Viviane Élisabeth Fauville de Julia Deck

lundi 10 septembre 2012

Je tu(e) il, nous vous…elles

Viviane Élisabeth Fauville de Julia Deck

 

Parisienne née en 1974, Julia Deck nous livre ici son premier roman. Un roman étonnant dans sa construction et sa structure narrative, déroutant par son récit et les questions qu'il soulève. D'ailleurs, n'y a-t-il pas un peu de Viviane Elisabeth Fauville en chacun(e) de nous ?

 

 
 
 
 
 
 
 
 
Elisabeth Fauville, quarante-deux ans, traverse une période difficile de sa vie. Jeune maman d'une petite fille de douze semaines, elle vient d'emménager dans un petit deux pièces, après que son mari l'a quittée. Sur son rocking-chair elle détaille ce nouvel appartement, fouillant dans sa mémoire "…il vous semble que, quatre ou cinq heures plus tôt, vous avez fait quelque chose que vous n'auriez pas dû."
 
Hier, Viviane Elisabeth Fauville a assassiné son psychanalyste avec un couteau de cuisine que lui avait offert sa mère en cadeau de mariage. Rien n'était prémédité et elle redoute l'inéluctable arrestation. 
Comme tous les patients et proches de la victime, la police l'interroge…et la relâche. Alors elle suit l'enquête par presse interposée et découvre d'autres suspects aux mobiles plus plausibles que le sien.
Des suspects qu'elle retrouve, file et rencontre.
 
Alors que Viviane Elisabeth Fauville promène sa fragilité et son instabilité dans les rues de Paris, dans des parcours que l'auteure nous décrit de façon millimétrique, peu à peu se construit le portrait de cette femme déconstruite. 
 
L'originalité de ce roman tient autant à l'histoire qu'à sa construction. L'auteure raconte le personnage central tour à tour à la deuxième personne du pluriel : "Vous êtes à quelques centimètres de lui, le dominant de votre haute taille et de vos talons. Vous élevez la pointe du couteau à hauteur de son estomac, maladroitement, tâtonnant un peu, pas tout à fait sûre que ça va marcher". 
Parfois à la troisième personne du singulier "Un agent fait signe à Viviane de s'asseoir et elle s'assied, observant les allées et venues dans le couloir.
Ou encore à la première personne du singulier : "Ensuite je ne sais pas pourquoi je fais ce que je fais, mais je le fais. Qu'on n'aille pas croire que je pense que c'est une bonne idée ou que j'en suis fière, c'est juste que cela s'impose : mes pieds avancent et je les suis."
 
Cet adroit stratagème grammatical permet de rendre compte de la personnalité protéiforme de Viviane Élisabeth Fauville. Quand le dénouement nous livre la réponse aux différentes questions sans réponse, une seule envie : relire le livre pour savourer cette fois l'habileté narrative.
 
 
Agathe Bozon
 
 
Viviane Élisabeth Fauville, Julia Deck, Editions de minuit, (2012)
 

photo© Hélène Bamberger

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Où trouver « Viviane Elisabeth Fauville » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !