ENQUETEUR, INSPECTEUR ou COMMISSAIRE : DES ETRES TORTURES A L'INTERIEUR !!!

Jean-michel Palacios le 08/04/2013 à 14h27

Bonjour à tous, Il semble que le trait commun et récurent de Commissaire de police, enquêteur, inspecteur ou encore détective privé soit une vie triste et désertique, famille en péril et violents souvenirs. Cela aide semble-t-il à résoudre les énigmes. Une occasion de parcourir l'univers du Polar. Ainsi je citerai de prime abord, Fred Vargas et le commissaire Adamsberg en livre et à l'écran, Pauline Delpech et le commissaire Barnabé dans les années 30 - 3 titres que je vous conseille, Jussi Olsen Adler et le cynique Carl Morck - 3 titres supers également, Arnaldur Indridason et le commissaire Erlendur et encore bien d'autres. Ainsi, je vous propose de déterminer l'archétype du commissaire/Enquêteur/Inspecteur/Détective de nos romans et thrillers, l'occasion de découvrir le monde des polars, policiers, série noire, enquêteurs. Le fait de fréquenter certaines couches de la société les entrainent à une certaine morosité à moins qu'ils ne soient eux-même issus de ces couches et donc plus adaptés à les comprendre. Je crois qu'il y a matière et surtout n'hésiter pas à défendre votre favori. Amitiés JM

  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • La Stéph le 03/04/2015 à 11h14

    Bonjour Jean-Michel,

    Je vous remercie de relancer vos précédentes discussions, de cette façon cela me permet de la découvrir ;)

    Pour contrer le stéréotype de l'enquêteur bourru, au passé un peu sombre et préférant la solitude ; je pense au policier Patrick Hedström de la saga de Camilla Läckberg, qui sait allier vie de famille et vie professionnel. C'est un personnage à la vie sociale remplie entre ses deux enfants et sa femme, Erika Falk, qui n'hésite pas à se mêler de ses enquêtes. Une saga que j'apprécie tout particulièrement.

    Mes amitiés.
    Stéphanie

  • Jean-michel Palacios le 02/04/2015 à 13h24

    Bonjour à tous

    Pour les fans de l'écrivain danois Jussi Adler Olsen, voici des adaptations à l'écran dont le premier volet "Miséricorde" est disponible en vidéo à la demande. Parution au cinéma du 2° volet "profanation" dès le 8 avril.

    https://www.facebook.com/Departement.V.Jussi.Adler.Olsen
    http://www.programme-tv.net/news/cinema/64382-les-enquetes-departement-v-misericorde-extrait/

    Amitiés
    JM

  • Jean-michel Palacios le 29/06/2013 à 16h21

    Bonjour à tous,

    Pour redonner un peu de souffle à cette chronique, je vous propose le 4° de couverture de ce très beau livre, richement documenté des 100 ans de "l'histoire de la Crim' " de Matthieu FRACHON.

    L'auteur, grand reporter, a écrit plusieurs ouvrages sur le monde du crime. Passionné d'Histoires, il explore les archives policières pour conter des témoignages étonnants et des affaires qui ont marqué toute une époque (1912-2012).

    "...La Crim' se frotte ainsi aux Corses d'avant-guerre, au Gang des Tractions d'après 45, à l'OAS, au FLN, aux kidnappeurs, aux terroristes, à Guy Georges et aux autres tueurs en série".

    Les grands noms de la Crim' se nomment Guillaume, Massu, Clot, Ottavioli, Martine Monteil et le prénom "Commissaire", une vie de "flic à la Crim' " (Archives de la Préfecture de Police).

    Amitiés
    JM

  • Jean-michel Palacios le 29/05/2013 à 12h33

    Bonjour Florence,

    Apparemment, le commissaire kurt wallander vieillit à la même vitesse que son auteur Henning Mankell. Il aurait le même âge que son auteur à 5 jours près.
    Je vous conseille l'article "Nuit noire en Scandinavie" que je trouve très bien et très accessible à cette société suédoise et ses travers : http://blackwithblue.free.fr/article.php3?id_article=116
    Amitiés
    JM

  • Jean-michel Palacios le 29/05/2013 à 12h25

    Oui Nina, courage, c'est vrai que le grand format est tentant. Il est présent chez FL aussi. Dans le troisième épisode, je trouve que les 3 ou 4 personnages centraux sont vraiment détonants et efficaces. Et le criminel des plus efficaces. La religion au Danemark est présentée comme sectaire et les familles enfermées dans des carcans épouvantables. Ce troisième opus est vraiment très bien. Le commissaire a un ami qu'il héberge chez lui dans un état de handicap important. Sa famille est en vrac et ses relations amoureuses en "chantier". Bref Carl Mørck est désopilant.
    Grosses bises
    JM

  • Florence DUMAIRE le 29/05/2013 à 11h23

    Pour moi , c'est kurt wallander qui l'emporte . Solitaire, insomniaque mais très perspicace... j'adore !

  • jeromine laugel le 27/05/2013 à 14h47

    Pour moi aussi, Adamsberg est mon préféré. c'est certain. Et Fred Vargas ma préférée.

  • Nina Capuchon le 04/05/2013 à 18h52

    Coucou Christelle,

    Rose rejoint l'équipe dans le second roman. Le moins qu'on puisse dire, c'est que nous avons une équipe hétéroclite ! L'enquête est aussi intéressante que la première, je me régale. Ah, Jean-Michel, vivement le 3ème, je crains de ne pas pouvoir attendre sa sortie en poche :-)

    Bonne soirée ! Bises Nina

  • Christelle Garnier le 04/05/2013 à 14h52

    Nina et Jean Michel Bonjour,
    Qui est Rose? je ne l'ai pas encore croisé dans le premier. Le personnage féminin le plus étrange pour l'instant est Vigga son épouse.
    Bises.
    Christelle

  • Jean-michel Palacios le 04/05/2013 à 10h30

    Et attendez-vous à des surprises avec Rose dans le tome 3.
    Bises Nina & Christelle

  • Nina Capuchon le 04/05/2013 à 06h52

    Bonjour Christelle et Jean-Michel,

    C'est vrai que Carl est particulier et un peu désagréable dans le premier, ça s'arrange un peu dans le second. Par contre, Rose m'horripile, envie de la "taper" :-) Il faut reconnaître que tous les personnages valent le détour.
    Bonne journée, bises.
    Nina

  • Jean-michel Palacios le 03/05/2013 à 16h30

    Carl Mørck : voilà qui est fait
    (tu ouvres une fenêtre Word à côté et tu fais insertion caractères spéciaux en cherchant le o barré ou encore Alt+0248 - puis un copier-coller dans cette fenêtre).
    J'ai lu directement le 3° et je l'ai trouvé sympathique, tourmenté et désagréable, tout pour plaire !!!
    Bises
    JM

  • Christelle Garnier le 03/05/2013 à 16h08

    Maintenant que j'ai commencé Miséricorde, première affaire du Département V imaginé par Jussi Adler Olsen, je pense que Carl Morck (apparemment il faudrait barrer le o mais je n'ai aucune idée de comment on fait ça) inspecteur et promu commissaire dans la première moitié du livre, a sa place ici. Personnage torturé, il rentre de congé maladie après avoir pris une balle lors de la découverte d'un corp, à cette occasion il a également vu mourir un de ses équipiers et le deuxième devenir handicapé. De plus il est affublé d'une épouse un peu "bringuezing" qui le quitte afin de vivre dans un abri de jardin au fond d'un jardin d'ouvrier ou elle reçoit sans aucune discrétion une flopée d'amant, mais cependant elle refuse de divorcée et n'hésite pas à lui demander des contributions financière, d'un premier lit elle un enfant qui habite, est entretenu et élevé par Carl. A son retour de maladie, il se montre tellement infect que plus personne ne veut travailler avec lui, il est donc relégué, mais promu, à la direction d'une nouvelle brigade sensé reprendre d'ancienne affaire qui n'ont jamais abouties et sont peu à peu tombé dans l'oubli. Cette promotion est un placard, cette nouvelle brigade étant au départ prévu "fantôme" afin d'obtenir des subventions, mais cela était sans compter sur Carl Morck qui n'a pas du tout l'intention de se faire oublier et laisser mettre au placard.
    Le personnage n'est pas des plus sympathique dans ce premier livre, il faudra suivre son évolution.
    Amitiés et bises.
    Christelle

  • Nina Capuchon le 13/04/2013 à 15h03

    Bonjour J. Michel,

    Hormis ses ouvrages scientifiques publiés sous son vrai nom, j'ai lu tous les livres de Fred Vargas y compris ses essais qui sont très drôles. Je m'aperçois que "L'homme au cercles bleus" est sorti chez Hermé en 1991. J'ai indiqué la date de parution chez Viviane Hamy.

    J'en profite pour corriger mes fautes. Tu en as rectifié une, il s'agit effectivement de "Sous les vents de Neptune", et "Un peu plus loin sur LA droite". Je n'ai pas mis de e au bout de auteur parce que j'ai un peu de mal avec cette féminisation des métiers, je ne le fais pas car c'est du bricolage !

    Au fil du temps, Adamsberg s'est étoffé, sa créatrice nous dévoilant un peu plus de son passé à chaque roman. C'est fou ce qu'elle a pu le rendre réaliste, un jour il finira par s'envoler des pages ! Elle a affirmé qu'elle ne le fera jamais mourir, ouf je suis rassurée :-)

    Bon week-end,
    Bises, Nina

  • Jean-michel Palacios le 13/04/2013 à 12h38

    Bonjour Nina et merci pour cette effervescence toute printanière. Je vois que tu as trouvé l'utilisation du "retour chariot" qui aère le texte et le rend plus agréable à lire.

    Pour moi aussi, Adamsberg est mon préféré et l'interprétation de Jean-Hugues Anglades à la télévision est assez juste. Les enfants de Danglard sont étonnants et enquêtent également. Violette Rétancourt prend une grande dimension (au propre comme au figuré) dans "Sous les vents de Neptune". Je n'ai encore lu "L'armée furieuse". L'édition de tous les livres de Fred Vargas dont je dispose est celle de Viviane Hamy.

    Voici quelques éléments tirés du site de l'éditeur : Fred Vargas est née à Paris en 1957. Fred est le diminutif de Frédérique. Vargas est son nom de plume pour les romans policiers.
    Pendant toute sa scolarité, Fred Vargas ne cesse d’effectuer des fouilles archéologiques. Après le bac, elle choisit de faire des études d’histoire. Elle s’intéresse à la préhistoire, puis choisit de concentrer ses efforts sur le Moyen Âge. Elle a débuté sa « carrière » d’écrivain de roman policier par un coup de maître. Son premier roman Les Jeux de l’amour et de la mort, sélectionné sur manuscrit, reçut le Prix du roman policier du Festival de Cognac en 1986 et fut donc publié aux éditions du Masque.

    « Fred Vargas a inventé un genre romanesque qui n’appartient qu’à elle : le Rompol. Objet essentiellement poétique, il n’est pas noir mais nocturne, c’est-à-dire qu’il plonge le lecteur dans le monde onirique de ces nuits d’enfance où l’on joue à se faire peur, mais de façon ô combien grave et sérieuse, car le pouvoir donné à l’imaginaire libéré est total.
    C’est cette liberté de ton, cette capacité à retrouver la grâce fragile de nos émotions primordiales, cette alchimie verbale qui secoue la pesanteur du réel, qui sont la marque d’une romancière à la voix unique dans le polar d’aujourd’hui.
    Les personnages qui peuplent ses livres sont aussi anarchistes et lunaires que savants. Qu’ils soient férus d’Antiquité ou océanographes, le regard qu’ils posent sur le monde combat le conformisme et l’ordre établi avec pour arme la fantaisie et l’humour. », Jeanne Guyon, Le Magazine Littéraire

    Bises et Amitiés
    JM

  • Nina Capuchon le 13/04/2013 à 08h38

    Bonjour à toutes et à tous,

    Je me suis attaquée de bon matin à Jean-Baptiste Adamsberg, le chouchou d'entre les chouchous :-), le commissaire parisien créé par Fred Vargas. Il apparaît la première fois dans "L'homme aux cercles bleus" (1996). Ce n'est pas encore l'enquêteur fétiche de Vargas qui n'est pas encore l'auteur à succès d'aujourd'hui. Il partage l'affiche avec les 3 Evangélistes historiens (Debout les morts) et Kehlweiler (Sans feu ni lieu, Un peu plus loin sur le droite).

    Adamsberg est un personnage singulier, un contemplatif nonchalant, un "pelleteux de nuages (Les vents de Neptune), flegmatique autant que faire se peut. C'est un rêveur, son esprit a tendance à décrocher pour un oui pour un non. Son adjoint Danglard qui le connaît bien est devenu expert dans l'art de mesurer le "degré de flou" dans son regard.

    Adamsberg a, comme Erlendur (le chouchou n°2), des méthodes d'investigation peu orthodoxes qui échappent à toute logique et qui sont loin de celles enseignées à l'école de police. Lors d'une enquête, des pensées sans queue ni tête naissent et se bousculent dans sa tête, alors il marche, il marche dans Paris jusqu'à y voir plus clair. Cela affole beaucoup Danglard qui souhaiterait un peu plus de rigueur et de cohérence de la part de son patron.

    Sa capacité de distanciation pourrait faire paraître notre homme indifférent à ce qui l'entoure mais en fait son esprit est à l'affût et capte "le détail" que les autres ne voient pas. Imperturbable, il en suit le fil conducteur jusqu'à ce que tout s'agence pour trouver le chemin de la vérité. Je dirais que tout cela se fait un peu malgré lui, qu'il possède une sorte de don pour déchiffrer le monde et les humains.

    Adamsberg est un fataliste, il accepte son incapacité à changer le monde et il fait son travail de flic le mieux qu'il peut avec ténacité et empathie.

    Il vit une histoire d'amour compliquée avec Camille compositeur (trice) et plombier :-) avec qui il a eu un enfant, le petit Tom. Un autre enfant dont il ignorait l'existence est entré récemment dans sa vie, Zerk (Un lieu incertain) qui va certainement prendre de l'ampleur dans les romans à venir. On peut dire qu'il est aussi "innovant" dans son rôle de père !

    Et puis, il y a l'équipe sans qui Adamsberg ne serait pas Adamsberg, tout aussi improbable que lui, toute une clique de personnages fantasques et attachants :

    - Danglard, son bras droit au savoir encyclopédique, papa-poule (5 enfants qu'il élève seul), grand consommateur de vin blanc (toujours une bouteille dans son tiroir), qui est aussi son ami.

    - Violette Retancourt, lieutenant, gigantesque, bon sens et esprit pratique, sur qui il peut compter quoi qu'il arrive et qu'il surnomme "La déesse"
    .
    - Veyrenc le Béarnais, lieutenant, qui parle en alexandrins.

    - Estalère le brigadier considéré par l'équipe comme "l'idiot" et que le commissaire a pris sous son aile.

    - Froissy obsédée par la nourriture et qui en cache partout dans le commissariat.
    - On n'oublie pas La boule, le chat qui a choisi pour maîtres Danglard et Retencourt.

    Amis lecteurs, bon week-end.
    Amitiés, Nina

  • Jean-michel Palacios le 12/04/2013 à 00h43

    Je reprends le flambeau avant le feu ne s'éteigne. Voici donc les Enquêteurs policiers et vous ne manquerez pas de trouver de nombreuses adaptations sur le petit et le grand écran. Comment était-il ? En tout cas des caractères bien trempés.
    A vous de compléter les personnages et leurs tempéraments ainsi que leurs passés tourmentés.
    Amitiés
    JM

    L'avocat détective Perry Mason, créé par Erle Stanley Gardner (un de mes préférés également)

    Le colonel Perceval March et Henri Bencolin de John Dickson Carr

    Maud Graham, détective à la police de Québec, créée par Chrystine Brouillet

    Dave Robicheaux, lieutenant de police démissionnaire, créé par James Lee Burke

    Le commissaire Montalbano, créé par Andrea Camilleri (Je me demande si ce n'est pas Bernard Tapi qui joue le rôle à l'écran)

    Harry Bosch, créé par Michael Connelly (là également, il y a une fan)

    Kay Scarpetta, médecin-légiste, créée par Patricia Cornwell (j'ai déjà 6 épisodes)

    Antoine San-Antonio, créé par un San-Antonio (Frédéric Dard) à l'imagination langagière très débridée (autant pour l'enquêteur que pour l'écriture)

    L'inspecteur Cadin, créé par Didier Daeninckx

    L'Inspecteur Endeavour Morse, créé par Colin Dexter

    L'inspecteur Erik Winter, créé par Åke Edwardson

    Le lieutenant de police Mary Lester, créé par Jean Failler

    Le Commissaire Van der Valk, créé par Nicolas Freeling

    Le inspecteur Jonathan Stride, créé par Brian Freeman

    Inspecteur Lecoq, agent de la sûreté, créé par Émile Gaboriau

    Thomas Lynley et Barbara Havers, créés par Elizabeth George

    L'inspecteur Charlie Resnick, créé par John Harvey

    Le lieutenant Joe Leaphorn et le policier Jim Chee, tous deux Navajos, créés par Tony Hillerman

    Les inspecteurs Ed Cercueil et Fossoyeur Jones (Ed Coffin et Gravedigger Jones en anglais) des romans de Chester Himes

    Fabio Montale, héros de la trilogie marseillaise de Jean-Claude Izzo (policier puis détective privé)

    Adam Dalgliesh, le policier-poète, créé par Phyllis Dorothy James

    Frank Cabernet, l'inspecteur de la répression des fraudes, créé par Jean-François Gautier

    Le juge Li Jianjia de Pékin, créé par Mi Jianxiu ou peut-être son « traducteur » Michel Imbert

    L'inspecteur Harjunpää de la police d'Helsinki, créé par l'auteur finnois Matti Yrjänä Joensuu

    L'inspecteur Ghote, créé par H. R. F. Keatings, à Bombay

    Le commandant Camille Zegranian de la PJ de Sarlat, Dordogne, créé par Claude L'Hermitte

    Le commissaire Guido Brunetti à Venise, créé par Donna Leon

    Le commissaire Kurt Wallander, du Suédois Henning Mankell

    L'inspecteur Harry Hole (prononcer « holy ») de la police d'Oslo de l'auteur norvégien Jo Nesbø

    Le commissaire Roderick Alleyn, créé par Ngaio Marsh

    L'inspecteur Steve Carella et la brigade du 87e District, créés par Ed McBain

    L'inspecteur John Rebus, créé par Ian Rankin, en Écosse

    L'inspecteur Wexford, créé par Ruth Rendell

    Le commissaire Jules Maigret, créé par Georges Simenon (j'ai beaucoup aimé Bruno Cremer dans le rôle)

    Le commissaire Jean Levigan, créé par Carine Marret

    Le commissaire Frontaine, à Paris, créé par Karine Hury

    L'inspecteur Lucas Davenport, créé par John Sandford

    L'inspecteur Martin Beck, créé par Maj Sjöwall et Per Wahlöö dans une Suède très quotidienne

    L'inspecteur Napoléon Bonaparte, actif dans le Bush australien, créé par Arthur Upfield, créateur du polar ethnologique

    De Gier et Grijpstra, les « flics d'Amsterdam », créés par Janwillem van de Wetering

    Le commissaire parisien Adamsberg créé par Fred Vargas (un de mes préférés)

    L'inspecteur principal Chen Cao de la police de Shanghai, créé par Qiu Xiaolong

    La détective Kate Brannigan, installée à Manchester, créée par Val McDermid

    Le commissaire Armand Pierucci, vivant à Bonifacio, Corse du Sud, créé par Marie-Hélène Ferrari

    Le commissaire Erlendur Sveinsson en Islande, créé par Arnaldur Indriðason (là je sais qui en est dingue !!!)

    La détective indienne à la retraite Miss Lalli à Bombay, créée par Kalpana Swaminathan

    Le couple de policiers Aicha et Michael, créé par Tafsir Ndické Dièye

    L'inspecteur Alan Banks, enquêtant dans le Yorkshire, créé par Peter Robinson, auteur britannique, couronné de nombreux prix dont le prestigieux Anthony Award

    L'agent spécial Aloysius X. L. Pendergast, mystérieux agent du FBI créé par Douglas Preston et Lincoln Child (là je connais une autre fan !!!)

    L'inspecteur Hieronimus Bosch (appelé Harry) est inspecteur de police à Los Angeles dans les romans policiers de Michael Connelly

    Le commissaire Van In, sa compagne la juge d'instruction Hannelore Martens et l'inspecteur Versavel (personnages de Pieter Aspe)

  • Christelle Garnier le 11/04/2013 à 08h42

    Bonjour Séverine, j'ai fais comme toi j'ai voulu commencer par le 1er et de ce fait j'ai lu "La cité des jarres" et franchement j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dedans, univers étrange, écriture pas facile, mais bon au fur et à mesure on s'habitue et bien avant la fin on fini par apprécier le style. Je profite de mes pérégrination en brocante le we pour trouver "La femme en vert" au détour d'un étalage. Bises.

  • Nina Capuchon le 11/04/2013 à 08h26

    Bonjour Séverine,

    Effectivement, il faut commencer par "La cité des jarres" qui est un des plus sombres et pas celui que j'ai préféré. Moi, je l'ai découvert dans "La femme en vert" qui est excellent et j'ai poursuivi par ceux que J. Michel a cités. Il n'apparaît pas dans Betty, dans La rivière noire, La muraille de lave.
    Il revient dans le roman qui vient de paraître "Etranges rivages" que je n'ai pas encore lu mais qui, paraît-il, est très prometteur.
    C'est vrai que dans les romans nordiques, on est toujours un peu destabilisés au départ par les noms mais on s'y fait :-)

    Bonne journée, amitiés Nina.

  • Séverine Schoettel le 10/04/2013 à 23h04

    Merci Jean-Michel !
    Ah mince, il y en a encore beaucoup qui ne sont pas traduits...
    Certains titres islandais me paraissent imprononçables surtout le dernier. C'est une langue vraiment différente de la nôtre.
    Bises.
    Séverine

  • Jean-michel Palacios le 10/04/2013 à 22h59

    Bonsoir Nina et Séverine,
    Bises
    JM

    Je ne résiste pas à l'envie de vous glisser la liste rien que pour les titres originaux. Pour ma part, je les ai dans l'édition du Métailié et donc sauf erreur "La cité des jarres" inaugure la saga :

    Synir duftsins (1997) - Inédit en français
    Dauðarósir (1998) - Inédit en français
    Mýrin - La Cité des Jarres (2000) / trad. de l'islandais par Éric Boury
    Grafarþögn - La Femme en vert (2001) / trad. de l'islandais par Éric Boury
    Röddin - La Voix (2002) / trad. de l'islandais par Éric Boury
    Kleifarvatn - L'Homme du lac (en) (2004) / trad. de l'islandais par Éric Boury
    Vetrarborgin - Hiver arctique (2005) / trad. de l'islandais par Éric Boury
    Harðskafi - Hypothermie (2007) / trad. de l'islandais par Éric Boury
    Myrká - La Rivière noire (2008) / trad. de l'islandais par Éric Boury
    Svörtuloft (2009) - Inédit en français
    Furðustrandir (2010) - Inédit en français
    Einvígið (2011) - Inédit en français
    Reykjavíkurnætur (2012) - Inédit en français

  • Séverine Schoettel le 10/04/2013 à 22h41

    Bonsoir Nina,
    Tu pourrais me dire quel est le titre du premier tome de Arnaldur Indridason ? J'aimerais découvrir ton chouchou mais j'aime commencer par le début ! Merci pour ton aide.
    Bises
    Séverine

  • Nina Capuchon le 10/04/2013 à 21h37

    Bonsoir amis lecteurs,

    En l'écrivant, j'ai aussi pensé à ce double sens et je me suis dit que tu allais fatalement rebondir dessus J. Michel !

    Si on parlait de l'un de mes commissaires chouchous
    .
    Erlendur Sveinsson, plus connu sous son seul prénom Erlendur, est le personnage principal d'une série de romans policiers de l'auteur islandais Arnaldur Indridason.

    Erlendur est commissaire de police à Reykjavík. Issu d'une famille qui vivait dans la campagne islandaise, il en est parti pour rejoindre la capitale à la suite d'un drame. Il a été marié à Halldora dont il a eu deux enfants Eva Lind et Sindri Snaer. Un beau jour, il a quitté le domicile familial sans aucune explication et l'épouse abandonnée ne lui a pas pardonné cette trahison. Elle a notamment refusé qu'il revoit ses enfants et Erlendur n'a pas insisté. Sa fille ne comprendra pas pourquoi il ne s'est pas battu pour obtenir un droit de garde.

    Erlendur est un mélancolique voire dépressif, un taciturne, un "taiseux" qui agit selon un mode de raisonnement très personnel et souvent incompréhensible pour ses collègues Elinborg et Sigurdur Oli. D'ailleurs, il ne se comprend pas lui-même. Il marche à l'instinct.

    On devine très vite qu'il est porteur d'un lourd secret que l'auteur va nous dévoiler dans "La femme en vert". Au chevet de sa fille toxicomane hospitalisée pour une fausse-couche, Erlendur a entendu dire qu'il fallait parler aux comateux. Alors, comme il ne sait pas trop quoi dire, il lui révèle ce qui n'a jamais cessé de le tourmenter. On comprend alors pourquoi il se passionne pour les mystères d'anciennes disparitions et pourquoi il collectionne les livres qui parlent de ce sujet.

    Erlendur a la rudesse des paysages et du climat de son pays mais cela n'en fait pas pour autant un être associal. Il est attentif aux états d'âme de ses collègues, et en empathie totale avec les victimes de ses enquêtes et leurs familles.

    Un sacré bonhomne et tellement attachant qu'on aimerait bien l'avoir comme ami.

    A bientôt, bises Nina

  • Séverine Schoettel le 10/04/2013 à 20h15

    Bonsoir tout le monde.
    Juste un petit passage : Jean-Michel, j'adore ton dernier jeu de mots !!!
    Bises et à bientôt
    Séverine

  • Jean-michel Palacios le 10/04/2013 à 18h52

    "Trop de PS tue le PS" disait Nina plus haut.

    C'est vraiment d'actualité à la réflexion ;-)
    Bises
    JM

  • Jean-michel Palacios le 10/04/2013 à 11h55

    Il faut croiser les informations. Wikipédia n'est pas forcément une référence à 100%. "Peux mieux faire". Merci pour ta vigilance.
    Bises
    JM

  • Christelle Garnier le 10/04/2013 à 09h27

    Jean Michel, j'exposais le cas de Kinsey Millhone héroïne de l'ABCdaire de Sue Grafton dans mon premier post sur cette discussion, mais je me permets de te contredire, elle ne déjeune pas chez Mcdo, mais chez Rosie, qui tient un bouiboui peu ragoutant d'après la description (table qui colle...) et qui vous sert ce qu'elle veut selon comment elle vous imagine et qui se vexe si vous la contrariez en faisant votre propre commande. Elle fini par épouser le frère du propriétaire de Kinsey. Bises. Christelle

  • Jean-michel Palacios le 10/04/2013 à 00h15

    Bonsoir à toutes et tous,

    Poursuivons nos pérégrinations dans le monde des enquêteurs dont certains devraient vous appelez à des lectures à lire ou déjà lointaines mais aussi à des très bonnes adaptations au cinéma et à la télévision.
    Je pense que les enquêteurs sont moins tourmentés, un certain succès avec les femmes mais pour des liaisons "volatiles" et récurrentes, ils en prennent souvent plein "le buffet", fument ou se droguent, ils ont parfois des coups de génie et des coups de folie...
    Amitiés
    JM

    La distinction détective privé / détective institutionnel est parfois floue et bien souvent le héros est policier dans les premiers épisodes, puis démissionne de la police pour devenir « privé ».

    Matt Scudder, ancien flic alcoolique de New York reconverti en privé, créé par Lawrence Block

    Philip Marlowe, créé par Raymond Chandler

    Hercule Poirot, détective privé belge (et ancien policier), créé par Agatha Christie

    Sherlock Holmes, détective privé, muni de son violon et sa pipe, créé par Arthur Conan Doyle

    Stephanie Plum, ancienne vendeuse en lingerie reconvertie en chasseuse de primes, créée par Janet Evanovich

    Kinsey Millhone, détective privée californienne, vedette de la série « alphabétique » (tous les titres de romans commencent par une lettre différente de l'alphabet), et grande amateur de repas chez McDonald's, créée par Sue Grafton

    Sam Spade, créé par Dashiell Hammett

    Regan Reilly créée par Carol Higgins Clark

    Bernie Gunther, détective privé allemand, ancien policier, créé par Philip Kerr

    Lew Archer, détective privé, créé par Ross Macdonald

    Nestor Burma, détective privé, le fondateur de l'agence Fiat Lux muni de sa pipe en forme de taureau, créé par Léo Malet (avec Guy Marchand à la télé)

    Pepe Carvalho créé par Manuel Vázquez Montalbán

    Mike Hammer créé par Mickey Spillane (mon préféré à la télé)

    Varg Veum, créé par le Norvégien Gunnar Staalesen

    Nero Wolfe, l'homme aux orchidées, créé par Rex Stout, et son comparse Archie Goodwin

    Miss Maud Silver, détective privée, créée par Patricia Wentworth

    V. I. Warshawski, détective privée à Chicago, créée par Sara Paretsky

    Dave Brandstetter, enquêteur pour une compagnie d'assurances, homosexuel, personnage créé par Joseph Hansen

    Roger Borniche, célèbre policier de l'après-guerre (567 arrestations) reconverti détective, notamment pour des compagnies d'assurances, mettra en mémoire certaines de ses enquêtes : « Dossiers très privés » (1999) Le Privé (1996 - Presses de la Cité), une très bonne référence française.

    Harry Dickson (le Sherlock Holmes américain), célèbre détective privé secondé par Tom Wills, les nouvelles sont traduites du néerlandais puis réécrites par Jean Ray

    Precious Ramotswe, propriétaire de la No. 1 Ladies' Detective Agency de Gaborone (Botswana), créée par Alexander McCall Smith (enfin une femme !!!).

  • Christelle Garnier le 09/04/2013 à 19h18

    Nina, Ma troisième pierre pour cette discussion je tente le muret, pour le mur me paraît ambitieux (sourire). Non Stephen King ne reprend pas de héros au fil de ses livres, à part bien sur dans la saga de la "Tour sombre", mais rien à voir avec le thème proposé par Jean Michel.
    Bises. Christelle

  • Nina Capuchon le 09/04/2013 à 17h12

    Bonsoir Christelle,

    Ces deux écorchés de la vie, Franck Sharko et Lucie Hennebelle étaient ta pierre :-) ! Pas de héros récurrent chez Stephen King ?
    Bises Nina

    Jean-Michel, trop de PS tuent le PS !

  • Jean-michel Palacios le 09/04/2013 à 16h31

    Ouah !!!! ;-)
    PS : Ouah !!!! ;-)
    PS1 : vous êtes trop fortes !!! un vrai bonheur.
    PS 2 : je complète ce soir en rentrant...
    PS 3 : amitiés & bises JM

  • Christelle Garnier le 09/04/2013 à 16h18

    Je suis étonnée d'être la première à parler des 2 héros de Franck Thilliez (ou alors j'ai lu en diagonale) donc pour ceux qui ne connaitrait pas : Franck Sharko commissaire torturé qui a vécu l'enlèvement et la séquestration de sa femme enceinte, puis la mort de celle çi et de leur fille dans un accident de la circulation, peut à peut il devient schizophrène entend des voix et à des hallucinations, en plus il faut dire que Franck Thilliez a l'art et la manière de plonger son héro dans des meurtres plus horribles les uns que les autres. Ensuite il rencontre Lucie, mère célibataire de jumelle et flic, qui va le rejoindre dans sa folie après le meurtres de ses 2 peittes filles. Amitiés et Bises

  • Nina Capuchon le 09/04/2013 à 16h08

    Re-bonjour (je ne travaille pas aujourd'hui !)

    Séverine, je suis comme toi, mais que fait donc Fred Vargas ? Je ne connais pas Chris Carter, j'ajoute "La marque du tueur" à ma PAL car il a d'excellentes critiques et je te fais confiance.

    Bon allez, encore une petite pierre à cet édifice !

    Impossible de ne pas parler ici de la forte tête Hieronymus Bosch (nom inspiré du peintre hollandais), personnage récurrent des romans de Michael Connelly, Harry pour les intimes.
    Né en 1950, orphelin (sa mère prostituée a été assassinée), ballotté du foyer en familles d'accueil et re-foyer car c'est un enfant "difficile", il est adopté à l'âge de 16 ans. A 18 ans, il s'engage dans l'armée et part combattre 2 ans au Vietnam. Il sort de l'Académie de police en 1972 et après avoir été agent de patrouille pendant 5 ans, il intègre la Criminelle de Hollywood puis celle de Los Angeles. Il prend sa retraite en 2002 mais reprend du service d'abord en tant que privé puis de nouveau au LAPD. Entretemps, il découvre qu'il a une fille de 4 ans, Madeline, que son épouse décédée lui avait cachée (source Wiki).

    Harry habite à LA dans une maison construite en bord de colline sur des piliers en acier avec une vue à couper le souffle et loue un appartement à Las Vegas pour se rapprocher de sa fille.

    Flic qui n'en fait qu'à sa tête, Bosch génère beaucoup d'animosité chez ses supérieurs hiérarchiques. Impulsif et obsessionnel, il est souvent borderline et peut sortir du cadre légal lors de ses enquêtes mais il est d'une intégrité sans faille. Son parcours de flic est jalonné de rappels à l'ordre, de mises sur la touche ou de congés forcés.

    Il est du genre rigide avec une morale et des principes un peu désuets. Un tantinet réfractaire aux nouvelles technologies, c'est un flic "à l'ancienne" qui se fie beaucoup à son instinct et de l'instinct il en a beaucoup, Harry, ce qui fait de lui un enquêteur hors pair. Sinon, il est fumeur, consommateur d'alcool (bière), et grand amateur de Jazz.

    Hanté par son passé douloureux et ses souvenirs du Vietnam, obnubilé par ses enquêtes, Bosch n'est pas le candidat idéal pour une vie familiale stable et toutes les femmes qui ont partagé sa vie s'en sont allées. Dans les derniers romans, on le sent nettement apaisé par la présence de sa fille, investi par cette nouvelle responsabilité qu'elle représente.

    Connelly qui publiera en novembre aux Etats-Unis la dix-huitième enquête de Bosch en vingt ans de carrière, "The Black Box", travaille actuellement à l'adaptation du personnage pour la télévision en compagnie d'un scénariste particulièrement rôdé à ce genre de production. Eric Overmyer a mis sa patte sur des épisodes d' "Homicide", "New York Police Judiciaire", "New York Section criminelle", "New York Unité spéciale".
    Je suis très curieuse de savoir quel acteur endossera le rôle de notre pur et dur inspecteur.

    Ok, je laisse la place ;-).

    A bientôt. Bises à mes amis lecteurs. Nina

  • Séverine Schoettel le 09/04/2013 à 15h27

    Bonjour tout le monde !

    Encore une discussion ouverte par JM qui nous permet d'échanger et de partager sur un nouveau sujet passionnant.

    Comme Nina, mon préféré est Jean-Baptiste Adamsberg qui me manque beaucoup car il y a bien trop longtemps que Fred Vargas nous le rend silencieux...

    J'espère ne pas avoir lu trop vite tous les commentaires dans cette discussion et ne pas faire de doublon mais, pour ma part, je vais suivre de prés les péripéties du détective Rob Hunter. Ce personnage apparaît dans l'excellent roman de Chris Carter "La marque du tueur" qui est un des meilleurs thrillers que j'ai lu.
    Je n'ai pas encore lu la suite "Le prix de la peur" dans lequel on pourra retrouver ce personnage.
    J'attends d'avoir lu ce deuxième tome pour vous brosser son portrait avec plus de détails (je sais que j'ai adoré ce personnage mais ma mémoire me fait parfois défaut quand une lecture remonte à trop longtemps...)

    A bientôt mes amis lecteurs.
    Bises

    PS : (je sais que JM adore les PS !) En plus, le partenaire de Rob Hunter se nomme Garcia, et de ce fait je l'aime encore plus ! ;o)

  • Christelle Garnier le 09/04/2013 à 12h05

    Nina, je n'y avais pas pensé mais j'ai en effet moi aussi rencontré Pendergast, premièrement dans la "Chambre des curiosités" qui est mon premier roman lu de Preston & Child, je les retrouvé par la suite dans "Relic" et "Les croassements de la nuit". Le personnage est pour le moins étrange, presque irréel. J'aime beaucoup l'écriture à 4 mains de Preston & Child, j'ai en attente de lecture dans ma blibliothèque "Le grenier des enfers". Sinon également en attente et écrit à 4 mais j'ai "Le monstre de Florence" de Preston & Spezi cette fois. A voir!!!!
    Sinon dans le genre torturé nous avons Carol Jordan qui a pris vie sous la plume de Val McDermid. Je l'ai pour ma part rencontré au fil des pages de "La souffrance des autres" le premier et seul roman (pour l'instant) que j'ai lu de cette auteur. Carol dirige une nouvelle brigade d'élite à son retour de congé maladie suite à un viol récent, fragilisé elle est soutenu par un amis psychologue profileur.
    Amitiés et bises. Christelle

  • Sandrine Fernandez le 09/04/2013 à 12h03

    Merci Nina pour cette belle présentation! J'ai beaucoup aimé La chambre des curiosités et je m'étais promis de faire plus ample connaissance avec Aloysius Pendergast. Les livres sont là, seul le temps manque...

  • Nina Capuchon le 09/04/2013 à 10h37

    Ah j'oubliais, merci J. Michel pour cette nouvelle discussion qui, comme le dit Sandrine, risque d'entraîner une volubilité chez nos amis lecteurs. Il faut dire qu'il y a de la matière !

    Bises à toi, Nina

  • Nina Capuchon le 09/04/2013 à 10h27

    Bonjour tout le monde,

    Ma préférence va sans nul doute à Jean-Baptiste Adamsberg mais je vais plutôt parler ici d'Aloysius Pendergast, moins connu, qui apparaît d'abord dans les romans de Preston et Child comme personnage secondaire dans "Relic" et "Le grenier des enfers" (que je n'ai pas lus) puis comme principal protagoniste dans "La chambre des curiosités". Une trilogie lui est réservée : Le violon du diable, Danse de mort, Le livre des trépassés.

    Pendergast est agent du FBI et le personnage est pour le moins atypique. Tout d'abord, il a un physique hors norme. Il est grand, mince, a une peau très pâle, des yeux gris-bleu limpides. Ses cheveux sont blonds presque blancs. Il s'habille quel que soit le lieu ou la saison d'un costume noir taillé sur mesure en Italie et ceux qui le rencontrent évoquent parfois son apparence de croque-mort. Moi, je l'imagine souvent sous les traits de David Bowie à une certaine époque, dans "Les prédateurs". Il est élégant, gracieux et se déplace très silencieusement (ses apparitions subites surprennent ses acolytes).

    Aloysius suscite l'intérêt par son intelligence, son discernement, sa capacité d'analyse et de déduction, son esprit scientifique, une faculté de concentration qui frise le surnaturel, ses qualités humaines et, il faut bien le reconnaître, son grain de folie. Il est enjôleur, courtois et extrêmement habile.

    En principe, il travaille à la Nouvelle Orléans mais voyage fréquemment sur les lieux d'enquêtes qui l'intéressent et qui sont souvent des affaires de tueurs en série.

    Il est propriétaire d'une Rolls-Royce de 1959 et il a pour chauffeur et assistant personnel un homme très mystérieux qui répond au nom de Proctor. Vous l'avez deviné, Pendergast est riche. Il est le descendant d'une famille qui a officiellement fait fortune dans l'industrie pharmaceutique mais il semblerait que cette fortune ait été bâtie sur une escroquerie, un élixir de charlatan qui aurait causé des préjudices graves et même tué certains clients.

    Il existe un gros point noir dans la biographie de notre héros, une propension à la folie qui accable sa famille depuis des générations dont beaucoup de membres ont commis des crimes horribles et/ou ont fini leurs jours dans des asiles psychiatriques. Il lui reste un frère diabolique qui lui voue une haine farouche et qui cherche à l'éliminer. Ses amis qu'il met souvent dans des situations pas possibles, sont peu nombreux mais lui font entièrement confiance.

    Vous l'aurez deviné, sous les apparences d'une machine bien huilée et terriblement efficace, Pendergast cache une âme tourmentée par la culpabilité vis à vis de son frère et surtout la crainte d'être lui-même porteur de la tare génétique qui se transmet dans sa famille.

    Encore un beau spécimen d'enquêteur hanté par ses démons !

    Bonne journée.
    Amitiés, Nina

  • Sandrine Fernandez le 09/04/2013 à 10h18

    Une belle liste! Je ne résiste pas à l'envie de la compléter avec les détectives amateurs qui me viennent à l'esprit...
    Les religieux:
    -Frère Cadfaël, le moine d'Ellis Peters. Première enquête : Un cadavre de trop
    -Soeur Fidelma et Frère Eadulf de Peter Trémayne. preière enquête: Absolution par le meurtre

    Les journalistes:
    -Einar, l'islandais d'Arni Thorarinsson. Première enquête: Le temps de la sorcière
    -Dan Starckey, le nord-irlandais de Colin Bateman. Première enquête : Divorce, Jack!
    -Constantin, le photographe marseillais d'origine grec de Gilles Del Pappas. Première enquête : Le baiser du congre

    Les inclassables:
    -Stéphanie Plum, ex-représentante en lingerie convertie en chasseuse de prime de Janet Evanovich. Première enquête: La prime
    -Bubbles Yablonski, la coiffeuse/journaliste de Sarah Strohmeyer. Première enquête : Bubbles se lâche

    Je sens que je vais être inépuisable sur le sujet!

  • Jean-michel Palacios le 09/04/2013 à 09h31

    Pour poursuivre , voici quelques références puisées dans ma source habituelle.

    Détectives amateurs
    Albert Campion créé par Margery Allingham

    Père Brown, prêtre catholique anglais, créé par Gilbert Keith Chesterton

    Sir Henry Merrivale et le docteur Gideon Fell créés par John Dickson Carr

    Miss Jane Marple, aimable armchair detective, créée par Agatha Christie

    le docteur Watson médecin et ami du détective Sherlock Holmes, créé par Arthur Conan Doyle

    Franck Kaska détective surréaliste créé par Daniel Gindraux

    le rabbin David Small, créé par Harry Kemelman

    Joseph Rouletabille, journaliste, créé par Gaston Leroux

    Mr Iwa (Kookichi Iwanaga), le libraire de La librairie Tanabe, roman japonais de Miyuki Miyabe

    Hildegarde Withers, excentrique new-yorkaise, créée par Stuart Palmer

    Le Duo Aicha et Michael, dans les romans de Tafsir Ndické Dièye

    Gabriel Lecouvreur dit « le Poulpe », enquêteur libertaire créé par Jean Bernard Pouy

    Lord Peter Wimsey créé par Dorothy L. Sayers

    C.F. Wong, maître de feng shui de Hong Kong, créé par Nury Vittachi écrivain sri lankais

    Murray Whelan, attaché parlementaire australien, créé par Shane Maloney, écrivain australien

    Myron Bolitar, agent sportif, ancien membre du FBI, créé par Harlan Coben, écrivain américain

    Tommy et Tuppence Beresford (« Associés contre le crime »), créés par Agatha Christie

    Kate Fansler, universitaire américaine, créée par Amanda Cross

    Hitchcock Sewell, croque-mort américain, créé par Tim Cockey

    Isidore Beautrelet, dans "L'aiguille creuse", créé par Maurice Leblanc

    C'est un bon début et il y en a plein d'autres. Mais c'est surtout leurs caractères, leurs méthodes et le trait commun qui les caractérisent. A vous de jouer.
    Il y a d'autres que vous allez citer avec quelques livres à lire bien sûr.
    Amitiés
    JM

  • Jean-michel Palacios le 09/04/2013 à 09h28

    Alors il existe également (merci Sandrine) des enquêteurs un peu plus stables et moins écorchés vifs. Merci pour cette promenade entre Italie et Scandinavie.
    Je nous espère plein d'autres références car le sujet semble ouvert et inépuisables. Amitiés JM

  • Sandrine Fernandez le 09/04/2013 à 09h14

    Bonjour!
    J'ai envie d'aller à contre-courant et parler de quelques policiers sobres, équilibrés et heureux en ménage.
    Le premier est Guido Brunetti. Le commissaire de Donna Leon officie à Venise. Si dans sa profession il doit composer avec l'incompétence de son chef et avec la corruption qui règne dans sa ville et dans le pays tout entier, il sait qu'il trouvera toujours du réconfort auprès de sa femme, l'intellectuelle et fine cuisinière Paola, et de ses deux enfants.
    Direction le Nord de l'Europe et la petite île suédoise de Gotland avec l'inspecteur Anders Knutas de Mari Jungstedt. Confronté à des enquêtes qui parfois le rongent, il sait qu'il peut toujours compter sur le soutien de sa femme, son point d'équilibre qui l'empêche de sombrer.
    Toujours la Suède mais cette fois à Stockholm, la capitale du pays. C'est là que le commissaire Connie Sjöberg mène ses enquêtes. Et même quand il traque un tueur en série particulièrement malin, il n'oublie pas de consacrer un peu de son temps à sa vie de famille. Heureux en ménage avec sa femme Asa, il essaie d'être présent, discute de son travail, reçoit des amis, bref mène une vie normale.
    Voilà ma petite contribution à cette intéressante discussion.

  • Jean-michel Palacios le 08/04/2013 à 20h48

    Oui tout à fait et Merci Christelle pour ce témoignage qui finalement va dans le sens de ces personnages très torturés de l'intérieur... Bises ps ;: je fonce prendre mon train pour rentrer. Amitiés JM

  • Christelle Garnier le 08/04/2013 à 16h57

    Bonjour Jean Michel, encore une nouvelle chronique à ton actif M. le Maire, je suis admirative devant tant d'imagination et d'inspiration.
    Doit on se limiter aux commissaires? un détective privé ça te va aussi?
    Car pour ma part j'ai un gros faible pour l'abcdaire de Sue Grafton et son héroïne détective privée Kinsey Millhone. Ancien flic, divorcée, quelques aventures, dont une récurente quand le monsieur lui même détective privée daigne faire un tour à Santa Térésa ville ou habite Kinsey. Elle vie dans un garage rénové en appartement, son propriétaire est un vieux monsieur adorable qui s'assure qu'elle mange et qui l'aide à soigner ses plaies multiples au physique comme au moral. Sinon elle ne porte que des jean's et des tee-shirts et se coupe les cheveux elle même et on verra bien le résultat. De son propre avoeu elle hérite toujours d'affaire "pourries" (ce sont ces mots pas les miens) et même celle qui paraît simple ou ennuyeuse, routinière fini forcément par des problèmes, selon les cas on la retrouve tabassée et jetée dans une poubelle, son appartement est dynamité, elle prend une balle dans l'épaule,....
    Ensuite il y a le héro de MO Hayder : Jack Caffrey, que l'on rencotre dans Birdman, complètement hanté par la disparition de son jeune frère quand ils étaient tout deux enfants et incapable de vivre sa vie d'homme normalement. J'ai moins de mots pour le décrire car je ne l'ai croisé que dans Birdman et L'Homme du soir, puisqu'il n'est pas présent dans Tokio. Voilà un petit début.
    Bises. Christelle