Auteure ou autrice ?

Mélanie Du. le 18/07/2015 à 21h19

Bonsoir à tous, j'ai découvert il y a deux ans, dans le magazine Lire par le biais d'une lettre d'un lecteur, que le féminin de auteur n'était pas auteure mais autrice. Le magazine développait en précisant que auteure est issue du Québec et à tel point implanté dans le langage français que le terme autrice a fini par quasiment disparaître de notre langage. De plus, le mot auteure est banni par l'Académie française. Depuis, en parlant d'une femme auteur, j'emploie autrice. Je travaille en bibliothèque, et je le prononce assez régulièrement. Il y a ceux qui sont surpris mais curieux d'en savoir plus, ceux qui n'y font pas attention et il y a eu celle de cet après-midi, qui a levé les yeux au ciel parce que, voyons !, on dit auteure ! Je suis restée sur ma position et continuerais à dire autrice ! Je voulais savoir quel terme vous employez ? Autrice vous choque-t-il ?

  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Mélanie Du. le 27/07/2015 à 00h51

    Je suis d'accord avec vois, Yakine Tahtah.
    La personne qui m'a répondu m'a conseillé d'employer auteur, qui est un épicène.
    Ensuite, quand j'ai demandé plus de précision, il m'a parlé du Trésor de Langue Française. J'ai été faire une recherche du mot autrice, qui a débouché sur le terme auteur et dans lequel il est spécifié que le féminin est bien autrice et qu'il y a une résurgence de ce terme. Mais l'Académie Française garde malgré tout auteur comme masculin et féminin.
    Pour auteure, il est considéré par l'Académie Française comme un barbarisme et n'est donc pas reconnu.

  • Ruby Cavalié-Loyen le 26/07/2015 à 21h04

    Écrivain ne s'emploie pas au féminin, et pour ma part, je dis auteure et je n'ai jamais entendu autrice.
    Ruby.

  • Yakine Tahtah le 26/07/2015 à 17h49

    Je trouve, avec tous mes respects, que ce débat est vain , si on en tire une conclusion .
    J'aimerai ajouter que l'inexstience du féminin de certains mots en Français n'est pas une raison valable pour annuler les autres féminins . Puisque l'Académie Française recommande le terme " auteur " et précise l'existence du mot " autrice " , je ne vois en l'utilisation de ces deux féminins aucun fanatisme des Féministes .
    Mais vu la ressemblance entre le Français du Quèbect et celui de la France , quand peut-on considérer qu'auteure est incorrect ? Devrions-nous nous référer à l'origine de l'écrivain(e) ?

  • Mélanie Du. le 26/07/2015 à 16h00

    J'ai directement envoyé un mail à l'Académie Française qui me conseille d'utiliser le terme "auteur".
    A noter tout de même la résurgence du terme autrice.

  • Anne Marie PHILIPPE le 25/07/2015 à 18h35

    Je suis du même avis que Geneviève, j'utilise auteur ou écrivain, quelle importance c'est le talent qui compte. Et pour les femmes qui exercent le métier de plombier, devons nous dire plombière? maçon: maçonne? et il y en a tant d'autre...

  • Mélanie Du. le 21/07/2015 à 19h15

    Il n'y a aucune guerre Michèle Finance. Et il n'y a pas à chercher à tout prix à féminiser puisque auteure est utilisé au Québec (et est un barbarisme en France) et qu'autrice est "notre" féminin mais peu usité depuis que les femmes l'ont jugé discriminatoire. Depuis la fin des années 90, le terme revient peu à peu.
    Il n'y a donc pas vraiment de féminisme.

  • Mélanie Du. le 21/07/2015 à 19h11

    Oui, je suis d'accord Sofi C, mais je souhaitais avoir des avis sachant que, personnellement, j'utilise autrice.

  • Michèle FINANCE le 21/07/2015 à 14h08

    Autrice ... je trouve que c'est un mot affreux qui sonne mal ! ... Personnellement, je pense que vouloir à tout prix féminiser les mots pour gagner je ne sais quelle guerre, c'est absurde. Etre féministe est un combat qui se mène ailleurs, au quotidien, dans des actes et des paroles, pour la reconnaissance de nos droits !

  • Sofi C le 20/07/2015 à 19h48

    Je continuerai donc à dire réalisatrice, écrivaine et poétesse... sauf si je vais au Canada. Le plus important c'est la qualité des œuvres produites par toutes ces femmes et qu'elles soient rétribuées aussi bien que les hommes.

  • Mélanie Du. le 20/07/2015 à 16h05

    Oui, Exploratrice est bien restée dans le langage =D
    J'avoue avoir moi aussi eu du mal lorsque j'ai lu ce terme. Mais quand j'ai appris que c'était bel et bien le féminin d'auteur, j'ai tenu à l'employer et je le trouve aujourd'hui plus joli.

  • Mélanie Du. le 20/07/2015 à 15h50

    Chère Danièle, sachez que le terme autrice n'est aucunement un "barbarisme" puisque c'est le féminin initial d'auteur. Ainsi donc quand moi, bibliothécaire, emploie ce terme, je suis donc dans le bon droit, comme le démontre le dossier que vous n'avez apparemment pas lu, sinon vous sauriez qu'autrice désignait déjà des femmes auteurs au premier siècle.
    Par contre, le terme "auteure" est un barbarisme non reconnu par l'Académie Française... Auteure étant initialement un terme québécois serait donc à la "mode" en France.
    Evitez surtout la Suisse où vos yeux et oreilles seront agressés par le terme autrice, celui-ci étant en usage dans ce pays...

    Bonne lecture à vous également.

  • Alicia Mac Kell le 20/07/2015 à 10h51

    Je trouve le terme "barbarisme" un peu fort ! Certes le mot n'est pas encore trop usité et pique un peu (j'avoue avoir moi-même beaucoup de mal) mais après tout, il rentrera peut-être dans les us :)
    Il fut un temps où, par exemple, le mot "pharmacienne", aujourd'hui très courant, ne servait pourtant qu'à désigner la femme du pharmacien !
    Et puis, n'oublions pas que Mélanie est Exploratrice (et oui, ce féminin-là est bien ancré ^^)

  • Danièle Lecuppre le 20/07/2015 à 08h40

    Voilà une nouvelle semaine, et peut-être est-il temps de clore cette vaine discussion. Chère Mélanie, utilisez donc ce barbarisme en privé, mais soyez sympa, puisque vous êtes "Explorateur de la rentrée", employez les mots que tous les lecteurs(souvent bibliothécaires) utilisent , avec ou sans "e", les mots que l'on voudrait à la mode sont beaux sauf s'ils agressent l'œil et l'oreille...
    Au plaisir de lire votre ressenti des 100 premières pages.... Bonne lecture.

  • emmanuelle luang le 19/07/2015 à 22h19

    Personnellement je ne connaissais pas le terme d'autrice. Ma foi pourquoi pas puisqu'on dit bien un acteur, une actrice comme le dit très justement Mélanie Du. Auteure me chagrine allez savoir pourquoi. J'ai toujours employé auteur et écrivain et de toutes façons je pense que je ne penserai pas à les féminiser.

  • Mélanie Du. le 19/07/2015 à 21h31

    Je trouve que ça n'est pas une querelle, d'autant plus que le terme initial est bien autrice. En Suisse, on dit autrice par exemple.
    Et il est "normal" que le féminin existe. Si je ne me trompe pas, on ne dit pas une acteur, une boulanger, une assistant etc.

    Pour ceux que ça intéresse, j'ai trouvé ce dossier fort intéressant "Histoire d'autrice, de l'époque latine à nos jours".
    http://www.siefar.org/docsiefar/file/Histoire%20d%27autrice%20-%20A_%20Evain.pdf

  • Mélanie Du. le 19/07/2015 à 21h26

    Ah je ne connais pas maïeuticien, merci =)
    Je suis d'accord avec écrivaine, je ne le prononce pas au féminin.

  • Geneviève Munier le 19/07/2015 à 19h13

    Merci pour toutes ces explications. Je connais le terme "maïeuticien" (8 ans de grec oblige !) et vous aurez compris l'humour de ma question. Mais mon point de vue ne change pas. Que l'on soit homme ou femme je préfère "auteur" et "écrivain" et trouve cette querelle bien vaine. Les femmes ont suffisamment de qualités et de talent, non ?

  • Alicia Mac Kell le 19/07/2015 à 16h20

    Pour le métier de sage-femme exercé par des hommes, on parle de "maïeuticien" bien que le terme soit rare !
    Pour le débat auteur/e/ice, et même pour écrivain/e, ah... comme je rechigne à les utiliser au féminin ! Et pourtant je pencherais plus volontiers pour autrice, qui d'un point de vue "grammatical" (si j'ose), est plus logique que auteure :)

  • Mélanie Du. le 19/07/2015 à 16h17

    Je pense que "auteure" ne sera jamais acceptée par l'Académie Française qui je le juge comme étant un "barbarisme". Ainsi donc, logiquement, s'ils venaient à choisir entre "auteure" et "autrice", le second serait validée, puisque c'est le terme initial. De plus, depuis la fin des années 90 il tend à revenir dans notre langage.

  • Mélanie Du. le 19/07/2015 à 16h10

    Seulement, sage-femme est un métier destiné, comme la désignation l'indique, initialement aux femmes. Ce n'est que depuis récemment que les hommes en font aussi leur métier. La profession n'a donc pas encore d'équivalent masculin contrairement à l'équivalent féminin d'auteur, autrice donc, qui existe depuis des siècles.

  • Danièle Lecuppre le 19/07/2015 à 08h55

    Pour rester dans le "classique", j'attends que l'Académie française, qui si je ne m'abuse fait force de loi quant à l'usage du vocabulaire , décide de mettre un "e" à auteur. Pour moi, à ce jour, auteur et écrivain , me semblent les termes les mieux appropriés.

  • Geneviève Munier le 19/07/2015 à 07h47

    Oh ! Je sais, je vais choquer...pour moi c'est...écrivain...pour une femme comme pour un homme ! Peut-être parce que je n'ai jamais eu à souffrir de discrimination, je ne mets pas ma fierté de femme dans un "e" ou dans un "ice". Et les hommes, de plus en plus nombreux, qui exercent le métier de "sage-femme", on les appelle comment ?

  • Mélanie Du. le 18/07/2015 à 23h47

    Je le trouvais aussi très bien, ce qui me chagrine c'est que ça ne soit pas le terme exacte. De ce fait, et en sachant que je suis dans l'exactitude, je vais continuer à employer autrice.

  • patrice chauville le 18/07/2015 à 23h19

    Eh bien, pour ma part, je n'étais même pas au courant qu'il y avait débat... J'ai toujours utilisé (et je continuerai) le terme d'Auteure que je trouve très bien...

  • Mélanie Du. le 18/07/2015 à 23h08

    C'est vrai que je n'emploie jamais écrivain(e). Ca serait plus simple !
    Je viens de faire une longue recherche sur le mot autrice, toutes les controverses que ce terme a pu rencontrer tout au long des siècles et j'ai pu constater que le terme existe bel et bien (en Suisse, c'est autrice et non auteure) et que depuis une quinzaine d'années, il revient enfin dans notre langage après avoir été banni par les femmes qui le jugeaient discriminatoires.

  • Sofi C le 18/07/2015 à 22h17

    Pour ma part je n'emploie qu'écrivaine. Les auteurs étant un terme plus large sinon il me semble que je dirai auteure.