A + 2

Couverture du livre « A + 2 » de Sophie Schulze aux éditions Leo Scheer

4

1 note

  • Date de parution :
  • Editeur : Leo Scheer
  • EAN : 9782756104508
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 144
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

La narratrice raconte d'abord ses voyages et ses expériences hétérogènes, l'amenant à prendre conscience du poids des origines. Puis, à la suite d'une visite, elle fait part de son effarement devant la banalisation du camp d'Auschwitz, devenu musée.

Donner mon avis

Le courrier des auteurs

Sophie Schulze répond à nos questions ! (06/11/2014)

1) Qui êtes-vous ? ! Un écrivain débutant. Je ne publie que depuis trois ans. Des textes courts pour l'instant. Je cherche. J'apprends. A + 2 est le texte le plus long, qui achève cette période de trois années de d'écriture et de recherches diverses. 2) Quel est le thème central de ce livre ? Il s'agit d'un livre qui s'interroge sur le poids des origines, ici les origines totalitaires, sur nos vies. Autant dire un thème fréquent et bien connu. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? J'aimerais qu'aucune phrase ne soient plus importante qu'une autre. Mais peut-être est-ce un idéal, en effet. À défaut, la première : «J'ai perdu ma carte d'identité française. Je n'ai plus qu'un passeport.» 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? J'hésite entre deux réponses : - Zackochany Kozak de Vladimirska, (Pologne, Cracovie) : un groupe de Cracovie (CD en vente et en ligne), album que j'ai écouté souvent en écrivant ce livre. - Musique pour 18 musiciens de Steve Reich. La musique répétitive, et minimaliste, qui engendre peu à peu une mélodie nouvelle, de Steve Reich, me plaît et est en correspondance, je trouve, avec le thème de ce livre. 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? Leurs impressions, bien sûr. Mais aussi les questions ou les incompréhensions que pourraient susciter le livre. 6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ? Non. Je n'ai pas de rituel particulier. J'ai seulement besoin d'être seule. Complètement. 7) Comment vous vient l'inspiration ? Si je pouvais le savoir, j'en serais ravie ! Je me demande même parfois si je n'écris pas uniquement pour élucider ce mystère. 8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ? Je ne pensais pas, non, enfant et adolescente, écrire des livres. J'étais trop gourmande envers la vie, avide d'expériences nouvelles, pour imaginer cela. 9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ? Dans le livre, il est question justement d'un choc littéraire. Il s'agit du Discours de la méthode de Descartes. Concernant toutefois la littérature au sens strict, celle-ci ne s'est pas imposée à moi sous la forme d'un choc, comme un événement, ou une révélation. J'ai, assez tôt, lu des romans. Sans me poser de questions à ce propos. Je lisais de tout : Giono, Gorki, Camus, Yourcenar, Stendhal, Balzac, Steinbeck Choderlos de Laclos, Hemingway, Dorgeles, Erich Maria Remarque, Marcel Pagnol, Albert Cohen, Gaston Rébuffat, Bernardin de Saint-Pierre, Emile Ajar, ect... Le choix de mes lectures dépendait de mon entourage, d'un désir personnel ou du système scolaire. 10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? ! J'espère qu'ils ne servent à rien ! Que l'écriture et l'utilité soient compatibles, c'est une idée qui m'effraie. 11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ? Je reconnais qu'elle s'est beaucoup amenuisée au fil du temps. Quand j'étais étudiante, je fréquentais beaucoup les librairies, mais aussi les bouquinistes. Depuis, les bibliothèques et l'achat en ligne tiennent plus de place, je l'avoue.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

  • 0.2

    Dans ce récit inclassable, Sophie Schulze nous parle d'elle, de son identité. Elle nous raconte sous trois angles différents mais qui se rejoignent, ce qui fait l'identité, le poids des origines sur une vie. Dans ce texte oscillant entre philosophie, histoire et poésie, l'auteure nous raconte tout ce qui l'a forgée, ce qui a fait d'elle la personne qu'elle est, une personne qui a dû démêler le vrai du faux dans une histoire familiale trouble.


    La première partie du récit intitulée Personnalité juridique, porte sur notre identité légale, notre état civil, incarnée par nos papiers d'identité. Ces papiers si importants, qui si on les perd peuvent nous causer bien des tracas, surtout quand on voyage. L'auteure, ne parvenant pas à se fixer dans un métier précis ni dans une zone géographique, perd un jour ces papiers. Elle en vient à être retenue à l'aéroport n'ayant aucune preuve de qui elle est , de sa nationalité.


    Dans la deuxième partie : Personne morale, la narratrice nous raconte ses études de philosophie, s'interrogeant en particulier sur la philosophie du totalitarisme. Puis elle décide de tout arrêter pour devenir juriste, une juriste qui s'occupera des sans-papiers, on revient à la notion d'identité.


    Dans la troisième partie, la plus forte et la plus émouvante on retrouve notre auteure en visite à Auschwitz et à Birkenau. Dans cette partie traitée avec émotion et poésie, la poésie pour décrire l'horreur, l'auteure nous révèle qu'elle n'est pas descendante de déporté comme on aurait pu le penser mais qu'elle est la petite fille d'un tortionnaire nazi. Dans cette partie elle se libère de ce poids qu'elle traînait depuis si longtemps.


    Sophie Schulze nous livre ici un récit parfois déroutant par sa chronologie parfois aléatoire et par sa construction thématique dans les deux premières parties. On est intrigué par cette voix qui la fustige, qui la malmène en permanence, cette voix intérieure qui ne lui parle qu'en allemand. Un récit déroutant donc mais très émouvant car cette construction qui peut paraître touffue, fait ressortir le poids que l'auteure a sur les épaules, elle porte en elle la culpabilité de son grand-père. Un récit dans lequel il faut entrer mais qui se révèle au final passionnant et émouvant. Dans cet acte de contrition pour des actes qu'elle n'a pas commis, elle se libère du poids de son passé pour prendre en main sa vie.

    "Seigneur
    Je te promets
    De l'avouer
    De dire la vérité
    De mes origines
    Quel que soit ton prix"

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

Allée 7 , rangée 38 Sophie Schulze LEO SCHEER

Voir tous les livres de Sophie Schulze

Autres éditions

A + 2 Sophie Schulze LEO SCHEER

4

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine