Lorsque le livre donne à nouveau envie de jouer aux échecs.

Steve Cottarelli le 22/02/2016 à 22h27 sur le livre Le petit joueur d'échecs

Après la lecture de ce livre, j'ai eu à nouveau envie de rejouer aux échecs et de m'inscrire dans un club. Chose que j'ai mis de coté à mes dix-huit ans. Y a t'il d'autres personnes qui ont eu cet effet là ?

  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Nadia D'ANTONIO le 06/03/2016 à 11h13

    Bonjour. Ayant travaillé moi-même dans un club d'échecs, cela m'avait permis de faire quelques parties. C'était amusant car les autres avaient remarqué que je tenais à gagner : esprit de compétition. Ensuite, j'ai assisté à quelques tournois mais je ne suis pas allée plus loin car j'ai quitté ce club pour un autre travail (mieux rémunéré). J'en garde tout de même un bon souvenir car ce milieu m'a fait connaître des personnages intéressants et j'ai découvert les fameux logiciels d'échecs, ces machines contre qui l'on joue et qui sont trop fortes.

  • LAETITIA MONTOU le 29/02/2016 à 16h12

    pour en revenir aux échecs, après avoir lu "le joueur d'échecs" de Stefan Zweig, j'ai eu un dégoût pour les échecs et j'ai regardé les différentes pièces autrement !
    Par contre en lisant "L'auberge de la Jamaïque" de Daphné Du Maurier, j'ai eu envie de me faire fouetter le visage par le vent de la Cornouaille !

  • Sofi C le 23/02/2016 à 19h17

    Je n'ai jamais eu envie de jouer aux échecs en lisant un livre qui en parle mais certains romans poèmes oui donnent envie de voyager "Michel Strogoff" et "La prose du transsibérien" de Cendrars m'ont donné envie d'aller jusqu'au bout de la Sibérie... ce que j'ai fait. Sur les échecs "La Defense Loujine" de Nabokov doit être bien mais je ne l'ai pas lu.

  • Dominique JOUANNE le 23/02/2016 à 12h18

    Le nombre de livres qui m'ont donné "envie de"... sont légion!
    Parmi eux, Orhan Pamuk et Nedim Gürsel m'ont donné envie de voir Istanbul et j'y suis allée.
    Dans un tout autre registre, en lisant "La trilogie Fabio Montale", le très regretté Jean-Claude Izzo m'a non seulement donné envie d'aller à Marseille, mais tout au long de son livre, il m'a donné envie de manger de l'aïoli, des pâtes au basilic , et ma cuisine s'est emplie d'huile d'olive, de légumes du soleil et d'herbes de Provence en pots !
    Concernant les échecs, je vous recommande un très beau livre : La joueuse d'échecs de Bertina Henrichs et bien sûr, le célébrissime "Joueur d'échecs" de Stefan Zweig!