Jaccottet... L'énigme de cet hiver.

Clémentine T le 22/12/2011 à 23h31 sur le livre à la lumière d'hiver ; pensées sous les nuages

L'ambiguité de Philippe Jaccottet ne cesse de me marquer d'avantage au fil des jours. Je vois ce personnage (s'en est un, vraiment) comme un génie qui tourne en rond, mais néanmoins borné dans son raisonnement. Sa philosophie est incroyablement intéressant, mais... Pourquoi? Pourquoi, s'il se rend parfaitement compte que l'utilisation des images dans la poésie est une fatalité et qu'il ne peut s'en passer, malgré tous les efforts du monde, ne se résigne t-il pas? Il doit parfaitement imaginé que si la poésie ne s'est jamais passée des images, c'est qu'elle n'a tout simplement pas pu. Pourquoi, puisqu'il remet en cause l'impuissance du langage, n'utilise t-il pas un autre genre que la poésie? En effet, s'il ne parvient pas à exprimer son expérience face à la mort à travers les vers, pourquoi ne pas explorer d'autres horizons? Le philosophe qu'il est ne devrait-il pas chercher plus loin encore? De plus, cette théorie de l'impuissance des mots apparaît comme une évidence. Comment exprimer un sentiment bien plus puissants que les mots eux-même? ... Aussi, pourquoi remet-il en cause le statut du poète? Ne s'agit-il pas d'une problèmatique complétement érronée, compte tenu de son époque. Nous voyons parfaitement que le poète au XXème siècle n'est plus un prophète depuis longtemps déja (les Surréalistes n'étaient pas des poètes voyants, puisqu'il ne décriptaient pas le monde, bien au contraire, ils le déssinaient comme leur psyché le décidait). Ainsi, le doute me pèse...