réflexion intéressante sur la production les doutes et les interrogations d'un écrivain : si tout est mis dans le premier roman, comment en écrire un second ?
    C'est aussi le livre du passage à l'âge adulte pour ce jeune narrateur, confronté aux adultes, à leurs faiblesses, leurs peurs.
    Roman plutôt pas mal, malgré queqlues longueurs, qui vaut qu'on dépasse les 40 ou 50 premières pages un peu ennuyeuses. Le meilleur est après.

  • Lechoixdeslibraires.com

    Hugo a 17 ans, l'âge où l'on passe le bac et où l'on doit aussi penser à son avenir. Mais Hugo ne sait pas du tout ce qu'il veut faire et, pour se débarrasser de sa mère et pouvoir réviser tranquillement, il décide brusquement qu'il fera des études de lettres à Paris. "Au bout d'un moment, excédé, j'avais répondu "lettres" : je devinais qu'elle me ficherait la paix le temps d'encaisser le coup". Après tout, ce serait aussi le prolongement de sa passion pour la lecture qui l'a empêché depuis l'enfance de s'ennuyer dans sa famille. "Le problème, c'est vraiment la lecture. J'ai par moments l'impression que les livres mettent une sorte de film plastique entre les autres et moi. S'ils repèrent un roman dans mon sac, alors il y a dans leurs yeux un étrange mélange de respect et de mépris".
    Le voilà donc, début septembre, à Paris, logé dans l'appartement de Jean Debat, cinquantenaire divorcé, tranquille et discret. Aucune communication ne semble vouloir s'établir entre Hugo et son logeur. Jusqu'au jour où, dans la librairie de son amie Michèle, Hugo découvre un roman publié dans les années 70, seul et unique roman d'un inconnu. Et si cet inconnu n'était autre que le pseudonyme utilisé par son logeur ?
    D'une rencontre improbable entre un jeune homme "assoiffé de fiction et un "écrivain oublié" va naître un très beau roman où Jean-Philippe Blondel nous parle des écrivains, du monde étrange de l'édition dans les années 70 avec ses personnages hauts en couleurs et au fort caractère, de la difficulté pour les écrivains devenus célèbres de ne pas se laisser emporter par le succès au point d'en perdre l'inspiration. Mais il parle aussi de l'influence de la littérature dans nos vies de lecteurs surtout lorsque, comme Hugo, la fiction prend souvent le pas sur le réel.
    Une belle écriture au service d'une histoire où les personnages s'ignorent dans un premier temps pour s'apprivoiser et devenir complices... grâce à un livre !

  • Lechoixdeslibraires.com

    Hugo a 17 ans, l'âge où l'on passe le bac et où l'on doit aussi penser à son avenir. Mais Hugo ne sait pas du tout ce qu'il veut faire et, pour se débarrasser de sa mère et pouvoir réviser tranquillement, il décide brusquement qu'il fera des études de lettres à Paris. "Au bout d'un moment, excédé, j'avais répondu "lettres" : je devinais qu'elle me ficherait la paix le temps d'encaisser le coup". Après tout, ce serait aussi le prolongement de sa passion pour la lecture qui l'a empêché depuis l'enfance de s'ennuyer dans sa famille. "Le problème, c'est vraiment la lecture. J'ai par moments l'impression que les livres mettent une sorte de film plastique entre les autres et moi. S'ils repèrent un roman dans mon sac, alors il y a dans leurs yeux un étrange mélange de respect et de mépris".
    Le voilà donc, début septembre, à Paris, logé dans l'appartement de Jean Debat, cinquantenaire divorcé, tranquille et discret. Aucune communication ne semble vouloir s'établir entre Hugo et son logeur. Jusqu'au jour où, dans la librairie de son amie Michèle, Hugo découvre un roman publié dans les années 70, seul et unique roman d'un inconnu. Et si cet inconnu n'était autre que le pseudonyme utilisé par son logeur ?
    D'une rencontre improbable entre un jeune homme "assoiffé de fiction et un "écrivain oublié" va naître un très beau roman où Jean-Philippe Blondel nous parle des écrivains, du monde étrange de l'édition dans les années 70 avec ses personnages hauts en couleurs et au fort caractère, de la difficulté pour les écrivains devenus célèbres de ne pas se laisser emporter par le succès au point d'en perdre l'inspiration. Mais il parle aussi de l'influence de la littérature dans nos vies de lecteurs surtout lorsque, comme Hugo, la fiction prend souvent le pas sur le réel.
    Une belle écriture au service d'une histoire où les personnages s'ignorent dans un premier temps pour s'apprivoiser et devenir complices... grâce à un livre !

  • Lechoixdeslibraires.com

    Hugo a 17 ans, l'âge où l'on passe le bac et où l'on doit aussi penser à son avenir. Mais Hugo ne sait pas du tout ce qu'il veut faire et, pour se débarrasser de sa mère et pouvoir réviser tranquillement, il décide brusquement qu'il fera des études de lettres à Paris. "Au bout d'un moment, excédé, j'avais répondu "lettres" : je devinais qu'elle me ficherait la paix le temps d'encaisser le coup". Après tout, ce serait aussi le prolongement de sa passion pour la lecture qui l'a empêché depuis l'enfance de s'ennuyer dans sa famille. "Le problème, c'est vraiment la lecture. J'ai par moments l'impression que les livres mettent une sorte de film plastique entre les autres et moi. S'ils repèrent un roman dans mon sac, alors il y a dans leurs yeux un étrange mélange de respect et de mépris".
    Le voilà donc, début septembre, à Paris, logé dans l'appartement de Jean Debat, cinquantenaire divorcé, tranquille et discret. Aucune communication ne semble vouloir s'établir entre Hugo et son logeur. Jusqu'au jour où, dans la librairie de son amie Michèle, Hugo découvre un roman publié dans les années 70, seul et unique roman d'un inconnu. Et si cet inconnu n'était autre que le pseudonyme utilisé par son logeur ?
    D'une rencontre improbable entre un jeune homme "assoiffé de fiction et un "écrivain oublié" va naître un très beau roman où Jean-Philippe Blondel nous parle des écrivains, du monde étrange de l'édition dans les années 70 avec ses personnages hauts en couleurs et au fort caractère, de la difficulté pour les écrivains devenus célèbres de ne pas se laisser emporter par le succès au point d'en perdre l'inspiration. Mais il parle aussi de l'influence de la littérature dans nos vies de lecteurs surtout lorsque, comme Hugo, la fiction prend souvent le pas sur le réel.
    Une belle écriture au service d'une histoire où les personnages s'ignorent dans un premier temps pour s'apprivoiser et devenir complices... grâce à un livre !

  • Lechoixdeslibraires.com

    Hugo a 17 ans, l'âge où l'on passe le bac et où l'on doit aussi penser à son avenir. Mais Hugo ne sait pas du tout ce qu'il veut faire et, pour se débarrasser de sa mère et pouvoir réviser tranquillement, il décide brusquement qu'il fera des études de lettres à Paris. "Au bout d'un moment, excédé, j'avais répondu "lettres" : je devinais qu'elle me ficherait la paix le temps d'encaisser le coup". Après tout, ce serait aussi le prolongement de sa passion pour la lecture qui l'a empêché depuis l'enfance de s'ennuyer dans sa famille. "Le problème, c'est vraiment la lecture. J'ai par moments l'impression que les livres mettent une sorte de film plastique entre les autres et moi. S'ils repèrent un roman dans mon sac, alors il y a dans leurs yeux un étrange mélange de respect et de mépris".
    Le voilà donc, début septembre, à Paris, logé dans l'appartement de Jean Debat, cinquantenaire divorcé, tranquille et discret. Aucune communication ne semble vouloir s'établir entre Hugo et son logeur. Jusqu'au jour où, dans la librairie de son amie Michèle, Hugo découvre un roman publié dans les années 70, seul et unique roman d'un inconnu. Et si cet inconnu n'était autre que le pseudonyme utilisé par son logeur ?
    D'une rencontre improbable entre un jeune homme "assoiffé de fiction et un "écrivain oublié" va naître un très beau roman où Jean-Philippe Blondel nous parle des écrivains, du monde étrange de l'édition dans les années 70 avec ses personnages hauts en couleurs et au fort caractère, de la difficulté pour les écrivains devenus célèbres de ne pas se laisser emporter par le succès au point d'en perdre l'inspiration. Mais il parle aussi de l'influence de la littérature dans nos vies de lecteurs surtout lorsque, comme Hugo, la fiction prend souvent le pas sur le réel.
    Une belle écriture au service d'une histoire où les personnages s'ignorent dans un premier temps pour s'apprivoiser et devenir complices... grâce à un livre !

  • 0

    Voici un roman bien écrit ! et même très bien écrit, cette histoire est un plaisir à lire avec un style différent concernant la narration des deux personnages. Les hésitations du plus jeune dans sa recherche d’un avenir où il a du mal à se projeter, les désaveux de l’autre sur son passé d’écrivain brillant qu’il ne peut pas faire revivre. Je me suis laissé prendre au jeu, je le recommande.

  • 0

    Et voila, je ne suis pas celui que je laisse paraitre. Je suis pris par ce contretemps, par vos contrepieds et c'est à contrecoeur que je dois fléchir. Mais ….je me réserve le temps de la composition pour ne pas jouer ridicule aux côtés de vos partitions.

  • 0

    À contretemps est à deux vitesses. Le récit mené par Hugo, étudiant en lettres venu de sa province, agite autour de lui un petit nombre de personnages aux pieds de Montmartre et de la Montagne Sainte Geneviève ; ils vivent, se croisent, se reniflent, s’aiment : c’est assez banal. Émerge parmi eux la silhouette misanthrope de Jean Debat alias Pascal Cami, auteur oublié d’un seul livre - À contretemps, qui a eu son petit succès à la fin des années 70 ; il n’a jamais pu rien écrire de valable après. C’est l’objet d’un deuxième chapitre brillant (4 chapitres en tout, ce deuxième est le plus long) qui raconte le parcours de l’homme au pseudonyme, de l’écriture d’une auto-fiction à la vitrine des libraires en passant par Apostrophes… puis le vide littéraire, l’imagination en panne, le style en perdition et la psychologie qui va avec. Ce chapitre (et ses résurgences dans les deux suivants) est d’autant plus passionnant que Jean-Philippe Blondel décrit, au travers de Michèle la libraire de la rue Mouffetart, l’évolution des mœurs littéraires depuis ces années à aujourd’hui. Pour ceux qui derrière les livres cherchent des hommes, leur univers et leurs comédies.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

This is not a love song Jean-Philippe Blondel ROBERT LAFFONT

4

Voir tous les livres de Jean-Philippe Blondel

Autres éditions

à contretemps Jean-Philippe Blondel ROBERT LAFFONT

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine