le rendez vous de la page 100

Patricia Hily le 08/08/2013 à 14h28 sur le livre Transatlantic

1919 ; la première traversée de l'Atlantique en avion.Les deux aviateurs réussissent leur exploit sportif à grand peine, bravant avec courage une tempête phénoménale et différentes pannes dans l'avion, et, enfin, L''Irlande. Avant d'embarquer, une lettre a été remise par une journaliste à un des deux pilotes. 1845-1946, en Irlande un homme noir vient d'Amérique prêcher cotre l’esclavagisme qui sévit dans le pays et découvre la misère de la campagne irlandaise. Voici où nous en sommes à la page 100. On sent que les deux histoires vont se rejoindre, encore trop tôt pour découvrir comment. La suite !!! Vite, j'y retourne !

  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Pascale Pay le 15/08/2013 à 22h20

    L'ennui avec la technique narrative des histoires parallèles qui finissent par se rejoindre (ou pas, à voir plus tard) pour n'en former qu'une, c'est qu'il est difficile de rédiger un "Rendez-vous de la page 100" cohérent.
    Les 100 première pages se découpent en deux chapitres. Un premier, 56 pages, consacré à l'aventure de deux aviateurs de guerre qui se lancent dans la traversée de l'Atlantique en avion vers l'Irlande en 1919. J'avoue que j'ai été très peu passionnée. Le second raconte quant à lui les tribulations irlandaises d'un esclave noir affranchi qui donne des conférences afin de récolter des fonds pour soutenir les mouvements abolitionnistes aux Etats-Unis. Entre réflexions sur l'esclavage, parallélisme avec l'Irlande sous le joug de l'Angleterre et découverte de la famine et de la pauvreté abyssale qui touche l'Irlande après la seconde guerre mondiale, à l'inverse du premier, ce deuxième chapitre me passionne. Bilan mitigé donc au terme de cette page 100.

  • Antoine Ydraut le 10/08/2013 à 15h02

    A la page 100, si ce n'est la traversée de l'atlantique, les pages suivantes sont aussi longues que la traversée... Je vais poursuivre un peu la lecture, mais le voyage en Irlande de l'esclave noir est très long......
    De plus l'écriture de McCann est dure à lire.

  • Antoine Ydraut le 10/08/2013 à 14h59

    Ce commentaire a été supprimé

  • Antoine Ydraut le 10/08/2013 à 14h58

    Ce commentaire a été supprimé