LA LECTURE VOUS A-T-ELLE AIDE A GRANDIR !!!

Jean-michel Palacios le 30/06/2012 à 22h52

Bonjour à tous et toutes, Il y a comme cela de ces livres qui vous aident à grandir, à aimer, à rêver, à souffrir et à haïr, à pleurer et à rire. Alors, sans vouloir déflorer ce sujet, j'ose espérer secrètement que vous ne laisserez pas passer cette chronique. Il y a vraisemblablement dans vos lectures d'enfance, d'adolescent, d'adulte et au bout de la route de grand sage, des titres et des auteurs qui d'un seul coup vous ont ouvert des "portes et de fenêtres" du coeur ou de l'esprit. Je vous attend sur la "place des émotions". J'ai posé une table et quelques chaises. Venez me rejoindre. Amicalement Jean-Michel

  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Jean-michel Palacios le 30/05/2013 à 09h33

    Bonjour Philippe et merci de votre fidélité,

    Voilà finalement un sujet qui ne vous laisse pas indifférent.

    Je ne connaissais par les séries allemandes "TKKG" de Stefan Wolf (pseudo).

    Mais votre évocation me rappelle "la cité du champ de manoeuvre" à Soyaux en banlieue d'Angoulème où nous arpentions les ruines d'un ancien casernement en bordure des cités HLM et du bois. Il y avait là de quoi imaginer des aventures de combat de rue avec des armes de bois ou de carton.

    Le "Mur de l'Atlantique" est une ligne de défense très grande. En dehors des plages de débarquement très connues, je vous conseille les pistes cyclables qui vont de la pointe de Grave vers Arcachon et vers Bordeaux également.

    Ancienne desserte logistique par endroit pour relier les postes d'observation et de défense, ces pistes offrent un voyage dans le temps (nombreuses casemates et blockhaus) et dans les senteurs des pins et le bruit du vent et de la mer sur des kilomètres.

    Évasion garantie

    Amitiés
    JM

  • Philippe Taulet le 29/05/2013 à 10h09

    Bonjour, Et merci Jean Michel pour ce nouveau sujet et pour ce souvenir. Moi aussi j'avais adoré Jules Verne étant enfant, mais je dois bien reconnaître que les livres de la bibliothèque rose me faisaient rêver, surtout les TKKG de l'allemand Stéfan Wolf. Le club des 5 aussi. Alors avec mes copains on partait sur les ruines des blockhauss du mur de l'Atlantique et on s'inventait nous aussi des histoires d'aventure à n'en plus finir (Car j'ai grandi et je vis toujours face à l'océan). On construisait des cabanes et on se cachait dans les ruines de béton armé. Seule réelle aventure un jour on s'est retrouvés au beau milieu de manoeuvres militaires qui étaient bien réelles celles là et on s'est fait gronder par des soldats et des officiers. Résultats on a filé sur nos vélos à une vitesse digne de bons sprinteurs et on a un peu laissé tombé. Par la suite j'ai adoré Ravage de Barjavel et Malevil de Robert Merle. Ce genre d'histoire me fait toujours m'évader. J'aime bien les romans et les fims sur la survie. A bientôt de vous lire, Amicalement, Philippe.

  • Jean-michel Palacios le 24/11/2012 à 00h03

    Bonsoir Barbara et merci pour votre intervention qui réveille cette chronique bien seule depuis le mois de juillet.
    Mais je ne vais pas me plaindre. J'ai plein de sujets qui sont plébiscités.
    Je n'ai pas réussi à savoir si vous aviez la nostalgie de vos 13 ans. Et l'homme a posé le pied sur la Lune en décembre 68. Cela faisait donc 15 ans. Vous êtes née en 1970.
    C'est cela ;-) ^^
    Je regrette de ne pas avoir lu Dune de Franck Herbert et toute la saga autour de cette univers extraordinaire. J'ai vu le film qui pour moi est une réussite. On y voit notamment Sting du groupe Police qui a un rôle important.
    Je vous vois par contre dans votre chambre, sous les comble et je trouve cela attachant. J'imagine les poutres apparentes, le bruit du vent qui souffle le rideau de la fenêtre entrouverte, il y a une odeur de bois et de papier, de la dentelle sur le couvre lit. Et dans cette ambiance cocoonesque, vous lisez à l'abris de tout.
    Voilà l'idée que cela évoque.
    Merci et bien amicalement
    Jean-Michel

  • Barbara Collette Carnet le 20/11/2012 à 09h57

    J'ai découvert Dune à l'âge de 13 ans, mon grand-père me l'avait gentiment prêté. J'ai adoré, je me suis plongé sur cette planète avec un grand plaisir et en imaginant y vivre, même si en réfléchissant, je me dis que ce n'était pas là le paradis. Je n'ai pas eu besoin de quitter la maison, ni ma chambre sous les combles pour faire le voyage et de toute façon, ça aurait été très difficile, après tout nous n'avions atteint la lune que depuis une quinzaine d'année...

  • Jean-michel Palacios le 21/07/2012 à 00h25

    Bonsoir à toutes et tous,
    Je suis avec Jules et l'on termine ensemble les derniers Granolas. Il me parle de profondeur océane à bord du Nautilus, me raconte la beauté d'un soir de soleil couchant pour apprécier le rayon d'émeraude, ou encore un île, un ballon et des terres immenses. Oh, comme j'aurais aimé vous connaître M. Verne. Vous m'avez fait rêver et je rêve encore. J'imagine des gens venus des quatre coins de notre France et d'ailleurs, s'asseoir un instant pour deviser de ses souvenirs d'enfances à lire ou à écouter lire et s'enflammer de mille émotions, prendre un verre du vent qui passe et déguster les saveurs du passé. A cette table immense, il reste tant de places. Venez donc me raconter combien vous aimiez et combien vous aimez encore lire et voyager.
    Amicalement
    Jean Michel

  • Jean-michel Palacios le 18/07/2012 à 01h22

    Bonsoir Céline,

    Merci de votre témoignage très touchant et emprunt de sincérité. On plonge immédiatement dans vos souvenirs et cela "me ramène aux miens".
    Mais comment grandir : il faut pourtant essayer pour apprendre, il faut souffrir pour éprouver, il faut se brûler pour avoir mal, il faut aimer pour savoir ce que c'est de ne plus le vouloir ou l'être. Et tout cela se trouve souvent dans les livres. Il y a des codes, des recettes, des façons de faire, des coutumes, des légendes ou des contes. Le livre est initiatique. Le livre est une porte qui peut faire de nous un capitaine courageux, prêt à toutes les audaces.
    Tenez prenez encore un Granola. J'en ai encore en cuisine. Et trempé dans un café bien chaud, c'est carrément criminel : un délice !!!
    Je crois que ce qui est merveilleux à cet âge d'adolescent ou de préado est de ne pas savoir vraiment mais d'imaginer, d'être prêt à tout pour découvrir les secrets dont on soupçonne l'existence, comme ces jeunes du "cercle des poètes disparus".
    La lune est là, quelques nuages voilent son aura et la voie lactée illumine le firmament. Peter Pan et Clochette m'attendent. A demain
    Bien amicalement
    Jean Michel
    ps : il reste plein de chaises pour s'asseoir et se souvenir. je vous y attend.

  • céline barabane le 17/07/2012 à 16h32

    Je prends à mon tour une chaise (et pique un granola en passant) pour me joindre à cette merveilleuse discussion. J'ai moi aussi été transportée par les fabuleuses aventures de Jules Verne. Pour ma part, je rêvais de faire comme Phileas Fogg et de partir à la découverte du monde avec sa tranquillité et son assurance. J'ai vécu une histoire assez similaire à la votre Jean-Michel à savoir que je suis aussi partie de chez moi quand j'étais petite, mais pas tout à fait pour les mêmes raisons. J'étais en pleine lecture d'un Fantômette lorsque mon père a voulu que je lâche ma lecture pour sortir jouer dehors. J 'étais outrée que mon père m'oblige à quitter mon fantastique roman pour ne savoir que faire dehors. Alors j'ai pris mon sac babar et je l'ai rempli de tous mes Fantômette et de tous les paquets de BN qui restaient dans le placard avant de quitter la maison. J'avais aussi pris mon petit argent de poche et un jeu de cartes. Ainsi parée, je pensais pouvoir vivre pendant des semaines à manger des gâteaux et à lire sans privation. Je m'étais dit qu'en revenant, mes parents auraient tellement eu peur de m'avoir perdue qu'ils ne me priveraient plus jamais de mes Fantômettes. Et puis j'ai eu peur qu'ils ne s'inquiètent trop et que je ne retrouve plus le chemin de la maison alors j'ai rebroussé chemin à contrecœur. Je ne sais pas si les livres m'ont permis de grandir comme vous, ils ont d'ailleurs souvent été la source de nombre de mes malheurs mais je sais qu'ils sont une partie de mon enfance qu'on ne m'enlèvera pas.

  • Jean-michel Palacios le 01/07/2012 à 16h41

    Bonjour Nathalie,
    Merci infiniment de vos bouffées de souvenirs. J'étais transporté. J'ai fini la boîte de "Petits Lu" en dégustant chaque mot. On va être obligé de prendre des glaces, si le marchand et sa camionnette veut bien passer.
    Alors, il reste encore quelques chaises vides et je ne désespère pas, allez j'ouvre le parasol, je rajoute des granolas (eh oui j'achète le chaland) que d'autres nous rejoignent.
    Le soleil descend doucement, la brise est légère et les cigales (celles que j'imagine bien sûr) mettent de l'ambiance.
    Je partage bien volontiers avec Nathalie et bien d'autres ce plaisir de lire.
    Venez nous rejoindre.
    Bien amicalement et merci de votre complicité et de votre bonne humeur.
    Jean-Michel

  • Nathalie Sibué le 01/07/2012 à 15h51

    Oups, je viens de terminer le volume trois de " Hunger games "... C' est probablement l' un des seuls livres dans lequel je n' aimerais pas me retrouver... Atrocités en tous genres, nous n' avons plus de repères... on ne respire plus, on n' attend qu' une chose : que tout se termine...C' est un livre plus que bouleversant... traumatisant.
    Vous permettez que je reprenne un p' tit gâteau ? .. Pour me remettre...
    Désolée d' avoir " envahi " votre page... un des mes défauts....!!!!!!
    Toujours autant cordialement, Nathalie

  • Nathalie Sibué le 01/07/2012 à 15h40

    Bonjour Jean-Michel !
    C' est toujours avec beaucoup de plaisir que je découvre vos propositions de discussions !!!!!
    Je prends avec bonheur une de vos chaises, je pose quelques petits gâteaux au chocolat sur cette table si conviviale...
    Qui n' a pas eu ce désir de vivre ce qu' il lisait dans ses livres... Et en ce qui me concerne, ce désir est encore bien présent... Et si certes le souhait de voyager était bien là, c' était surtout la rencontre avec ces personnages fabuleux qui me torturait... Pourquoi n' étaient-ils donc pas réels ? Mais finalement, si je m' enfuyais, ne pourrais-je pas me retrouver face à face avec quelqu' un qui leur ressemblerait ????? Cette pensée de m' évader fût très forte...mais elle n' a jamais dépassé cet état d' " idée ". J' étais déjà trop raisonnable et... trop peureuse ( mon papa ne m' avait jamis mis de " raclée ", je n' allais quand même pas la chercher !!!). Et ce " Capitaine de quinze ans " de Jules Verne, mon dieu ! qu' est-ce que j' aurais aimé être à ses côtés ! Il y avait aussi " Michel " de Georges Bayard ( vous vous rappelez, cette splendide Bibliothèque Verte ? ) qui vivait des aventures policières du tonnerre... J' aurais aussi aimé partager les bêtises de Sophie ( La Contesse de Ségur ), mais encore une fois, j' étais trop sage pour passer à l' acte...
    En écrivant ces lignes, une quantité fabuleuse de souvenirs littéraires me reviennent en tête... Et je me dis : mais quelle chance j' ai eu d' aimer très tôt les livres et de pouvoir vivre des aventures, rencontrer des personnages, découvrir des lieux... bien sûr, pas de façon réelle, mais qu' importe car, durant ma lecture, j' étais vraiment là...
    Quant à l' idée qu' ils m' aient fait grandir, sans aucun doute : j' ai un profond respect pour toutes les civilisations, pour ma jolie planète, je regarde avec une profonde tendresse l' univers ( je suis astronome amateur ), j' écoute avec attention l' autre même si je ne partage pas ses idées, j' essaie d' être une humaine " potable " à tous les niveaux. S' il y a évidemment l' éducation transmise par ma famille qui y est pour beaucoup, les mondes et tout ce qui les fait que j' ai pu lire, ont grandement construit l' être que je suis.
    Assurément, je ne suis pas parfaite, loin de là, un ami lecteur ( petit clin d' oeil à Claude ! ) a pu mesurer l' échelle de mes défauts !!!!
    Allez Jean-Michel, reprenez donc un petit gâteau, c' est un moyen sympathique pour se faire pardonner....
    Bien amicalement, Nathalie

  • Jean-michel Palacios le 01/07/2012 à 11h35

    De l'influence de Jules Verne...
    J'ai espéré un jour faire comme Jules Verne.
    Devant la sévérité de mes parents et après avoir lu mes premiers Jules offerts par ma voisine (qui avec le recul devait avoir tout compris), j'ai à l'âge de 13 pris un sac à dos, mon livret de caisse d'épargne (il devait y avoir moins de 100 francs obtenus en vendant du muguet pour la fleuriste du coin), des choses personnelles et mes livres de mon auteur préféré. Au pied de la tour de 14 étages dans la "cité du champ de manoeuvre" de la ville de Soyaux (banlieue d'Angoulème), j'ai enfourché mon fidèle destrier à pédales et j'ai fait 30 kilomètres, direction Royan, avec la ferme intention de peler des patates à fond de cales sur un cargo partant pour de lointaines Amériques. Alors voilà tout simplement ce que peut provoquer un auteur si brillant sur un jeune adolescent.
    Merci de me permettre de faire remonter à la surface de mes émotions ce souvenir important.
    En larmes à l'idée de quitter ma mère à qui j'ai pensé tout le long de la route ainsi qu'à la trempe que je prendrai secondée par mon père, j'ai fait demi-tour. En faisant du stop, car il pleuvait comme "vache qui pisse", c'est cela, l'aventure, deux gentilles dames dans une petite voiture m'ont chargé avec mon vélo et m'ont ramené au pied de mon désespoir. La suite, je la garde pour moi.
    A bientôt de vous lire.
    Amicalement
    Jean-Michel