Retour à Whitechapel de Michel Moatti

mercredi 03 avril 2013

Sur les traces de Jack l’Eventreur

Retour à Whitechapel de Michel Moatti

 

A la fin du XIXe siècle, d’horribles meurtres ont frappé l’East End, un quartier misérable de Londres. A l’époque, on a appelé le meurtrier Jack the ripper, l’Eventreur, mais cet assassin de femmes pauvres n’a jamais été retrouvé.  
« La police est passée à côté du coupable car elle s’était fait une idée de son profil social », explique le sociologue Michel Moatti qui a décidé aujourd’hui de refaire l’enquête.

 

 

 

 


Il lui a fallu deux années d’immersion, jusqu’à s’inscrire dans l’une des sociétés de « ripperologie » londonienne, la Whitechapel Society. Il accède à des documents, des archives, qui lui permettent de remonter le fil de l’enquête pour écrire son premier roman. Dans Retour à Whitechapel (HC éditions), il imagine que la dernière victime, Mary Jane Kelly, devenue célèbre par l’acharnement de son bourreau qui la dépeça littéralement dans sa chambre, avait une fille.

En 1941, alors que cette dernière est infirmière au London Hospital, elle découvre que sa mère était l’une des victimes de Jack l’Eventreur. Elle remonte le fil de ses origines pour retrouver son assassin. Grâce aux analyses et aux pièces retrouvées par l’auteur Moatti, Amelia Pritlowe finit par découvrir celui que de nombreux experts ont, par la suite, considéré comme le vrai meurtrier.

Dans ce passionnant opus, fait de fiction et d’histoire, Michel Moatti conduit le lecteur dans la misère extrême du Londres de la révolution industrielle. Il y a 130 ans à peine, les « match girls », ces ouvrières qui fabriquaient des allumettes et voyaient leur visage ravagé en quelques mois, organisaient une grève sans précédent dans Londres ; avec d’autres ouvrières, elles étaient nombreuses à monnayer une passe pour manger ou finir de payer un loyer.

Dickens n’est pas loin dans cette cruauté sociale et cette terre idéale pour le crime. Une cinquantaine d’années plus tard, la deuxième guerre mondiale commence avec ce que l’on considère comme le monde contemporain. Les petits-enfants de ces victimes pourraient être vivants, encore aujourd’hui. Michel Moatti parvient à la fois à entraîner le lecteur dans l’élucidation d’un meurtre mythique, mais aussi à rapprocher les époques de terrible manière. Un livre prenant, haletant, troublant.


Karine Papillaud

Retour à Whitechapel, Michel Moatti, HC Editions,  (2013)

Pour aller plus loin :

Livres

Commentaires

Où trouver « Retour à Whitechapel » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !