Tous accros (ou presque) !

lundi 12 juin 2017

Laurent Karila, auteur de "25 idées reçues sur les addictions, comprendre et soigner" karchérise l’image de l’addiction.

Tous accros (ou presque) !

Mais oui, vous l’êtes. A la cigarette, au chocolat, même au bronzage, aux nouvelles technologies, au travail, même, sans parler du haschich, et des drogues dites dures. Tout à mettre dans le même panier ? Oui, selon le psychiatre et addictologue Laurent Karila*, qui publie un passionnant opus, 25 idées reçues sur les addictions, comprendre et soigner (ed. Le Cavalier bleu). Exit les catégories des drogues dures et drogues douces, des usages « qui sont moins graves » comme les nouvelles technologies ou l’alcoolisme mondain. L’addictologie contemporaine reprend toutes ces catégories non pas à partir de la substance mais du lien qu’on entretient avec elle. C’est en tout cas le parti pris de Laurent Karila qui karchérise ainsi l’image de l’addiction en un livre énergique, extrêmement précis et sérieux, d’une plume carrément… rock.

 

Après avoir publié « votre plaisir vous appartient » l’an dernier mais aussi Les Idées reçues sur l’alcoolisme en 2010, vous publiez 25 idées reçues sur les addictions, comprendre soigner prévenir (ed Le Cavalier bleu). Quelles sont, dans les grandes lignes, les idées reçues que vous combattez dans ce livre ?

L’addiction est une vraie maladie, pas un gimmick publicitaire ou marketing pour dire que l’on est accro à tel ou tel produit de consommation comme un sushi ou notre conjoint. Dans ce dernier ouvrage, je parle aussi du fait que l’addiction n’est pas que la rencontre d’un individu avec une drogue ou un comportement dans un environnement particulier. C’est beaucoup plus complexe que ça l’addiction. Il y a des facteurs cérébraux, neurobiologiques, psychologiques, émotionnels, environnementaux et génétiques. Il faut combattre les idées reçues sur cette maladie, sur les drogues genre « le cannabis rend schizophrène », « le sucre ne rend pas addict »…ou encore l’addiction, on guérit grâce à la volonté. Il y en a plein d’autres, je vous rassure !

 

Vous parlez d’addiction et non de dépendance. Quelle différence faites-vous ?

La dépendance est utilisée dans le langage courant et dans la terminologie médicale française mais aussi européenne. Pour tout le monde, dépendance = addiction. En fait, si l’on considère l’addiction comme un trouble de l’usage d’une substance ou d’un comportement (jeu, sexe, achats, travail, bronzage…), comme défini par l’Association des Psychiatres Américains, la dépendance physiologique correspondrait au manque et au besoin d’augmenter les doses pour retrouver les effets de la première fois. Le grand marqueur clinique de l’addiction est le craving : l’envie irrésistible de consommer et la perte de contrôle.

 

Pour vous, une addiction est une maladie chronique, comme le diabète. C’est assez révolutionnaire comme présentation de cette pathologie !

Je fais cette analogie car l’addiction est une maladie chronique. Les rechutes font partie de la maladie. Le patient devient expert de sa maladie. La prise en charge est globale : elle concerne la personne, l’objet addictogène, les troubles psychologiques et physiques associés et l’environnement. Finalement, c’est comme pour toutes les maladies chroniques.

 

Les nouvelles technologies font partie pour vous des addictions, est-ce au même titre que la cocaïne ?

Bien sûr, on peut être addict aux nouvelles technologies. Je préfère parler d’hyperusage d’écrans pour les plus jeunes. Mais Internet, superbe objet pour tout, peut devenir une matrice pour un certain nombre d’addictions : sexe, jeux d’argent, achats, travail, et même les nouveaux produits de synthèse qui sont des substances qui miment les drogues que l’on connaît déjà comme le cannabis, la cocaïne, l’héroïne …. Le smartphone est aussi devenu un outil très addictogène de nos jours.

 

Vous êtes spécialiste de l’addiction, praticien hospitalier et expert en addiction à l’héroïne et TSO, cocaïne et crack, au cannabis, au dopage et à la dépendance aux nouvelles technologies. Changer le regard sur l’addiction concourt-il à améliorer la prise en charge et donc la guérison ?

Oui, il faut démonter toutes les idées reçues sur ce trouble. L’addiction est une véritable maladie. Il faut informer, sensibiliser, prévenir différemment en fonction des âges, des populations, des maladies associées. La personne addict a longtemps été stigmatisée. Il faut développer les outils 2.0 de formation pour tous les acteurs du champ sanitaire comme l’e-learning, il faut travailler et encourager les patients experts. Il faut réfléchir à la légalisation contrôlée du cannabis en utilisant les modèles californien, uruguayen, portugais. Il faut réfléchir à la mise en place de prise en charge et de traitements prenant en compte la personne au delà de son addiction !

 

Peut-on vraiment guérir d’une addiction ou reste-t-on prisonnier d’un terrain, d’une fragilité personnelle ?

Oui, on peut guérir de cette maladie heureusement. On porte toujours en nous les stigmates du trouble. Il y a des risques de rechute(s) mais c’est la même chose pour toutes les maladies. Le suivi médico-psycho-social est long mais plus on est adhérent aux choses, plus on s’en sort.

 

Propos recueillis par Karine Papillaud

 

Laurent Karila est psychiatre, addictologue à l’Hôpital Paul Brousse, APHP, et Porte Parole de Sos Addictions.

Tentez de gagner l’un des exemplaires de 25 idées reçues sur les addictions, comprendre et soigner de Laurent Karila, offerts par les éditions Le Cavalier bleu, en jeu en échange de votre avis sur la fiche du livre.
Dites-nous en quelques mots (dans la partie commentaires, ci-dessous) ce qui donne envie de le lire.

 N'oubliez pas que pour participer vous devez être connecté avec votre profil, et que vous devez avoir complété votre profil avec vos 10 livres préférés et au moins 3 ou 4 avis. Vous avez jusqu’au 10 juillet.

Commentaires

  • Valerie Brzechwa le 21/06/2017 à 23h03

    C'est un sujet grave ..et passionnant à la fois . Pourquoi l'un et pas l'autre ? Pourquoi Untel tombera dedans et son frère ou sa soeur pas ? Le sujet est terrible et terriblement bien amené par l'auteur qui nous met le nez dans tout ces pièges qui nous entourent ......a lire ,a faire lire ...et a faire circuler (à défaut d'un joint ...lol ) Un document qui vulgarise sans être vulgaire !

  • Delphine PALISSOT le 20/06/2017 à 23h21

    C'est un sujet passionnant, peu abordé dans sa complexité et pourtant présent dans le quotidien de nombreuses familles, parfois détruites par cette maladie multiforme...

  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com

Où trouver « 25 idées reçues sur les addictions » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de cet article

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !