350 ans de création ; les artistes de l'Académie de France à Rome de Louis XIV à nos jours

Couverture du livre « 350 ans de création ; les artistes de l'Académie de France à Rome de Louis XIV à nos jours » de Collectif aux éditions Officina

0 note

  • Date de parution :
  • Editeur : Officina
  • EAN : 9788899765088
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 256
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Monographie / Histoire de l'art / Essais / Dictionnaires
Résumé:

Quelle étrange idée de la part des pouvoirs publics d'envoyer depuis 350 ans de jeunes artistes dans un autre pays ! Lorsqu'est créée l'Académie de France à Rome en 1666, le principe d'une telle institution est inédit. Il sera pourtant imité par toutes les nations d'Europe et d'ailleurs... Lire la suite

Quelle étrange idée de la part des pouvoirs publics d'envoyer depuis 350 ans de jeunes artistes dans un autre pays ! Lorsqu'est créée l'Académie de France à Rome en 1666, le principe d'une telle institution est inédit. Il sera pourtant imité par toutes les nations d'Europe et d'ailleurs qui y fonderont à leur tour des académies.
Mais pourquoi Rome ? Que vient-on y chercher, que vient-on y faire ? Le propos de l'exposition est d'interroger la nature de ce lien au sein de la production des pensionnaires depuis 350 ans.
L'acquisition de la Villa Médicis en 1803 par Napoléon est la proclamation des ambitions de la politique artistique de l'État français. Le prestige du lieu et sa visibilité au sommet de l'une des collines de Rome donne tout son sens à cette acquisition.
Mais le piège se referme à la fin du xixe siècle. La modernité échappe au contrôle de l'État. Pour la première fois dans l'Histoire, l'art officiel devient un « art pompier ».
« Académique » devient une insulte.
La grande réforme voulue par André Malraux change assez radicalement la situation au tournant des années 1970. La création artistique à la Villa Médicis renoue avec la recherche expérimentale. Cette transformation profonde qui redynamise l'institution est encore une action de l'État.
La présence de cette institution à Rome est un dépaysement. Et la question de l'étranger, de la confrontation à l'autre, entre invitation et occupation, se pose continuellement pour chacun des pensionnaires, des visiteurs, des salariés de l'institution.
Être étrangers renvoie immédiatement à la question de l'identité, question si saillante de nos jours, dans une Europe confrontée aux migrations, aux déplacements, à la mondialisation.
Comment l'artiste d'hier et d'aujourd'hui se saisit de cette question ? Qu'est-ce que l'identité artistique française ? Que fut-elle ? Que peut-elle encore prétendre être ?
Aujourd'hui, les artistes pensionnaires de la Villa Médicis interrogent à nouveau le lieu, interrogent leur déplacement. Et souvent se tissent des liens avec le patrimoine romain, avec la ville de Rome, avec les Romains, renvoyant finalement à cette question : qui sommes-nous culturellement ?
Traversant le poids des exigences politiques et des enjeux de l'identité et du dialogue avec la ville de Rome, l'activité des pensionnaires a connu une évolution considérable depuis 350 ans. Elle est passée d'un travail collectif à un travail personnel ; d'une vie pour ainsi dire « monastique » avec un règlement très strict, à la liberté du pavillon individuel. La production elle-même est passée du visuel (décor pour les Maisons du roi) à l'universel (des pratiques artistiques les plus diverses), du politique à l'esthétique, de la production à l'exploration. En dépit de la volonté de contrôle de l'activité des pensionnaires, l'expatriation impose l'expérience de la liberté et du dépaysement.
L'exposition entend montrer la créativité des artistes au sein de l'institution à travers toutes ses transformations.
Le principe est donc de ne montrer que des oeuvres produites par les pensionnaires ou les directeurs de l'Académie de France à Rome pendant le temps où ils étaient pensionnaires ou directeurs. L'exposition, chronologique et thématique, se déroule sur sept salles.
Elle devrait présenter une centaine d'oeuvres (tableaux, dessins, sculptures, dessins d'architecture, partitions...) et se conclure par une installation vidéo proposant une rétrospective du travail des pensionnaires au cours des quarante-cinq dernières années.

EXPOSITION Académie de France à Rome, Villa Médicis 13 octobre 2016 - 15 janvier 2017

Donner mon avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

Spider-man t.1 ; les illusions perdues Collectif PANINI

Voir tous les livres de Collectif

Récemment sur lecteurs.com