E;Book

Danièle Lecuppre le 30/06/2013 à 14h56

Pour être certaine de ne pas manquer de lectures,j'ai toujours un E-book dans mon sac ou ma poche,ce qui bien sur n'est qu'un ajout aux livres papier. Mais quand le bouquin est plus que moyen,je pense que la sensation de rejet ou d'indifférence est bien plus forte qu'avec un livre papier:est ce une idée?

  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Annie-France belaval le 08/07/2014 à 16h54

    Oui le livre papier n'est pas moribond mais l'e-book pourrait bien l'obliger à s'améliorer s'il veut ne pas être concurrencé...Jean-Michel sur quel genre de téléphone peut-on avoir 100 livres? Je suis adhérente de Bibliothèques sans Frontières et l'ONG se tourne vers le numérique car souvent en Afrique, il n'y a pas de routes correctes, peu de vraies librairies, peu d'éditeurs etc. et tous ont des téléphones portables qu'ils rechargent facilement mais quels portables faut-il? smartphone? Peut-on vraiment lire un livre sur ce support?

  • Mélanie Ducournau le 05/07/2013 à 10h40

    Moi aussi, accro aux livres depuis toujours, j'avoue tout de même adorer mon e-book offert par mon homme à Noel. C'est vrai qu'il est pratique, j'ai déjà des centaines de livres dessus et c'est hyper pratique. Le poids est toujours le même alors que le contenu non. Cependant, je lui ai quand même demandé de m'offrir également deux housses différentes, comme ça chaque fois que j'ouvre un nouveau livre je la change, histoire d'avoir une couverture différente comme pour le format papier. C'est peut-être bête mais je trouve que ça y fait. Après il est vrai que j'adore avoir une bibliothèque remplie de livre, faire des piles de livres à lire ou déjà lus.
    Il me semble qu'on est bien tous d'accord, le livre papier vivra et très longtemps.

    Mélanie

  • Jean-michel Palacios le 03/07/2013 à 00h15

    Bonsoir Danièle,

    J'ai 100 livres sur mon téléphone portable et un livre dans mon sac à dos pour mes transports journaliers.
    A cela s'ajoute un ou deux journaux.

    Je donne la préférence au livre car je suis devant un écran toute la journée et cela fait du bien de changer de format d'affichage.
    De plus, il y a un lien "charnel" avec le papier qui en fait une grande part du plaisir à retrouver l'histoire qui reste à découvrir derrière chacune des pages.

    Et puis en écrivant ces lignes, je m'aperçois que je suis entouré par les livres de part et d'autre du bureau dans les rayonnages et je trouve cette présence chaleureuse et rassurante.

    A bientôt
    Amitiés
    JM

    PS : bises à Nina

  • Nina Capuchon le 02/07/2013 à 10h12

    Bonjour Danièle,

    Je comprends ce que vous voulez dire. Un e-book n'a pas pour moi la même présence (réalité ?) qu'un livre papier. Je ne sais pas comment l'expliquer mais je le ressens comme plus "volatile". Quand un livre-papier est mauvais, on le regarde, on le tourne dans ses mains et la déception est tangible. Peut-être le range-t-on dans sa bibliothèque, on l'oublie mais de temps à autre, lors d'une recherche ou tout simplement en chassant la poussière, on le "voit" et revient avec lui la sensation ressentie lors de la lecture.

    J'ai une approche plus distante avec l'e-book, le manque d'habitude sans doute. Il apparaît et disparaît en moins de temps qu'il faut pour le dire. Alors, si celui-ci est mauvais, j'ai l'impression qu'une fois refermé, il n'en restera vraiment rien. C'est peut-être dû aussi au fait que je ressens le côté fragile, éphémère, du livre numérique qui peut être "effacé" à la moindre erreur.
    Bonne journée, Nina

  • Camille Fouqué le 30/06/2013 à 15h58

    Ce n'est surement pas une idée. Etudiante je suis une lectrice avide, notamment de E-book (en anglais, je plaide coupable) et il est vrai que fermer un E-book, passer à autre chose est plus simple. Un clic en haut et c'est terminé, il "disparait". Sans vraiment se demander ce que l'on a manqué et sans se rendre compre de ce qu'il restait.

    Quand on a un livre papier dans les mains, on ne ressent pas l'envie de le "trahir" de le fermer sans avoir lu cette dernière page et puis l'on peut se dire facilement "bon, plus que 100 pages, qu'au moins je connaisse la fin avant de le ranger".