36 heures de la vie d'une femme (parce que 24, c'est pas assez)

Couverture du livre « 36 heures de la vie d'une femme (parce que 24, c'est pas assez) » de Agnes Bihl aux éditions Don Quichotte

5

1 note

  • Date de parution :
  • Editeur : Don Quichotte
  • EAN : 9782359491661
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 144
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

Pleure pas, Casanova. Ils débarquent les mains dans les poches, la cigarette au bec et le sourire aux lèvres. Valmont, Casanova, deux faces de la même plaie, dragueurs impénitents, charmeurs impertinents. Mais même chez ces Don Juan, parfois le coeur a ses prisons que la raison ignore. Bon... Lire la suite

Pleure pas, Casanova. Ils débarquent les mains dans les poches, la cigarette au bec et le sourire aux lèvres. Valmont, Casanova, deux faces de la même plaie, dragueurs impénitents, charmeurs impertinents. Mais même chez ces Don Juan, parfois le coeur a ses prisons que la raison ignore. Bon dieu, mon vieux. Je suis mort par étourderie, mardi soir à 21 h 15. Mes funérailles sont chics, j'ai vraiment de la chance.
Ma femme, mes enfants, mon frère, mes amis sont tous au rendez-vous ; je les vois défiler les uns derrière les autres et pleurer ma mémoire. Les cons. Toubib or not toubib ? Quand un psy renommé, mais hélas surmené, se tue au travail pour sauver ses patients, il se peut qu'il devienne un serial docteur. À force de soigner, ça fini par saigner. ce sont les risques du métier. Le baiser de la concierge.
Je me souviens de ces gamins que je n'ai jamais rencontrés. François. Myriam. Et Serge. Une adresse ? Rue Bleue. Une date ? 1942. Un Crime ? Être juif. Trois mômes, trois garnements qui jouaient au shérif avec leurs étoiles jaunes, dans la cour d'un immeuble où régnait une dame qui aimait les enfants. La Manif. Mon cher Jésus, j'espère que tu vas bien. Figure-toi qu'avec les Bénévoles du Bienheureux Calvaire des Foetus Suppliciés, nous allons dès demain, et la main dans la main, porter Ta Sainte Parole et honorer Ton Nom.
C'est bien la première fois que je vais manifester, je me sens toute émue. Que de préparatifs. mon dieu. Tu ne te rends pas compte. Tout pour plaire. Cake : nom masculin. 1/Gâteau garni de raisins secs et fruits confits. 2/Garçon dénué d'intelligence, bête à manger du foin. 3/Synonymes : blaireau, patate, andouille, corniaud. Ou quand une brève de comptoir révèle surtout des rêves de cons.

Donner mon avis

Le courrier des auteurs

Agnès Bihl répond à nos questions ! (01/02/2014)

1) Qui êtes-vous ? ! Un charmant mammifère de sexe féminin qui aime faire des chansons, des livres, l'amour et la fiesta tout en essayant modestement d'être une mère parfaite...En fait, entre la femme, la maman, l'amoureuse, l'auteure et la chanteuse, j'avoue que je me sens par moment un petit peu trop nombreuse ! 2) Quel est le thème central de ce livre ? Le joli kaléidoscope qu'est la femme d'aujourd'hui : débordée, bordélique, câline ou peau de vache, boulimique de tendresse et de chocolat-noisette, bilingue en langue de pute option langue de vipère, fleur bleue mais pleine d'épines, stressée, souvent stressante...en un seul mot ? Vivante. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? "Ton rouge à lèvre est rose comme du papier-cul, c'est moche mais ça te va bien... dire qu'on tue les baleines pour maquiller des thons !" 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? Mon dernier disque bien sûr, "36 heures de la vie d'une femme parce que 24, c'est pas assez"...Il a d'ailleurs le même titre que mon livre, puisque chaque histoire que j'ai écrite est le prolongement littéraire d'une de mes chansons. En fait, pour moi, c'est un peu comme si j'avais eu des jumeaux...gestation compliquée, accouchement douloureux, mais aujourd'hui, miracle !, je suis une mère comblée ! 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? L'ivresse des maux mis en mots. La langue française est un bijou que j'aime à porter en sautoir...Hé oui, ce n'est pas tous les jours facile d'être une femme libérée. D'ailleurs je suis libre tous les soirs. Victoire.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

  • 0.25

    Emballé on l'est dès le titre (référence, est-il besoin de le rappeler à Stefan Zweig), et ça continue du début à la fin. Le début, parlons-en : avant chaque départ de nouvelles, Agnès Bihl écrit, en exergue, un mot (ou plusieurs) en rapport avec le thème évoqué et sa (ou leurs) définition(s) réelle(s) et inventée(s). Souvent drôles, comme l'ensemble du livre d'ailleurs. l'auteure oscille entre humour, tendresse, mélancolie, l'amour, la vie, la mort, tous les thèmes sont abordés. Ce qui est vraiment plaisant, c'est le ton général du recueil : Agnès Bihl joue avec les mots, les expressions qu'elle détourne ("De toute façon je le connais, il a de la fuite dans les idées", p.14), les titres de livres, de films ou de chansons ("Ce n'est pas tous les jours facile d'être une femme libérée... d'ailleurs je suis libre tous les soirs.", p.12/13). Les nouvelles ont une chute inattendue et drôle, ou sont une tranche de vie. Elles mettent en scène des gens normaux, des blaireaux, des cons et des pimbêches, des filles seules désespérées de l'être, des dragueurs, des cocu(e)s -tiens, à ce propos, j'ai beaucoup ri en voyant la définition du cocu selon une des héroïnes d'A. Bihl :"Et puis, très honnêtement, un cocu, qu'est-ce-que c'est ? C’est juste un échangiste qui s'ignore, voilà tout." (p.90)-, une femme anti-mariage pour tous, un psy et même un fœtus pour la nouvelle la plus tendre, celle dans laquelle A. Bihl prend le moins de distance avec ses personnages, La plus belle, c'est ma mère. D'autres nouvelles sont plus dures, comme Insomnie, ou comment être indifférent à ce qui se passe chez ses voisins ou Le baiser de la concierge, très émouvante et révoltante et la violente Bon dieu, mon vieux. En tout 17 nouvelles, en comptant le Journal à bord de l'écriture qui reprend la genèse du livre et des nouvelles menée en même temps que les concerts et la fin de l'album.
    Difficile de dire quelles nouvelles ont ma préférence, car au fur et à mesure que je les lisais, je les cochais toutes comme telles. L'écriture de l'auteure, ses ("mauvais") jeux de mots devant lesquels, selon ses principes, elle ne recule jamais -surtout ne cédez pas à la facilité des bons jeux de mots, gardez vos principes, les mauvais sont ceux qui me font le plus rire : "Cette fois je le jure, plus jamais je ne boirai une goutte d'alcool, croix de bois-croix de fer, si je mens, je vais prendre une bière ! Déjà que fumer tue... mais si en plus le bar t'abat, ..." (p.74)-, l'angle délibérément humoristique qui n'empêche ni la profondeur ni les questionnements, la brièveté des histoires sans frustration d'en quitter les protagonistes, tout me sied, tout me plaît.
    Le genre de livre qu'on peut entamer avec le moral un peu bas et qui le remonte illico. Le genre de livre qu'on garde pas loin de soi, parce que relire un petite nouvelle de temps en temps, ça ne fait pas de mal, au contraire. Me reste plus maintenant qu'à écouter le disque d'Agnès Bihl, ce que j'ai fait pour La sieste crapuleuse en allant directement sur le site de l'auteure-chanteuse Agnès Bihl

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Ils ont lu ce livre

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine