Aidons la plus jeune auteure de Fantasy de France !

izabel Dunord le 22/08/2013 à 11h10

À 14 ans, Valentine Watrelot-Mingoia est sans doute la plus jeune auteure de fantasy de France. Découvrez son roman de fantasy : Nikita Ofgold, t.1, Les 9 Dimensions Images intégrées 1 et soutenez le projet sur My Major Company ! http://www.mymajorcompany.com/projects/nikita-ofgold-t1-les-9-dimensions Valentine a besoin de vous pour que son héroïne Nikita Ofgold prenne vie dans toutes les librairies de France ! Comment l'aider ? 1° En commandant son livre sur My major company ou 2° En offrant une contribution même très modeste pour la réalisation de son projet sur My Major Company et/ou 3° En faisant suivre ce mail à tous vos contacts Découvrez son projet sur My Major Company ! http://www.mymajorcompany.com/projects/nikita-ofgold-t1-les-9-dimensions Rejoignez Valentine Watrelot-Mingoia sur Facebook et partagez sa page ! https://www.facebook.com/ValentineWatrelotMingoiaOfficiel

  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Nina Capuchon le 04/09/2013 à 10h01

    Oui probablement. Un enfant nous émeut toujours davantage par tout le champ des possibles qu'il représente.

  • Francis Géminet le 02/09/2013 à 21h30

    Je ne méconnais pas le monde de l'édition car je suis moi-même écrivain, ne suis pas sévère mais ne fais que donner mon avis sur ce qu'on me propose, n'ai jamais dit qu'elle ne doit pas être encouragée, je lui ai souhaité moi-même à la fin de mon message malgré mon refus de cotisation ; quant à "de quoi étiez-vous capables à 14 ans ?", je ne vois pas le rapport, mais à cet âge j'écrivais déjà aussi, et j'ai simplement préféré aiguiser ma griffe plutôt que de tout de suite chercher à être publié.
    Je n'entre pas dans cette logique qui veut absolument rendre talentueuse toute personne simplement "bonne" dans ce qu'elle fait uniquement parce qu'elle est jeune. Vous voyez un homme jongler dans la rue, puis vous voyez un enfant jongler dans la rue, donnerez-vous plus à l'enfant plutôt qu'à l'homme ?

  • izabel Dunord le 01/09/2013 à 21h02

    Bonsoir,
    je suis de l'avis de Nina Capuchon et je trouve certains d'entre vous bien sévères. De quoi étiez-vous capables à 14 ans ? Je trouve cette jeune fille remarquable tant pas sa motivation pour vivre sa passion que par la qualité de son écriture ( d'après les extraits que j'ai pu lire, notamment celui du chapitre 8). Bien sûr, elle pourra progresser dans son art mais c'est méconnaître le monde de l'édition que de penser qu'elle pourrait trouver une maison qui la publie aujourd'hui sans rien demander financièrement. Elle mérite d'être encouragée ! Je n'y vois pas de précipitation mais l'envie de se donner les moyens et de partager, comme elle le dit, le fruit de son imagination avec des lecteurs. Beaucoup dans le domaine de la fantasy ont commencé par s'autoéditer avant de connaître le succès et de se voir proposer des contrats par les maisons d'édition (Oksa Pollock, les Chevaliers d'Emeraude, etc.).
    Alors un peu de bienveillance pour des jeunes qui ont besoin qu'on leur accorde un peu de confiance. J'ai pour ma part contribué à son projet sur My Major Company et elle m'a adressé des remerciements particulièrement touchants. J'ai hâte de la lire et d'offrir son livre a des jeunes qui m'entourent !

  • Francis Géminet le 01/09/2013 à 10h13

    Attention avec le terme de "rêve", parce que là ça vient à faire penser que "mon rêve c'est que vous me donniez de l'argent pour mon livre afin qu'il se réalise et que je sois la plus jeune auteur de Fantasy de France".
    C'est avant tout une passion, et plutôt que de demander à des gens de l'aider en donnant leur argent pour un projet qu'ils doivent juger en deux chapitres, qui ne sont pas d'un niveau extraordinaire, elle aurait dû se tourner vers des maisons d'éditions qui publient gratuitement les manuscrits qu'ils retiennent ; pour un premier ouvrage (et même si elle indique qu'elle va en faire 7 en tout) c'est la meilleure chose à faire pour se faire connaître.
    Moi à travers ce projet je vois un peu un sentiment de hâte qui me déplait, en plus de cette sensation de déjà lu que j'ai ressenti à ma lecture (évidemment elle n'a que 14 ans et pas encore son identité d'écriture, mais encore une fois, quand il est question d'argent...).

    Maintenant j'espère pour elle que sa démarche portera ses fruits, pour le plaisir que c'est de voir son projet dans un beau format avec son nom dessus.

  • Nina Capuchon le 29/08/2013 à 11h18

    Moi, je dis pourquoi pas. Cette jeune fille a un rêve, elle se donne les moyens de le réaliser et apparemment ça marche plutôt bien. Ce peut être une étape dont cette jeune fille tirera pas mal d'enseignement. Le crowdfunding ou financement participatif a ses limites, beaucoup d'appelés mais peu d'élus. Atteindre son objectif de collecte et finaliser son projet n'est pas un gage de réussite, passer par un vrai éditeur non plus :-)

  • Philippe Taulet le 28/08/2013 à 15h05

    Bonjour,
    Je suis moi aussi allé voir cette page. Je trouve bien qu'une jeune fille de 14 ans se lance dans ce style de projet et s'intéresse à l'écriture. Toutefois je suis assez hostile à tout ce qui s'apparente à l'édition à compte d'auteur. Je pense pour ma part qu'il vaut mieux mûrir un projet, l'écrire et le réécrire encore et encore jusqu'à séduire un vrai éditeur. Et si l'on n'y parvient pas, au moins on a la satisfaction d'avoir essayé. Continuez, persévérez et armez vous de patience et de courage. Bonne chance!
    Amicalement, Philippe.

  • Francis Géminet le 25/08/2013 à 16h16

    Bonjour,
    je suis allé faire un tour sur la page du projet de cette jeune fille et ai regardé tout ce qui se présentait à moi.

    Je n'ai pas trouvé l'intérêt de la chose, je veux dire, on doit l'aider pour son projet parce qu'elle a 14 ans, ou parce qu'elle est censée bien écrire ? Ayant lu les deux chapitres proposés, je pencherais pour la première option, car cette lecture ne m'a touché en rien, j'y ai trouvé un style déjà trop lu et relu et rerelu, une expression trop simple.

    Evidemment tout le monde peut écrire, je ne suis pas du tout élitiste, simplement à partir du moment où on nous demande de contribuer au projet en donnant de notre argent, il faut savoir ce qui fait la valeur de la chose, même la maison d'édition a été bête au point de dire qu'elle "a jugé mon écriture « exceptionnelle » pour mon âge".

  • Jean-michel Palacios le 22/08/2013 à 12h18

    Bonjour Izabel

    Pour se sentir concerné par ce type de démarche, et se dire ce qui fait que cette personne vaut le détour, il faudrait nous inciter davantage à promouvoir cette jeune auteure par une présentation de cette personne et une présentation de votre intérêt à la chose : vos envies, vos goûts etc...

    D'autres comme Grégoire ont procédé ainsi et les contributions ont permis à l'intéressé une reconnaissance par le plus grand nombre.

    Alors, n'hésitez pas à rebondir à mes propos et faites vous connaître et faîtes la connaître.

    Amicalement
    JM