Toute toute première fois : la première rentrée littéraire d’une maison d’édition

mercredi 23 août 2017

Les dessous de la première rentrée des éditions de l’Observatoire.

Toute toute première fois : la première rentrée littéraire d’une maison d’édition

La rentrée littéraire, ah le beau marronnier pour les amoureux de la littérature ! Marronnier, oui, mais pas pour tout le monde cette année : une nouvelle maison a vu jour cette année, et lance dès cette fin août ses premiers titres dans la course des romans d’automne. Ce sont les éditions de l’Observatoire.

 

Aucun amateur, pourtant, dans cette aventure qui sent encore la peinture fraîche, à l’instar des rutilants bureaux du boulevard du Montparnasse, sur la rive gauche de Paris : aux manettes, on trouve Muriel Beyer, connue pour être l’une des éditrices les plus influentes du milieu littéraire, et directrice des éditions et du pôle de littérature générale du groupe Humensis, au sein duquel cette nouvelle maison s’est nichée.

 

Depuis décembre 2016 où les fondations ont été coulées, l’équipe s’agrandit pour trouver son rythme et ses effectifs définitifs au printemps. Dès mars, on prépare activement le programme des essais et des romans de rentrée. Pendant ce temps, le département des essais publie des livres de politiques à commencer par François Bayrou (Résolution française) en février, campagne électorale oblige, ou des intellectuels comme Michel Onfray (La cour des miracles ; carnets de campagne). Il y aura trente titres, tous domaines confondus en 2017, le double en 2018, année qui augure de très réjouissantes perspectives, avec notamment la collection dirigée par Adèle Van Reth, philosophe et productrice des « Chemins de la philosophie » sur France Culture, qui publiera de jeunes philosophes émergents dans la bien nommée « La Relève ».

 

Mais revenons à la rentrée littéraire qui sera la grande affaire des romans, avec Karine Silla, Sigolène Vinson, Sébastien Spitzer (à retrouver dans les critiques de nos explorateurs) et A.L. Snijders, un Néerlandais octogénaire jamais encore traduit en France, qui publie un livre inclassable dont on retrouvera les bonnes feuilles dans lecteurs. Lisa Liautaud, directrice littéraire et responsable de la fiction française et étrangère nous en dit un peu plus sur la rentrée d’une maison qui inaugure ses nouveaux et beaux habits littéraires.

 

 

 

Commentaires

Discussions autour de cet article

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Les lecteurs en parlent...

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !