La Voyageuse des iles

Zohra Maldji le 23/03/2015 à 16h07 sur le livre La voyageuse des îles

Vous aimez l’évasion, les voyages, d’autres lieux, d’autres paysages, une autre époque ? Alors, lisez la Voyageuse des Iles de Marie-Odile Ascher et vous serez transporté au XIXème siècle à L’Ile Maurice, possession anglaise, mais chez des planteurs français, dans une formidable aventure. Tous les ingrédients sont là pour vous captiver. D’abord l’Ile enchanteresse, qui ne l’est pas toujours et puis les personnages. Guillaume, un instituteur qui vit mal dans sa peau dans son petit village en France, qui l’étouffe et qui rêve d’évasion et de cieux nouveaux. Sita, la petite indienne à la peau blanche, déterminée à ne pas subir sa vie durant son destin d’esclave et qui apprend à lire et à écrire seule, en cachette. Sa résistance aux traditions indiennes lui apporte bien des déboires. Les planteurs et les gros négociants, tous imbus de leur supériorité et la faisant sentir à leurs esclaves, même si sur le papier, ils ne le sont plus. La vie dans une plantation sucrière avec toute sa violence de blancs à travers leur hiérarchie féroce dont le racisme n’est pas exclu. Ce livre est un hymne rendu à la détermination de la jeune Sita considérée comme une esclave, d’abord puis acceptée comme amie et ensuite comme filleule, puis lâchement abandonnée pour des enjeux importants. La chance apporte à Guillaume de son côté une opportunité qui va lui permettre de changer de nom et donc de statut. Et après bien des rebondissements, la volonté et l’entêtement, le désir de Sita à s’occuper elle-même de sa vie et son destin ont fini par payer et elle a pu enfin goûter au bonheur, à l’amour et à la richesse qu’elle a obtenue grâce à son intelligence et à son travail. A lire sans modération…