la lecture met à nu nos sentiments et nos émotions

Jean-michel Palacios le 14/01/2012 à 13h07 sur l'article Le lecteur du mois

Bonjour à tous, A la suite du 1° livre de la trilogie de Gallica, j'ai enchaîné la "gloire de mon père" de Marcel Pagnol, puis "une si belle école" de Christian Signol et j'ai redécouvert des souvenirs de mon enfance. L'école, les instituteurs, les plaisirs simples et innocents. Ces auteurs ont un véritable talent pour vous transporter dans "vos" souvenirs et vous bouleverser en même temps. L'émotion est telle à certains passages qu'il n'est pas possible de retenir les larmes et je me demande si l'auteur a pu retenir les siennes au moment où il concevait le texte. Je trouve que cette écriture réaliste et pleine de référence à la lumière, aux souvenirs, aux sentiments partagés, à l'espoir de mieux vivre ou de mieux enseigner, l'idée de pouvoir emmener les enfants vers demain avec le maximum d'atouts est touchante à l'extrême. La Provence, les Causses constituent également le siège d'univers propices à la vérité des choses. Les gens sont confrontés à des difficultés qu'ils affrontent seul, ou collectivement avec plus ou moins de réussite dans des décors parfois grandioses qui les révèlent à eux-même. Voilà ce que je voulais vous écrire sans prétention, avec l'envie de le partager. Je vous souhaite pour 2012 de belles lectures et de nombreux voyages intérieures. JMP