Rencontre avec Ingrid Astier, "amoureuse de l'imaginaire"

lundi 27 avril 2015

Rencontre avec Ingrid Astier, "amoureuse de l'imaginaire"

Qui est Ingrid Astier ? Je ne peux pas vous le dire, je sais simplement qu’Ingrid est un authentique écrivain qui vous plonge dans un univers bien à elle. Normalienne, originaire de Bourgogne, Ingrid Astier aime « les armes à feu et les ponts de la Seine, Cioran et le chocolat ».

Ses romans n’ont rien du polar traditionnel, ils vous emportent et ont l’écriture et la puissance d’un grand roman. Il y a des gentils et des méchants, des policiers et des bandits, mais il y a bien plus que ça. Les policiers et les bandits, Ingrid les connaît, elle a navigué avec la brigade fluviale et fréquenté les bandes d’Aubervilliers, a plongé dans la Seine comme elle plonge ses écrits dans la réalité, pour mieux les vivre et nous les faire vivre à notre tour. Son écriture a une telle véracité, une telle crédibilité qu’on vibre avec ses personnages, au rythme de leurs aventures, frissonnant du danger, humant l’air et les parfums avec eux.

Ingrid est une femme lumineuse et tellement attachante qu’on se demande d’où viennent les noirceurs de ses intrigues, de la vie sans doute, de la nuit, de sa connaissance parfaite des milieux, ceux des policiers ou des marginaux qu’elle a côtoyés sans peur pour peaufiner le moindre détail de ses romans.

Alors que paraît son dernier roman Même pas peur aux éditions Syros, retour sur la rencontre avec Ingrid Astier organisée le 14 avril au Café littéraire avec lecteurs.com, et animée par Karine Papillaud.

 

Karine Papillaud : trois ans pour écrire un roman, c’est un peu long pour les lecteurs qui ont hâte de vous lire !

Ingrid Astier : Au XIVe siècle, il fallut sept ans pour livrer La Tenture de l'Apocalypse - une tapisserie. Alors je me dis que, finalement trois ou quatre ans, c'est raisonnable pour écrire un roman (rires). J’ai besoin de temps pour définir mon terrain et m’immerger dans les univers liés à mon histoire. Deux années au moins, à travers les différents services de police, avec un parfumeur, un pêcheur, un SDF, un balisticien, une trapéziste... car il faut beaucoup de temps pour appréhender chaque univers. Mon travail est tout sauf une recherche documentaire. Pour écrire, je vais quitter le quotidien et m’embarquer dans l’imaginaire. Ecrire repose profondément, pour moi, sur la rencontre humaine. Je pars de cette intensité comme de cette émotion : la rencontre.

Au départ d'un nouveau roman, la question que je me pose est : avec qui ai-je envie de vivre ? Avec un flic, un voyou, une trapéziste, un pêcheur d'anguilles ? Car il faudra passer trois ans dans cet univers... Ecrire donne cette possibilité de vivre dans un monde qui distend les frontières. C'est une chance de s'assouplir, de briser le cercle dans lequel nous grandissons puis évoluons. Ce ne sont pas mes propres valeurs que je vais observer, mais le monde où mon roman va me mener. Car il me mène par le bout du nez. C'est lui qui décide. Je compare alors l’écriture aux traversées des grands explorateurs : chaque roman est l'occasion d'un départ, au sens fort, et la découverte d’un nouveau monde. Par nouveau, il ne s'agit pas d'un monde original, mais singulier.

Dans vos romans, les notions de réel et d’imaginaire sont importantes.

On vit chaque jour dans un monde romanesque et c’est aussi ce qui fait son charme. Mais il faut savoir le concentrer. L’écrivain n'est pas loin du travesti. Quand je commence un livre, quand j’écris la première ligne, d'une certaine façon, c'est comme si je déchirais ma carte d’identité : je deviens autre, j'habite cette conscience autre. Une passation d'imaginaire est à l'oeuvre. Cette passation permet de vivre intensément, de sortir de sa vie, de ne pas être borné à soi. C’est confortable mais risqué aussi : quelle personnalité vais-je habiter ?

En quoi le réalisme va-t-il nourrir l’imaginaire ?

Le roman et une chance de pouvoir pousser des portes et de pénétrer des mondes qui ne sont pas les vôtres. Jouissance de l'évasion. Dans Angle mort, je me suis demandée, par exemple, où Diego, mon braqueur, allait habiter. J'ai beaucoup sillonné la banlieue, de nuit, avec mon vélo. Jusqu'à Aubervilliers, le royaume des garages et des bars, pour comprendre, apprendre, savoir. Je n’ai pas envie plaquer des éléments dans un livre. Tout milieu se respecte. L’imaginaire, c'est du sérieux. De loin, être à vélo, de nuit, à Aubervilliers dans certains quartiers, peut paraître insensé. Et sans l'aimantation du roman et sa quête précise, ce le serait.

Pour en revenir aux explorateurs, c'est alors le modèle de l’alpiniste qui me porte. Toute petite, avec mon frère, la montagne nous fascinait, même si elle est loin de la Bourgogne où j'ai grandi. Nous passions des jours entiers à lire des livres d'alpinistes comme Glace, neige et roc de Gaston Rébuffat. Le Guide Michelin... et les livres d'alpinistes ! Nous rêvions sur ces zones qui aimantent l’imaginaire. Grimper et avoir les orteils gelés, tout cela pour redescendre, n'est-ce pas également fou, un supplice en soi, si l'on ne considère que les faits bruts ? On ne peut donc envisager ces élans qu'en termes de quête et de dépassement.

Durant les trois années de terrain, que vais-je chercher ? Cette vectorisation du roman est essentielle. Je pars pour m’imprégner de l'altérité : une façon différente de se vêtir, de parler, d'agir, de ressentir. Ecrire est un métier d'écoute, il faut basculer dans d'autres mondes, pour viser le naturel. La fiction est à ce prix.

Dans Quai des enfers, tout comme dans Angle mort, c'est tant l'esprit d'une époque que le Paris des anecdotes que je vais chercher, non le Paris touristique. Par exemple, pour le Petit éloge de la nuit (Folio Gallimard) j'ai observé, une nuit, l'Etat-major du 36 quai des Orfèvres pour voir si minuit était réellement l'heure du crime. J'aime tester une expression, la mettre à l'épreuve du réel. Mais je suis aussi allée discuter avec les SDF du Pont-Louis-Philippe, à Paris. Aujourd'hui, leur squat a été muré, ce qui donne encore plus d'importance à la littérature. Car le roman, en définitive, est terre de mémoire. Une stèle comme un sanctuaire, un écho qui prête sa voix à ceux qui murmurent, tout bas. J'apprécie aussi beaucoup les pêcheurs, ce sont de vrais viviers, comme le garde-pêche de Paris, qui m'a inspirée pour Quai des enfers. J'adore l'anecdote, que je reprends dans ce roman, où il m'explique comment trouver des alliances dans la Seine, ou comment il signe les anguilles...

Dans Même pas peur, vous abordez tous les thèmes, l’amour, les jeunes, leurs codes... Quel rapport avez-vous à la littérature, car vous écrivez tous les genres, polar, cuisine, saveurs, roman, jeunesse ? En fait, vous paraissez totalement libre, les codes, vous les prenez tous, ou pas ?

Au départ, pour Même pas peur, Natalie Beunat, la directrice de collection de Syros, m'a proposé un roman policier pour ou enfants ou adolescents. Au final, j’ai écrit un roman noir, à ma façon, et qui peut toucher un adolescent comme un adulte qui rêve de retrouver ses seize ans. Un roman noir mais aussi un roman d'aventure et d'amour, un roman d'éducation sentimentale. C’est noir, car à l’adolescence, l’amour peut pousser à tout, y compris à l'extrême - folie, suicide, fugues, émiettement de l'identité... Même pas peur n'est pas un roman policier au sens strict de l'enquête procédurale, mais il est noir car le sentiment amoureux est certainement celui qui nous met le plus en péril. Et c'est une enquête sur soi-même.

A l’île d’Yeu, les adolescents sautent dans l’eau depuis les rochers. De trois mètres, six mètres, douze mètres... Toujours plus haut, pour épater, se dépasser, séduire l’autre. Mais paradoxalement, au moment d’exprimer leurs sentiments, il n’y a plus personne. Même pas peur part de ce grand écart. Et si l'on mettait la même audace dans la découverte de soi et de sa sensibilité ? Si l'on se lançait vers l'autre comme l'on plonge, parfois même à corps perdu ?

Quand j'ai débuté Même pas peur j’avais un modèle en tête, Le blé en herbe de Colette. C’est un livre que j’ai lu grâce à ma mère, quand j'étais adolescente. Ma mère laissait toujours traîner des livres pour que j'aie l'impression de les croiser par hasard. Elle savait que c'était plus efficace que de me dire de les lire, et j'admire aujourd'hui sa finesse. Dans Le blé en herbe, il y avait un rapport abyssal aux sentiments. Je m'étais toujours dit que j'aimerais écrire une histoire simple autour de l'océan, d'adolescents, et des sentiments. Une sorte de Blé en herbe contemporain.

Pour écrire une nouvelle, , j’avais eu besoin de nourrir un personnage de plongeur. Un jour, sur une avancée rocheuse de l’île d’Yeu, arrive un jeune plongeur. Avec sa monopalme et ses cheveux blonds bouclés, c’était le premier homme-sirène que je croisais… J’ai mené mon enquête pour remonter à lui et sa famille. Sa mère était ramendeuse — son métier me faisait penser au travail de l’écrivain, réparer, reprendre les mailles d’un grand filet (le réel et ses béances chez le romancier)… Le plongeur, lui, m’a décrit les plongées océaniques. C’est lui qui, des années plus tard, a inspiré le personnage de Raphi dans Même pas peur. Il incarne la transition réussie entre le monde des adolescents et celui des adultes.

Ingrid, vous avez donc les pieds sur terre et le nez dans le vent ?

Oui, c'est exactement cela. Rêver avec les pieds sur terre. Je tiens aux nuages comme aux racines.

Dans vos romans, la musique est omniprésente, il y a même des listes de titres à la fin.

Quand j’écris, il me faut un climat musical. Comme au cinéma, par le thème musical, on sait d'emblée quel personnage va arriver. Dans Angle mort, je voulais situer une scène d’amour dans la salle des machines du remorqueur-pousseur de la Fluviale, dans le ventre de la baleine en quelque sorte. Pour nourrir cette scène, j’ai demandé à passer une nuit, seule, dans la salle des machines. Pour enregistrer les sons du remorqueur, mais pas seulement, également l'eau qui claque contre les ducs d'Albe, et m'imprégner du lieu comme des odeurs d'huile. Au moment d'écrire la scène, je me suis repassée les enregistrements, pour basculer immédiatement dans cet univers. Ainsi, je pouvais être dans la tête des personnages, sans médiation.

Vous semblez avoir un tel attachement à vos personnages, que ressentez-vous à la fin d’un livre ?

La fin du livre, c’est un deuil atroce ! Pour Angle mort en tout cas. Il fallut quitter un monde, une tension, une concentration de plusieurs années. Quand j'écris, je dis toujours que je pars en imaginaire : je quitte le monde, le quotidien, je me coupe d'un pan familier. Mes amis sont habitués... Les personnages sont une famille, ce ne sont pas des êtres de papier. Pour rester dans leur logique, je ne puis me permettre de les quitter. J’ai fini Angle mort à bout de nerfs, à passer les dernières nuits sans dormir, pour coller à Diego, mon personnage, et épouser son rythme à lui...

Un livre, c’est aussi un tombeau. De lieux, des gens, disparus à jamais. Comme les cimenteries près du Pont-National, à Paris, dans Quai des enfers. Elles perdent du terrain. Le paysage urbain quitte cette mixité industrielle que j’appréciais. Il se normalise. Dans Quai des enfers, encore, j’évoque ce SDF qui habitait sous le Pont-Louis-Philippe, dans un royaume souterrain à la débrouille. James, celui qui m’a inspirée, n’est plus. J’ai assisté à son enterrement, et son royaume a été muré. Avec le roman, cet homme garde une voix, une trace, une histoire. Je pense aussi à un cordage de la Brigade fluviale, passé au goudron de Norvège. Il n’en existe plus à la Fluviale, la corderie a également disparu, comme la menuiserie. Mais l’odeur, à travers Angle mort, reste.

Quelle est la place du lecteur dans votre univers ?

J’aime la nature, profondément, mais la contempler est solitaire. Avec le lecteur règne le partage. Le roman casse, magiquement, le cercle de la solitude. Cette ouverture est sacrée. Et pourtant, l’écriture, c’est terriblement personnel, bien plus qu’une mise à nu. À travers ses romans, un écrivain dévoile tout un univers intérieur. Je comprends très bien qu’un lecteur ne rencontre pas toujours un livre. Cette rencontre tient du hasard, de l’intime. Relire, des années après, un livre, c’est pourtant lui rendre justice. Par exemple, je me demande ce que des adolescents peuvent bien percevoir du Misanthrope de Molière. Pourtant, Le Misanthrope, c’est gigantesque ! C’est tout de même une question fondamentale, aujourd’hui, de savoir si l’on peut et doit tout dire, non ? Le naturel ou l’artifice ? La spontanéité ou la sociabilité ? Laissons le temps aux livres…

Vous avez écrit Petit éloge de la nuit : j’ai l’impression que vous avez une fascination pour la nuit.

Quand nous étions jeunes, en Bourgogne, je me souviens de mon frère qui fabriquait un télescope dans la cave. Il avait même élaboré un appareil de Foucault. Pour moi, c’était comme un rêve. Au fond de la cave, mon frère fabriquait du rêve ! Il s’isolait comme un animal en hibernation pour dialoguer, ensuite, avec les étoiles. Ce souvenir m’a profondément marquée. Il allait du noir au scintillement stellaire. Mon frère avait passé un temps infini à polariser le verre de son miroir dans la nuit de la cave, pour faire parler une autre nuit. Celle de l’infini. La nuit, c’est la clef de mon univers. Tout y est.

Vous avez dit que vous mettiez trois ou quatre ans pour écrire un roman, mais alors, à quand le prochain ?

Le prochain roman sortira, normalement, l’an prochain, en janvier 2016, dans la Série Noire. Mais après, vous savez ce que Pierre Michon dit de l’inspiration : « Le roi vient quand il veut ».

 

Rencontre animée par Karine Papillaud

Propos recueillis et photos par Dominique Sudre

 

Commentaires

Où trouver « Quai des enfers » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !