LA NOUVELLE : VOUS AIMEZ ?

Jean-michel Palacios le 21/02/2015 à 20h10

Bonjour à tous. En février, je vous propose le plaisir de la lecture en passant par la nouvelle. Le format d'une histoire courte, de fiction, d'autofiction, autobiographique, de SF, Polar, Héroïc Fantasy ou encore sentimentale permet toutes les audaces. C'est l'occasion d'aimer la lecture car la longueur de 2 à quatre pages peut inciter les plus jeunes à lire. C'est aussi le moyen de découvrir un genre littéraire et un auteur ou plusieurs auteurs réunis. Une nouvelle possède plusieurs caractéristiques qui poussent à sa brièveté. - Contrairement au roman, elle est centrée sur un seul événement. - Les personnages sont peu nombreux et sont moins développés que dans le roman. - La fin est souvent inattendue, et prend la forme d'une « chute » parfois longue de quelques lignes seulement. Comme il s'agit nécessairement d'histoire courte, on trouve les nouvelles dans de plus grands ensembles : le recueil de nouvelles qui est un livre composé de plusieurs nouvelles de la plume d'un auteur unique, en opposition à une anthologie dont les éléments sont rédigés par plusieurs auteurs. Alors, faites nous partager vos nouvelles et vos auteurs préférés, ces derniers étant parfois très connus. En attendant de vous lire, voici quelques références et liens puisés dans des sources ouvertes. A bientôt de vous lire Amitiés JM Voici une proposition tout à fait alléchante de Baudelaire, traducteur de Poe, à propos de l'analyse de la nouvelle : « Elle a sur le roman à vastes proportions cet immense avantage que sa brièveté ajoute à l’intensité de l’effet... La totalité d’effet est un avantage immense qui peut donner à ce genre de composition une supériorité tout à fait particulière, à ce point qu’une nouvelle trop courte (c’est sans doute un défaut) vaut encore mieux qu’une nouvelle trop longue... L’artiste inventera les incidents, combinera les événements les plus propres à amener l’effet voulu. Si la première phrase n’est pas écrite en vue de préparer cette impression finale, l’œuvre est manquée dès le début. Dans la composition tout entière il ne doit pas se glisser un seul mot qui ne soit une intention, qui ne tende, directement ou indirectement, à parfaire le dessein prémédité. » Pour aller plus loin : Un liste assez exhaustive des auteurs contemporains de nouvelles en français. http://pierremaube.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/10/17/11-nouvellistes-francais-contemporains.html Beaucoup des écrits de Godenne sont épuisés. Il faut consulter internet pour trouver ses ouvrages de référence. http://www.centrejacquespetit.com/godenne/index.php?PHPSESSID=be394e8a51f02f07493da7a21e47edce Un site dédié à la publication de nouvelles brèves et de fiction courte. http://www.lekti-ecriture.com/editeurs/-Breves- Mes inspirations : wikipédia "L'esprit livre" que je vous recommande comme atelier d'écriture et d'écrivain. http://www.esprit-livre.com/

  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • PIERRE DARRACQ le 05/04/2015 à 17h42

    Hello Jean Michel !
    Quand on est lecteur, on lit des nouvelles,c'est certain. Pour ma part, j'ai toujours un recueil de nouvelles au pied de mon lit pour les soirs où le coucher est tardif. C'est un bon moyen pour que le rituel de lecture existe même à trois heures du matin ! Et quelquefois, une nouvelle réussie en amène une autre et au final on se trouve embarqué comme avec un roman...
    Un conseil de lecture : les nouvelles de Bernard Quiriny joyeusement absurdes.

  • Colette LORBAT le 04/04/2015 à 22h10

    Je lis souvent des nouvelles. Quiriny, Cart-Tanneur, Ambaï pour les dernières lues.
    Si elles sont bien écrites, c'est superbe.

  • Jean-michel Palacios le 03/04/2015 à 00h00

    Bonsoir Zohra

    Je découvre la page de nouvelles que vous proposez. Elle est assez dense et les présentations des auteurs et des titres ont du demander un travail d'investigation et de recensement assez important.

    J'en conclus que pour se faire un nom dans la nouvelle comme format d"écriture, il faut sacrément attirer le chaland par des textes captivants ou se trouver un mécène ou un agent particulièrement zélé ;-)

    Amitiés
    JM

  • Zohra Maldji le 26/03/2015 à 16h32

    Merci pour votre appréciation. Il en va des romans comme des nouvelles. Lorsque l’auteur traite les mêmes thèmes, même avec des différences, on a un sentiment du déjà vu (comme Laroui, mais peut-être parce que je connais le milieu qu’il décrit et donc pas de découvertes palpitantes), eh bien, on s’en lasse très vite. Ce qui n'est pas le cas de tous les nouvellistes, bien sûr. Autour de moi, peu de gens apprécient la nouvelle, justement parce que rien n’est fait pour faire connaître et aimer ce genre, alors qu’en Russie, ne pas écrire des nouvelles relèverait de l’hérésie. Ici, on en est resté à Maupassant et les nouvellistes peinent à se faire connaître. Ce qui est bien dommage. Connaissez-vous le site http://jplanque.pagesperso-orange.fr/Liste_auteurs.htm ? Il y a des nouvelles pour tous les goûts et chacun trouvera son bonheur. Ou pas. Bien à vous. ZM

  • Jean-michel Palacios le 26/03/2015 à 11h49

    Bonjour Zohra et merci pour la qualité de vos références.
    Sur l'atelier d'écrivain où je m'exerce à la nouvelle il y a 80 novellistes actifs en formation et une personne qui a été éditée (seulement). Et environ une centaine d'autres qui ont fait un passage plus ou moins long.
    C'est je crois assez révélateur.
    Les nouvelles de Asimov , A.E. Van Voght ou P.K. Dick sont extraordinaires.
    La nouvelle est une part de gâteau aux saveurs subtiles et très vite voire trop vite avalé. Le souvenir en est exceptionnel. Et je ne suis pas gourmand du tout.
    A vous lire
    Amitiés
    JM

  • Zohra Maldji le 26/03/2015 à 11h33

    Bonjour, comme vous tous, je suppose, j’ai lu les nouvelles des auteurs russes et américains, anglais aussi, pour la plupart. Ici en France, les éditeurs sont assez frileux en ce qui concerne la nouvelle et n’en éditent que si l’auteur est déjà connu. Pour exemple, Eric-Emmanuel Schmitt pour son recueil de nouvelles « Concerto à la mémoire d'un ange » qui a eu le prix Goncourt en 2010, et que je n’ai absolument pas apprécié. Ou Laraoui Abdallah, édité par Albin Michel.
    Vous connaissez sans doute Jeffrey Deaver. En plus d’être un écrivain des plus talentueux, il a écrit plusieurs nouvelles dont son fantastique Spirales infernales. Hélas, le seul à être traduit en français. A mon humble avis, il est bien plus difficile d’écrire une nouvelle où tout est condensé en deux-trois pages, qu’un pavé de 800 pages. Il n’y a pas fioritures, pas de détails superflus et redondants, pas de temps mort. Juste ce qu’il faut pour nous tenir en haleine jusqu’à la fin.
    Il faut être accro à la lecture pour sortir des sentiers battus, laisser de côté un peu les romans classiques et se laisser emporter par les nouvelles. On aime ou on n’aime pas, mais au moins il faut goûter un autre genre. Très juste l'appréciation de Bernard Weber.

  • Jean-michel Palacios le 26/03/2015 à 00h46

    J'en profite donc pour vous donnez une présentation de la nouvelle selon Bernard Werber. Elle est assez édifiante et finalement particulièrement d'actualité et promise à un bel avenir.

    " La nouvelle me semble la base même de l'artisanat d'auteur.C'est là qu'on peut tester des formes, des mécanismes, des points de vue, des procédés de narrations différents.
    Enfin les histoires courtes me semblent une forme de littérature du futur pour une raison simple : les gens sont de plus en plus pressés. Plutôt qu'un grand et long périple, chaque nouvelle est une petite promenade exotique.
    Bon voyages. B.W."

    Amitiés
    JM

  • Jean-michel Palacios le 26/03/2015 à 00h40

    Profitant du salon, j'ai pu prendre la file d'une dédicace avec Bernard Werber que je n'avais jamais pu approcher d'aussi près.
    J'en ai donc profiter pour papoter avec lui et évoquer l'écriture de nouvelles notamment sur une vidéo enregistrée à Dauville où on lui demande de présenter sa méthode pour rédiger un roman, une histoire ou une nouvelle.
    Il m'explique alors que les conditions d'exposé étaient à l'époque moyenne, il était en plus souffrant et la salle était assez vide.
    Bref il m'a encouragé dans ma démarche d'écrivains de nouvelles et m'a proposé la lecture de "Paradis sur mesure" de BW qui envisage en histoires courtes différents possibles d'un monde sans hommes, sans passé, d'un monde où naissent les blagues...

  • Jean-michel Palacios le 12/03/2015 à 09h07

    Merci 100drine ^^, où avais-je la tête ???
    Je vous recommande pour rebondir sur Night Shyamalan, "la jeune fille de l'eau" que j'ai beaucoup aimé écrit comme un conte moderne basé sur une légende qui doit se réaliser sous certaines conditions que le gardien d'un immeuble doit réunir. C'est vraiment très beau et toujours fantastique.
    A bientôt de vous lire
    Amitiés
    JM

  • Sihtamenamor T. le 02/03/2015 à 18h33

    Le prénom que je vous avais donné lors d'une précédente discussion (celle sur les adaptations de livres au cinéma) ne vous convient pas ou bien est-il passé à la trappe et n'aviez-vous pas vu ma réponse à cette même question ? ;)
    Je vous taquine... ^^

  • Nathalie Sibué le 02/03/2015 à 10h25

    Bonjour Jean-Michel et tous les autres lecteurs !
    Je me suis remise à lire des nouvelles, depuis quelques mois...et en anglais ! Ayant repris mes études, l' anglais est une matière sur laquelle je dois " plancher ". Et c' est avec délice que je m' offre régulièrement les aventures de Sherlock Holmes de Sir Arthur Conan Doyle. " Le premier amour est toujours le dernier " de Tahar Ben Jelloun est absolument magnifique, chaque nouvelle est particulière. Andrée Chedid aussi, dans un splendide petit recueil pour enfants " Derrière les visages "...
    Bref, les nouvelles sont vraiment à redécouvrir, ou découvrir...
    Merci Jean-Michel pour cette discussion !
    Belles découvertes littéraires à tous, beaux moments lecture...
    Nathalie

  • Sofi C le 28/02/2015 à 14h57

    Sylvain Tesson et surtout Bernard Quiriny sont deux auteurs qui ont écrit des nouvelles qui me sont restés. Je pense notamment à "Une collection très particulière" de Quiriny sur le thème du livre, oscillant entre humour absurde et fantastique...

  • Sofi C le 28/02/2015 à 14h55

    Ce commentaire a été supprimé

  • Jean-michel Palacios le 28/02/2015 à 14h13

    Merci Annie-France et plein de bonne chose pour votre invitation littéraire sur le thème de l'adoption.

    Bientôt 3.000 livres, donc je "manque" de place et la moitié reste encore à lire.

    A bientôt de vous lire. j'ai proposé sur ce site une cinquantaine de discussions et je me mets doucement à l'écriture par le canal de la nouvelle.

    Amitiés
    JM

  • Jean-michel Palacios le 28/02/2015 à 13h51

    Bonjour Sihtamenamor T.

    A l'occasion, je prendrai volontiers un prénom mais je ne veux pas vous mettre dans l'embarras si vos élèves de CE2 vous reconnaissent.

    Cela fait un mois et demi que je suis embarqué dans l'écriture de nouvelles et ce "travail" demande un grande précision.
    On peut facilement passer à travers, rater l'objectif et perdre le lecteur à tout moment.

    Ce qui explique la longueur (6 et 6600 caractères en moyenne), le très faible nombre de personnages. Il peut y avoir un côté initiatique, en reprenant les mythes et légendes, ou les thématiques philosophiques. La chute est importante autant soudaine que finale. Mais elle n'est pas systématique. Dans les nouvelles fragments, il n'y pas de chute car l'auteur chemine entre réalité et pensées avec une écriture inachevée.

    Quel que soient les genres utilisés, la nouvelle me parait de plus en plus comme le préalable à la lecture autant pour l'écrivain en herbe que pour le lecteur, voire très jeune, qui veut lire sous certaines conditions : peu d’appétence à la lecture, un préférence pour les images ou les BDs, les transports en commun, un séjour de vacances...

    Merci de vos références.
    Bien à vous
    JM

  • Sihtamenamor T. le 28/02/2015 à 13h31

    Bonjour,
    Intéressante discussion même si personnellement je ne suis pas une grande fan des nouvelles.
    Récit se voulant court, et n'ayant pas le temps de s'attacher aux personnages, une nouvelle pour moi doit donc aller vite, droit au but et surtout, surtout avoir une fin marquante ou se terminer de manière inattendue.
    J'apprécie celles qui ont une chute surprenante mais bien souvent ce n'est pas le cas.
    J'en ai souvent lu, dont je n'ai retenu ni les titres ni les auteurs, qui n'étaient au final que des tranches de vie sans fin réelle et où on reste "en plan" en se disant "ah bon ? ça y est c'est fini ?!!". Celles-ci me déçoivent particulièrement car lorsque je lis une nouvelle j'attends d'être surprise à la fin. J'aime chercher comment l'auteur va arriver à me surprendre.
    Il est indéniable qu'une nouvelle demande une bonne maîtrise. L'auteur doit arriver à accrocher le lecteur très rapidement.
    Une autre raison pour laquelle j'ai du mal avec les nouvelles est la difficulté de s'attacher aux personnages. On en a pas le temps vu la longueur de ces histoires là.
    Par contre, comme j'apprends à mes élèves de CE2 (8/9 ans) à identifier les différents genres littéraires je leur fait découvrir des nouvelles et ils les apprécient. Forcément celles que je leur choisi me plaisent (sinon le coeur n'y est pas et les enfants le ressentent bien).
    Ces nouvelles sont celles de l'incontournable Bernard Friot qui s'adressent aux enfants : "Histoires pressées" et toute la série du même acabit. Je fais donc une sélection de celles que je préfère dans plusieurs de ses livres. Elles sont très drôles et mes élèves en redemandent.
    Pour les enfants on en trouve aussi des sympas dans "le fil à retordre" de Claude Bourgeyx.
    Pour les enfants, les nouvelles offrent la possibilité de lire avec plaisir à ceux qui n'aiment pas trop lire ou bien à ceux qui sont rebutés par les livres un peu trop épais et ça c'est déjà beaucoup. :)
    Je finirai sur le livre "nouvelles à chute" d'auteurs collectifs que j'avais bien aimé. Destinées à être étudiées par des élèves de collège et plus, elles s'accompagnent d'une étude pédagogique intéressante composée de questions et de diverses choses à savoir concernant les différents écrits (schéma narratif, récit fantastique, le point de vue ou focalisation adopté par l'auteur, le discours, le dialogue théâtral, la nouvelle...).
    On y trouve aussi trois poèmes à chute (de V. Hugo, Rimbaud et Musset) et une interview d'Anna Gavalda.
    Quant à ceux qui voudraient prolonger leur travail et passer du livre au cinéma, une filmographie de films à chute est proposée (entre autres, le fameux "sixième sens" de Night Shyamalan).
    Amitiés.

  • Annie-France belaval le 28/02/2015 à 12h34

    bonjour, je découvre cette discusion intéressante! J'aime bien les nouvelles ainsi que les romans concis, bien dégraissés par l'auteur...Je vois que je ne suis pas la seule à manquer de place...pourquoi ne peut-on se séparer des livres qu'on a aimé??

  • Jean-michel Palacios le 28/02/2015 à 11h27

    Merci Michèle de ton passage et ta suggestion.

    La nouvelle est tellement condensée de justesse que les émotions qui s'en dégagent, doivent être fortes, précises.
    Cela demande un travail d’orfèvre, de cisèlement...

    "Je lis sur Wikipédia que ce recueil de 17 nouvelles traite de la relation amoureuse, de la difficulté de communiquer sur ses sentiments à notre époque."

    Il faudra que je casse un mur ou deux, que je creuse des caves ou que j'aménage des combles pour faire une place aux "nouvelles". En attendant, je vais commander ce titre à ma libraire.

    Merci et bonne journée
    Amitiés
    JM

  • Michèle FINANCE le 28/02/2015 à 10h23

    C'est vrai, la nouvelle est un art difficile. Quelque auteurs parviennent en peu de mots à aller très loin dans une réflexion ou une intrigue, mais ils sont rares. Ainsi, pour ma part, je vous propose "combien de fois je t'aime" de Serge Joncour, une petite merveille de sensibilité et de grâce amoureuse.

  • Jean-michel Palacios le 27/02/2015 à 13h10

    Merci Lecteurs. Les Orangers sont proches des villageois.
    Amitiés
    JM

  • lecteurs.com le 27/02/2015 à 12h14

    Pour illustrer le sujet, lecteurs.com vous propose quelques recueils de nouvelles à ne pas manquer :
    http://www.lecteurs.com/article/tendance-les-recueils-de-nouvelles-a-ne-pas-manquer/2442000

  • Sofi C le 23/02/2015 à 17h51

    De rien mais j'ai fait une erreur, c'est Buzzati et pas Buzatti. :-)

  • Jean-michel Palacios le 23/02/2015 à 17h31

    Merci beaucoup SofiCé de votre passage richement documenté.
    Le dernier que vous citez, Panaït Istrati, roumain d'origine et adepte du français suite à une grave maladie, évoque tout une collection de nouvelles autour d'Adrien Zograffi avec l'aide précieuse de Romain Rolland qui semble oeuvrer pour un monde meilleur de paix par son action auprès de grands auteurs et humanistes dans une période trouble de la première guerre mondiale notamment.
    C'est peut-être le signe que les nouvelles sont porteuses de messages de par leur format si je puis dire. Ce qui inévitablement oblige à structurer sa pensée et choisir une vocabulaire évocateur et riche.
    Du reste, les consignes en la matière invite à susciter l'intérêt du lecteur en travaillant l'écriture par le prisme des 5 sens. De fait, il devient alors plus évocateur de s'imprégner d'un moment, d'une époque, d'un lieu, d'une émotion ou d'un tourment.

    Amitiés
    JM

  • Sofi C le 23/02/2015 à 17h19

    J'aime beaucoup les nouvelles quand elles sont bien et rondement menées. Les meilleures que j'ai lu ressemblent à des contes fantastico-philosophiques. Et le maitre absolu de ce genre reste Dino Buzatti dans "le K", "le rêve de l'escalier", "Panique à la scala", "L'écroulement de la Baliverna".... Un style qui rappelle les rêves éveillés et inquiets de Kafka.
    J'ai beaucoup apprécié les nouvelles de Nabokov qu'il a écrit dans sa jeunesse russe où l'on retrouve ses thèmes de prédilection et son style déjà flamboyant, celles de Maupassant bien sûr qui se rapprochent de contes naturalistes et les courts récits, du grand écrivain méconnu, raconteur conteur qui a vécu sur les bords du Danube il y a un siècle, Panaït Istrati.

  • Sofi C le 23/02/2015 à 17h16

    Ce commentaire a été supprimé

  • Jean-michel Palacios le 23/02/2015 à 16h45

    Merci Stéphanie de votre passage toujours apprécié.
    On se tient au courant.
    Amitiés
    JM

  • Jean-michel Palacios le 23/02/2015 à 16h44

    Bonjour Christelle

    Merci de ton passage. Je constate que même le grand Stephen King a réalisé quelques nouvelles !!! ;-)
    A y regarder de plus près, on s'aperçoit que beaucoup de grands auteurs et moins grands se sont frottés à ce genre. Il faut dire que la nouvelle demande un travail d'orfêvre avec de la concision et de la précision, des effets, un chute bien souvent, mené à un rythme soutenu pour ne pas être distrait mais surtout captivé de bout en bout.
    amitiés
    JM

  • La Stéph le 23/02/2015 à 16h24

    Bonjour Jean-Michel, bonjour tout le monde,

    J'avoue ne pas être très friande de nouvelles. Elles me laissent comme un goût d'inachevé. J'en ai lu quand même quelques unes , et celle d'Eric-Emmanuel Schmitt m'ont particulièrement marqué avec son "Concerto à la mémoire d'un ange". Mais en analysant ma bibliothèque je crois que je ne vois que ce recueil.

    Après je reste convaincu qu'il existe des très bons auteurs auxquels je devrais m'intéresser. J'essaierais de prendre le temps de consulter les liens que vous avez posté Jean-Michel.

    Mes amitiés.
    Stéphanie

  • Miracle littéraire le 23/02/2015 à 14h54

    Bonjour monsieur Palacios,
    Avez-vous terminé la lecture de OE? Votre avis me sea très précieux et fort intéressant! J'essaye de contacter l'écrivain par Facebook, mais apparemment le mystère est plein!

  • Christelle Garnier le 23/02/2015 à 13h41

    Bonjour Jean Michel,
    Je ne suis pas contre les nouvelles, elles ont l'intérêt de pouvoir parfois se lire d'une traite. Stephen King se prête souvent au jeu, pas toujours avec bonheur, sinon Stephen Zweig, Maupassant, Zola, Ana Gavalda... dans le policier, Mary Higgins Clarck (seule ou en co-écriture) Agatha Christie au moins une fois mais je n'ai plus le nom de l'ouvrage en tête...ont sorti des recueil tout à fait intéressant.
    Bises.
    Christelle

  • Jean-michel Palacios le 23/02/2015 à 11h28

    Merci Nathalie pour ces nombreuses références.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle#Auteurs_de_nouvelles
    J'ai trouvé ce lien très complet sur le genre littéraire et les auteurs. Ils sont très nombreux et certains très connus.
    Amitiés
    JM

  • Jean-michel Palacios le 23/02/2015 à 11h04

    Bonjour Jacqueline

    Voici un lien http://fr.wikipedia.org/wiki/Haruki_Murakami#Romans
    sur l'auteur Haruki Murakami (1Q84) s'est apparemment illustré dans le genre de la nouvelle.
    Amitiés
    JM

  • Jean-michel Palacios le 23/02/2015 à 10h56

    Bonjour et merci Danièle
    Je partage votre analyse de la nouvelle. C'est une excellent roman en deux pages, 6000 caractères. La concision impose les mots justes. Nécessité absolue de faire parler les 5 sens pour impliquer le lecteur. "Une chute", bien souvent. Et puis surtout de nombreux sujets abordés comme des photographies, des arrêts sur image pour retrouver des moments délicieux, drôles, extrêmement triste et émouvant également. La nouvelle est un art difficile.
    Amitiés
    JM

  • emmanuelle luang le 22/02/2015 à 15h59

    Bonjour Jean-Michel,

    Je ne déteste pas les nouvelles même si j'avoue que j'en lis peu car généralement je les trouve trop courtes et je reste sur ma faim. J'ai cependant adoré "l'ivresse du kangourou" de Kenneth Cook car c'est infiniment drôle et même à pleurer de rire. Je viens de lire "le citron" de Kajii Motojirô. C'est un recueil de nouvelles où l'auteur tuberculeux se décrit et décrit sa vie dans chaque nouvelle. Tout le recueil tourne autour du temps qui passe, les saisons, le suicide, la mort. C'est très poétique. Il vit finalement dans l'attente de la mort mais en prenant le temps et le plaisir de regarder et de décrire la couleur d'un citron, un bel objet luxueux ou une fleur. En fait je trouve qu'une nouvelle il faut savoir la lire. Souvent quand je lis une nouvelle je trouve ça ennuyeux et c'est après, parfois longtemps après que je me dis "c'était beau, j'aurai pas dû revendre ce livre". La nouvelle bien ou non marque davantage l'esprit même lorsqu'on pense ne l'avoir lue que d'un oeil distrait.

  • nathalie delhaye le 22/02/2015 à 15h30

    Bonjour Jean-Michel,
    La nouvelle est un genre qui ne me rebute pas. J'en ai lu beaucoup de Stefan Zweig, avec grand plaisir. les auteurs Russes ne sont pas en reste non plus, Anton Tchekov, Nicolas Gogol, Vselodov Garsin, Iouri Kasakov. J'ai apprécié aussi les nouvelles d'Annette Mingels "Romantiques", ou de Jean-Pierre Andrevon (plutôt fantastiques). J'en lis régulièrement, surtout quand je n'ai pas beaucoup de temps pour entamer un "pavé". Parfois je suis surprise par la chute, ou je reste sur ma faim... Un auteur que j'ai découvert il n'y a pas très longtemps, avec un univers très particulier, Sigismund Krzyzanowski, est un expert en matière de nouvelles, mais c'est une lecture très exigeante et difficile.

  • Jacqueline Fayolle le 22/02/2015 à 10h05

    C'est une forme que je lis quand l'occasion se présente : j'ai eu ma période Yoko Ogawa qui utilise beaucoup la nouvelle : "Les paupières", " Les lectures des otages"...Il y a aussi "Ces deux messieurs de Bruxelles" de E.E.Schmitt....Je rejoins tout à fait l'avis de Baudelaire quant au bénéfice de la nouvelle, je l'ai particulièrement ressenti dans Ogawa qui écrit sur des sujets "gores" : tout est dit de façon concise et c'est ce qui rend la lecture accessible!

  • Danièle Lecuppre le 22/02/2015 à 09h25

    Bonjour Jean -Michel, c'est une bonne idée que vous avez là d'attirer l'attention sur l'écriture des nouvelles qui sont souvent les mal aimées des lecteurs.
    Je ne vais pas me retourner bien loin sur mes lectures, j'ai vraiment apprécié " Un membre permanent de la famille" de R.Banks. Les nouvelles qui composent ce livre sont toutes bien finies si j'ose dire ,concises, explicites , ont un axe central, des gens de la vie courante, en fin de course ou abîmés tout de même;enfin tout est cohérent, pas de coupures brutales, je retiens surtout le texte qui pose la question du devenir d'un chien aimé de tous lors d'un divorce...et le délitement d'une famille à partir de cette question qui semblait secondaires.
    Les nouvelles bien pensées, bien écrites, valent largement un roman poussif.